Se connecter  -  S'inscrire 
 
discord2 twitter2 instagram youtube2
 

Test - Star Wars Jedi Survivor : La maîtrise de la Force

- Publiée le 02.06.2023, à 13:04
- Par Anthony
Test - Star Wars Jedi Survivor : La maîtrise de la Force

Sorti en novembre 2019, édité par Electronic Arts et développé par Respawn Entertainment, les pères et mères des excellents jeux Titanfall, Star Wars Jedi : Fallen Order offrait une nouvelle sous-licence de jeu vidéo Star Wars en reprenant les codes des Souls-like pour l'appliquer dans une galaxie lointaine, très lointaine.... Trois ans et demi plus tard, en avril 2023, alors que Fallen Order laissait une fin ouverte tout en apportant malgré tout une conclusion à son arc, une suite débarque sous le nom de Star Wars Jedi : Survivor, et les trailers montraient un jeu qui semblait s'avérer plus ouvert que son prédécesseur, renforçant donc le côté exploration, tout en ne mettant certainement pas de côté le scénario et l'épique du space opera. Attention, dans cet avis, nous considérerons que, si vous le lisez, vous avez déjà terminé le premier jeu ou acceptez le fait de vous faire spoiler quelques éléments de Fallen Order.

A titre informatif, le jeu a été testé dans sa difficulté maximale (Grand Maître Jedi), en mode Qualité et en mode Performance sur Xbox Series X et il est difficile d'évaluer la durée de la campagne sans les quêtes annexes puisque notre partie a mélangé absolument de tout. Sachez juste qu'il ne nous reste que deux combats très difficiles et anecdotiques, ainsi qu’une quête buggée qu’on ne peut terminer après environ 70h de jeu. Vérifions donc si le pari de Respawn de faire encore mieux est réussi ou non à partir d’une version numérique reçue de l’éditeur…

Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine…
Star Wars Jedi : Survivor prend place cinq ans après le premier jeu, soit dix ans après Star Wars Episode III La Revanche des Sith, et donc dix ans avant l'Episode IV Un Nouvel Espoir, et dans le même cycle que la série Obi-Wan Kenobi. Voilà, c'est tout pour le mini-spoil, à partir d'ici, le contexte évoqué représentera en gros la première partie du jeu qui est un énorme tutoriel extrêmement bien mis en place. Si vous voulez tout découvrir par vous-même, n'hésitez pas à sauter la partie suivante, car nous parlerons de quelques personnages, de la situation dans laquelle le jeu démarre dans sa première ou ses deux premières heures en essayant d'en dire le moins possible malgré tout.

SPOILER donc, Cal Kestis, le Jedi apprenti que l'on joue dans le premier jeu est de retour cinq ans plus tard et, comme le veut l'époque, est toujours traqué par l'Empire et travaille à démanteler ce dernier à travers diverses missions « coup de poing » propres à son boss bien connu des fans de Star Wars et que l'on avait déjà aperçu dans le premier jeu : Saw Gerrera. Il fait donc équipe avec de nouvelles têtes, dont Bode, un mercenaire très habile avec ses blasters et son jetpack, pendant que ses anciens amis sont tous partis chacun de leur côté, même s'il n'est pas impossible qu'il finisse par en recroiser certains. Une chose est sûre, dans cet épisode, Cal Kestis va grandement évoluer. Le scénario offre quelques grands moments épiques, quelques situations surprenantes et le dernier tiers de l'aventure va définitivement rendre le fait de poser la manette terriblement difficile à envisager.

La Force est avec toi, jeune Kestis, mais tu n'es pas encore un Jedi.

