Test Fallout 3 - jeux vidéo Xbox One

XBOX GAMER
connect�, 41 462 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Fallout 3



Développeur
Bethesda Softworks
Distributeur
Ubisoft
Genre
Jeu de rôle (RPG)
Statut
Disponible
Date de sortie
  31.10.2008
  28.10.2008
  04.12.2008
Nombre de joueurs
1

Depuis quelques années déjà, la franchise Fallout avait été laissée de côté, considérée sans doute comme dépassée ou sans grand intérêt commercial à l’heure où le grand public adule les FPS… Pour remettre au goût du jour sa série, Bethesda Softworks a décidé de mettre les petits plats dans les grands en reprenant le gameplay d’Oblivion et en l’insérant dans l’univers post-apocalyptique de Fallout. Un pari plutôt audacieux pour les développeurs qui souhaitaient clairement séduire le grand public. Au détriment des fans ?

La Troisième Guerre mondiale ?




Les fans de la série connaissent sans doute sur le bout des doigts l’univers de Fallout, avec ses vaches à deux têtes, ses mutants difformes et son humour old school. Avec Fallout 3, Bethesda Softworks tente de prendre un peu de distance avec les premiers volets en nous proposant une expérience différente, qui n’est pas sans rappeler Deus Ex pour sa prise en main et Oblivion pour le gameplay en général. Dès les premières minutes de jeu le joueur est immergé dans l’univers post-apocalyptique du tite. On vit la naissance du héros, on découvre son père et sa mère, on lui choisit un nom, des caractéristiques. Puis le temps passe et on joue chaque étape marquante de sa jeunesse, qu’il s’agisse de son enfance, son anniversaire ou son test qui permettra de définir ses aptitudes. L’immersion est parfaite, l’humour est bien présent et on sent un très gros potentiel. Pourtant, le jeu demeure très dirigiste et excessivement limité au cours de cette phase qui n’excède pas une heure de pur plaisir. On incarne en effet un membre résident d’un bunker renforcé pour résister à n’importe quelle attaque nucléaire. Dans de telles conditions, il est évident que la zone de jeu est réduite… Mais l’atmosphère qui règne dans chaque pièce de ce bunker est enivrante. On découvre petit à petit les relations qui unissent nos meilleurs amis, nos pires ennemis, les connaissances du père du héros et de tous les autres résidents du bunker. Puis, le joueur vit un véritable drame…

Le père adoré de tous a fuit le bunker sans laisser de trace. A l’intérieur, le chaos s’installe : les gardes tirent sur tout ce qui bouge et des créatures attaquent les résidents. Rapidement, vous mettez la main sur une arme et vous vous frayez votre route jusqu’à l’extérieur pour découvrir enfin les terres dévastées de Fallout… Vous l’aurez compris, le scénario de Fallout 3 n’est pas bien compliqué puisque le joueur tente désespérément de retrouver son père tout au long de la quête solo… Heureusement, l’univers dans lequel on évolue est vaste et particulièrement cohérent. L’Amérique a subi des attaques nucléaires et les terres verdoyantes se sont transformées en vastes champs arides. La civilisation a cessé d’exister. Certaines personnes tentent de survivre enfermées dans leur bunker tandis que d’autres vivent dans des forteresses au beau milieu du désert… Le monde de Fallout 3 est sauvage et particulièrement violent. Vous y croiserez des gens honnêtes, des commerçants douteux, mais aussi des personnes irradiées, des chasseurs de primes, des scientifiques, des conspirateurs, des factions, des mutants et des dizaines de créatures contaminées qui se nourrissent de leurs victimes.

