XG Film Club - American Sniper

XBOX GAMER
connect�, 41 467 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
News > XG Film Club - American Sniper
- Publiée le 15.03.2015, à 20:30
- Par Vincent P.
XG Film Club - American SniperActeur et réalisateur reconnu, Clint Eastwood a su marquer les esprits avec bon nombre de films, dont Bird, Million Dollar Baby, le diptyque Mémoires de nos pères et Lettres d’Iwo Jima ou encore Gran Torino pour ne citer que ceux-là. En ce début d’année, il signe la réalisation d’American Sniper, l’adaptation cinématographique de la vie de Chris Kyle, un sous-officier de la marine américaine devenu le tireur d’élite américain le plus meurtrier de l’Histoire au cours de la Guerre d’Irak. Reste donc à voir le résultat de ce long-métrage basé sur le livre autobiographique de Chris Kyle…

Un tir bien placé ?




Avant d’être un objet de cinéma, il est quand même bon de souligner que American Sniper est avant tout un biopic assez fidèle à l’histoire de Chris Kyle, un tireur d’élite des Navy SEAL qui a été surnommé « La Légende » avant d’être érigé comme un héros de l’autre côté de l’Atlantique. De ce fait, Clint Eastwood a pris le parti de montrer l’histoire de cet homme, qui devient par la même occasion un personnage, avec une vision unilatérale, bien loin de celle de son diptyque, évoqué dans l’introduction, qui faisait la part belle aux deux camps. Sans recul, certains pourraient y voir une sorte de propagande montrant un héros américain, sauveur de l’Amérique, qui combat un ennemi bestial, limite déshumanisé qui n’a jamais son mot à dire. Et ce ressenti peut se concevoir puisque le film n’est finalement perçu que par le viseur du sniper américain. Néanmoins, dans les faits, la perception dépasse ce simple sentiment puisque, outre le fait de montrer un soldat américain des plus patriotiques, le film présente clairement le contexte qui a mené à cette situation. C’est là qu’un peu de recul permettra à certains de comprendre certaines explications et autres subtilités sur ce que l’on pourrait appeler un simple point de vue. Pour éviter de spoiler, nous ne nous étendrons pas dans les faits, mais il est bon de noter que les flash-back ramenant à l’enfance de ce texan présentent avec une certaine froideur le conditionnement fait par son père, lui-même conditionné par une société…

De l’enseignement de la chasse à la perception de l’humanité, avec le rapprochement pataud au monde animal, tout est fait pour mettre en avant le texan moyen, pour ainsi dire cliché. Et le parcours de Chris Kyle suit cette mécanique, jusqu’à la mise en avant de la découverte des événements qui l’ont mené à s’engager. Le cœur du long-métrage reste bien entendu centré sur la vie de ce sniper, incarné par un Bradley Cooper (aussi co-producteur) impeccable dans son rôle, qui a d’ailleurs été quelque peu métamorphosé pour coller au personnage, durant ses allers-retours entre l’Amérique et l’Irak. Avec un montage et une réalisation aussi classiques qu’efficaces, Clint Eastwood arrive à présenter un bon film de guerre avec un aspect dramatique bien mis en scène. Il est vrai que certains dialogues prêtent à sourire par leur côté ridicule ou que le rôle de Sienna Miller, la femme de Kyle, reste très limité au niveau du registre, mais la guerre est filmée avec un côté intimiste bienvenu et les retours au pays accentuent le brouillard que le soldat perçoit au moment de définir les frontières… Le bruit des balles, la photographie, la caméra, toujours justement positionnée, et l’alternance entre les moments les plus rythmés et ceux où l’on en vient pratiquement à retenir notre souffle, tout cela fait que l’on peut vite être happé par le film. Certaines scènes sont vraiment percutantes, comme le décalage entre Chris et son frère, certains rapports avec sa femme, etc.

