Test - Howl : Une petite pépite indépendante ! | Xbox Gamer - Actualité Xbox

Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Test - Howl : Une petite pépite indépendante !

- Publiée le 23.01.2024, à 11:12
- Par Julie G.
Test - Howl : Une petite pépite indépendante !

Un hurlement dans la nuit...

Fraichement débarqué sur nos consoles, Howl propose une expérience tactique en tour par tour, saupoudrée de contes et de folklore, le tout emballé dans une atmosphère médiévale mélancolique. Développé par les autrichiens de chez Mi'pu'mi Games, ce voyage propose au joueur de se glisser dans la peau de la Prophétesse afin de mettre fin à la "peste hurlante". Hurlement de plaisir ou de frustration ? Verdict dans cette critique réalisée grâce à un code reçu par l'éditeur.

Voyage en terres du nord

Dans un univers à l'inspiration médiévale/nordique, un fléau ravage les terres. Cette peste hurlante transforme toute personne l'entendant en bête sauvage et sanguinaire, faisant penser à la terrible bête du Gévaudan. Accompagné par une narration mélancolique et des musiques très agréables, le joueur aide la Prophétesse à sauver le monde, et son frère, de ce fléau. En plus de sa fonction, elle bénéficie d'un sérieux avantage : sa surdité, qui la protège des cris. Seul bémol côté ambiance, la narration est uniquement en anglais, avec une traduction écrite, que l'on a vite fait de négliger si l'on est concentré sur le choix des actions, ce qui est dommage. Il est ainsi facile de passer à côté, on aurait aimé qu'elle soit plus présente. Côté direction artistique, c'est un sans faute avec un mélange de vieux parchemin et d'aquarelle très réussi ("encre vivante"), contribuant à l'ambiance mélancolique et douce du titre.

Si le visuel est réussi, peut-on en dire autant du gameplay ? Et bien oui, pour peu que l'on adhère un tant soit peu au côté tactique. Le joueur va devoir "programmer" les actions de la Prophétesse (de 3 à 6 par tour) avant de la voir réaliser la séquence sur le quadrillage, en alternance avec celles des ennemis. Elle peut ainsi se déplacer, pousser les ennemis, tirer une flèche (seulement 3 par niveau), ou attendre. Au fil des Crânes d’ennemis et de la Confiance accumulés, elle pourra apprendre de nouvelles capacités très utiles, voire indispensables pour progresser dans les niveaux plus avancés : le Pas de brume (avancée furtive), les flèches explosives, le saut, le tir perforant et d'autres. Toutes ces capacités sont améliorables, avec des bénéfices significatifs en jeu. Mais attention, chaque pouvoir n'est disponible qu'à une certaine étape du tour, ainsi, le Pas Brumeux ne se fait qu'en 2e action, impossible d'y recourir à un autre moment du tour, c'est là qu'une bonne planification rentre en jeu...

L'art de la guerre

Chaque niveau peut se résoudre de différentes manières : la rapidité avec un nombre de tour déterminé, le nettoyage, en éradiquant tous les ennemis, ou la Confiance en sauvant des villageois. Il est souvent impossible de réaliser plusieurs objectifs à la fois, d'autant plus en début de jeu, ce qui obligera le joueur à tenter de nouvelles approches une fois de nouvelles capacités maitrisées. A travers 4 chapitres d'une bonne quinzaine de niveaux chacun, l'héroïne rencontrera plusieurs ennemis, à la résistance et au comportement plus ou moins varié. Les environnements restent dans la même ambiance bucolique, alternant forêts, villages, champs et bâtiments. Sous une apparente similitude, ils se renouvellent au fil du jeu : le moindre buisson ou brasier venant modifier sérieusement l'approche. La difficulté est très progressive et le rend abordable à des novices, en restant toutefois intéressant pour les adeptes du genre. Le mode d’assistance permet de voir les réactions des ennemis en temps réel lorsque l'on tente une stratégie, aide bien utile pour se familiariser avec leur fonctionnement, même si parfois les traces des 6 actions se chevauchent et donnent une impression de fouillis. Cependant rien de vraiment gênant. Autre option intéressante, le mode rapide, qui, comme son nom l'indique, permet d'accélérer la phase de réalisation des actions, qui de base est assez lente, nous l'avons gardée activée du début à la fin.

