Blog VeNoM - Xbox One

XBOX GAMER
connect�, 41 498 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 
VENOM
   Lui envoyer un message privé

   Ajouter à ma liste d'amis

   Consulter le mur du membre
  VeNoM est Offline
  Localisation : Autre - ...
  En chiffres :
    - membre depuis 5854 jours
    - 1296 messages postés

PUBLICITE
< 1 2 3 >


La conviction d'un agent double .
Publié le 19.05.2010 à 16:07 par VeNoM

« La conviction se distingue de la croyance en ce qu'elle participe à la construction de l'identité individuelle et sociale. »

Il y à des héros qui nous accompagnent, dans « notre » mode vidéoludique, des icônes tels Solid Snake, Mario, ou encore le Spartan-117 font partis de notre patrimoine virtuel.

Aujourd’hui, c’est Sam Fisher qui nous fait son retour, et son retour est marqué par un revirement de situation, autant dans l’existence (virtuelle) de notre protagoniste que dans sa jouabilité.

Initialement crée par Tom Clancy, l’adaptation vidéoludique des missions de Sam ont vu le jour en 2002 avec le fameux « Splinter Cell », un des fers de lance de la 1° Xbox, pétard mouillé qui se verra adapté sur PS2 puis Gamecube.
Splinter Cell nous proposé un jeu d’infiltration, s’opposant à la série « Metal Gear », la comparaison s’arrète au mot infiltration, car dans « Splinter Cell », le contexte est réaliste, l’intrigue polito-militaire et la jouabilité ... Limitée.
Mouvement acrobatique sous exploités, level-design trop linéaire, répétition des situations ... « Splinter Cell » n’innove que par son intrigue et son personnage.
Notons tout de même un équipement limité mais efficace de notre espion d’Echellon 3.
S’en suit un second épisode (2004), plaisant, mais ne corrigeant pas les défauts du premier opus, mais c’est un plaisir de retrouver Sam Fisher, personnage professionnel, teinté d’humour, d’un caractère trempé et de la tonalité française de Schwarzenegger !
Cependant même avec un troisième épisode (2005) resplendissant, la série innove avec un multijoueur mais le solo stagne...

2006, accompagnant la conquête de la dame blanche, Sam Fisher s’infiltre chez nous dans un nouvel opus.
Présent sur toutes les plates-formes (PS2,GC,Xbox), c’est bien la mouture 360 qui est mise en avant, nous offrant (encore à l’heure actuelle) un graphisme de haute-qualité, une intrigue encore plus prenante, une jouabilité encore un peu rigide mais un level desigh travaillé.
« Splinter Cell-Double Agent » rend ces lettres de noblesses à la série, la mort de la fille de Fisher nous offre un personnage torturé et perdu, et pour son plus cher ami (Lambert) la seule chose qui lui permet de rester en vie, c’est sa mission, son travail ; alors pourquoi ne pas l’entrainer dans sa plus périlleuse mission, perdre toute identité et infiltrer le plus dangereux groupe terroriste mondial actuel.
C’est dans ce contexte que l’on va être amené a gérer une barre de confiance, car la plupart de nos actions (façon de jouer, ou choix capitaux) influerons sur le déroulement du jeu, de manière limitée, mais de manière assez importante pour nous remettre en question, et nous demander à nous-mêmes « que vais-je faire ? » . Le jeu nous implique personnellement dans les missions de Sam et jusqu’au final on ne peut relâcher notre attention, ce final assez décevant, privé de réelle cinématique qui nous laisse avec un Sam Fisher fugitf, sans identité et criminel, traqué par tous et responsable malgré lui de la mort de son meilleur ami.
UbiSoft nous laisse en 2004 avec ce qui est pour moi le meilleur épisode de « Splinter Cell », sur un personnage perdu, disparu, laissant le joueur plein d’interrogations.


Revirement de gameplay, changement look personnage, développement chaotique ... reboot.

Il faudra attendre presque 6 ans pour que Sam fisher sorte de l’ombre pour prendre d’assaut notre xbox, oui « prendre d’assaut » car notre Sam doit changer ses méthodes,nous faire partager ses convictions et il le fait bien !