Bien entendu, le réalisateur n’oublie pas de montrer les ravages de la guerre, physiques évidemment, mais également psychologiques. « La Légende » est un bien joli sobriquet derrière lequel se cache simplement un homme, certes bourru, misogyne, patriote jusqu’à l’aveuglement le plus total et lié à une promesse à son père qu’il défend bec et ongles, mais un homme qui présente aussi ses faiblesses. On est bien loin de la glorification du personnage et sa mise en abîme va justement en sens inverse pour peu que l’on prenne le temps de retenir les quelques questionnements et autres attitudes qui jalonnent la vie du personnage. On y ressent bien les séquelles psychiques jusqu’à l’ironie de la fin, aussi brutale que réelle. Bref, le traitement a un parti pris évident, mais il se montre un peu plus complexe que la simple mise sur un piédestal d’un personnage considéré comme un héros américain, qui n’a fait que suivre des ordres et appliquer des convictions, sans même essayer de comprendre les enjeux. Et quand bien même on ne chercherait pas à mettre une certaine distanciation entre le film et nous-mêmes, on est toujours en mesure de profiter d’un film de guerre dramatique qui met en avant des combats bien filmés et des séquences familiales parfois touchantes, d’autres fois plus percutantes. Inutile de dire que la bande sonore apporte également une certaine profondeur à un cinéma traditionnel on ne peut plus efficace.



Un biopic plus complexe qu’il n’y paraît
American Sniper, c’est avant tout une adaptation assez fidèle de la vie de Chris Kyle, un tireur d’élite des Navy SEAL des plus meurtriers, avec une vision unilatérale. Le patriotisme exacerbé et les clichés de ce texan moyen, considéré par beaucoup comme un héros, sont tout autant de points qui pourraient en faire grincer des dents certains, sans parler du fait que la vision étriquée, centrée sur la vie de ce sniper, place l’adversaire dans un schéma manichéen dans lequel l’Américain est le gentil et l’Irakien le sauvage. Néanmoins, on est bien en présence d’un point de vue, qui au-delà de tout enjeu politique à peine effleuré, montre surtout le conditionnement d’un cow-boy qui finit dans l’armée. Le reste, c’est un film de guerre à la réalisation et au montage tout aussi classiques qu’efficaces, à la bande-son saisissante et au rythme parfois haletant. Enfin, si on prend un minimum de recul, on constate surtout que plusieurs subtilités sont également de la partie pour amener une réelle réflexion sur la notion même de héros, plus généralement sur l’image, et sur les conséquences ravageuses qui touchent les soldats et leurs familles. Après tout, le conflit ne se passe pas que sur le terrain…

Partager :    
En rapport avec : XG Film Club
Editeur : ... | Developpeur : ... | Date de sortie : ...
Actualités du jeu | Images | Vidéos


VOS REACTIONS
Posté le 16.03.15 @ 14:44


Gamertag :
Derkaone
Il est dit que certains pourraient y voir une sorte de propagande montrant un héros américain, sauveur de l’Amérique, qui combat un ennemi bestial, limite déshumanisé qui n’a jamais son mot à dire, parce que l'ensemble d'hollywood présente les irakiens, les palestiniens, les arabes en fait de la sorte et ce depuis presque 100 ans.

Chaque fois qu'on genocide dans ces contrées on a toujours l'avis de l'americain, de Finlkenkraut et BHL mais jamais de celui qu'on a envahit, qu'on occupe, qu'on massacre a domicile...bah en meme temps c'est un "arabe" donc bon, son avis on s'en branle hin...

Quel que soit le réal ou le sujet, tout les films américains sur le sujet les présente, les soldats US, quoi qu'il arrive, soit comme des héros ou soit comme des victimes et les "arabes", irakiens ou pas, comme des monstres..

On a 3 cas de figure "Hollywoodien" et c'est tout le temps les mêmes : le ricain héros parce qu'il a bien massacrer et qu'il est rentrer vivant.2/ Le ricain mort qui s'est sacrifié pour la "liberté"
3/le ricain qui rentre mais qui a perdu une aiguille en chemin, il vole plus droit en rentrant chez lui, c'est une "victime"...pauvre chéri va..

Pour le film je me suis arrêter a 40 minutes et j'ai zapper sur autre chose...
Rien que le passage ou on voit une mère irakienne filer un explosif a son gamin pour qu'il aille se faire péter sur une garnison Américaine m'ont donner envie de vomir.
Ce sont des monstres, qui, sans hésitations, sacrifie leur enfants en les envoyant se faire exploser ??... de la pure propagande à l’américaine, de la merde en barre.