C'est ce qu'on aurait pu dire dans le premier jeu mais, aujourd'hui, il est bien possible qu'on puisse définir Cal Kestis comme un vrai Chevalier Jedi. Si on ressentait bien la montée en puissance dans le premier jeu grâce au déblocage de nouvelles compétences permettant d'utiliser l'attraction de la Force, la poussée de la Force, le ralentissement, le double saut, le wallrun, etc., il est très bon de noter que Cal a pris du galon pendant ces cinq dernières années. La première chose qu'il est intéressant de noter, c'est que non, on ne recommence pas de zéro. A titre d'exemple, prenons A Plague Tale. Si la série des jeux A Plague Tale est excellente grâce à sa narration, son histoire et ses personnages, le gameplay était parfois perfectible. Il proposait malgré tout des améliorations intéressantes, comme celle permettant de lancer deux pierres avant de "recharger" la fronde d'Amicia, et ce dès le premier jeu, et Amicia connaissait beaucoup de mélanges chimiques pour manœuvrer à travers les rats et les gardes. Dans le second jeu, alors qu'il ne s'écoule que six mois depuis la fin du premier, Amicia a perdu connaissance de tout ce qu'elle avait appris et doit alors tout réapprendre, autant à travers le scénario qu'à travers l'arbre de compétences.

    Dans Fallen Order, Cal Kestis termine son aventure avec divers éléments importants :
  • Il sait ralentir le temps
  • Il peut attirer ou pousser ses adversaires ou des objets avec la Force
  • Il peut lancer son sabre laser
  • Il possède une meilleure mobilité avec un double saut et un wallrun
  • Il possède un sabre laser à double lame pouvant se diviser en deux pour avoir deux sabres laser à une lame dans chaque main

Dans Star Wars Jedi : Survivor, à contrario de A Plague Tale et d'autres jeux comme les Tomb Raider par exemple, pas question de repartir du début. Le personnage de Cal n'a pas chômé pendant ces cinq dernières années et on retrouve alors toutes les capacités que l'on possédait dans le premier jeu, ou en tout cas, la grande majorité d'entre elles puisque notre personnage va devoir récupérer à nouveau un stock de stim maximal, augmenter sa jauge de santé et de Force, etc. Evidemment, notre sabre laser à double lame pouvant se diviser est aussi de la partie, offrant dès lors un aperçu des nouveautés de gameplay. En effet, le jeu propose très rapidement trois postures de combat différentes. Si dans le premier jeu, il était possible d'attaquer à une seule lame ou avec la double lame, avoir une lame dans chaque main ne représentait que deux attaques différentes ne dépendant que de la posture choisie au moment d'effectuer l'attaque (horizontale si vous n'aviez qu'une lame, verticale si vous aviez la double lame). Dans Survivor, avoir une lame dans chaque main est désormais possible comme un style de combat à part entière, offrant de nouvelles possibilités contre un ennemi seul ou un groupe d'ennemis. Combinés aux différentes techniques de la Force maîtrisée par Cal, les combats en deviennent très dynamiques et extrêmement plaisants. Comme dans le premier jeu, ils sont moins punitifs que dans les Souls de From Software, même si de nouveaux ennemis s'avèrent terriblement dangereux. Par ailleurs, si le jeu répond au doigt et à l'œil sans problème, on souhaite noter qu'il est très plaisant de pouvoir paramétrer les touches de sa manette comme on le souhaite, et, mieux encore, que les conseils affichés à l'écran ainsi que les quelques QTE affichés montrent bel et bien les touches personnalisées sur lesquelles appuyer et non pas les touches de la maniabilité par défaut. Cela peut paraître anecdotique mais le travail est bien fait et on aime le souligner.

La galaxie est vaste et dangereuse !

D'un point de vue du level design, là aussi les compétences de Cal Kestis n'ont pas été revues à la baisse. Il peut toujours courir sur les murs, effectuer des doubles sauts et son fidèle compagnon droïde peut toujours pirater les portes, activer les tyroliennes et les utiliser autant pour descendre que pour monter, permettant alors au jeu d'offrir un level design d'une très grande qualité, rendant les environnements beaucoup moins pénibles à parcourir. Si évidemment vous allez devoir franchir quelques moments de plateforme lors de vos premiers passages dans un nouvel environnement, il est important de constater que le jeu n'est pas radin en raccourcis et vous en offre presque constamment pour accélérer vos déplacements en cas de mort, permettant alors de revenir rapidement du dernier point de méditation au dernier lieu qui aura eu raison de vous et, comme toujours, se reposer à un point de méditation fait réapparaître les ennemis tout en vous redonnant toute votre santé et vos stimulants permettant de regagner de la santé en cas de coup dur.

