Test Sonic the Hedgehog - jeux vidéo Xbox One

XBOX GAMER
connect�, 41 475 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Sonic the Hedgehog



Editeur
Sega
Développeur
Sonic Team
Genre
Plateformes
Statut
Disponible
Date de sortie
  24.11.2006
  14.11.2006
  21.12.2006
Nombre de joueurs
1 à 2
Online
- Contenus
Classification PEGI
Mémoire
384 Ko
Résolutions gérées
720p, 1080i
Son
5.1
Prix de lancement
65,00 €

Après plusieurs brèves apparitions sur PS2 et Xbox, Sonic passe à présent à une nouvelle étape avec le tout premier volet de ses aventures sur consoles nouvelle génération. Et quoi de mieux pour recommencer sur de bonnes bases qu’un épisode qui retourne aux sources de la saga, avec un nouveau moteur graphique surpuissant et un niveau de difficulté revu à la hausse ?

C’est chaud, ça brûle…




Depuis son passage à la 3D, la série des Sonic semble avoir perdu son statut du meilleur jeu de plates-formes. Après deux apparitions sur Dreamcast, plutôt sympathiques, le hérisson bleu a décidé d’aller faire un tour chez la concurrence avec coup sur coup Sonic Heroes, Sonic Riders et Shadow the hedgehog. Ces trois essais furent soldés par des échecs. Bien décidés à redorer le blason de leur héros, les développeurs de la Sonic Team ont travaillé d’arrache pied pour nous fournir ce Sonic the hedgehog, censé représenter le renouveau de la série…

A première vue, la presse américaine et européenne semble avoir descendu ce jeu. Raison pour laquelle nous émettions un sacré doute quant à sa qualité. Mais force est de constater que si Sonic the hedgehog est bel et bien bourré de défauts plus ou moins embarrassants, il n’en demeure pas moins une agréable surprise qui ravira les fans !

L’aventure commence à Soleanna, la capitale du royaume. C’est en ces lieux que la princesse Elise doit mener le grand festival annuel du soleil. Mais c’est aussi l’occasion pour l’infâme Dr Eggman de revenir sur le devant de la scène en enlevant la princesse et en lui empruntant une pierre précieuse capable de créer des voyages à travers le temps. Fort heureusement, Sonic veille sur la cité, et bien qu’il n’arrive pas à empêcher le Dr Eggman d’enlever son amie, il est bel et bien décidé à le renvoyer une bonne fois pour toutes loin de Soleanna.

A nouvel épisode, nouvelles règles. Si le titre du jeu est bien Sonic le hérisson, son contenu est tout autre. L’aventure solo propose en effet de contrôler à tour de rôle Sonic, Silver et Shadow. Trois personnages qui utilisent des techniques de combats radicalement différentes et qui disposent donc d’une maniabilité distincte. Ce premier concept est plutôt intéressant, d’autant plus qu’au départ, seul Sonic est jouable. Passé le cap des 40% de son aventure, vous débloquerez coup sur coup les scénarios de ses deux partenaires.

Tout commence donc dans la peau de Sonic, chargé par la ville de Soleanna de sauver la princesse et de vaincre l’ignoble Dr Eggman. La partie Sonic représente assurément la partie la plus fun du jeu, avec des courses extrêmement rapides à travers des décors sublimes et variés. Il suffit, la plupart du temps d’atteindre une étoile, synonyme de fin de niveau, pour l’emporter. Sonic dispose de tout un attirail de mouvements, parmi lesquels l’inévitable roulé boulé, le double saut, le grind sur les barres en acier, le saut en boule pour éliminer les ennemis et la partie planche qui vous permet de faire du snowboard dans les niveaux enneigés. Cette histoire donne aussi la possibilité de jouer avec Knuckles, dont la spécialité est le vol plané, et Tails qui peut voler grâce à sa queue.

L’histoire de Silver est également passionnante. Non seulement parce qu’il est un nouveau venu, mais aussi parce que sa jouabilité diffère radicalement des deux autres protagonistes. Silver dispose en effet de pouvoirs spéciaux qui lui permettent de soulever des objets par télékinésie et de les envoyer à la figure de ses adversaires. Il y a bien entendu de nombreuses variantes, comme l’envoi cumulé d’objets, la déformation de l’environnement, etc. Pour peu, on se croirait presque dans Psi-Ops !



Vient enfin le scénario de Shadow, le hérisson noir, frimeur et ravageur. Outre des déplacements plus rapides, Shadow peut effectuer des attaques dévastatrices sous forme de combos. Il peut également utiliser divers véhicules dans certaines situations…

Les différents niveaux du jeu nous emmènent dans des endroits variés, tels que le désert, la montagne, la forêt tropicale, la ville, etc. Il y a également des zones « libres », comme la ville de Soleanna, où Sonic passera son temps entre chaque mission. Cette ville, qui s’agrandira au fur et à mesure qu’on avance dans le jeu, nous offre la possibilité d’acheter divers articles, de discuter avec les gens et de participer à des missions secondaires qui font office de mini-jeux. Bref, les plaisirs sont plutôt variés, d’autant plus qu’il est assez régulier de tomber sur un boss après deux ou trois niveaux de bouclés. Il s’en suivra un affrontement dantesque, mettant à chaque fois à contribution l’un des talents de nos héros. Inutile de dire qu’on frôle parfois les scènes d’anthologie tant les combats sont impressionnants…

Du point de vue du scénario, la Sonic Team a revu sa copie à la hausse avec de multiples cinématiques sublimes, longues, et agréables à regarder. Néanmoins, on regrettera tout de même le mélange des races humaines et des hérissons bigarrés, tant ces deux familles ne vont pas ensemble. On se rassurera tout de même en se disant que cela aurait pu être bien pire… Et puis, de toutes façons, il faut avouer que l’intérêt n’est pas vraiment dans le scénario du jeu mais bel et bien dans son gameplay…

Niveau durée de vie, Sonic the hedgehog parvient à nous tenir de nombreuses heures en haleine. Le scénario solo est long, parfois ardu et prenant au possible. Le mode multijoueur en coopératif est aussi très agréable. Enfin, le mode duel risque bien de vous paraître nettement en deçà du reste du jeu, tant l’intérêt est revu à la baisse. Néanmoins, le jeu en vaut la chandelle, et les amateurs de sensations fortes seront ravis de découvrir des niveaux, au Level Design soigné, longs et relativement difficiles passé un certain cap.