Traqué, et en quête de vérité, l’heure n’est plus à l’infiltration et au respect des règles en vigeur, Sam veut la vérité et à tout prix. Alors qu’il est poursuivi par une entité inconnue (au début) et que l’histoire de la mort de sa fille renait de ces cendres, il est temps pour Sam de traquer à son tour, traquer la vérité par tous les moyens.
2010 : " Splinter Cell - Conviction "
Et c’est sur ce pitch de départ que nous célébrerons le retour de l’ex-agent d’Echellon 3, avec une toute nouvelle intrigue, une tout nouveau look, et une jouabilité nouvelle, fluide, intuitive, jouissive !
Conservant le principe d’infiltration basique basé sur la dissimulation dans l’ombre (en prenant soit de neutraliser toute source de lumière), le jeu résolument plus action, n’épargne plus, et éliminer nos opposants s’avère très souvent nécessaires. De ce fait est né la possibilité de planifier nos assaut, âpres avoir malmené un pauvre bougre au corps à coprs, l’on dispose de la capacité à « marquer-exécuter », une sorte d’instant-kill à la Jason Bourne. Système laissant place a la planification d’assaut ou d’exécution furtive (inspiré probablement par Rainbow-six Vegas), ou à la possibilité de réagir rapidement lors d’une violente fusillade, car oui, si « fusillade » était synonyme de mort subite dans les précédents « Splinter Cell », ici ces « fusillades » font parties intégrantes du gameplay du titre, et ce choix est tout à fait assumé.
Notre Sam, capable de glisser d’une couverture à l’autre, de contourner l’ennemi, de ramasser toutes les armes tombées, et d’utiliser des boucliers humains ; à bien évolué, renouvellement l’esprit de la série dans une suite logique scénaristiquement parlant.

Le constat est que « Splinter Cell » à évolué, franchissant un palier, laissant s’exprimer la violence du personnage dans sa quête personnelle.
Si l’infiltration prime et que le jeu peut être relativement parcourût en silence (hormis des missions qui imposent le conflit), le jeu semble se dérouler incessamment en deux étapes :
« J’infiltre/ je planifie, je fais tout péter/j’exécute ».

Certains crieront au scandale, d’autres salueront le nouveau Sam. Le jeu divise, mais ne peut que plaire, car ses qualité en font un jeu d’infiltration/action plaisant, et prenant, et pour peu que l’on soit attaché au personnage, qu’il est bon de retrouver Sam, aussi court soit le plaisir !

J’aurais pu vous parler de tout ce qui concerne la dimension coopérative du titre, bizarrement bien plus conséquente que le solo, mais il y aurait trop de choses à dire et ce n’est pas le sujet ici, je vous recommande cependant vivement de vous y essayer avec un ami .



[TEST] Dead Rising
Publié le 07.08.2007 à 21:18 par VeNoM

Dead Rising sur Xbox 360

Capcom...Rien qu'à l'évoquation de ce nom on entend deja les grognements de zombies ou encore des pas de méchas marchant dans une neige épaisse.

Oui on a plus besoin de présenté uns des studios les plus connus sur le marché du jeu-vidéo,j'ai nommé le grand Capcom,papa de Street-Fighter,Final-Fight et compagnie!
Et pour débarqué sur le marché nouvelle génération et sur la petite Xbox 360,Capcom frappe fort et avec originalité en offrant un gameplay jamais atteint!

L'originalité ne vient pas de vos opposants,loin de là car ici il s'agit de ... OH surprise, des Zombies!!
Mais on ne va pas s'en plaindre car Capcom a l'air de maitrisé le genre et puis c'est tellement marrant des zombies,aussi attachants que voraces...

Traites de plaisanteries,heureusement qu'ils sont là ces zombies,ils servent énormement a l'interet du jeu,sans eux...ça n'aurait aucun sens!
L'originalité vient du concept du jeu,pour faire court,Vous etes Franck West,Journaliste intrépide pret a tout pour choper un Scoop,et vos sources vous ont ammené à Willamette,petite ville tranquille qui est mystérieusement mise en quarantaine par des forces militaires.Survolant la ville et fesant moults clichés,vous vous rendez compte que quelque chose ne tourne pas rond,les gens qont pris d'une certaines violence,et vont même jusqu'a s'entredévorés!
C'est là que notre journaliste prend un risque insensé,il va s'isolé 3 jours dans un centre commercial a la recherche d'éventuels survivant mais surtout du Scoop du siécle!
C'est là que commence votre aventure,aventure qui vous emmenera à déambuler dans les vastes allés du centre commerciale,entre zombies et survivants,à la recherche d'une hypothétique vérité et peut-être même bien plus....