L'art de la guerre repose aussi dans l’analyse soigneuse des mouvements et des réactions adverses : Attendre un tour peut se révéler un excellent choix, forçant ainsi l'ennemi à se déclarer en nous donnant l'avantage. En effet, la demoiselle mourra au bout de 2 coups, la marge de manœuvre est faible... Être touché signifie également la fin immédiate de notre tour, et donc la perte de précieuses actions. Le décor peut également se révéler un allié de choix : pousser un ennemi dans un obstacle, un trou, ou les flammes, précipite ainsi sa mort. Les nouveaux pouvoirs achetés lors d'événements apportent un vrai plus et donnent un nouveau souffle aux niveaux précédents. La durée du titre sera variable en fonction de chacun, à titre indicatif, il nous a fallu environ 6 à 7 heures pour en faire le tour, en sachant que tous les défis de tous les niveaux ne sont pas bouclés. La prise en main est excellente et intuitive, avec une attribution des attaques de base aux gâchettes, puis des spéciales au bouton LB : le joueur choisit son attaque, puis son orientation : c'est fluide et efficace, tout comme la navigation dans le menu. Bref, un sans faute, de ce côté !




Point complet
Avec ses graphismes et son ambiance onirique, champêtre et mélancolique, Howl propose pourtant une histoire sombre, aux relents de bête du Gévaudan. Grâce à une direction artistique sublime, le rendu final reste très doux et relaxant. La gestion en tour par tour, mais par séquence programmée de 3 à 6 mouvements, apporte de la profondeur à la réflexion, poussant à explorer diverses stratégies, demandant de la réflexion, sans jamais être "prise de tête"... Sa difficulté progressive le rendra accessible aux non-initiés tout comme aux amateurs de stratégie. Pour une quinzaine d'euros, il offre un contenu honorable et de qualité, à la prise en main intuitive et fluide. Une petite pépite indépendante.

On a adoré :
L'ambiance douce, mélancolique (et un peu sombre)
Les musiques envoûtantes
La direction artistique originale
La prise en main intuitive et fluide
L'aspect programmation
La difficulté progressive
Les pouvoirs à débloquer
Les différents objectifs
Le mode assistance
On n'a pas aimé :
La narration seulement en anglais... (mais avec sous-titre FR)
Qui se fait un peu oublier.



Partager :    


VOS REACTIONS
Posté le 23.01.24 @ 12:34

Narration en anglais. Dommage j'ai un peu de mal. Peut être avec un patch fr plus tard.
Posté le 23.01.24 @ 15:11

Tu as les sous titres en français à l'écran.
Posté le 23.01.24 @ 16:01

Je n'avais jamais entendu parler de ce titre mais la pâte artistique est joli je trouve
Posté le 23.01.24 @ 17:57

Ah ok, merci gizm0z0r.
Posté le 23.01.24 @ 18:19

En fonction du succès j’ai vu certains jeux du Gamepass prendre la langue de Molière avec une mise à jour !
En tout cas le test donne envie de s’y pencher sur ce jeu 😊
Posté le 23.01.24 @ 19:02

Bah il est déjà en VOSTFR en fait, ce qui est déjà bien et ils feront pas mieux.
Posté le 23.01.24 @ 19:24

@ Zaakks : Oui, en général je suis la première à garder la vo (jap ou anglais), mais là, bizarrement, ça m'a un peu gêné pour le côté immersion, se laisser porter par le conte/la conteuse.
Posté le 23.01.24 @ 21:21

En tout cas il a le mérite d’être original et c’est très valorisant de voir des pépites indépendantes pointer le bout de leur nez.
C’est tellement difficile de se faire connaître car des jeux indépendants il y en a chié plus mille qui sortent.
Merci d’avoir mis en avant ce jeu !
Posté le 24.01.24 @ 14:56
Testeur


Je n'avais pas entendu parler de ce jeu avant le test mais ce que je lis me plait beaucoup. J'aime bien la DA et le gameplay a l'air vraiment sympa, je risque de me laisser tenter.

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous


Actuellement, les membres connectés sont :
Flux RSS | A propos | La rédaction, nous contacter
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2024