Je suis et reste fan de Clint Eastwood et j'aime bien aussi bradley Cooper, mais sur ce film je leur pisse a la raie....avec beaucoup de recul...un max meme!

Tout les films sur le sujet sont systématiquement pour présenter un envahisseur génocidaire soit comme une victime soit comme un héros...alors meme quand c'est le grand clint qui realise, ça toujours un relent de merde hypocrite a l’américaine.
Posté le 16.03.15 @ 15:08

Je comprends tout à fait ton point de vue, en revanche, il est dommage que tu n'aies pas vu le film en entier tout de même. Je parle notamment pour la scène d'ouverture que tu décris, qui est très exactement un point de vue américain. Néanmoins, une deuxième scène, bien plus loin dans le film, fait une résonance à cette scène et montre que le conditionnement n'est pas systématique et que l'enfant docile qui obéit à ses parents, sans même comprendre le pourquoi du comment, peut être doté de sens moral, ou du moins éprouver un sentiment de réflexion. Qui plus est, cette pensée s'applique très exactement au sniper, qui est bien dépeint, et c'est insisté dans les flash-back, comme un animal, avec un comportement animalier binaire. Outre le point de vue US (c'est réalisé aux USA, par un américain conservateur et c'est basé sur l'autobiographie du sniper américain), le schéma applicable est bien applicable à l'américain même. Il a été conditionné par un père, lui-même conditionné par un système aux valeurs nauséabondes. C'est le décalage avec son frère, au travers de courtes scènes, qui montre également que malgré une éducation similaire, il y a également des ressentis différents.

Il est vrai, et c'est un fait comme je le souligne, que la vision unilatérale peut prêter à débat puisque contrairement au diptyque où l'on avait le point de vue US et le point japonais, ici on n'est placé qu'au côté de l'Américain, l'ennemi n'étant qu'un ennemi. Mais si tu places l'objectif de l'autre côté, la réciproque est aussi vraie. Les irakiens sont envahis, ils se défendent et ils tuent pour protéger les leurs, parce qu'au-delà du patriotisme pur et dur, l'aspect sur lequel le film insiste c'est la vision ultra étriquée du bonhomme moyen qui réagit par instinct : l'un des "siens" est en danger, quoiqu'il arrive il agit pour lui, l'humain se transformant en une vulgaire cible, comme il devient une vulgaire cible lorsque sa tête est mise à prix.

Oui, ce sont toujours les mêmes qui passent pour les méchants, avec un boucher caricatural qui torture à la perceuse, des civils qui ne sont même pas pris en compte et un point de vue unilatéral montré, mais le résultat final est plus complexe que le simple c'est l'américain le héros et bouh le pauvre il rentre avec des séquelles, d'autant que la fin, qui est réelle, montre clairement que la "menace" vient de partout et non d'un peuple ciblé.
Posté le 16.03.15 @ 15:42


Gamertag :
ZeNcy
Je ne peux pas être d'accord avec toi. D’abord le fait qu’Eastwood ait réalisé Mémoire de nos père et Lettre d'Iwo Jima montre bien qu'il est loin du manichéisme que tu décris.

Ta vision est effectivement valable pour bien des films américains mais pas que... c'est aussi le cas d'une immense majorité des films occidentaux relatant la seconde guerre mondial et ne montrant finalement les Allemands que comme des monstres sanguinaires, oubliant que parmi ses troupes, chacun ne partageait pas forcément l'idéologie et quand même bien c'était le cas, l'endoctrinement préalable en était généralement la cause.

Il ne faut pas oublier qu’ American Sniper est un biopic, il ne laisse donc pas forcément la place à l'expression pure d'une opinion. Cependant, Eastwood distille quelques éléments de manière discrète, éléments à même d'ouvrir à la réflexion. Un long métrage ne doit pas forcément dépeindre une vérité nue, il est parfois du devoir du spectateur de décoder et de se forger sa propre opinion (c'est par exemple très bien fait dans le film La vie de David Gale).