Nous parlions dès l'introduction d'environnements plus grands, d'exploration plus poussée et, assurément, c'est le cas. En tout cas, en partie. On dira qu'il existe deux types d'environnements dans Star Wars Jedi : Survivor. Tout d'abord, les environnements de scénario, que l'on expliquera par une certaine linéarité, un côté dirigiste qui n'oublie pas malgré tout son côté Souls-like en proposant une multitude de raccourcis pour éviter les allers-retours, car vous serez amené à quitter un environnement pour aller dans un autre, plusieurs fois au cours de votre aventure. Il est donc très agréable de revenir rapidement au dernier point visité dès lors que le jeu nous le permet scénaristiquement, en ayant récupéré la capacité adéquate.

Ensuite, les environnements d'exploration. On en compte deux, un mineur et un majeur. Pour pleinement se focaliser sur ce qu'ils offrent, nous parlerons exclusivement du majeur qui intervient très tôt dans le récit puisqu'il s'offre au joueur dès la fin du "tutoriel". Cet environnement se trouve sur le système de Koboh, une nouvelle planète très jolie avec divers biomes que vous allez très certainement adorer parcourir, et renfermant des secrets qui abordent une période qui a commencé à être explorée il y a peu dans l'univers de Star Wars. Si vous souhaitez en savoir plus... Jouez au jeu. Cette immense zone offre donc de grands espaces et est aussi un lieu de rencontre avec les habitants qui vous donneront parfois des indices sur de nouveaux lieux à explorer ! Ces missions, appelées Rumeur, permettent alors de parcourir ce que l'on qualifiera de mini-donjons et vous récompenseront toujours avec un point de compétence, des cosmétiques ou une nouveauté appelée les Avantages, que l'on abordera plus loin.

Outre ces donjons, la carte holographique de votre droïde BD-1 vous permettra d'observer les murs sur lesquels vous pourrez grimper ou courir pour atteindre de nouvelles salles, grottes, collines, etc. où vous trouverez toujours quelque chose pour récompenser vos efforts et votre curiosité. On se confronte à un point négatif ici malgré tout. A contrario de Jedi Fallen Order, Jedi Survivor ne propose finalement que peu de systèmes à explorer. Là où son aîné disposait de quatre planètes assez grandes même si linéaires, Jedi Survivor n'en compte que trois grandes, dont une qui n'est même pas une planète. Les autres localisations sont très linéaires et si l'une d'entre elles se veut plus grande, il n'y a que très peu d'intérêt à y retourner, une fois le voyage spatial débloqué.

Ce grand environnement sert aussi de jonction entre plusieurs environnements de scénario, linéaires donc, et pour vous éviter de le parcourir difficilement, les montures sont une des nouveautés offertes par le jeu. Vous pourrez alors traverser les plaines de Koboh rapidement, tout en voyant de temps à autres, les éléments de la faune combattre entre eux, voire même parfois les différentes factions ennemies du jeu entrer en conflit les unes contre les autres ou être attaquées par les créatures, rendant le tout très dynamique et vivant. On ne cache pas son plaisir de voir un énorme monstre attaquer des pirates et les voir s'entretuer et affaiblir le vainqueur du combat que l'on terminera alors sans difficulté. Tout ceci rappelle avec une pointe de nostalgie les plus grands moments de Halo dans lequel Marines, Covenants et Floods se battent dans une mêlée brutale et mortelle alors que l'on reste en observateur ou fonce dans le combat pour ressentir ce sentiment grisant d'être le plus fort du champ de bataille. A noter que ces batailles de faction ne sont pas purement là pour le spectacle. Comprenez par-là qu'il y aura toujours un vainqueur et un vaincu, et que le combat ne durera pas éternellement jusqu'à votre entrée dans la mêlée. Les personnages ont une jauge de santé, font un nombre de dégâts prédéfini et cela s'applique dans toutes les situations. Petit spoil sur la présence de certains types d'ennemis attention, on en profitera pour faire un point d'honneur sur la présence des droïdes de combat et, si vous avez regardé Star Wars The Clone Wars, attendez-vous à des dialogues très drôles et absurdes.

