Test Voodoo Vince - jeux vidéo Xbox One

XBOX GAMER
connect�, 41 465 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Voodoo Vince



Genre
Plateformes
Statut
Disponible
Date de sortie
  17.10.2003
  23.10.2003
  22.07.2004
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Son
5.1

Après le très novateur Blinx, Microsoft retente l'aventure du jeu de plate-forme grand public avec Voodoo Vince, une création inédite des studios Beep Industrie. Disposant d'un héros accrocheur et d'un gameplay des plus déroutants, ce titre ne propose ni plus ni moins de refaçonner les codes de la plate-forme. Alors si vous pensiez bêtement sauter sur le crâne de vos ennemis, détrompez-vous, Voodoo Vince va vous étonner. Avant de commencer ce test, vous devez vous poser une seule question à savoir : êtes-vous prêts à partager ses douleurs ?

 

Plongé dans l'occultisme !





Vous incarnez donc Vince, une banale poupée vaudou au look ravageur se complaisant dans l'inactivité et la torpeur d'une chambre boutique d'occultisme. Sa retraite dorée perdure jusqu'au jour où sa créatrice, Madame Chermaine, est kidnappée par l’infâme Kosmos. Mais par manque de chance ou excéder des débilisme, les deux sbires chargés du rapt laissent échapper une quantité importante de poussière de zombies, en tentant d'endiguer les plaintes de la vendeuse extralucide. La petite poupée prend alors vie et se transforme en justicière pour sauver sa créatrice d’un méchant un peu bébête, ainsi que d'une réalité ayant mutée en véritable décors issus des films de Tim Burton.

 

Apprenez à avoir mal...



Vous êtes donc jetés dans la rue jouxtant la petite échoppe et partez à l'aventure. Les trente niveaux de Voodoo Vince se structurent presque de la même façon. Un niveau qui sert de plaque tournante à plusieurs sous niveaux complémentaires de l'objectif principal. Outre la finalité de débloquer le mécanisme ouvrant la porte de fin du level, plusieurs buts subalternes sont proposés. En effet, nombre de choses seront à récupérer dans chacun des niveaux. Si l'on excepte les vies pour votre poupée, les sacs de poussière zombie et les pages du livre de Madame Chermaine seront à acquérir. Tout cela augmentant une fois une certaine quantité accumulée, la santé de votre personnage ou les pouvoirs vaudou dont il pourra disposer. Ceux-ci sont d'ailleurs au nombre de 25 et confèrent à Voodoo Vince une particularité toute personnelle. En effet, deux coups basiques peuvent être effectués par Vince : un coup de poing et un coup tournoyant. Chaque chocs portés à l'adversaire fait échapper par celui-ci des particules infimes de poussières de zombies, qui saisies par Vince font augmenter une jauge de mana. Une fois celle-ci entièrement complète, Vince peut déclencher un pouvoir spécial, exterminant tous les adversaires dans une distance donnée.

Mais gri-gri voodoo oblige, les pouvoirs ne taperont pas directement vos ennemis, mais avant tout vous. Pauvre poupée livrée à sa destinée, chaque attaque vaudou aura des effets que sur votre frêle personne qui se répercuteront par la suite aux adversaires. Ainsi, faite vous écraser par un camion issu de nulle part et les monstres aux alentours se verront ratatinés par la puissance du vaudou. De même, plongez dans une baignoire remplie de requins et cette fois-ci vos rivaux seront coupés en deux. L'humour glauque est donc omniprésent et l’on aura de cesse de s'esclaffer devant les malheurs s'abattant sur Vince. Mais cette capacité à retransmettre les chocs ne se cantonne pas à cet état des lieux. En effet, tout le gameplay de Voodoo Vince profite de cette propriété. De fait, vous ne serez pas en permanence obligé de faire appel à vos capacités spéciales, certes présentent en grand nombre, mais relativement limitées. Si un broyeur a été semé dans un niveau, n'hésitez pas à vous y jeter dedans pour économiser votre poussière de zombie, il en va de même pour les boss. Si au passage ceux-ci sont peu charismatiques, la logique est respectée et il faudra découvrir dans chaque arène le mécanisme pouvant vous mettre à mal à fin de terrasser le monstre.



Néanmoins, si le gameplay demeure très innovant, on peut regretter la relative répétitivité de Voodoo Vince. En effet, bien que les niveaux se voient de temps à autre relevés dans leur intérêt par un véhicule à piloter, on se retrouve souvent à faire la même chose une fois le mécanisme du niveau assimilé. On est aussi en droit de déplorer la faible évolutivité des mouvements de Vince. Disposant de toutes ses capacités presque depuis le début du jeu, il n’y a guère qu'une nouvelle action est une capacité inédite à découvrir et à apprécier au fil de l'aventure. Pourtant, Voodoo Vince tient en haleine de par le charisme magistral de son héros, ainsi que son design décalé qui transmet à l'ensemble une ambiance unique.