J'ai également du mal à comprendre comment on peut faire la critique d'un film sans l'avoir vu en intégralité. Si c'était ton cas, tu aurais alors pu constater par toi même la présence des ces scènes clés que ce soit par exemple Chris Kyle, un gamin prêt à ramasser un lance-roquette dans sa ligne de mire, implorant que l'enfant lâche l'arme pour qu'il n'est pas à le tuer. Ou bien encore une scène avec son alter-ego Mustafa partant de chez lui en laissant sa femme et son enfant et passant devant la photo de sa participation aux JO. Ce personnage est fictif et même si ce n'est que quelques secondes de pellicule, la présence de ce passage au montage a un but précis.

Le film est un biopic, son personnage central est Chris Kyle, le film ne peut donc qu'épouser ce point du vue et seulement ce point de vue. J'ai été moi même déçu par le traitement finalement faible du père et du frère, mais encore une fois, ce n'est pas l'angle du film et il n’est donc pas forcément possible de dépeindre l’intégralité du tableau, d’où encore une fois la nécessité d’avance sa propre réflexion.

Pour finir, la scène que tu cites avec le gamin armé d'une grenade est en partie fictive. En réalité, le premier tir mortel confirmé de Chris Kyle était dans ce type de situation mais il n'y a avait que la femme armée d'une grenade et aucun enfant. Si ne s’agit là que d’un effet dramatique, tu te voiles la face si tu penses que les enfants ne participent pas à la guerre avec ou sans l’aval de leurs parents et où que ce soit d'ailleurs !

American Sniper n'est certainement pas le meilleur film de guerre jamais réalisé, il n'est pas non plus l'un des meilleurs films de Clint Eastwood, mais le réduire à la simple expression d'un patriotisme exacerbé me semble extrêmement réducteur. Il n'y a pas qu'un seul type de film de guerre et certains films centrés sur un seul camp sont également capables d'égratigner leurs propres pays que ce soit Full Metal Jacket ou bien encore La Ligne Rouge.
Posté le 16.03.15 @ 16:04

C'est typiquement le genre de film qui me fout la gerbe ... presque autant qu'un Medal of Honor Warfighter. Certes il y a quelques nuances mais on reste face à un film de guerre bien réalisé mais distillant beaucoup de messages plus que douteux parfois en saupoudrant le tout d'un patriotisme à 2 balles bien merdique. Certaines scènes frôlent le ridicule (l'enfant et le lance-roquette, la grenade etc) et la représentation du conflit est totalement cliché et biaisée avec un adversaire caricaturé à l'extrême pour bien s'intégrer à ce film qui ne reste qu'une propagande nauséabonde pro US à peine déguisée. C'est peut être un biopic mais il doit y avoir des personnages bien plus intéressants à raconter et surtout un angle de vue différent à montrer. Bref je ne sais pas si c'est l'age mais sur ce coup là, Papy Clint il craint avec son film aussi bas du front que son personnage principal.
Posté le 16.03.15 @ 16:39


Gamertag :
Derkaone
Je suis daccord avec vous, mais mon point de vue est tranché autant que le "leur"..
Quand je vois un film comme Full metal Jacket j’adhère a 100%.
Quand je vois démineur de Katheryn bigelow ok.
Quand je vois le pur film qu'a fait De Palma sur les agissements des troupes US en Irak ok.


Mais si je doit mettre de l'eau dans mon vin et avoir plus de recul j'ai un peu de mal.
Par exemple, lors des attentats de Charlie Hebdo, j'etais choqué par le meurtre pur et simple de journaliste.
Je compatis a la douleur de leur familles, de leur enfants.
Notre gouvernement organise une marche pour leur mémoire, contre, je cite, la barbarie, le terrorisme, la boucherie...et là c'est le drame : Qui, avec notre Hollande de president ouvrait cette fameuse marche ? : Des bouchers notoire de compétition :

Le premier ministre Israélien, genocideur professionnel, qui 2 mois et demi avant massacrait presque 3000 civils en Palestine et qui s'est fait plaisir en détruisant tout les hôpitaux qui étaient rester debout dans le pays...et c'est cette merde qui vient nous parler de "Barbarie" ??

Le roi de jordanie ou quasi tout les journalistes officient dans ces geôles a se faire torturer..qui prends part a une manif soutenant la liberté de la presse ??...cette jokerie.