Mais la galaxie permet aussi de prospérer et grandir...

Comme expliqué précédemment, Koboh est remplie de personnages dont leurs chemins croiseront le vôtre. Les plaines de Koboh abritent aussi une petite ville et certains des personnages rencontrés seront alors invités par Cal à venir faire un tour au Pyloon Saloon, de son nom, pour peu à peu le remplir. Cela permet ainsi, lors d'un petit temps de pause pour le joueur, de discuter avec certains d'entre eux qui vous raconteront alors leur passé ou vous donneront de nouvelles petites missions. A l’heure où ces lignes sont écrites, les missions données par le personnage de Caij ont malheureusement rencontré un problème et un des personnages éliminés a fait bugger l'évolution des quêtes offertes par Caij, empêchant de terminer totalement ses quêtes. On espère un patch qui corrigera ce problème. Explorer aura alors encore plus de sens puisque vous pourrez alors rencontrer de nouveaux personnages, et certains sont devenus très attachants en s'avérant très drôles comme le grand Skoova Stev ou Monk le barman, ou ayant une histoire plutôt intéressante comme Moran. Il arrive alors régulièrement qu'on prenne le temps de souffler un peu sur l'exploration, les combats et l'histoire, pour simplement discuter avec les nouveaux clients du bar.

Parmi les petites choses axées détentes, vous pouvez aussi jardiner. Cela ne sert pas à grand-chose, mais vous pourrez à terme accéder à un coffre. A l'instar du premier jeu, donner des coups de sabre dans la végétation va découper les plantes et certaines d'entre elles permettent d'obtenir des graines que l'on pourra alors planter dans le jardin de la cantina, comme il était possible dans le premier jeu de planter des graines directement dans le Mantis, le vaisseau de Greeze. D'ailleurs, ce vaisseau est toujours là mais, contrairement au premier jeu cette fois-ci, il n'est pas possible de le personnaliser en changeant sa couleur. Toutefois, Cal est bien plus personnalisable qu'auparavant ! Coupe de cheveux, barbe et moustache, veste, chemise et pantalon sont tous personnalisables en récupérant ces éléments cosmétiques dans les coffres que vous trouverez en explorant les divers environnements des différents systèmes que vous explorerez. Et si vous trouvez que ce n'est pas assez, sachez que chacune de ces tenues (et il y en a une bonne dizaine) peuvent évidemment être mélangées mais en plus disposent de diverses palettes de couleurs pour pleinement exprimer votre personnalité à travers le personnage de Cal Kestis. D'ailleurs, BD-1 a reçu le même traitement, ainsi que votre sabre laser, vous permettant de modifier les différentes parties, la couleur et même la matière, en prenant soin de conclure par l'état des deux, pouvant être comme neuf, usé, abîmé, etc.