Oblivion à la sauce Fallout




Du côté de la prise en main, Fallout 3 reprend quasi intégralement le modèle d’Oblivion, avec tout ce que cela implique. Oubliez donc le côté tactique des premiers volets et concentrez-vous sur une forme de jeu de rôle à l’occidental qui vous offre une totale liberté d’action. Le joueur a le choix entre une vue à la première personne et une vue à la troisième personne (tout simplement lamentable). Une fois ses marques prises avec la prise en main particulièrement simple, on se rend très vite compte que Fallout 3 n’est qu’un simple portage du concept d’Oblivion. On évolue dans un monde ouvert avec des armes blanches et à feu qu’on achète ou qu’on trouve sur des cadavres d’ennemis, on va de ville en ville pour acheter de l’équipement, vendre des objets trouvés, obtenir des quêtes secondaires, discuter avec les villageois et, bien entendu, obtenir des renseignements sur son paternel. Puis on retourne à l’extérieur affronter des mutants, trouver des trésors et réaliser de mini-énigmes qui nous permettent d’avancer dans les multiples « donjons » du jeu.

Comme dans Oblivion, le joueur dispose de caractéristiques spéciales (force, vitalité, dons de médecine, talents multiples…) qu’il peut améliorer en fonction de l’expérience gagnée. Plus il tue et réalise des objectifs, plus il évolue. Néanmoins, il est important de préciser que le menu principal, sur lequel on arrive en une seule pression de bouton, risque de paraître particulièrement complexe pour le commun des mortels, la faute à des dizaines d’onglets qui rendent le tout bordélique et d’une laideur graphique immonde. Dommage, car vous devrez passer beaucoup de temps dans ces menus… Pour le reste, le jeu est absolument identique à Oblivion : on peut récupérer de la nourriture et des potions pour se soigner, on peut dormir pour récupérer de la vitalité, des millions d’objets sont à découvrir, le jeu offre un nombre impressionnant de quêtes secondaires, toutes plus intéressantes et drôles les unes que les autres, il y a différentes factions avec des missions spéciales chez chacune d’elles, le système de sauvegarde est efficace et les possibilités relativement énormes. Pour être clair, si vous accrochez au jeu, vous avez de quoi passer plus de 100 heures dessus !

Mais Fallout 3 est malheureusement loin d’être parfait ! Car là où Oblivion offre une totale liberté d’action et un univers enchanteur, Fallout, lui, s’avère beaucoup plus linéaire et terne. Pourtant, le monde de Fallout est fidèle à la représentation qu’on en faisait et les fans seront sans doute ravis de pouvoir évoluer librement dedans. Néanmoins, en cours de mission, il faut bien reconnaître qu’on suit trop souvent un tracé d’un point A à un point B à travers des tunnels, un métro ou une base qui n’offrent qu’un seul chemin et donc aucune autre alternative que du rentre dedans dans les combats. Dans les zones de jeu plus larges, le joueur est bien entendu libre d’agir comme bon lui semble, mais il n’empêche qu’on aurait apprécié plus de diversité. Le constat est absolument identique dans les ruines des différentes villes puisque le chemin est tout tracé, la faute à des pans de murs effondrés qui bloquent l’accès à d’autres rues. Non seulement c’est agaçant, mais en plus on aurait presque l’impression d’être sur un rail shooter tant les ennemis sont stupides et tant le jeu met en avant la force brutale lors des affrontements. Celui qui a la plus grosse arme et plus de munitions gagne en effet largement la bataille… Peu importe votre niveau, ce qui compte, c’est votre faculté à vous équiper de la bonne arme…

A côté de cela, on regrettera aussi le manque de vie des décors et le nombre très limité d’alliés dans la nature, la plupart des PNJ se situant en effet dans les villes… Certes, cela semble plus réaliste, mais il n’empêche que l’on se sent souvent bien seul dans la nature ! Par ailleurs, il faut reconnaître que l’univers de Fallout a un charme indéniable, que les possibilités qu’il offre sont énormes et que les amateurs d’exploration y trouveront sans doute leur compte. On citera également la présence de quelques ralentis lors des tirs réussis, pour féliciter votre talent, quelques gunfights plus sauvages, un bestiaire assez bien fourni qui permet de rendre l’expérience plus jouissive que jamais, des compagnons d’armes sans grand intérêt, des armes nombreuses et variées, allant du simple couteau au lance-flammes, en passant par le lance-roquettes et la mine, sans oublier la présence d’un chien qui ne s’avère néanmoins guère très attachant ou utile. Bref, on sent une petite volonté de se démarquer de la concurrence mais le titre ne parvient tout de même pas à rattraper son modèle. Dommage.

