XBOX ONE GAMER
connecté, 41 462 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire
 
Répondre au sujet   Xbox Gamer - Index des forums > Actualités

Avis Day One - Judgment
La rédaction
- - - - - - - - - - - -
Message privé



Message Posté le: Ven 23 Avril 2021, 0:02
Répondre en citant

« La rédaction » a écrit :
En juin 2019, la PlayStation 4 a accueilli un certain Judgment développé par Ryu Ga Gotoku, le studio derrière la licence Yakuza. Même s’il n’en porte pas le nom, le titre qui prend la forme d’un thriller judiciaire en a tout l’ADN. La licence Yakuza a fini tardivement par arriver sur nos Xbox One mais Microsoft s’est bien rattrapé en proposant directement dans le Game Pass : Yakuza 0, Kiwami, Kiwami 2, 3-4-5 Remastered et 6. Quant à Yakuza : Like a Dragon, les joueurs Xbox ont été servis en même temps que les joueurs PlayStation 4. Seulement, Judgment restait exclusif à la PlayStation 4. Mais Sega ayant voulu conquérir de nouveaux cœurs tout en se faisant de l’argent au passage, il a eu pour idée de proposer un portage de ce spin-off sur PlayStation 5 (avec nouveau passage à la caisse pour les joueurs PS4)… Mais également sur Xbox Series X|S (pas sur Xbox One apparemment). Comme votre serviteur a pu tâter la version Xbox Series X pendant une dizaine d’heures avant le lancement officiel du jeu, nous vous proposons un premier avis Day 1 qui sera suivi dans quelques jours par la critique complète du jeu.
Vincent / onizukadante – Petit contexte !
Fixons le contexte. N’ayant pas de PlayStation 4, j’ai eu la chance de pouvoir découvrir le début de Judgment chez un ami il y a plusieurs mois. Néanmoins, je n’ai pas été en mesure d’en venir à bout à l’époque (je ne pouvais pas squatter autant que je le voulais la console de mon ami), restant personnellement sur une certaine frustration. Même si le jeu original va vers ses deux ans, par honnêteté, je ne suis pas en mesure de vous en proposer une critique complète aujourd’hui avec seulement une dizaine d’heures au compteur. C’est pour cela que j’ai opté pour un avis Day 1 me permettant de dresser un premier bilan de cette version Xbox Series X. Je prendrai ensuite le temps de boucler l’intégralité du jeu pour vous en proposer une critique complète dans le courant de la semaine prochaine. Ceci étant dit, parlons de cette version Xbox Series X.

Ne le jugez pas trop vite, la robe new-gen est un plus

Portage ou remaster, chacun pourra juger du terme le plus correct à employer pour ce titre qui n’est finalement pas si vieux que ça. En tout cas, ce qui est sûr, c’est que les développeurs ont bien intégré les DLC de la version PlayStation 4, les contenus étant à récupérer dès le début du jeu dans la boîte aux lettres de l’agence de notre protagoniste principal. Cela permet entre autres de récupérer de nouveaux drones, des figurines des icônes pop de Kamurocho, des chats ou encore des extraits pour les combats. Pour le reste, Sega avait simplement annoncé des visuels retravaillés en 60 FPS et des chargements améliorés. Concrètement, les chargements sont extrêmement courts désormais, de l’ordre de deux à trois secondes. Bien entendu, cela est clairement rendu possible grâce à l’installation du jeu sur le SSD de la machine. Dans tous les cas, c’est vraiment agréable de n’avoir que des chargements très raccourcis. Côté framerate, je n’ai pas analysé le jeu à la manière d’un Digital Foundry, les moyens manquants, mais la perception d’un taux de rafraîchissement supérieur est agréable à l’œil nu. Les combats sont plus dynamiques, les déplacements plus fluides et les animations gagnent légèrement en naturel.

Côté visuels, le plus gros du travail semble avoir été fait sur les jeux de lumière, les ombres et les reflets. Par rapport à la version PlayStation 4, les ombres sont bien plus précises, les jeux de lumière sont bien plus beaux et les reflets ont également gagné en précision et détails. Les jeux de lumière donnent un aspect plus naturel aux environnements et aux visages. Les couleurs des néons se reflètent mieux et la colorimétrie est également plus précise, plus naturelle. Quant à la hausse de la résolution, elle a permis de supprimer l’aliasing. Même si ce dernier persiste par touches dans certaines cut-scenes, il faut bien avouer qu’en jeu tout est majoritairement net. On a même gagné en netteté au niveau de la profondeur de champ. Plusieurs textures ont également été revues, les vêtements ont gagné en détails et certains éléments dans le décor apparaissent plus nettement. Cela n’empêche pas pour autant d’avoir des textures en deçà à plusieurs endroits (le grain de peau des visages est tout a fait correct mais celui du cou et du torse est sommaire, certains sols sont travaillés tandis que les murs affichent des textures plus médiocres, etc.), des modélisations plus bâclées (certains PNJ, les véhicules) et beaucoup de redites au niveau des PNJ et des ennemis « lambdas » à affronter.