Quant à la jouabilité, il s’agit sans aucun doute du seul défaut majeur du titre de Sega. Peu précise (comme dans tous les Sonic 3D), elle nécessitera un petit temps d’adaptation. Outre ce manque de précision, Sonic souffre de caméras extrêmement mal placées. Celles-ci, qui ont toujours tendance à partir sur les côtés lors des loopings trop sérés et à mal suivre l’action sont certainement la pire tare du jeu. Mais encore une fois, les passages incontrôlables sont peu nombreux, et ne durent rarement plus de deux petites secondes. Un défaut dérangeant donc, mais à faible dose. Et encore une fois, il n’est pas impossible de s’adapter…

Vient à présent la fameuse question que vous vous posez tous après avoir testé la démo. Sonic est-il un jeu dur ? Oui et non. Oui dans le sens où la maniabilité nécessite un petit temps d’adaptation, et non dans le sens qu’une fois les commandes assimilées, vous vous éclaterez des heures entières sur ce titre fantastique. Bien entendu, le niveau de difficulté ira crescendo du début à la fin. Et si les premiers niveaux vous paraîtront très simples, la suite risque de vous sembler nettement plus complexe, voire même hardcore pour certains passages. Mais que faut-il donc penser de tout cela ? Notre avis reste positif de ce point de vue, bien que la maniabilité nécessite d’être retravaillée. La plupart des productions actuelles sont créées pour le grand public, elles sont donc simples et se terminent en six petites heures. Sonic va à contre-courant de ces softs en proposant un niveau de difficulté parfois extrême. Souvenez-vous il y a quelques années de cela. Ninja Gaiden a créé une véritable révolution dans l’univers des jeux vidéos. Et les fans ont répondu présents malgré la difficulté élevée de ce soft. Sonic reprend à peu près le même concept. C’est difficile, mais c’est magique, et incroyablement fun. Difficile donc de décrocher d’un titre aussi génial… Cependant, ne comparons pas ce qui n’est pas comparable, car Ninja Gaiden est un monument du jeu vidéo, et Sonic une simple bonne surprise. Ses défauts l’empêchent malheureusement de figurer parmi les hits, et c’est sans aucun doute la raison pour laquelle de nombreux débutants frustrés préféreront lâcher le pad passé les 5 minutes de jeu… Dégoûtés que le titre ne soit pas plus facile et plus grand public.

Beau comme un camion




La Sonic Team nous avait habitué depuis plusieurs opus à des graphismes fades et aliasés. Changement radical d’orientation avec ce premier épisode sur consoles nouvelle génération ! Sonic the hedgehog se pare d’un nouveau moteur graphique très performant qui vous en mettra plein les yeux ! Car non seulement les personnages sont extrêmement bien modélisés, mais en plus les décors sont immenses, superbes et très variés. Inutile de dire qu’on s’attendait à ce que la vitesse en prenne un sacré coup… Assez étrangement, le moteur assume parfaitement son rôle, et ce, malgré des vitesses vertigineuses. Aucun ralentissement à signaler, aucune chute de Frame Rate et des bugs peu nombreux pour un jeu de plates-formes. Un réel effort semble donc avoir été fait de ce point de vue là.

Nul doute qu’avec une maniabilité plus précise et une meilleure gestion des caméras, Sonic aurait pu figurer parmi les meilleurs jeux de plates-formes du moment. Mais ce n’est malheureusement pas le cas. Quoi qu’il en soit, ce nouveau moteur graphique est de bonne augure pour l’avenir de la série.

Dernier point que nous aborderons dans ce test : la bande sonore. Encore une fois, la Sonic Team nous surprend avec des voix anglaises excellentes (et sous-titrées), et des musiques nombreuses et variées qui vont parfaitement avec l’univers du hérisson bleu. Tous les styles musicaux sont abordés, de la techno à l’électronique, en passant par le romantique et même le poétique. Un assortiment du meilleur effet qui offre à ce Sonic une ambiance rafraîchissante et extrêmement agréable.

Point complet
Au final, Sonic the hedgehog n’est pas l’énorme déception que tant de joueurs attendaient. Meilleur qu’Heroes, mais aussi qu’Adventure DX, ce nouvel opus haut en couleurs joue la carte du fun en nous proposant une aventure solo palpitante, à travers des décors grandioses et de toute beauté, ainsi qu’un mode multijoueur vraiment agréable. Seule la jouabilité pêche de par l’imprécision des commandes et la mauvaise gestion des caméras. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas catastrophique, et les fans du hérisson bleu un peu hardcores seront aux anges !

On a adoré :
+ Esthétique soignée
+ Les cinématiques
+ Le moteur physique
+ Fun et rapide
+ Plusieurs personnages jouables
+ La bande sonore, électrique
+ Addictif !
+ Du multijoueur à foison
On n'a pas aimé :
- Un peu difficile parfois…
- Jouabilité peu précise
- Caméras mal gérées


Consulter les commentaires Article publié le 25-01-07 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2021