Les amateurs reconnaitront l'ambiance de Roméro ici,prisonnier d'un centre commercial infesté de Zombie (idée reprise dans le bon "Dawn of the dead" de Zack Snyder),et cette idée est exploitée a tel point que le Fun ne peut qu'être immédiat et continu...
En effet vous etes dans un centre commercial infesté de zombies,et dans ce cas tout absolument tout vous est permis.Tout les rayons,articles,ustensiles et autres seront a votre disposition.Une batte de base-Ball vous parait trop "classique",optez pour une masse de chantier;Une caisse enregistreuse est un peu encombrant,essayez donc des altères!
Et ceci ne représente même pas 1% des objets mis a votre disposition dans cet immense centre commercial,oui car ce déclinant en plusieurs parties,chacunes ayant leurs lot de magasins et de boutiques,le centre commercial vous demandera un tout petit peu de temps avant de vous reperez sans avoir a usée la carte.

En terme de jouabilité,Dead Rising est une perle,simple,fluide et efficace.Le personage se manit tout seul et les phase de beat them all sont jouissive,oui,car dead rising est u ngros defouloir bien bourrin où faire de la paté de zombie sera votre principale activité et ce,dans la joie et la bonne humeur!
Là ou Dead Rising peut effrayé,ce n'est pas par ces zombies,mais par son agencement,votre évolution dans le jeu,car celui-ci devra être terminé à 2 reprises pour être réellement finit!
Je m'explique...Le jeu se déroule en 3 jours,durée exact du retour de votre hélicoptere.
Et durant ces 3 jours vous devrez courir a travers le centre commercial pour accomplir divers objectifs,certains primaires pour faire progresser le scénario principal,et d'autres secondaires,pour affronter certains boss et sauver nombres de civils.
Autant vous dire que d'effectuer toutes ces actions ne sera pas de la tarte.Votre personnage pouvant gagner de l'Expérience (quelle idée fantastique) ses caractéristiques (Vie-vitesse-force ...) évolueront et même que notre héros se verra attribué de nouvelles techniques de combat,rendant la masse de zombies a charcuter un peu plus simple a aborder.
Ceci-dit votre expérience s'aquerant en accomplissant toutes sorte de taches,votre première partie il vous sera quasiment impossible de terminé le scénario du jeu.Le timing entre les mission étant si serrés et votre capacité de joueurs vous ammenera a vous baladé dans ce gigantesque monument,il vous sera alors impossible d'être a l'heure pour les missions principales,et dans Dead Rising,retard et synonyme d'échec!En ce cas dès le premier échec,le scénario du jeu sera perdu a jamais,il vous sera alors proposé de continué sans pouvoir poursuivre la trame scénaristique ou alors de rechargé votre ancienne partie.Le premier choix étant le plus logique car vous aurez toujours la possibilité de découvrir le centre commercial de fond en comble et ainsi de réaliser des Scoop (sauvetages de civils) vous octroyant alors de nombreux points d'expériences,expériences qui vous sera indispensable lorsque vous recommencerez le jeu,avec un niveau élevé et une masse de civils deja sauvés.Cette possibilité de recommencé le jeu avec tous ses acquis vous permettrons aisément de suivre la trame principale et certains scoops secondaires sans trop se sentir pressé et stressé par le temps qui passe,malheureusement trés vite !
Le scénario quand a lui,malgré le fun et la légèreté du jeu,s'avère tres sérieux et prenant tout en étant riche en rebondissement.On dit que Capcom fait souvent des scénarios un peu facile,si la trame de fond l'est,l'épanouissement de celui-ci en est tout autre.

Que dire de + sur ce Dead Rising que tout bon possesseurs de console nouvelle génération se doivent de parcourir sous toutes ses coutures un jeu qui est deja pour moi un mythe,un monument du jeu vidéo!

Bon point :


*Gameplay fabuleux
*Ambiance solide
*Fun immédiat
*Scénario prenant
*Graphisme au top (des centaines de zombies affichés sans le moindre ralentissement)
*Jeu unique en son genre!


Mauvais point :

*Une petite répétitivité dans l'action
*Que dire..pas de Coop
*A quand la suite :'(

Et il y a encore tant a dire sur ce Dead Rising,mais je ne peut m'attardé sur tous les points du titre tellement ils sont nombreux et quelques peu difficile a présenté comme celà!
Une fois rentré dans la mécanique du jeu,on est pris d'une envie de "toujours plus" et c'est bien ce qui fait la force des jeux made in Capcom,du grand,de l'art dans le monde du jeu-vidéo.