Pour trouver tout cela, une seule option : explorer tous les lieux où vous n'êtes pas encore allé et profiter des différentes améliorations que vous obtiendrez au fil de l'aventure qui vous permettront d'atteindre de nouvelles zones. Et parlons-en de ces améliorations et nouveautés d'ailleurs, donc si vous souhaitez découvrir les nouvelles capacités de Cal par vous-même, passez au paragraphe suivant pour éviter tout spoil. On commence avec un classique qui est maintenant très courant dans les jeux-vidéo : le grappin. Nous sommes dans un Souls-like et il n'est pas question de vous laisser escalader des montagnes comme bon vous semble. Le grappin nécessite donc un point d'accroche pour fonctionner. Evidemment, on retrouve de nouvelles techniques de pouvoir de la Force comme la lévitation ou son contraire, l'écrasement et la manipulation mentale. Le ralenti, lui, a été modifié et se trouve être une capacité spéciale appelée super jauge, ce qui vous sortira de pas mal de situations délicates. Au-delà des pouvoirs de la Force, Cal maîtrise cinq postures de sabre laser, toutes différentes les unes des autres, ayant une posture polyvalente, une posture dédiée au combat contre de grands groupes d'ennemis, une posture rapide, une posture de distance et une posture lente et puissante. Si ces cinq postures apportent toutes un style différent et très fun à jouer, il est malheureusement regrettable que l'on soit contraint de passer par un point de méditation pour changer de posture de combat. Vous aurez donc la possibilité d'en sélectionner deux et pourrez basculer de l'une à l'autre à l'aide des flèches gauche et droite du BMD. L'ennui, c'est qu'une fois que vous aurez trouvé deux postures complémentaires et/ou qui vous plaisent, il y a peu de chance que vous en changiez. Le problème aurait pourtant être pu réglé facilement à l'aide d'un menu radial ou, moins voyant, à l'instar de Halo Infinite pour sélectionner les équipements en mode campagne, un raccourci d'enchaînement de touches. Cela aurait permis au joueur d'alterner tout au long de l'aventure entre les cinq postures proposées, et donc incontestablement aidé à varier le gameplay.

Comme vous vous en doutez, toutes ces nouveautés et même les pouvoirs que vous connaissez déjà vont pouvoir être améliorés grâce à un arbre de compétences. On s'éloigne en revanche de l'arbre de compétences du premier jeu où tout était mélangé et où Cal gagnait en puissance de façon globale, et cette fois-ci, chaque catégorie a son propre arbre de compétences. Comprenez par-là que si vous souhaitez augmenter la résistance de votre personnage, vous aurez alors tout ce que vous cherchez dans l'arbre de survie. Vous trouverez alors différents arbres pour les améliorations de pouvoir de la Force, comme la télékinésie comprenant l'attraction et la poussée, et pouvant être amélioré pour affecter plus d'ennemis ou les ennemis les plus résistants. Enfin, chaque posture de sabre laser possède son propre arbre de compétences, donnant alors une grosse partie des points de compétence amassés lors de vos combats, dans ces améliorations.

D'ailleurs, l'exploration, si elle vous permet de récupérer des cosmétiques, n'est pas en reste puisqu'elle vous offrira aussi la possibilité de découvrir des essences de Force ou de faille de Force. L'essence de Force est un petit totem bleu qui vous apportera tout un tas de bonnes choses, allant du simple point de compétence à une amélioration de votre jauge de santé ou de Force maximale. Les failles de Force, elles, sont un peu différentes. Vous trouverez une sorte d'anomalie flottante avec laquelle interagir et vous serez alors transporté dans un lieu où vos compétences en plateforme ou combat seront mises à l'épreuve. En cas de réussite, vous pouvez obtenir un point de compétence ou une des nouveautés de ce Jedi Survivor : un avantage ou un nouvel emplacement d'avantage. Ces avantages sont nombreux et classés en quatre catégories, selon le nombre de points qu'ils coûtent, allant de 1 à 4. A titre d'exemple, un avantage peut permettre, s'il est équipé, pour un point d'avantage, de voir sa jauge de Force diminuée au minimum, mais de voir cette jauge se recharger au fil du temps, là où en temps normal il est nécessaire d'infliger des dégâts pour en récupérer. D'autres pour trois points d'avantage, vous permettent de récupérer de la santé en utilisant la super jauge, où à chaque kill infligé pendant le ralentissement. Vous disposez au départ de seulement trois points d'avantage et vous pouvez en gagner au fil de l'aventure, en sachant qu'un avantage peut être équipé ou déséquipé comme bon vous semble, à un point de méditation. Méfiez-vous, certaines failles de Force risquent d'être très difficiles !

