Tests membre Battlefield : Bad Company 2 - Xbox 360

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 220 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Battlefield : Bad Company 2



Genre
FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  04.03.2010
  02.03.2010
Nombre de joueurs
1 à 24
Online
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Thème
Guerre
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p

Celten
Publié le 05/04/2010 à 19:38
17/20
   
Armes rechargés, grenades a la main, rangers aux pieds, nos 4 soldats complètements fou de l’armée U.S reviennent enfin pour ce 2ème opus de Battlefield Bad company 2. Jeu de tir a la première personne, BBC2 le nouveau petit joujou crée par le géant Suédois, non pas Ikea, mais bien Dice. Très attendu pour son multijoueur, la campagne solo est également digne d’un gros FPS.

Suite aux événements réalisés dans leur dernière mission Sweetwater, Haggard, Marlowe et leur sergent Redford, sont renvoyés au casse pipe et ont pour but une mission plus délicate. Et ils font moins les malins ! Leur mission pourtant lancée comme normal va se terminer à la recherche d’une arme de destruction massive. La situation entre les Américains et les Russes n’a pas bien encore eue le temps de respirer et pour cause la Bad company va, encore, s’attirer des ennuis. On regrettera cependant la disparition de l’humour présent dans les cinématiques, encore en grand nombre. Dice a choisi d’opter pour un ton un peu sérieux pour la campagne solo. On le regrette ou pas. Sachez tout de même qu’il n’a pas tout a fait disparu, non bien au contraire, Sweetwater et Haggard commenteront quelques situations comme ils savent le faire. Plus d’invasion unilatérale d'un pays voisin par Haggard, plus de courses en cadis de golf et ciao l’hélico présidentielle.

Pour ce qui est du moteur graphisme Frostbite, il offre des qualités d’images trop saturé, un peu brouillon. Parfois, Marlowe en arrivera jusqu'à tirer sur c’est coéquipiers. Alors que pour la Bad company, cette idée n’est que très peu saugrenu. Mais c’est quelques petit défauts se laissent entièrement pardonner moyennant les bombardements traçant une fumée monstre, crash d’hélicoptères, bidon d’essence qui pète donnant naissance à du feu. Ils nous chamboulent et laissent donnent une action intense au jeu. En passant en Amérique du Sud par les jungles, forêts amazonienne, montagne de Bolivie et peut-être même l’Amérique du Nord; Dice essaye de faire profitait de plusieurs environnements existentielle. Ce qui n’est pas une mauvaise chose. Frostbite fait penser dans ces couleurs, un petit peu, penser à Mirror’s Edge.


Et le gameplay dans tout ça ? De ce point de vue la campagne solo opte pour une structure des missions très linéaires. A part quelques exceptions les missions ne se s’accomplissent pas dans un ordre de préférences. Les missions ce déroulent vraiment l’axe du couloir de la carte. On retrouve bien entendu la conduite de véhicules (quads, jeeps, bateaux, chars), mais concernant l’hélico, se dérouleront seulement les voyages (équipé tout de même d’une mitrailleuse), avec comme pilote un hippie binoclar se déclarant pacifiste. Toujours, toujours les fameuses caisses rouges, placés aux bons endroits au bon moment. En revanche les armes sont assez nombreuses dans l’ensemble, la collection des armes découverte est également présente.


Petit changement face au premier épisode, la santé se régénère automatiquement. Plus obliger de se taper une petite picouse dans le bras pour survivre. Concernant l’IA, elle a été sérieusement retouchée. Malgré quelques scripts, les soldats russes ne flaireront pas vos petits rangers à 200m et ne s’attarderont pas qu’à votre propre personne. Bon, bien sûr… il ne faut pas s’enflammer vos chère confrère Américains ne vous aideront pas beaucoup n’ont plus. Au final on remarque que Dice c’est inspiré du développement de Modern Warfare 2. Etant plus sérieux, accomplissant objectifs par objectifs, Battlefield Bad company 2 pourrais sûrement concurrencer le studio Américains d’Infinity Ward. Et grâce, notamment, son multijoueur. Bref, les enchaînements de combats sont super chouette, on se prend bien vite au jeu.