De même, le pathfinding de certains PNJ est toujours aussi étonnant, surtout lorsque notre personnage s’arrête pour téléphoner et que trois PNJ continuent à lui foncer dessus jusqu’à la fin de la conversation. Et je ne parle pas des « faux raccords » entre la fin d’un combat ou d’une mission/enquête et le lancement de la cut-scene qui suit (ou inversement). Même si tout n’est pas rose et que les développeurs auraient assurément pu faire encore mieux, il faut reconnaître qu’avec cette version Xbox Series X, on obtient tout de même la version la plus aboutie techniquement du jeu, du moins par rapport à la PS4 et la PS4 Pro. Pour un joueur Xbox qui n’a pas fait le jeu sur PS4, cette version Xbox Series X est une aubaine. C’est plus beau, plus fluide, plus net, plus détaillé, bref, c’est un confort de jeu très appréciable, et ce même si je regrette que le flipper installé dans le bureau de notre personnage ait ici été remplacé par une borne d’arcade permettant de jouer à Out Run (encore).

Un spin-off à l’ADN Yakuza bien identifiable

Pour ceux qui ne connaîtraient pas du tout ce spin-off, je vais tout de même vous assurer une rapide présentation afin que vous sachiez à quoi vous attendre. Cette fois-ci, nous n’incarnons pas un Yakuza mais bel et bien un avocat devenu détective privé après une sombre affaire. On prend donc le contrôle de Takayuki Yagami. Malgré tout, celui-ci maîtrise les arts martiaux, notamment le style du tigre pour les combats à un contre un et celui de la grue pour lutter contre plusieurs ennemis. Chouchou du boss d’un clan de yakuza, le clan Tojo, il travaille comme détective privé avec un ancien yakuza dudit clan. Si l’histoire aborde bien le système judiciaire japonais et qu’elle offre en prime des phases de filature (pas les plus passionnantes mais ça apporte un peu de diversité) et des phases dignes d’un Ace Attorney, elle ne met pas bien longtemps à inclure différents clans de yakuza et enchaîner les discours, les quelques choix de dialogue, les combats, les rebondissements, bref, tout ce qui fait le sel de la licence Yakuza. Le petit plus, ce sont les séquences d’enquête demandant d’examiner des éléments à la loupe pour rassembler des preuves à ressortir au moment opportun pour confondre un suspect.

Judgment est tellement ancré dans l’ADN Yakuza, qu’il reprend une fois de plus le quartier de Kamurocho. La zone est donc bien connue des fans de la licence mais ça reste agréable de voir son évolution, à l’image d’un lieu de vacances que l’on visite tous les ans ou tous les deux ans. La zone de jeu est étroite, les allers-retours sont fréquents et la météo ne bouge pas. En revanche, nous avons bien un cycle jour/nuit qui permet d’apprécier toutes les nuances du quartier, notamment la nuit, avec les néons allumés et les reflets dans les flaques d’eau, même s’il ne pleut pas. Les missions sont relativement longues, mais prenantes, puisqu’en une dizaine d’heures, je ne suis pas tout à fait arrivé à la moitié du jeu, m’étant un peu égaré… En effet, je me suis laissé distraire par les quêtes secondaires et par les jeux présents dans les salles d’arcade, comme les fléchettes, Out Run, Puyo Puyo ou encore l’appréciable Kamuro of the Dead – rail shooter inspiré de House of the Dead), et ce sans parler de quelques parties de poker (une version très rudimentaire) et de black jack.

Je suis également allé goûter quelques spécialités culinaires dans les différents restaurants à tester pour les quêtes culinaires KamuroGo, quand je n’ai pas tissé des liens d’amitié en rendant service à quelques PNJ. Vous l’aurez compris, à l’image de la licence mère, Judgment offre un contenu diversifié et varié. Quant aux combats, ils sont assez agréables, avec des PA (points d’action) à cumuler (lors des quêtes, des combats, etc.) qui sont ensuite à dépenser dans le menu des aptitudes de son téléphone portable (qui sert aussi à accéder aux paramètres, à un appareil photo avec divers filtres et à sauvegarder) pour apprendre de nouvelles techniques de combat, augmenter sa santé, augmenter sa résistance à l’alcool, etc. Pour le reste, on retrouve tous les fondements des opus les plus classiques, avec la jauge d’EX, les attaques avec certains éléments du décor et autres armes blanches, etc. Il faut simplement faire attention à certaines attaques qui infligent des coups mortels réduisant définitivement la barre de vie. Enfin, définitivement si on ne se soigne pas auprès d’un docteur spécifique ou en utilisant des trousses de soin adaptées. Bref, j’aborderai tous ces aspects plus en détail dans quelques jours…


L’avis perso de Vincent / onizukadante // Mon jugement : une version qui lui rend justice