Bilan = 19/20
( un peu fort 19?Pour un jeu unique je ne pense pas )


[TEST] Prey
Publié le 06.08.2007 à 23:34 par VeNoM

Prey sur Xbox 360

10 ans de développement...C'est ce qui aura fallu à Prey pour vori le jour,pourquoi?Les programmeur travaillant sur leur jeu furent à plusieurs reprises retardés par l'arrivée de nouvelles générations,remettant toujours en cause le graphisme général du jeu.

Qu'en est t'il aujourd'hui,nous allons le voir tout de suite.
Mettons nous dans le contexte,vous etes Tommy,citoyen américain moyen ayant des origine Indienne.Mais malgré les dires de votre grand-père et les croyances de votre fiancé,ces origines vous embarases plutôt qu'autre chose et votre seul voeux est de quitté ces terres dites "sacrées" pour une vie meilleure ailleurs.
Sur cette discussion avec votre fiancé,d'un coup tout se coupe,tout tremble,oui en effet,les extra-terrestres attaquent,et c'est en arrachant le toit du bar où vous vous trouvez que votre fiancé,votre grand-père et vous même etes enlevés par un halo de lumière...
Une fois a l'interieur,vous etes attaché,impossible de bougé,vous etes comme condamné à etres acheminé tel du bétail dans les long réseaux du vaisseau spatial qui vous a happé.
Par chance vous serez libéré e votre aventure aura pour but de vous "tiré de cet endroit" avec votre fiancé,en bon "bad-guy,héros malgré lui" que vous etes!

L'histoire elle,semble pas mal,et le jeu en lui meme qu'en est-il?
Les graphismes sont correct mais pèchent par de petits défauts,comme le décalage entre les personnages et le décor.Autant le décor s'avère sublime,qu'à coté les personnages eux semblent tout juste passable!
Les effets de lumières et autres quand à eux sont correct mais rien d'exceptionnel a remarqué.

L'originalité sur laquelle veut reposer Prey et celle de sont environnement,ce vaisseau + organique que mécanique,qui nous propose des choses jusqu'alors inédit dans le monde du jeu-vidéo.
Des passages dans des caisses qui vous emmène dans d'autre endroits,ou qui peuvent vous faire perdre la tete;ainsi que des murs qui cassent les règle de la gravité et vous permettent de marcher sur eux,la tete en bas ou même sur les coté.Quand plusieurs ennemis arrivent au sol et que vous etes la tete en l'air,inutile de vous dire à quel point les fusillades peuvent devenir...vertigineuse!
Vient ensuite un armement exclusivement organique qui apporte son originalité,bien que son petit nombres et en somme leurs faible capacité en munition frustre quelque peu le joueur bourrin.
Pour finir Prey s'adonne a des phase de gameplay dans un vaisseau spatiale d'on la maniabilité est tordu et le gameplay de ses phases,répétitive et lassante.
Et comme si il n'etait pas trop facile a faire (difficulté difficile bloqué au début du jeu) un pouvoir Indien (dont je ne vous donnerais pas l'origine)vous permettra a coup sur en cas de mort,grace a une petite scéance de tir a l'arc,de revenir a la vie a l'endroit exact où vous etes mort;L'idée est sympathique,mais elle nuit énormément a la durée de vie du titre!

Si Prey est accrocheur,il l'est lors du début de l'aventure et a sa fin.
Oui,sans avoir à vous gâché le scénario Prey est un jeu qui semble un peu vide tout le long (18 niveaux sur 22)et qui devient subitement + orienté action et bourré de rebondissement scénaristique sur sa fin (donc les 6 derniers niveau).
Dire que Prey vaut juste pour ses 6 derniers niveau est un peu injuste et pourtant,c'est l'effet que celà m'a fait!

Bon points :

*Idée de départ
*Environnement
*Reflexions du héros

Mauvais points :

*Linéarité
*Un peu mou
*Le vaisseau
*Durée de vie
*Difficulté inexistante

Prey aurait pu être un tres bon FPS,aurait pu...
Mais hélas il n'est qu'un FPS moyen pourvu d'idée originale et d'un univers unique.
On aurait pu parler du mode multijoueur également,mais celui-ci est vide et d'ailleurs donc inutile.
Enfin bon,si vous voyez ce jeu a 10€,qui sait,vous l'apprécierez + que moi

Bilan : 12/20



[TEST] The darkness
Publié le 06.08.2007 à 23:30 par VeNoM

The Darkness sur Xbox 360

A croire que les jeux directement inspirés d'une bande-dessinée peuvent donnés de tres bon titre.
UbiSoft qui nous avait deja fait une chouette demonstration de ce genre de portage avec XIII avait réussi son coup grace a une esthétique originale,ici Starbezze Studio réussi subliment son oeuvre avec une retranscription de l'univers et du scénario magistralement accomplie.

