Test Blitz : The League II - jeux vidéo Xbox One

XBOX GAMER
connect�, 41 462 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Blitz : The League II



Editeur
Midway Games
Genre
Sport
Statut
Disponible
Date de sortie
  24.10.2008
  13.10.2008
Nombre de joueurs
1
Thème
Football US

Depuis qu’Electronic Arts a obtenu en exclusivité les droits de la prestigieuse licence de la National Football League, la série Madden NFL dispose d’un monopole quasi-total sur tous les supports. De ce fait, la concurrence est rare et doit miser sur l’originalité pour se tailler une part du gâteau. C’est le cas de Blitz : The League II. Loin d’être réaliste et dans les règles, le titre de Midway fait mal, mais vraiment mal.

« Je t’ai cassé ! »




Arcade jusqu’au bout du casque et totalement immoral, Blitz : The League 2 propose un gameplay violent et plaisant. Evidemment il est toujours question de choisir sa tactique parmi plusieurs dizaines de possibilités aussi bien en attaque (passes, courses, feintes…) qu’en défense (bloc, défense en zones…) sauf qu’ici vous ne disposez que de huit joueurs constamment sur le terrain. Cela donne évidemment davantage d’espaces et le rythme des matchs est bien plus dynamique que dans un Madden. Ne respectant pas vraiment les règles officielles, il est ici question d’avancer non pas de 10 mais bien de 30 yards en quatre tentatives, preuve que le titre se porte résolument vers l’attaque. De même, le jeu tire sa force et son fun de tous les mauvais coups interdits en temps normal mais bel et bien autorisés, même recommandés, ici. Coup de genou dans le ventre, cravate et combos impliquant trois joueurs sont de la partie. Arcade oblige, une jauge « Spécial » se remplit au fur et à mesure de vos bonnes décisions, actions, sur le terrain. Une fois remplie, il est possible de déclencher un mode ralenti donnant un (trop) grand avantage pour percer la défense ennemie ou bien permettant de blesser sévèrement l’adversaire. Lors d’une charge ou d’un coup en mode spécial, le joueur peut choisir le point d’impact sur le corps de son adversaire pour faire un maximum de dégâts.

Déchirure musculaire, épaule fracturée, souffle coupé ou encore côte pliée sont au rendez-vous. Chacune de ces blessures est accompagnée par une cut-scene de cinq secondes montrant ladite blessure sur un squelette en images de synthèse. De manière assez gore, on pourra alors voir une épaule se briser dans une marre de sang. Un Quick Time Event permettra ensuite de remettre l’épaule d’un joueur en place ou bien de faire une piqûre avec plus ou moins de précision. Ne cherchez pas une once de morale dans cette suite, en tout point plus sauvage et violente que le premier volet. Evidemment cet aspect ne fait pas tout le gameplay. De nombreuses feintes sont disponibles pour parvenir à ses fins. Pivoter sur soi-même ou sauter par-dessus l’adversaire par exemple. En les utilisant à bon escient, il est possible de mettre la moitié de la défense adverse dans les choux, un défenseur après l’autre. Jouissif. Chaque touchdown peut être célébré de différentes façons en réalisant une combinaison de quatre touches. Il est ainsi possible de frapper un coéquipier pour plaisanter, de prendre le ballon pour une canette de bière ou bien le faire passer sous ses jambes façon basketteurs. Fortement stupide donc forcément drôle.

