Se connecter  -  S'inscrire 
 
discord2 twitter2 instagram youtube2
 



Développeur
Odd Meter
Genre
Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  17.05.2024
Nombre de joueurs
1
Acheter ce jeu sur
Eneba.com

Test - Indika - Xbox Gamer - Toute l'actualité Xbox Series X|S et Xbox One

Afin d’éviter tout problème avec son pays d’origine, le studio Russe Odd Meter n’a pas eu d’autre choix que de se relocaliser au Kazakhstan. En effet, la Russie n’étant pas dès plus tolérante envers les œuvres qui critiquent ouvertement la religion orthodoxe. En collaboration avec l’éditeur polonais 11 bits studio, INDIKA nous propose donc d’incarner une nonne dans une folle aventure narrative psychédélique ! Est-ce le véritable OVNI vidéoludique que nous attendions tous ou à contrario, le Diable noue à joué un mauvais tour ? C’est ce que nous allons voir à travers cette critique réalisée sur Xbox Séries X !

La foi , c’est prier un doute pour qu’il protège des réalités !

L’histoire se déroule dans une Russie alternative du XIX siècle, imprégnée de sa culture orthodoxe. Nous y incarnons une nonne au doux nom d’Indika. Nous commençons notre aventure depuis un couvent et nous constatons assez rapidement que notre protagoniste n’est pas forcement aimée de ses congénères. En effet, nous devons effectuer quelques petites taches dès plus ingrates ! Apres avoir passé plusieurs minutes à effectuer de nombreux aller-retour entre un puits et un tonneau d’eau à remplir, notre héroïne se voit confier d’une mission de la plus haute importance : délivrer une lettre au père Herman au monastère de Danilov. C’est ici-même que commencera la quête spirituelle d’Indika, tout en y incluant le joueur ! Nous y ferons des rencontres des plus particulières, notamment celle d’Illya, un homme qui a décidé de s’échapper d’une prison à la suite d’un message divin qu’il a reçu depuis une tasse à café ! Le prisonnier nous accompagnera durant tout le long de l’aventure et viendra accentuer les échanges philosophiques entre lui et notre protagoniste. En plus de cela, à la manière de Senua (Hellblade), Indika est également accompagnée d’une voix dans sa tête… Celle de Satan en personne ! Ce dernier n’hésitera pas à intervenir en voix off afin de « jouer » avec le libre arbitre d’Indika. Tous ces éléments viendront bouleverser l’esprit de notre nonne en remettant en doute ses croyances et sa foi !

Le soft traite des thématiques sérieuses comme la foi, l’existence de Dieu, l’équilibre entre le bien et le mal, l’amour, la sexualité enfin bref, tout ce qui touche de près ou de loin aux sujets dit « sensibles » lié à la religion. Mais également aux troubles psychologiques et les traumatismes et cela, en apprenant d’avantages sur le passé sombre d’Indika. Petit bémol, nous trouvons qu’Illya manque un peu de consistances, ce dernier étant bien trop mystérieux ! Il faut admettre que cette aventure narrative aussi étrange qu’hypnotisant soit elle, dispose d’une qualité d’écriture intéressante ainsi que d’une mise en scène diablement efficace ! L’ensemble y est dépeint dans une structure métaphorique mais également des plus burlesques, du moins dans sa première partie. En effet, il est fort regrettable de constater que la deuxième partie du jeu n’est pas subi le même traitement de faveur, cette dernière n’atteint jamais le degré de folie de sa première moitié. Tout comme sa scène finale totalement expédiée, celle-ci nous laisse complètement dans une zone d’ombre, tant de question sans réponse !

Un duel entre le bien et le mal

Outre les passages purement narratifs, force est de constater que le soft n’est pas avare sur sa diversité. En effet, Indika nous propose un mélange de plusieurs genres ! Dans sa globalité, le titre propose des phases de puzzles vraiment ingénieux, les développeurs ont avoués eux-mêmes de s’être inspirés de Inside, manette en main cela se ressent ! Si une minorité de puzzles peuvent parfois sembler assez classiques par leur proposition, d’autres disposent d’une créativité vraiment exemplaire ! Nous pensons notamment à un passage ou le décor se déchire totalement, basculant du coté du bien ou du mal et ou nous devons prier pour passer d’un monde à un autre afin d’y progresser ! Vous aurez aussi la possibilité d’utiliser diverses machines et véhicules pour résoudre d’autre énigmes. Indika nous propose aussi de prendre part à des courses poursuites, ces dernières peuvent être à la fois très drôles ou à l’inverse, vraiment stressante ! Aussi insensé qu’il puisse paraitre, le soft va parfois basculer dans des phases en pixel art, ces moments représentent le passé sombre d’Indika. Ces séquences jouables offrent de la nouveauté en nous proposant cette fois-ci des jeux de rapidité ainsi que des phases de plateforme, le parti pris de mélanger deux types de gameplay est vraiment audacieux !