L'autre saoudien dont j'ai oublier le nom, premier financier du terrorisme international.
Un dictateur africain dont je me souviens plus du nom également et ou les journalistes travaillent avec une "gegene" en mode 380 volts coller aux burnes.
Que des purs enculés de service.

Alors la tv Belge, suisse, italienne, Espagnole l'a noté et a critiquer cette scène complètement irréelle, ils l'ont meme souligner et critiquer....pas un mot a la TV française...j'avais honte et surtout envie de gerber.

Revendiquer sa liberté et celle de la presse ok, manifester, marcher en l'honneur de journalistes tués sauvagement ok, normal, mais marcher derrière un ramassis d'enculés en commémoration des victimes, des gens qui a eux seuls représentent l’exact contraire de nos et mes convictions profondes, non, 1000 fois non.

Le film de Clint, meme si je ne l'est pas vu en entier, quelle importance dailleurs, n'est pas un film "full-patriot" a la con, mais rien a faire, il y'a un tas de petit détail que je n'encaisse pas...ça passe pas.
Quoi qu'il arrive, dans son film, les arabes sont des monstres déshumanisé, a un moment ou un autre...
Même si le "héros" était rentrer au pays avec a son actif 100 enfants fumer parce que "dangereux" ou désigné comme tel, il serait toujours vu comme un "Héros"...
Posté le 16.03.15 @ 16:49

Je conçois et respecte parfaitement ta vision. J'en profite au passage pour souligner les trois films que tu cites qui sont à voir.
Posté le 16.03.15 @ 22:17


Gamertag :
Derkaone
En réponse à onizukadante
Je conçois et respecte parfaitement ta vision. J'en profite au passage pour souligner les trois films que tu cites qui sont à voir.


Celui de De Palma, un quasi-documentaire, j'ai pas honte de le dire, j'ai chialer a la fin...j'avais envie de hurler...le seul film au monde qui nous explique ce qui se passe réellement en Irak, les meurtres gratuits de civils par les soldats US, les viols, les coups de pression continu, le phosphore blanc pour tout le monde, des vrais pourritures.
Il a ete officiellement interdit aux états_unis, Brian de Palma tricard a Hollywood pendant presque 3 années, la presse dans son ensemble en Europe avait une consigne : "Ferme ta gueule".
Perso on me l'a donner à l'époque en dvd sinon je l'aurais jamais vu.
Il y'a une serie aussi qui s'appelle "Over There", des GI en Irak, qui, comme dans la réalité font que de la merde dans le pays : Bavure, meurtre, racisme, vols...la totale quoi.
Egalement arrêter subitement sous pression des républicains...
Posté le 16.03.15 @ 22:46


Gamertag :
Lenuldepik
Putain, je respecte tous les points de vue de chacun, mais bordel, comment personne n'ose rentrer dans le lard de derka qui donne son avis sans avoir vu le film? En n'ayant vu qu'une partie du film?

Désolé mec, mais ton avis ne vaut rien dans ce cas précis. C'est comme le testeur de jv.com qui met 11/20 à Lost Odyssey alors qu'il n'a fait que le premier DVD (le meilleur de tous). C'est exactement comme ceux qui ont "fait" un jeu sur Youtube ou vu la bande annonce d'un film pour estimer sa qualité.

Ok, tu as souvent des avis très tranché, parfois plutôt éclairé (avec ton style mais ça correspond bien au point de vue sans langue de bois de la rédac, je pense), mais au moins, tu as en partie torché les jeux vidéos que tu critiques ou testé/joué à des jeux de l'éditeur qui morfle (souvent Ubisoft, à tort ou à raison). Ici, tu n'as même pas terminé le film. Surtout que dans ton second post, tu dérives complètement du sujet initial, peut-être pour tenter de ramener le lecteur à ton point de vue, mais tu es pour moi complètement H.S (même si je suis d'accord avec toi, la présence de certains meurtriers à la marche du 11 janvier était juste incroyable).
Donc OUI OUI et OUI, ça a de l'importance de critiquer ou juger une œuvre lorsqu'on l'a observé, joué, vu, écouté en entier, et ça vaut pour un CD, un DVD/film, un jeu vidéo, une exposition, un musée, une série (ou au moins quelques épisodes d'une saison).

