Preview DRIV3R - jeux vidéo Xbox 360

XBOX GAMER
connect�, 41 498 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

DRIV3R



Editeur
Atari
Genre
Action Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  22.06.2004
  21.06.2004
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Son
5.1
Acheter ce jeu sur
Eneba.com

Non ce n’est pas une faute de frappe, le jeu s’écrit bien Driv3r, troisième opus de la célèbre série des Driver qui a vu le jour sur Playstation. Je préfère vous prévenir tout de suite parce qu’il est probable que vous n’ayez pas fini de le voir écrit dans les semaines à venir. Amateur de courses poursuites réservez vos euros pour le mois de Mai (date de sortie qui reste à confirmer) puisque c’est dans ces eaux là que vous pourrez goûter à nouveau aux joies du Driver...

Un jeu hors du commun :





C’est dans les locaux d’Atari à Paris que nous devions renouer le contact avec la bête après plusieurs années de silence, plus précisément dans une petite salle suréquipée en écrans, consoles et quelques denrées essentielles à la survie du gamer : sodas, gâteaux, café. Plusieurs personnes étaient là, chacune représentant un magazine web ou papier, et assez rapidement les discussions s’engagèrent, je vous le donne dans le mille, sur les derniers titres qui nous ont fait frémir. L’ambiance rigolarde provoquée par l’énonciation de quelques softs lamentables auxquels les testeur conviés à cette rencontre avaient pu joué s’est vite transformée en sérieux presque professionnel lorsque Sir Martin Edmonson pénètre dans la pièce avec quelques cd à la main. Les quelques heures de retard du personnage s’effacent alors comme par magie et chacun prend place dans les petits fauteuils prévus à cet effet. La lumière se tamise, les chuchotements s’estompent, séquence cinéma.

Le grand spectacle :



Martin Edmonson, manette à la main, nous montre toutes les possibilités de son bébé avec un plaisir qui en dit déjà long sur la qualité de cette production. Une séquence d’introduction superbe ouvre le bal et nous voilà sur le menu principal représenté dans un style fidèle aux meilleures séries américaines. Parmi les modes de jeu proposés : le « Take a Ride » où vous pourrez aller semer la zizanie dans une des trois villes proposées (Miami, Nice, Istanbul), le mode « Driving Games » sera, pour sa part, basé sur des courses poursuites où il faudra par exemple arrêter une voiture par tous les moyens en un temps record. Le mode « Undercover » quant à lui permettra de plonger directement dans l’histoire particulièrement sombre de Tanner, flic de son état et pilote hors pair.

L’histoire débute dans l’appartement de Tanner, qui semble bien gagner sa vie le bougre, il est top classe son appart’ : piscine, vue sur la baie de Miami, bateau. Si vous trouvez ça trop chic, vous avez toujours la possibilité de refaire la décoration histoire de tester vos armes à feu, vous pourrez alors découvrir tout ce que permet le moteur 3D en matière de destruction : le verre vole en éclat, les impacts de balle apparaissent sur les murs, la maniabilité de Tanner est à ce sujet bien pensée et propose une vue à la première et à la troisième personne. Lors des phases de jeu en extérieur, plusieurs armes seront à votre disposition, allant du simple Beretta au lance grenade, celui-ci vous permettant de faire voler tout ce qui à le malheur de traîner devant vous. Mais là, dites-vous que vous n’avez rien vu, après tout l’essentiel du jeu réside dans la conduite et le moteur de jeu va surtout vous emballer dès que vous prendrez le volant. Tient, ça tombe bien, votre Cobra vous attends dans le garage...

Clef en main, on prend le volant :





Plus 70 véhicules seront là pour satisfaire toutes vos pulsions mécaniques, rien que ça. Chacun des bolides possède ses propres caractéristiques et est entièrement destructible ! Le pilotage s’en ressent fortement, je vous garantis que conduire un énorme camion dans Nice est moins pratique que de piloter le petit Vespa. Néanmoins les dégâts occasionnés sur l’environnement ne sont pas du tout les mêmes. C’est vrai qu’un piéton renversé en Vespa se relève en général plus vite que s’il est percuté par un 33 tonnes. Il en va de même pour tous les objets du décor. Quelques courses de hors-bord viendront aussi diversifier le gameplay pendant les missions. Puisqu’on vous dit que c’est un jeu de course !

Côté réalisation, La gestion des ombres portées est très propre et les rayons de soleil occasionnent de jolis reflets sur l’asphalte, le soin apporté aux textures et la profondeur de champ nous donne réellement l’impression d’être dans les villes que les développeurs ont choisi de reproduire. La version qui nous était présenté comportait encore quelques bugs notamment dans le comportement des piétons qui faisaient parfois n’importe quoi, mais il reste plusieurs semaines avant la sortie du titre et Martin Edmonson semblait particulièrement confiant à ce niveau.

Après ces quelques explications sur le contenu, notre démonstrateur s’enflamme soudainement sur le bitume et nous montre moult cascades monumentales où les morceaux de tôles froissés volent dans tous les coins de l’écran, les piétons tentent (parfois vainement) d’éviter les bolides et très vite, les policiers sont de la partie. Après un énorme crash contre un poteau à 100 km/h, la voiture de Tanner commence à tirer de l’aile, pas de problème, il descend tranquillement, tire une rafale de Uzi sur le premier venu et lui chourave sa caisse. Il est tranquille ce Tanner. En quelques minutes de jeu la salle était conquise, les rires occasionnés quand les flics de Nice et leur pin-pon caractéristique poursuivent notre génial créateur anglais étaient là pour le prouver. Mais Edmonson semblait décidé à nous coller une dernière petite claque avant de partir.

Comme au cinéma :



La série des Driver s’est toujours fortement inspirée des meilleurs poursuites vues au cinéma, cela ne fait aucun doute et l’équipe de Reflection elle même le revendique. Mais vous pourrez cette fois pleinement vous la jouer réalisateur pendant le jeu, et ce, de plusieurs manière. La façon la plus simple sera d’appuyer à n’importe quel moment du jeu sur le bouton blanc du pad, et vous assisterez à la scène en direct sous un autre angle, au ralenti. Cela peut paraître étrange comme système, mais le rendu est exceptionnel et la simplicité d’accès est appréciable. Si vous êtes plus patient, mettez la pause et là, c’est un vrai centre cinématographique qui est a votre disposition. Placer les caméras, gérer les effets, tout est possible et le résultat final en vaut souvent la chandelle. On assiste ébahi à une foultitude de détails qui nous échappent dans le feu de l’action : les poubelles qui volent alors que les piétons plongent pour éviter la portière de votre voiture qui s’ouvre brusquement dans le virage, l’automobiliste d’en face qui vous évite aux dernier moment pour finir sa course dans l’eau salée du port en emportant avec lui les deux tables du bistro du pauvre Marcel, qui assiste impuissant à la scène. Que de bonheur pour nos yeux.

En Conclusion :





Premier avis sur le jeu, conclusion
Si vous doutiez de la qualité de ce troisième Driver, je suppose que cette preview aura été rassurante, moi personnellement je ne doute plus. Alors oui, Driv3r sera probablement une bombe et il ravira non seulement les fans mais aussi les néophytes. La destruction totale des véhicules et des éléments du décor sont véritablement le point fort du jeu, donc si vous êtes plutôt du genre bourrin et amateur de jeu de caisse, patientez un peu et vous ne serez pas déçus.
Consulter les commentaires Article publié le 08-03-04 par KenHobbit



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2022