Enfin, pour les amoureux du jeu, un New Game+ est disponible, permettant d'obtenir d'autres avantages, dont un rendant les coups de sabre laser extrêmement puissants, et évidemment les tirs de blaster mortellement dangereux en retour. Vous conserverez tous vos points de compétence mais les capacités débloquées grâce à l'avancée dans le scénario seront évidemment réinitialisées puisqu'il n'est pas question de sauter des passages en claquant des doigts dès le début de l'aventure. Sachez aussi que la fin de l'histoire dispose d'un endgame vous permettant si vous le désirez de récupérer tous les coffres, toutes les essences de Force, explorer entièrement les différents systèmes ou encore finir certaines quêtes proposées par les clients du Pyloon Saloon. Ah et... il se pourrait bien que certaines choses ne soient récupérables qu'après avoir terminé la campagne, alors fouillez bien !

Si dangereuse soit-elle, la galaxie reste magnifique et accessible à tous

Le jeu flatte la rétine à fond. Tout simplement. C'est très beau, que ce soit d'un point de vue technique ou au niveau de sa direction artistique, notamment sur les nouveautés que l'on ne connaissait pas de l'univers de Star Wars, les nouvelles planètes, etc. Les créatures, les stormtroopers, les droïdes, Cal Kestis, le Mantis... Tous les personnages, vaisseaux, environnements ont bénéficié d'un soin très particulier et le jeu, en mode Qualité, propose quelques reflets en raytracing très efficaces. Les animations sont nombreuses et variées, très bien exécutées, allant même jusqu'aux petits détails comme lorsqu'on s'accroche au grappin en s'enfonçant dans un marais qui retient Cal avant qu'il ne se dégage de la vase. Les transitions entre les différents environnements se font toujours via des ascenseurs ou des petites failles dans les murs, mais ça fonctionne bien dans le level design et la cohérence de l'environnement. On regrette un peu que les détails apportés aux animations ne se soient pas étalés jusqu'aux transitions entre les planètes malheureusement, puisqu'on retrouve toujours trop souvent ces nuages qui signalent que l'on quitte l'atmosphère, et ce même sur un système sans nuage. C'est de l'ordre du détail, mais c'est un peu triste quand on voit le soin apporté à tout le reste. Pour revenir sur les animations, le flou de mouvement apporte un côté plus fluide au 30FPS en mode Qualité. En mode Performance, le jeu s'en sort très bien aussi. On a vu passer bon nombre de screenshots assez flous mais on n'a étrangement rien vu de tel durant nos parties sur les différentes planètes explorées. Malheureusement, certaines chutes de framerate sont à déplorer dans les deux modes. Elles se retrouvent beaucoup dans les endroits où il y a beaucoup d'eau, ou alors étrangement sur un simple panorama où il est impossible d'aller, et où on ne voit finalement pas grand-chose à l'écran (assez étrange donc). Il est malgré tout possible de modifier la largeur du champ de vision en la réduisant ou en l'augmentant, au risque toutefois de déformer les perspectives.

Au niveau des sons, c'est un sans-faute. On l'avait déjà vu dans le premier jeu mais le second ne déroge pas à la règle. Cela transpire Star Wars, les musiques sont excellentes, les sons ont du punch et sont fidèles à l'univers Star Wars, et les voix françaises ont fait un boulot remarquable. Adrien Larmande s'est donné à fond pour son rôle une fois encore et ce malgré la situation regrettable dans laquelle il se trouvait lors du doublage (nos pensées et nos cœurs l'accompagnent encore, merci à toi Adrien). Le mixage sonore est bien géré, on n'a noté finalement qu'une seule réplique qui s'est avérée difficile à entendre mais qui n'était pas pour autant inaudible, et quand bien même, le jeu nous permet de paramétrer, à l'instar des commandes, le volume des musiques, des sons et des voix de façon indépendante. Puisqu'on est dans la possibilité de paramétrer les options, le jeu propose un mode ralenti (qui n'a rien à voir avec le pouvoir de la Force de ralentissement) qu'il est tout à fait possible d'attacher à une touche de votre choix pour le lancer et le quitter comme bon vous semble sans avoir à passer par les paramètres. Cela peut rendre les combats plus faciles, tout comme les phases de plateforme, et vous avez même la possibilité de définir à quelle vitesse se déroulera le jeu pendant le mode ralenti. Entre ça et les quatre modes de difficulté, plus d'excuse donc pour prétendre que le jeu est trop difficile, même s'il utilise les codes des Souls-like, et donc vous n'avez alors plus aucune raison de passer à côté.