Sinon, je rejoins l'avis de Zency, surtout sur ce passage "American Sniper n'est certainement pas le meilleur film de guerre jamais réalisé, il n'est pas non plus l'un des meilleurs films de Clint Eastwood, mais le réduire à la simple expression d'un patriotisme exacerbé me semble extrêmement réducteur."
Posté le 16.03.15 @ 23:19

En réponse à Lenuldepik
Putain, je respecte tous les points de vue de chacun, mais bordel, comment personne n'ose rentrer dans le lard de derka qui donne son avis sans avoir vu le film? En n'ayant vu qu'une partie du film?

Parce que je le comprends. Je n'aurais pas payé ma place de ciné, je me serais clairement cassé avant la fin du film tellement ça me gavait. Quand un jeu me gave ? Je ne le termine pas, quand un film me gave ? Pareil. Derka n'a pas écrit une critique du film sur XG mais juste un commentaire, il a parfaitement le droit de le faire en n'ayant pas vu tout le film du moment qu'il ne se content pas d'un "c'est de la merde, au revoir", non ?
Moi du moment que le mec donne une raison pour ne pas avoir vu le truc en entier et qu'il argumente un minimum, il n'y rien qui me choque. Si il était rédacteur de cette chronique ce serait différent mais ce n'est pas le cas.
Posté le 17.03.15 @ 16:34


Gamertag :
Lenuldepik
En réponse à Damzema
En réponse à Lenuldepik
Putain, je respecte tous les points de vue de chacun, mais bordel, comment personne n'ose rentrer dans le lard de derka qui donne son avis sans avoir vu le film? En n'ayant vu qu'une partie du film?

Parce que je le comprends. Je n'aurais pas payé ma place de ciné, je me serais clairement cassé avant la fin du film tellement ça me gavait. Quand un jeu me gave ? Je ne le termine pas, quand un film me gave ? Pareil. Derka n'a pas écrit une critique du film sur XG mais juste un commentaire, il a parfaitement le droit de le faire en n'ayant pas vu tout le film du moment qu'il ne se content pas d'un "c'est de la merde, au revoir", non ?
Moi du moment que le mec donne une raison pour ne pas avoir vu le truc en entier et qu'il argumente un minimum, il n'y rien qui me choque. Si il était rédacteur de cette chronique ce serait différent mais ce n'est pas le cas.



Bien sûr que si ça te soule, si le jeu ne te plaît pas, tu n'as pas à te forcer, c'est évident, et tu peux dire à tes potes que le film est naze, que ce jeu est naze (même si pour moi, ton point de vue est faussé, pas complet). Par contre, je pars du principe que si tu as vu/lu/fait qu'en partie le truc, tu n'as aucune (ou peu) de légitimité pour venir critiquer une œuvre (oeuvre au sens large, que ce soit film, jeu, série, album, exposition ou autre).
Et bien sûr que c'est important d'argumenter, ce qui est son cas (comme toujours), mais ça ne lui donne pas plus de légitimité qu'un rédacteur qui teste un jeu sans tester le multijoueur (Far Cry 3), un autre qui teste le jeu entier en ayant fait que le quart, ou un mec qui donne son avis sur un album en ayant entendu qu'un morceau ou vu un clip...ou ceux qui critiquent un titre qu'ils ont fait sur Youtube!

A la limite, si le mec ne donne son point de vue sur le début du film, en disant que c'était chiant au début, okay. Mais tu ne peux pas, selon moi, donner un point de vue vraiment étayé/justifié sur un truc entier (tout un film, toute une série ou une saison, tout un jeu vidéo etc.) si tu n'as vu qu'à moitié/tiers l’œuvre. Ce n'est pour moi pas réaliste, peu importe que tu sois rédacteur, amateur, confirmé, anonyme, puissant, faible, roux, brun ou unijambiste.


EDIT : et évidemment, je n'interdisais pas à derka de donner son point de vue hein...

Autre petit exemple :
Il y a quelques années, j'ai démarré Dead Rising, qui m'a soulé. Vraiment soulé. J'ai arrêté rapidement. Je trouvais le jeu naze, chiant, lourd, gameplay inintéressant, etc. J'aurai très bien pu dire à des potes "ouais bon, le jeu est moyen, je ne comprends pas le hype, le début est chiant, c'est naze".