Hélas, le mal rode dans les parages, tout n’est pas aussi parfait qu’il n’y parait, à commencer par son système d’upgrade qui nous a particulièrement déçu ! En effet, vous aurez la possibilité d’explorer certains zones afin d’y trouver des objets à récupérer ainsi que des cierges à allumer. Cela aura pour effet d’augmenter votre EXP (situé en haut à gauche de votre écran). Une fois un certain nombre de points acquis, vous devrez choisir entre deux compétences à chaque palier franchi. Cette mécanique est inutile au possible, elle n’influe en rien le gameplay de notre nonne et encore moins l’impact du scénario…Un choix de Game Design vraiment étrange, Il y a peut-être une métaphore à comprendre là dedans ? Si tel est le cas, elle nous a totalement échappée ! De plus, même si nous reconnaissons à juste titre que cet Indika enchaine une diversité bienvenue, il faut admettre que certaines mécaniques ne sont pas exploitées à bon escient. Nous avons comme une sensation de faire face à des tonnes de mini-jeux implantés dans un jeu narratif psychédélique sans que le jeu prenne le temps d’exploiter à fond ses idées surtout que le jeu se termine en 4 petites heures seulement.

Que tes œuvres sont belles !

Indika nous plonge dans une Russie revisitée, dotée d’une direction artistique de qualité, cette dernière est teintée d’un style dieselpunk ! En effet, la technologie et l’architecture que nous rencontrerons durant notre périple, nous rappelle fortement cette période ou cohabite l’espoir d’un renouveau d’âpres guerre avec l’incertitude des réalités de l’époque. En d’autres termes, ne soyez pas surpris de croiser des engins ou des lieux aux allures rétro futuristes ! De plus, grâce à l’utilisation de l’Unreal Engine 5, le studio Odd Meter nous livre un habillage graphique de haute qualité ! Que ce soit du coté des expressions faciales, des effets de lumières ou de la modélisation 3D l’ensemble y est particulièrement soigné ! Tout comme ses décors, s’inspirant du film « The Island » de Pavel Lungin, ces derniers nous offre une ambiance visuelle des plus froide avec une Russie faite de terre, de sang et de neige fondue. Il en va de même pour les nombreux panoramas que nous visitons, assis depuis un banc, certains angle de camera nous offres des perspectives magnifique !

Quant aux musiques qui accompagnent le récit, ces dernières restent en adéquation avec l’ambiance surréaliste du jeu. Ne vous attendez pas à des chants mélodieux mais plutôt à du dark-électro ainsi que des musiques et des bruitages rétro nous rappelant nos bonnes vielles bornes d’arcades ! Un choix de style musical assez surprenant, qui risque au choix de surprendre ou à l’inverse, d’en décevoir plus d’un. Dans notre cas, nous avons adoré la proposition ! Enfin, sachez que le doublage d’indika est de très bonne facture. Que ce soit en Anglais ou dans sa version originale, en Russe, la prestation des comédiens et comédiennes est remarquable, bien entendu le soft propose des sous titres dans la langue de Molière. Nous vous conseillons vivement de jouer avec le doublage Russe, ce dernier en plus d’être exquis apporte un petit cachet supplémentaire à l’immersion !




Point complet
Tout d’abord, nous saluons la prise de risque vis-à-vis des thématiques abordées, la religion étant un sujet dès plus sensible ! La qualité d’écriture est intéressante, appuyer par une mise en scène de qualité, celle-ci nous proposent des situations vraiment absurdes ! Hélas, nous ne pouvons pas en dire autant quant à sa deuxième partie, s’essoufflant et n’atteignant jamais la folie de sa première, tout comme sa fin, qui nous a particulièrement déçus ! Le soft n’est pas avare en termes de variétés, cette dernière mélange plusieurs genres en nous offrant quelques passages vraiment audacieux ! Malheureusement à force de s’éparpiller dans tous les sens, nous trouvons que certaines bonnes idées sont finalement peu exploitées, la fauté à une durée de vie relativement courte. Il faut reconnaitre que le soft s’en tire avec les honneurs sur sa partie technique, très agréable pour la rétine, le tout y est accompagné par une magnifique direction artistique. Au final, Indika nous propose une œuvre atypique et plaisante mais imparfaite dans sa forme.

On a adoré :
Les thématiques sur la religion
Une mise en scène de qualité
Une direction artistique original
Agréable pour la rétine
Musique et doublages de très bonnes factures
Quelques passages audacieux
Des puzzles diversifiés
On n'a pas aimé :
Une durée de vie assez faible (-de 4h)
Certaines mécaniques pas assez exploitées
Une seconde partie qui s’essouffle
Les points d’EXP inutiles
Une fin décevante !


Consulter les commentaires Article publié le 12/06/2024 par Yoann L.


Actuellement, les membres connectés sont : BhZ Maiden,
Flux RSS | A propos | La rédaction, nous contacter
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2024