Point complet
Star Wars Jedi : Fallen Order était un très bon démarrage pour introduire de nouveaux personnages et une nouvelle licence de jeu Star Wars. L'idée de transposer cet univers dans un Souls-like plus accessible était excellente et le premier jet de Respawn était une franche réussite. Star Wars Jedi : Survivor a suivi les traces de son aîné et l'a perfectionné a quasiment tous les niveaux, à l'exception du nombre de planètes offrant de grands environnements. Malgré cela, que ce soit au niveau de la dynamique des combats, du level design, de l'exploration, de l'évolution des personnages, des enjeux, de la variété des ennemis et de leur interaction entre eux... Tout est meilleur, et le jeu se permet évidemment le luxe d'en rajouter encore à travers de nouvelles compétences très utiles et satisfaisantes en combat, qu'il s'agisse du pouvoir de la Force, des avantages renforçant votre style de jeu ou des postures de sabre laser toutes très travaillées et apportant vraiment un style différent à chaque fois. On regrette simplement que ces postures ne sont pas toutes jouables à tout moment. Certains personnages secondaires sont aussi vraiment attachants ou/et drôles, si bien qu'on se plait à prendre le temps de s'arrêter à la cantina pour leur parler et écouter leurs histoires, et ce d'autant plus que la VF est d'excellente facture. Comme ça ne suffit pas, le jeu est visuellement très beau malgré quelques soucis de framerate jamais bien gênants, avec une direction artistique somptueuse et un souci du détail couplé au travail sonore inattaquable, rendant les planètes explorées, bien que peu nombreuses en comparaison du premier jeu, très vivantes et cohérentes. On sait déjà que le studio veut faire de cette licence une trilogie et, après toutes les améliorations en tout genre dans ce deuxième opus, on a hâte de voir ce qu'une suite peut nous réserver. On est certain que s'il n'arrive pas à se renouveler beaucoup sur son gameplay, il restera extrêmement plaisant et saura au moins nous satisfaire grâce à son scénario et ses personnages. Lancez-vous dans l'aventure Star Wars Jedi !

On a adoré :
Fallen Order en encore mieux
Visuellement très beau
Le travail sonore intouchable
Les musiques excellentes
Une VF d'excellente facture
Le scénario et l'évolution des persos
Le dernier tiers de l'histoire... Un enchaînement épique
Certains personnages secondaires (Skoova Stev)
Les postures de combat, toutes excellentes et satisfaisantes
Les nouvelles capacités de Force
On ne repart pas de zéro dans l'apprentissage
L'exploration est vraiment cool
Koboh, dans son ensemble
Plus d'ennemis variés
3 factions qui s'affrontent mutuellement
La personnalisation très complète
On n'a pas aimé :
Moins de planètes importantes que dans le premier
Impossibilité d'avoir toutes les postures de combat en même temps
Quelques chutes de framerate
130 Go
Quelques bugs dont un empêchant de finir une quête secondaire
Quelques rares crashs du jeu



Partager :    


VOS REACTIONS
Posté le 24.02.24 @ 18:56

Je l'attend dans l'ea play.

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous


Actuellement, les membres connectés sont : Haltay, Necromentor, vegansound,
Flux RSS | A propos | La rédaction, nous contacter
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2024