Vous etes dans la peau de Jackie Estacado,membre d'une famille mafieuse et étant accesoirement un des meilleurs tueur a gages de cette meme famille.Et dès le debut autant ne rien vous cacher,votre reveil sur la banquette arrière d'une voiture lancée a vive allure ne présage rien de bon,en effet vous vous venez de loupé une récuperation d'argent pour votre oncle Paulie,le leader de votre mafia;et a ce qui parait,meme étant son neveu votre oncle risque de ne pas vous pardonnez cet echec!
Sur ce départ fulgurant,votre associé vous propose d'accomplir un autre contrat que Paulie avait mit au dessus de la tete d'un chef de chantier verreux...Vous vous y rendez et.....A vous de voir!


Tout ce qu'il y a à dire sur le scénario de The Darkness,c'est qu'il est subliment arrangé,de maniere à scotché le joueur du début a la fin,que ce soit pour la romance avec votre petite amie,la trahison ou meme la vengeance qui vous accompagne tout le jeu..on va tres vite cherché a comprendre pourquoi le darkness,qui fait la force de ce jeu,s'accroche et mene Jackie dans cette histoire de + en + macabre et ténébreuse.

Le Darkness,qu'est ce que c'est?
Le Darkness est une entité,pour le moment venue de nul part,qui le jour de vos 21 ans (majorité au etats-unis) se revele a vous et vous soutient lors d'un accrochage avec des mafieux,ensuite le Darkness vous pretera ses pouvoirs qui au fur et a mesure de votre avancement dans le jeu vous fournira de + en + de pouvoirs.
A lui s'ajouterons les Darlings,petite créatures sorties des enfers pour vous servirs,leurs capacités sont diversifiées,autant certains useront d'armes diverses (marteau piqueur,scie,barre de fer...),d'autres feront usage d'une gateling et meme que d'autres se feront explosé sur vos ennemis,enfin le dernier electrocutera les ennemis et accesoirement blisera toute source de lumière,qui justement est l'ennemi principale de votre darkness.


En effet,pour utilisé le Darkness,il faudra souvent vous assurer que toute source de lumière soit desactivée,voir détruite.La lumière l'affaiblira ou meme le neutralisera,alors que l'ombre et le noir lui permettra de se regenerer.

Sinon l'aventure ne sera pas du démembrage ou de la fussilade non-stop,l'aventure est aussi une aventure émotionel,oui j'ai bien dit émotionel.
Vous devrez (optionelement bien-sur)vous occupez de vos relation avec votre petite amie ou votre tante,et aussi vous serez amené a rencontré de vieilles conésance dans le métro,endroit principal qui vous permet de progressé dans l'aventure.Ces rencontres améneront des missions secondaires qui se résumeront souvent a l'execution d'un ou plusieurs protagonistes nuissant au bien etre de vos amis.Apres si vous voulez enchainez les phases d'actions et donc les chainons du scénario principal,c'est a vous de chosir!

Coté graphisme,c'est du tout bon,certes ce n'est pas une révolution graphique,mais c'est propre,soigné,et ça fourmilles de détail qui donne au jeu une réelle personalité,une vraie vie!

Pour finir,il y a un mode Multijoueur,mais celui-ci est plutot anecdotique,et fait + figure de gadget que de réelle extention du mode Solo.De + celui-ci est victime de nombreux probleme de lag rendant les parties fastidieuses voir injouables.


Bon points :
*Atmosphere envoutante
*scénario prenant
*gameplay du darkness original
*esthetique soignée

Mauvais points :
*Deplacement un peu lents
*reperage dificile lors de l'exploration
*manque de vie dans les rues (comparé au métro)
*Multijoueur baclé (mais pas indispensable)

The Darkness est un jeu qui est entré dans mon panthéon des meilleurs jeux auquel j'ai joué,rien que pour son ambiance et son scénario,prenant et meme...émouvant!
Accompagné d'un grahisme propre et d'un gameplay unique,ce jeu est un titre a possedé,étant fidele au comics il plaira encore plus au fans du ténébreux héros.
Et pour une fois dans un jeu video,ce n'est pas a vous de craindre le noir ou encore les monstres,ce sont les ennemis,certes tres bien armés,qui vous craignent,et ça c'est bon !
Lancez vous dans une quete de vengeance qui vous menera par la suite dans une autre quete afin de sauvé votre ame de la malédiction du darkness....

Bilan = 17/20





< 1 2 3 >




 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2022