Finalement, je m'y suis remis plus tard, j'ai insisté (parce que le début est chiant), et j'ai adoré, Dead Rising fait partie de mes jeux préférés sur 360. Le titre est bien plus riche qu'il n'y paraît, j'ai refait des dizaines de fois le jeu (je suis mort tellement de fois). Bref, je conseille le jeu à tous mes amis.
Du coup, quelle critique faut-il retenir? Ma première critique, selon moi pas vraiment légitime, n'ayant que survolé le jeu, et ayant peu apprécié, ou finalement, ma seconde critique, une fois le titre défoncé, avec des dizaines d'heures au compteur?
Posté le 17.03.15 @ 20:52

En réponse à Lenuldepik
A la limite, si le mec ne donne son point de vue sur le début du film, en disant que c'était chiant au début, okay. Mais tu ne peux pas, selon moi, donner un point de vue vraiment étayé/justifié sur un truc entier (tout un film, toute une série ou une saison, tout un jeu vidéo etc.) si tu n'as vu qu'à moitié/tiers l’œuvre. Ce n'est pour moi pas réaliste, peu importe que tu sois rédacteur, amateur, confirmé, anonyme, puissant, faible, roux, brun ou unijambiste.

Ben je ne vois pas le problème. Derka dit "J'ai vu X minutes de ce film, j'ai trouvé ça ...", il a été honnête. Je n'ai jamais dis son avis > celui d'Oni. Moi aussi je préfère l'avis d'un mec qui a vu le film en entier c'est sur mais vu qu'ici on est dans les commentaires, j'ai pas envie de défoncer Derka ... ce que j'aurais fait si il avait posté sur son blog ou sur XG en tant que critique

En réponse à Lenuldepik
quelle critique faut-il retenir? Ma première critique, selon moi pas vraiment légitime, n'ayant que survolé le jeu, et ayant peu apprécié, ou finalement, ma seconde critique, une fois le titre défoncé, avec des dizaines d'heures au compteur?

Si on réagit comme ça, on ne donne son avis sur rien. Je ne vais pas me retaper les jeux que j'ai détesté il y a 1 an parce que j'ai peut-être changé d'avis (ce qui ne sera surement pas le cas). Si je n'ai pas aimé American Sniper, dois-je retourner le voir 2 fois pour être sur ? Pour moi non.
Posté le 17.03.15 @ 22:29


Gamertag :
Lenuldepik
Non, mais tu as vu l'intégralité du film, donc tu peux, selon moi, bien mieux juger que quelqu'un qui ne l'a pas vu. Rien à voir avec le fait de devoir se retaper 2 ou 3 fois le même film, d'autant qu'en reprenant mon exemple sur Dead Rising, tu te trompes : la première fois, je n'avais pas fait le jeu (j'ai joué seulement 30 minutes -1h avant d'arrêter, donc à peine le temps du premier Psychopathe dans Food Court de mémoire). J'ai ensuite décidé de m'y remettre et la j'ai fini le jeu X fois, et j'ai adoré.

Je n'ai pas dit que j'avais fait une première fois le jeu, pas aimé, puis que je l'avais refait plusieurs fois avant d'aimer (même si pour DR, c'est très spécial, surtout pour les premières parties, avec ce côté hardcore - save, difficulté le temps de monter de niveau et de comprendre le système des psychopathes ou des sauvetages - rebutant au début).


Si tu n'as pas aimé American Sniper, très bien, c'est ton point de vue et il se défend, on est la pour en débattre. Si tu n'as pas aimé le début d'American Sniper car c'est seulement le début que tu as vu, tu n'as pas toutes les armes en main pour juger du film. Voila le fond de ma pensée.


Boarf, ça aurait fait un moyen de "défoncer" derka, ça se prend non? Et évidemment, je me répète mais le point de vue de derka est étayé, argumenté, il ne dit pas "c'est de la merde j'ai vu 40 minutes je me suis barré", ses posts sont toujours longs.. Mais là, en l’occurrence, selon mon point de vue, c'est juste un avis tronqué, pas complet, pas forcément justifié...

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2021