Test Dynasty Warriors 7 - jeux vidéo Xbox One

XBOX GAMER
connect�, 41 462 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Dynasty Warriors 7



Editeur
Tecmo Koei
Développeur
Koei Co. Ltd.
Genre
Beat'em All
Statut
Disponible
Date de sortie
  08.04.2011
  29.03.2011
Nombre de joueurs
1

Série interminable qui revient année après année et bénéficie d’une multitude de spin-offs, Dynasty Warriors en est déjà à sa septième itération, qui marque également les dix ans de la licence. Dans de telles conditions, on se doutait que Koei allait marquer l’événement avec pas mal de nouveautés et peut-être même tout un tas de surprises… Reste donc à voir si c’est bel et bien le cas et, si oui, ce que nous pouvons nous mettre sous la dent…

Avancer pas à pas…




Dynasty Warriors 6 avait été plutôt bien accueilli par les fans. Le jeu d’Omega Force renouait avec le succès après une longue série de copiés/collés basés sur Dynasty Warriors 3. Le nouveau moteur graphique et les nouveautés en matière de gameplay avaient littéralement donné une nouvelle jeunesse au soft, tout en laissant présager de bonnes choses pour la suite. Malheureusement, et c’est la première déception avec ce nouveau volet, les développeurs semblent encore s’être reposés sur leurs lauriers, le jeu n’ayant que très peu évolué techniquement. Cela reste passable vu la taille des zones de jeu et le soin apporté aux modélisations des personnages, mais il n’empêche que Dynasty Warriors 7 est techniquement complètement largué par la concurrence qui n’en fait qu’une bouchée. Pire encore, les nombreux défauts des précédents opus n’ont toujours pas été rectifiés, qu’il s’agisse de l’I.A. lamentable des ennemis, aussi malins que les canards de Duck Hunt, ou des décors qui apparaissent subitement à l’écran sans crier gare. Heureusement, cet opus a d’autres cartes dans son jeu, qui lui permettent d’éviter le naufrage qu’aurait été un Episode 6.1. Le soft modifie en fait une bonne partie du contenu du précédent volet en ajoutant plusieurs possibilités et autres modes, même si on peut toujours rêver quant à la présence d’un vrai mode multijoueur, qui se limite une fois de plus à de la coopération à deux en split screen et à un dérivé du mode Conquest (sur lequel on reviendra plus tard) relativement inutile à deux joueurs en ligne. Bref, DW7 ne vaut toujours que pour son expérience solo ou coopérative. Et de ce côté, pas mal de choses ont changé, à commencer par l’interface de jeu et les menus, beaucoup plus soignés et bénéficiant de jolis effets visuels.

C’est un gros plus qui permet de rendre le jeu plus attirant à l’œil. Ensuite, les transitions entre les missions sont beaucoup plus rapides puisqu’on n’a plus besoin de passer par des menus intermédiaires. Le jeu a été globalement casualisé, ce qui a autant d’effets positifs que négatifs. Que faut-il donc comprendre par là ? Tout d’abord, au diable les menus inutiles en milieu de partie. DW7 se focalise sur l’action. Au diable les tactiques de départ, l’observation, etc., le jeu nous plonge dans le bain et bénéficie de batailles plus « immédiates » dans leurs approches. Le level design est pensé pour nous faire affronter l’ennemi le plus rapidement possible et suivre un rail invisible vers nos cibles suivantes. Comme tout Dynasty, le septième épisode nous propose en effet de prendre part à diverses batailles se déroulant dans la Chine antique, sur des cartes relativement larges et ouvertes. Deux armées s’opposent. En incarnant un général, vous êtes forcément plus puissant que le commun des mortels et massacrez donc des hordes d’ennemis. Votre but ? Eliminer les généraux ennemis, plus puissants, et accomplir les objectifs, tels qu’ouvrir une porte de forteresse, assiéger un ennemi ou utiliser une catapulte. Le tout est relativement varié, mais également très long, et bénéficie en outre d’un scénario intéressant à suivre pour les férus de la série. Dommage tout de même qu’on tourne encore et toujours en rond (on commence à connaître la révolte des turbans jaunes par cœur) et que la série se contente de répéter à l’infini la même recette. Pour le reste, soit on aime, soit on déteste. Dans tous les cas, le concept reste inchangé : massacrer des milliers de soldats ennemis et éliminer le boss pour passer à la carte suivante.

