Preview Child of Light - jeux vidéo Xbox 360

XBOX GAMER
connect�, 41 498 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Child of Light



Editeur
Ubisoft
Développeur
Ubisoft Canada
Genre
Jeu de rôle (RPG)
Statut
Disponible
Date de sortie
  30.04.2014
  2014
Nombre de joueurs
1
Acheter ce jeu sur
Eneba.com

Il y a peu, la rédaction de Xbox Gamer a eu la chance d'être invitée, parmi d'autres, à mettre la main sur le très attendu Child of Light d’Ubisoft. L’un des rédacteurs a ainsi été en mesure de passer deux heures en compagnie de ce jeu digital qui débarquera à la fin du mois sur le marché en ligne de nos consoles. Notez simplement que l’essai a été réalisé à partir d’une version PlayStation 4, mais que le soft sera similaire sur les autres supports, dont la Xbox One.

Aventure envoûtante




Child of Light, CoL pour les intimes, est un jeu développé grâce à l'UbiArt Framework, moteur notamment utilisé pour les deux derniers Rayman. C'est donc dans un magnifique univers en 2D qu'évolue l'héroïne, Aurora. Le jeu raconte l'histoire de cette jeune princesse décédée qui se réveille un jour à Lemuria, dans un environnement plus ou moins hostile, et qui doit essayer de rentrer chez elle. Pour l'aider dans son aventure, il faut compter sur la présence d'une petite fée/luciole répondant au nom d'Igniculus. Le jeu se place très clairement dans un univers de conte de fée. Comme on a pu le voir dès les premières vidéos, la direction artistique est très soignée. On explore un univers de toute beauté, composé d'aquarelles (qui étaient exposées lors de notre visite chez Ubisoft), de dialogues en vers (traduits dans 18 langues) et d'une magnifique OST. Pour la petite anecdote, nous avons rencontré Patrick Plourde qui nous a expliqué la frustration qu'il rencontrait lorsque, dans les anciens jeux, la pochette ne ressemblait pas à l'agglomérat de pixels qu'on voyait lorsqu'on introduisait la cartouche dans la console. L'UbiArt Framework lui a permis de faire un jeu qui « nous projette littéralement dans la pochette ».

Ce conte dans lequel nous sommes projetés est en fait un moyen, comme dans la plupart des contes, d'évoquer le passage à l'âge adulte. Pour illustrer cette évolution, les développeurs ont logiquement opté pour le style RPG, et plus particulièrement le J-RPG, dont l'évolution du personnage est au centre du système de jeu. Le titre propose donc un personnage évolutif, avec un arbre de compétences assez vaste, un système de craft pour des améliorations d'attaques physiques, de magie et de défense, et du combat au tour par tour. Le système de combat dit « Active Time Battle System » est plutôt évolué et original. En effet, le tour dans lequel on joue est chronométré. Une jauge en bas de l'écran propose de visualiser l'enchaînement de ces tours. Néanmoins, si on parvient à correctement rythmer les attaques, l'héroïne et/ou ses compagnons peuvent interrompre le tour de l'adversaire. De plus, Igniculus peut également nous aider, en éblouissant par exemple les ennemis qui, désemparés, réagiront plus lentement. Notez d'ailleurs qu’Aurora pourra rencontrer environ sept compagnons au fil de l’aventure, mais elle ne pourra se battre qu'avec un seul d’entre eux à ses côtés, avec la possibilité de l’échanger avec un autre au cours du combat.

Petit plus sympathique, un mode coopération a été ajouté afin qu’un deuxième joueur rejoigne la partie à n'importe quel moment. En solo, un stick de la manette permet de diriger la petite fille et l'autre (ou le pavé tactile sur PS4) permet de contrôler Igniculus. En coopération, le deuxième joueur prend le contrôle de ce petit être. Pour revenir sur l'arbre de compétences, notons qu’il compte environ cinquante améliorations pour notre héroïne. Il n’y a pas de points de compétence à répartir, juste un arbre plutôt orienté physique, magie ou défense. Selon les développeurs, nous pourrons faire évoluer Aurora sur 99 niveaux mais il semblerait qu’il n’en faille qu’une bonne cinquantaine pour arriver à la fin. Ceci dit, on sera en mesure de profiter d’un mode New Game +. L’autre système important du gameplay, c’est celui du craft, qui a l'air assez évolué. Au fil de son aventure, Aurora ramassera des « Oculi », des espèces de pierres précieuses dont pourra s'équiper l'héroïne. Elles lui octroieront des bonus en magie, en défense ou en attaque physique. Aurora pourra alors assembler jusqu'à trois de ces pierres pour en créer de nouvelles, plus puissantes.

Premier avis sur le jeu, conclusion
Les deux heures passées en compagnie d’Aurora et d’Igniculus ont été un véritable plaisir. Le titre est soigné, élégant et dispose d’une direction artistique très travaillée ainsi que de systèmes de combat et de craft assez évolués. Les développeurs nous ont parlé d'un minimum de 10 heures de jeu, ce qui est assez faible pour un RPG. Reste tout de même à parcourir le titre pour découvrir la durée de vie effective et voir s’il mérite les 14,99 euros demandés pour l’acquérir (le rapport durée de vie/prix semble déjà intéressant). Pour l’heure, le charme opère, espérons simplement qu’il ne se rompra pas lors du parcours de la version finale. Rendez-vous à la fin du mois (ou alentours) pour faire le point !
Consulter les commentaires Article publié le 03/04/2014 par Skander N.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2022