Portage foireux ?




D’un point de vue technique, on appréciera l’immersion dans l’univers post-apocalyptique grâce aux voix, commentaires et musiques qui demeurent relativement rares mais qui parviennent néanmoins pleinement à nous plonger dans cet univers si sombre et sale. On regrettera néanmoins que les bruitages demeurent aussi discrets dans l’ensemble et que les développeurs se soient contentés du minimum syndical. L’ambiance en prend forcément un coup… On aurait aimé entendre des goutes tomber, des machines fonctionner à plein régime, des créatures rugir dans des couloirs sombres… Mais il n’en est malheureusement rien. Cela dit, les bruitages plus traditionnels demeurent d’excellente facture !

En ce qui concerne les graphismes, le constat est tout autre. D’une part, on ne peut qu’apprécier l’immensité de la carte qui souffre en outre de nettement moins de temps de chargements ou de ralentissements qu’un certain Oblivion… Néanmoins, il faut reconnaître que les décors sont forcément moins fouillés et moins attractifs. On appréciera aussi le design général, les effets spéciaux et la modélisation des personnages principaux, particulièrement réussie. Mais Fallout 3 est loin d’être une claque graphique. Le soft souffre d’un nombre incalculable de bugs d’affichage (avec des objets qui volent, des cadavres qui bougent tout seuls parce qu’en contact avec un objet…), mais aussi d’une animation lamentable (il suffit de passer en vue à la troisième personne pour s’en rendre compte), de modélisations souvent très sommaires, de décors urbains absolument hideux et enfin d’un Level Design tout simplement déplorable. Fallout 3 est peut-être plus vaste qu’Oblivion, mais il est également plus dirigiste que jamais, moins fouillé et moins enchanteur. Le titre souffre même de quelques textures peu flatteuses… En l’état, le soft de Bethesda Softworks se situe un petit rang seulement au-dessus de la moyenne, la faute à une multitude de petits défauts qui en font un jeu non-terminé… Reste à présent à voir si vous saurez ou non fermer les yeux sur ces défauts !

Point complet
Une fois encore, on constate que Besthesda Softworks a cédé aux sirènes du grand public en rendant sa série beaucoup plus simple et en reprenant presque intégralement le gameplay d’Oblivion pour le transposer dans le monde de Fallout. Si les adeptes de jeux de rôle à l’occidentale seront sans doute ravis de pouvoir parcourir des terres dévastées à la recherche d’informations ou de quêtes secondaires, beaucoup regretteront le manque de piment du scénario principal, l’aspect graphique grossier du jeu et le Level Design des villes particulièrement bancal. Moins beau, moins attractif et plus linéaire qu’Oblivion, Fallout 3 est assurément une petite déception pour ceux qui attendaient le messie. Reste donc un jeu vaste, riche et particulièrement long dont se délecteront tous ceux qui tomberont amoureux de son univers et de sa jouabilité…

On a adoré :
+ L’univers du jeu
+ Les quêtes secondaires
+ Les voix
+ Une excellente durée de vie
+ Une carte immense
+ Les différentes factions
+ Les sauvegardes
+ Les possibilités, énormes
On n'a pas aimé :
- Le scénario principal
- Les graphismes
- Des bruitages trop discrets
- Trop de bugs
- Les menus, pas très clairs
- Le level design des villes


Consulter les commentaires Article publié le 03-12-08 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2021