Enfin, la qualité de la bande son laisse réellement à désirer. De ce point de vue, elle est très soignée prouvant le travail fournie par les développeurs. En commençant par les moindres pas par un jour de flotte, jusque aux bruits de fusils d’assauts Américains dans un fond sonore de bombardiers se désignant comme soutien-aérien. Egalement les réactions de haggard, certes scriptés, mais sont commentée à sa façons. Côté musique, elles tout de même très classiques, assez répétitives mais parfois agrémente bien la situation (suspense). Le tout donne résultat à de très bonne chose et à de moins bonne. Mais le moins qu’on puisse dire c’est que Dice à bien bosser, en attendant une suite pour nos 4 barjots.

Remydu38
Publié le 24/03/2010 à 13:44
16/20
   
Les aventures de la Bad Company ne sont pas terminées, à vrai dire elles ne font que commencer.
Notre équipe est de retour pour cette fois-ci se lancer à la résistance des Russes.
De retour avec les 4 membres de l’équipe (Sweetwater, Haggard, Preston, Sergent Redford) qui déserte l’armée lorsqu’ils découvrent un objet qui justifie vraiment de risquer leurs vie en territoire hostile. Les Quatre soldats dont personne ne veut, envoyés comme chair à canon là où personne ne veut aller. Quoi de plus prometteur à désobéir aux ordres et à renoncer a sa nation ? C’est bien ce qui leur est arrivé dans leurs dernières aventures, n’hésitant pas à agir dans leur pur intérêt dès que la situation le permettait (l’or et de l’argent volé).

En 1944 des Américain apprennent qu’il existe une arme de destruction massive qui ne doit impérativement pas tomber entre les mains des Russes. Le Scénario catastrophe qui ne surprend pas, mettant en avant des antihéros dans leur tentative de sauver le monde. Les décors restent néanmoins très variés, allant de la jungle denses de l’Amérique à la montagne enneigées.

La plupart d’entre eux montrent de magnifiques points de vue, une profondeur de champ saisissante et surtout une gestion des particules en flottement dans l’air et de la fumée vraiment impressionnante. Tout ceci est le reflet d’un travail important effectué sur l’aspect optique, et ce sans aucun ralentissement ni signe de faiblesse. Seul certaines textures vraiment abominables vues de près gâchent un peu le tableau, mais n’enlèvent en rien le sentiment d’immersion que ressent le joueur une fois en plein cœur de l’action.
Se qui maintien Bad Company à l’ écart des autre jeux de guerre, c’est le réalisme.
Et oui le réalisme fait partie d’une grande partie qui joue en faveur du jeu, par exemple une explosion suffit à détruire un mur ou une barricade, derrière lesquels il ne faut pas se cacher.
Détruisez même les murs porteurs d’une maison, elle sera entièrement détruite et s’il reste du monde à l’intérieur il sera disparu sous les décombres.

Le son des tires sont vraiment réaliste, quand on tire des balles avec n’importes quelle fusil le son est en volume, les bruits des véhicules aussi sont très bien détailler en texture autant quand sonorité.
De très bonne mission, mais court ( moi je l'ai fini en 6-7 h en mode Normal) sachant qu'il y a 3 difficulté : Facile, Normal, Difficile.

Sachant que la difficulté Facile est juste plus facile que le mode Normal, la difficulté Normal est à peine plus facile que le mode Difficile.
Donc je vous conseil directement la difficulté Difficile pour déjà éviter de refaire la campagne en plus dure et c’est vite fait.

Le mode Multi

Transposez aisément les réflexes du solo dans un jeu en ligne jusqu’à 24 joueurs, par des équipes de 4, et le résultat vous laissera stupéfié. Un ennemi se cache dans une maison ou dans les véhicules ? Sortez donc les explosifs (lance roquettes, c4…) ou même les chars ou d’autres véhicules !!