« Vie ma vie de bourrin ! »




Cœur du jeu, le mode « Campaign » (hélas tout est en anglais) permet de gérer la carrière d’un joueur. Attention rien à voir avec le « Deviens Pro » de la gamme EA Sports puisqu’on contrôle bien ici toute une équipe en match. Simplement les performances de notre joueur sont plus particulièrement suivies. Vous avez donc des objectifs à atteindre en tant que joueur et également des objectifs pour votre équipe. Le mode commence par une conférence de presse dans laquelle vos réponses définissent le poste et les qualités de votre joueur. Original. Ce mode de jeu s’avère assez prenant. La gestion de son équipe et de son joueur est relativement complète mais pas du tout prise de tête. On peut même gérer la vie sentimentale de son joueur et son style de vie. Voilà peut-être le petit côté humain et plaisant de la gestion qu’il manque dans certaines productions EA d’apparence austère et complexe. Pour varier les plaisirs on retrouve également des modes de jeu classiques comme le match d’exhibition ou le tournoi à seize équipes. En ligne, il est possible de jouer en partie classée ou non mais cela ne va pas plus loin. On s’arrêtera une minute sur les modes bonus permettant de jouer avec tout un tas de règles et de modifications bienvenues. Il est par exemple possible de faire des matchs sans casque augmentant ainsi considérablement le risque de blessures sévères de l’adversaire.

Absence de licence officielle oblige, Blitz : The League II nous présente une ribambelle d’équipes fictives avec une histoire et une réputation bien à elles. L’avant match présente l’équipe adverse via une cut-scene d’une minute. On y découvre alors qu’elle a un leader que l’on ne peut pas arrêter une fois lancé ou bien que ses défenseurs sont réputés pour être des bouchers. Cela se vérifie en général en match, la philosophie des équipes étant bien retranscrite. Chaque équipe bénéficie également d’un stade fictif plus ou moins fantaisiste. L’un d’eux offre une ambiance halloween par exemple avec des grilles de cimetières au coin du stade. Un minimum de recherche esthétique a donc été réalisée. Techniquement, le résultat oscille entre le passable et le bon. On est agréablement surpris de voir les maillots se mouiller et se salir en temps réel. De même les traces de pieds, les glissades et les plaquages laissent des empreintes dans la neige. Le public est correctement modélisé mais les remplaçants et le staff sur les côtés du terrain font peine à voir. Les joueurs n’atteignent pas le niveau de détails d’un Madden NFL 09 mais restent relativement corrects. En revanche leurs animations sont assez rigides. D’un côté cela apporte un certain cachet au côté arcade et surréaliste des matchs, mais de l’autre on est en droit d’en attendre plus. Petite déception aussi côté sonore. La playlist rap/rock concoctée par Midway n’atteint pas le niveau d’excellence de celles d’Electronic Arts. De même les commentateurs se contentent de répliques banales et relativement peu fréquentes alors que le public ne met pas spécialement le feu non plus. Un peu de folie n’aurait pas été de trop pour correspondre parfaitement à l’univers du titre mais les développeurs ont visiblement manqué d’ambitions ou de temps pour peaufiner cet aspect. On se rassurera en se disant que cela n’a pas de conséquences réelles sur le plaisir de jeu.

Point complet
Clairement pas parmi les jeux les plus attendus de la fin d’année 2008, Blitz : The League II parvient néanmoins à tirer son épingle du jeu. Son gameplay bien huilé, furieux et violent, permet au joueur de prendre du plaisir. Les équipes fictives ont une vraie identité et l’on se fait une joie de casser l’épaule de leur quaterback vedette pour anéantir leur jeu de passe. Plus dynamique et accessible qu’un Madden NFL, le titre de Midway est néanmoins un cran en dessous en terme réalisation, avec des animations et un aspect sonore relativement décevants. De même, si le mode « Campaign » est assez addictif et bien pensé, il n’éclipse pas les autres modes de jeu au contenu finalement assez léger. Une bonne surprise tout de même.

On a adoré :
+ Le rythme des matchs
+ Le gameplay arcade
+ Totalement immoral
+ Mode Campagne prenant
+ Parfois fort joli…
On n'a pas aimé :
- …Parfois moins
- Animations assez rigides
- Manque de folie auditive
- Le live limité
- Entièrement en anglais


Consulter les commentaires Article publié le 05-01-09 par Nicolas T.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2021