Plus d’action pour moins de réflexion




Globalement, pas mal de petits changements ont fait leur apparition, à commencer par les parties plus rapides, les cartes plus petites, l’action plus férue, et les mouvements et attaques spéciales plus nombreux. C’est tout à l’avantage du jeu qui gagne en fluidité. Les combats de boss sont également plus difficiles, puisque ces derniers usent et abusent de magies pour vous éliminer et qu’ils s’avèrent relativement plus puissants que dans les opus passés. D’ailleurs, notez qu’avant de les affronter eux et leurs sbires, vous débuterez la partie au sein de votre château, dans lequel vous pourrez circuler pour discuter et améliorer votre équipement avant de partir en guerre en ouvrant les portes. Parmi les autres ajouts, on note la possibilité de télécharger la VO gratuitement, de nouveaux personnages assez bien conçus, l’utilisation de balistes et catapultes dont on prend le contrôle (sympathiques mais très approximatives et trop énigmatiques pour vraiment marquer), sans oublier le mode story, entièrement remanié. Les modes de jeu devraient à la fois surprendre et décevoir les fans. D’un côté, il n’y a toujours pas de vrai mode en ligne et le mode free a totalement disparu pour d’obscures raisons. De l’autre, les modes Conquête et Carrière proposent tout de même une expérience solo très riche et longue. Le mode Conquête nous propose d’évoluer sur un menu de cases et de conquérir la Chine en livrant de petites batailles tour après tour. L’idée est sympathique et permet surtout de collecter tout plein de bonus. Le cœur du soft, c’est cependant le mode Carrière, qui a été revu intégralement. Certains seront déçus de constater que le jeu a été simplifié (exit les menus, combats plus axés action, moins de stratégie), alors que d’autres se réjouiront de découvrir un mode solo finalement très intéressant pour les débutants puisqu’il propose de choisir sa dynastie et de suivre les missions prédéfinies, entrecoupées de cinématiques.

Exit donc le choix du personnage, ce qui devrait choquer les fans purs et durs, et place à de l’action pure. Cela permet de rendre le solo plus intéressant d’un point de vue narratif, mais l’absence de choix risque de déplaire à certains. Après d’autres choix moins cornéliens devraient séduire tout le monde, même les fans, tels que la suppression des cinématiques en images de synthèse, celles-ci étant remplacées par des cut-scenes avec le moteur du jeu, ce qui permet des transitions plus agréables à l’œil. D’autres font également l’unanimité, mais dans le mauvais sens du terme, comme ces quelques séances de plates-formes aussi laborieuses que ratées en raison de la jouabilité très rigide du soft. Les autres modifications concernent principalement le gameplay, avec davantage de combos, la possibilité de switcher entre les armes, une jouabilité davantage basée sur les combos à deux boutons, la possibilité de charger son arme, plus de bonus pour sauter et courir plus vite, sans oublier ce qu’on nous promettait de longue date : un quatrième Royaume. L’un dans l’autre, vu la durée de vie astronomique du titre, ce n’est pas aussi important que cela et, surtout, seuls les vrais fans s’en réjouiront, les autres étant déjà bien satisfaits du contenu de base. Dommage tout de même qu’au final DW7 ne soit qu’une refonte de DW6, avec certes pas mal de bonnes (et moins bonnes) idées, mais un moteur graphique qui recommence à vieillir et toujours autant de défauts à rectifier.

Point complet
Dynasty Warriors 7 apporte clairement quelques sympathiques idées et fait sensiblement évoluer la série. Cependant, le soft souffre d’une réalisation graphique qui n’a que très peu évolué en autant d’années, d’un mode solo qui ne fera certainement pas l’unanimité, de la disparition du free mode ainsi que de nombreux petits défauts techniques qui gâchent l’expérience de jeu. Bref, un de plus ou un de moins, il n’y a sincèrement pas de quoi crier au génie, ni au scandale. Le soft demeure très honnête pour un beat them all, mais est également très loin de ce qu’on est en droit d’attendre. De plus, il serait temps que Koei se décide à nous pondre un mode multijoueur digne de ce nom !

On a adoré :
+ Quelques ajouts sympathiques
+ Décors plus fouillés
+ Nouveau mode story agréable
+ Télécharger la VO gratuitement
+ Nouveaux personnages
+ Menus et transitions
On n'a pas aimé :
- Peu d’évolution graphiquement
- Ca se simplifie beaucoup…
- I.A. lamentable
- Des décors qui apparaissent subitement
- Disparition du free mode
- Pas de vrai mode en ligne


Consulter les commentaires Article publié le 09/05/2011 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2021