 

L'étrange monde de M. Vince :



Si l'on se focalise avant tout sur le design général, on peut dire que Voodoo Vince se forge une personnalité des plus affirmée. On sent que les gens de Beep Industries ont aimés « L'étrange Noël de M. Jack », et nous proposent là des décors déstructurés où l'ambiance mystique est affirmée. N'y cherchez pas des architectures tirées au cordeau, ici les immeubles n'ont que faire des règles de construction et se complaisent dans l'improbable. La semi pénombre permanente rajoute encore un peu de mystère dans cet univers déformé par la poussière de zombies où la population rencontrée étonne et inquiète tout à la fois.

Les protagonistes rencontrés disposent eux aussi d'un soin tout particulier. Si on ne loue plus le génial charactère design de Vince, on peut noter la modélisation sans faille de certains ennemis tels que les pompes à essence jumelles ou le savant fou issu du crétacé. Toutefois, outre quelques traits bien sentis, on peut être chagriné du manque d'originalité des monstres de bases (diablotins, taupes mutantes, insecte tueurs…). De ce fait, les ennemis n’impressionnent que très peu et l'on aura tôt fait de les expédier pour se concentrer sur l'exploration des niveaux.

Sur son aspect graphique, Voodoo Vince laisse une impression des plus partagée. Si le moteur graphique tient la route en proposant des graphismes très fins dénués de tout aliasing, on peut reprocher une trop grande simplicité de ceux-ci. En effet, qu'on ne s'arrache pas la rétine en parcourant les niveaux, le tout étant d’une platitude déconcertante compte tenu de l'effort d'originalité précédemment cité. Côtés effets spéciaux, le constat est le même. Certes deux ou trois effets sont bien retranscrits (chaleur, flammes), mais cela demeure anecdotique sur l'ensemble de la progression. En bref, on a l'impression que Voodoo Vince a manqué d'ambition voire même de temps. Chose d’ailleurs remarquable sur quelques menus détails mal finis, transgressant l'exactitude du titre. La chose se voit notamment sur la mauvaise gestion de l'ombre de Vince. Si les effets de lumières sont eux parfaitement gérés techniquement, l'ombre ne suit elle que difficilement le mouvement et il ne sera pas rare de la voir évoluer sur les murs, bien loin de votre action en cours. De même, si aucuns bugs de collisions ne sont à déplorer avec le corps même de la petite poupée, la chose s'avère bien différente lorsque notre héros s’empare d'un objet. Celui-ci disparaît alors complètement ou partiellement dans le décor, quand nous avons l'audace de nous en approcher de trop près. Le constat est similaire pour la gestion de la caméra. Si dans la plupart des cas celle-ci suit sans rechigner, les espaces réduits et les couloirs seront pour elle une vraie épreuve. Non qu'elle constitue un des défauts majeurs du jeu, elles ne se placent pas toujours bien selon les actions. Cependant, celle-ci ne s'accroche en aucun cas aux décors et il faudra vraiment aller dans des endroits farfelus pour que vous ne voyiez plus votre personnage. Mais dans tous les cas, la caméra peut-être recadrée manuellement, de façon à ce que tous les joueurs puissent y retrouver leur compte. Techniquement, Voodoo Vince n'est donc pas parfait mais dispose d'atouts non négligeables susceptibles d'êtres ajoutés à la bande son qui est sur le titre de Beep tout simplement irréprochable.

 

Bienvenue au cirque :





Véritable festival de rythmes entraînant proche de l'ambiance fête de village, les musiques de Voodoo Vince respirent la gaîté et vous feront esquisser nombre de rictus admiratifs. C'est simple, comme nous l'avons si bien titré, la bande musicale vous plongera dans une ambiance de cirque très bon enfant. Côtés dialogues, le constat est tout autant élogieux. Les doublages en anglais font mouche et Vince dispose d'un cynisme renforçant encore un peu plus son caractère de poupées vaudoues rebelles. Les sous-titres français sont admirablement réussis, bien que l'on aurait préféré une localisation totale. Mais ne boudons pas notre plaisir, la bande sonore est comme l'ensemble du titre soignée et entraînante.

Point complet
Avec son gameplay et son univers Tim Burtonien, Voodoo Vince constitue une bouffée d'air frais dans la gamme des jeux plate-forme de la Xbox. Proposant une histoire agréable et une jouabilité sans faille, le titre de Beep Industrie saura séduire les plus jeunes, par son concept universel, et les plus âgés par le look et le franc parlé sans commune mesure de son héros. Alors verdict, si vous aimez le genre n'hésitez pas, partagez sa douleur votre Xbox vous le rendra bien !

On a adoré :
+ Un univers accrocheur
+ Un principe novateur
+ Les nombreux pouvoirs Voodoo
+ Le charisme du héros
+ Les musiques
+ Le franc parlé de Vince
On n'a pas aimé :
- Le manque d’effets spéciaux
- Les doublages exclusivement en anglais
- Un peu trop facile


Consulter les commentaires Article publié le 02-11-03 par Goulitch



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2021