XynuX
XynuX
Publié le 20/03/2010 à 14:08
18/20
   
Les aventures de la Bad Company ne sont pas terminées, à vrai dire elles ne font que commencer.
Notre équipe est de retour pour cette fois-ci se lancer à la résistance des Russes.
De retour avec les 4 membres de l’équipe (Sweetwater, Haggard, Preston, Sergent Redford) qui déserte l’armée lorsqu’ils découvrent un objet qui justifie vraiment de risquer leurs vie en territoire hostile. Les Quatre soldats dont personne ne veut, envoyés comme chair à canon là où personne ne veut aller. Quoi de plus prometteur à désobéir aux ordres et à renoncer a sa nation ? C’est bien ce qui leur est arrivé dans leurs dernières aventures, n’hésitant pas à agir dans leur pur intérêt dès que la situation le permettait (l’or et de l’argent volé).

En 1944 des Américain apprennent qu’il existe une arme de destruction massive qui ne doit impérativement pas tomber entre les mains des Russes. Le Scénario catastrophe qui ne surprend pas, mettant en avant des antihéros dans leur tentative de sauver le monde. Les décors restent néanmoins très variés, allant de la jungle denses de l’Amérique à la montagne enneigées.

La plupart d’entre eux montrent de magnifiques points de vue, une profondeur de champ saisissante et surtout une gestion des particules en flottement dans l’air et de la fumée vraiment impressionnante. Tout ceci est le reflet d’un travail important effectué sur l’aspect optique, et ce sans aucun ralentissement ni signe de faiblesse. Seul certaines textures vraiment abominables vues de près gâchent un peu le tableau, mais n’enlèvent en rien le sentiment d’immersion que ressent le joueur une fois en plein cœur de l’action.
Se qui maintien Bad Company à l’ écart des autre jeux de guerre, c’est le réalisme.
Et oui le réalisme fait partie d’une grande partie qui joue en faveur du jeu, par exemple une explosion suffit à détruire un mur ou une barricade, derrière lesquels il ne faut pas se cacher.
Détruisez même les murs porteurs d’une maison, elle sera entièrement détruite et s’il reste du monde à l’intérieur il sera disparu sous les décombres.

Le son des tires sont vraiment réaliste, quand on tire des balles avec n’importes quelle fusil le son est en volume, les bruits des véhicules aussi sont très bien détailler en texture autant quand sonorité.
De très bonne mission, mais court ( moi je l'ai fini en 6-7 h en mode Normal) sachant qu'il y a 3 difficulté : Facile, Normal, Difficile.

Sachant que la difficulté Facile est juste plus facile que le mode Normal, la difficulté Normal est à peine plus facile que le mode Difficile.
Donc je vous conseil directement la difficulté Difficile pour déjà éviter de refaire la campagne en plus dure et c’est vite fait.

Le jeux comporte 13 missions:

-Opération Aurore
-Guerre Froide
-Au cœur des ténèbres
-A contre courant
-Piratage Spatial
-Tempête de neige
-Heavy métal
-Cible prioritaire
-Sangre del toro
-On abandonne personne
-Zéro Dark thirty
-Multiplicateur de force
-Mission aéroportée
SkullCandy
Publié le 14/03/2010 à 12:11
17/20
   
Très bon jeu, ses graphismes sont beaux ; le Solo est assez long et toujours aussi humoristique que dans le premier volet même plus; quant au Multi : il ne possède que quelques modes de jeux ce qui pour moi n'est pas assez mais il se rattrape avec la libertée de mouvements dans ses maps et aussi dans les armes et accessoires. Donc il mérite bien sont 17/20 et il pourrait rivaliser avec MW2 d'une certaine manière.
simpson135
Publié le 13/03/2010 à 20:33
20/20
   
JE trouve ce jeu tout simplement magnifique,sa campagne par qui commence pendant la deuxième guerre mondiale et après fini dans l'époque moderne je trouve ca vraiment très bien fait ... Il y a aussi son mode multijoueurs qui est tout simplement époustouflant avec ses cartes variées,les véhicule différents(par exemples il y a des chars mais de différentes sortes) , les équipements avec leurs gadgets ,les graphismes, Il y a encore plein de chose mais je trouve que ce jeu est une révolution je le préfère même à "Call of Duty Moderne Warfer 2" et aussi la façon dont on débloque les armes et leur gadgets,qui nous oblige à jouer avec cette classe là différents d'autre jeux ... Je le conseille vivement à tous les fanas de FPS .

PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019