Après une dizaine d’heures sur cette version Xbox Series X, la première chose qui en ressort, c’est assurément le confort de jeu. Avec une résolution plus élevée, l’aliasing disparaît presque comme par magie et bien des éléments gagnent en netteté. Avec en prime des visuels retravaillés, notamment au niveau de certaines textures (mais pas toutes, loin de là) et un framerate en 60 FPS, on profite d’une expérience de jeu bien plus agréable, comme si le Dragon Engine qui mettait à mal la PS4, prenait son envol grâce aux spécificités de la machine de Microsoft (à voir le rendu PS5, ça je ne peux en parler). Les jeux de lumière offrent également un rendu beaucoup plus naturel, les ombres sont plus précises et on gagne en fluidité dans les mouvements, notamment lors des courses et des combats. Bref, cela fait du bien, surtout que les chargements ont été réduits à deux à trois secondes. C’est court et ça évite de trop sortir de l’histoire, surtout que les enquêtes sont prenantes. N’ayant pas encore pu finir le jeu, je ne peux me prononcer sur la qualité globale, même si l’expérience intrinsèque reste la même que celle de juin 2019, mais ce que je peux dire, c’est que ce spin-off respire l’ADN Yakuza, tout en apportant un peu de fraîcheur avec une histoire au ton plus sombre, avec des filatures, des enquêtes et même des phases de jeu inspirées d’Ace Attorney dans lesquelles il faut sortir les bonnes preuves au bon moment pour confondre un suspect. Des défauts sont évidemment notables (zone de jeu restreinte, beaucoup d’allers-retours, forcément répétitif, météo qui ne bouge pas, redites dans les PNJ et les ennemis lambdas, le pathfinding parfois, certaines textures baveuses ou sommaires, un poil d’aliasing lors des cut-scenes…) mais Judgment s’impose à moi comme une réussite sur cette presque première moitié. A dans quelques jours pour confirmer ou nuancer cette tendance, lorsque j’aurai terminé le jeu.


> Consulter l'actualité complète

    

Damzema
- - - - - - - - - - - -
Message privé


Membre XG+
Inscrit le: 04 Sep 2008
Consulter son blog

Message Posté le: Ven 23 Avril 2021, 16:28
Répondre en citant

Encore l'exemple d'un jeu bien plus agréable à faire sur next gen. L'ayant fait sur PS4, il faut bien avouer que le framerate et les temps de chargement sont usant quand on est habitué au PC. Sur Series, ça passe tout seul. Gameplay plus fluide, moins de temps mort.

Quand au jeu en lui-même, j'ai vraiment beaucoup apprécié. Les fans de la licence Yakuza peuvent foncer les yeux fermés. En plus Judgement apporte beaucoup de fraicheur par rapport aux autre jeux de la licence avec ses phases d'enquêtes, de poursuites et son ambiance polar ultra bien ficelée. Le seul reproche que je lui ferais ? Kamurocho. Quand on a fait 7 Yakuza dans ce quartier, rempiler pour Judgement fait quand même ressentir un côté déjà vu malgré les nouveautés. A défaut de déplacer l'action de leurs jeux, il faudrait au moins Que Ryu Ga Gotoku Studio face un gros lifting à son quartier fétiche. Pour leur prochain jeu full next gen ?

Aeons
- - - - - - - - - - - -
Message privé


Membre XG+
Inscrit le: 25 Juin 2015
Consulter son blog
Gamertag :
Gh0stCrawl3r
Message Posté le: Ven 23 Avril 2021, 20:39
Répondre en citant

Le passage ps4 -> ps5 est clairement visible. j'ai pu bien le poncer depuis quelques jours et c'est plus qu'honnête.
Déjà ce 60 fps enfin en place (il aurait fallu 10ans+ entre le "la gen sera 60fps" et le moment où il devient enfin un quasi standard sur console).
pas mal de choses visuellement améliorés, le héro fait moins plastifié entre autre.
la chevelure fait plus "vrai" que mode pento sur ps4.
après, certes, tout n'est pas rose, mais le moteur fait son max je pense.

la vidéo là est pas mal je trouve, même si trop compressée à mon gout
https://youtu.be/DGYEHuTJQiA


les chargement sinon, super rapide.
dashboard -> menu après l'appui sur start : 16 secondes
validation de la save à charger -> je controle Tak : 7 secondes

Ca change aussi pas mal ...

Après, l'enfilade reste encore une fois : repayer le jeu de 0, pas de maj pour les possesseurs du jeu + impossible de reprendre une save (c'est une sale habitude chez sony ...)

GOWFANCLUB
- - - - - - - - - - - -
Message privé


Langue de Vesperia
Inscrit le: 04 Sep 2009
Consulter son blog

Message Posté le: Sam 24 Avril 2021, 18:44
Répondre en citant

Je l'attends impatiemment sur Xbox One pourtant Prier j'espère Prier

Répondre au sujet    Xbox Gamer - Index des forums > Actualités (email)    
    
 
Sauter vers:  



  
Flux RSS / MSN | A propos | La rédaction, nous contacter | Publicité

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2009