Tests membre Prey - Xbox 360

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 301 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Prey



Editeur
2K Games
Dveloppeur
Venom Games
Genre
FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  13.07.2006
  11.07.2006
  13.12.2006
Nombre de joueurs
1 8
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Rsolutions gres
720p, 1080i
Son
5.1
Prix de lancement
65,00 €

VeNoM
Publi le 04/08/2007 19:50
12/20
   
Apres une discussion avec votre fianc sur vos valeurs Indienne, d'un coup tout se coupe, tout tremble, oui en effet, les extra-terrestres attaquent, et c'est en arrachant le toit du bar o vous vous trouvez que votre fianc, votre grand-pre et vous mme tes enlevs par un halo de lumire...
Une fois a l'intrieur, vous tes attach, impossible de bouger, vous tes comme condamn tre achemin tel du btail dans les long rseaux du vaisseau spatial qui vous a happ.
Par chance vous serez libr e votre aventure aura pour but de vous "tir de cet endroit" avec votre fianc, en bon "bad-guy, hros malgr lui" que vous tes !


L'histoire semble pas mal, et le jeu en lui mme qu'en est-il ?
Les graphismes sont corrects mais pchent par de petits dfauts, comme le dcalage entre les personnages et le dcor. Autant le dcor s'avre sublime, les personnages, eux, semblent tout juste passables !
Les effets de lumires et autres quant eux sont correct mais rien d'exceptionnel remarquer.

L'originalit sur laquelle veut reposer Prey est celle de sont environnement, ce vaisseau plus nique que mcanique, qui nous propose des choses jusqu'alors indit dans le monde du jeu-vido.
Des passages dans des caisses qui vous emmne dans d'autre endroits, ou qui peuvent vous faire perdre la tte; ainsi que des murs qui cassent les rgle de la gravit et vous permettent de marcher sur eux, la tte en bas ou mme sur les cot. Quand plusieurs ennemis arrivent au sol et que vous tes la tte en l'air, inutile de vous dire quel point les fusillades peuvent devenir...vertigineuse!
Vient ensuite un armement exclusivement organique qui apporte son originalit, bien que son petit nombre et en somme leur faible capacit en munition frustre quelque peu le joueur bourrin.
Pour finir Prey s'adonne a des phases de gameplay dans un vaisseau spatial dont la maniabilit est tordue et le gameplay de ses phases, rptitive et lassante.

Dommage en effet que Prey devienne accrocheur lors de ces six derniers niveaux !
disak
Publi le 22/05/2007 21:27
15/20
   
Prey, c'est avant toute chose un dmarrage en fanfare qui vous arrache votre petite vie quotidienne, comme il le fait avec son hros, Tommy, indien cherokee, mcano de profession qui ne rve que de quitter la rserve dans laquelle il vit en compagnie de son grand-pre Enassi et de la fille de son coeur, Jen. En tout cas jusqu' cette nuit d'horreur durant laquelle une bande d'extraterrestres impolis dcident d'attaquer la Terre et d'aspirer par kilomtres des morceaux de ville qu'ils tlportent bord de leur gigantesque vaisseau spatial (la Sphre). Parcelles d'humanit au nombre desquelles figure le bar o se trouvait cette petite compagnie et dont le juke-box n'aura mme pas le temps de terminer le morceau "You Got Another Thing Coming" avant qu'il ne soit trop tard. A vous de retrouver et de sauver la jeune Jen et de comprendre dans quoi vous avez mis les pattes. Nous voici donc projets dans un environnement trange, horriblement malsain, fait de mtal et de matire organique, un vaisseau plus ou moins vivant bord duquel on trouve des armes qui paraissent respirer quand elles ne se mettent pas carrment nous regarder en pointant vers nous un pdoncule termin par un globe oculaire. Ce qui sera la moindre des surprises.

Tirer au plafond, c'est perturbant... moins que ce ne soit le sol a.Allez, dgrossissons le trait avec quelques mots : FPS, linaire, sans cinmatiques, combats, exploration et nigmes, originalit et ides dconcertantes. De quoi vous donner une ide de ce qui vous attend dans les prochaines lignes. La vraie grande force de Prey rside clairement dans son level design et son ambiance. Inutile de s'attarder trop longtemps sur les dcors qui mlangent des parties mtalliques aux relents industriels des sortes d'organes vivants, donnant le sentiment que l'on volue dans une sorte d'immense estomac cyberntique conu pour avaler et digrer toutes sortes de... choses. La taille compte ici tant on va de surprise en surprise, tonn de voir ce que nos nouveaux copains aliens sont capables d'attirer dans leurs griffes. Ce simple fait suffit dj rendre l'exploration jubilatoire, du moins pour un temps, car l'effet de surprise, a ne dure pas. Mais bien sr, le level design de Prey a su se faire dsirer pour deux autres raisons : sa gestion de la gravit et ses portails dimensionnels. Pas trop d'affolement ceci dit, malgr la prsence de ces deux excellents artifices, le jeu est tout ce qu'il y a de plus linaire, aimant d'ailleurs nous faire stagner entre deux portes et autant de combats le temps que l'on rsolve une nigme souvent stupide (parfois tel point que l'on reste coinc pour rien).

Les dcors fais de mtal et de matire organique offrent parfois un trange spctacle.Nanmoins difficile de ne pas apprcier la faon dont la progression dans le jeu est affecte par ces principes. Les rails anti-gravit qui nous font grimper aux murs et plafonds, ou les interrupteurs qui inversent la pesanteur (nous faisant tomber dans tous les sens) sont rgulirement mis contribution afin de compliquer notre avance tortueuse, chamboulant totalement nos vieux repres. Passer du haut au bas, du haut aux cts a de quoi drouter et le simple fait de faire feu sur des ennemis qui ont la tte en bas est suffisamment original pour tre divertissant souhait. Et il va de soi que l'on aura droit de nombreux puzzles en rapport avec ces rampes et interrupteurs.

L'effet des portails est fort bien rendu.Quant aux portails, idem, en faire usage est tout ce qu'il y a de plus amusant. Il faut avouer que voir ces cercles ou ces portes qui ne donnent sur rien tant qu'on ne les regarde pas dans le bons sens est un pas dans la construction d'un univers SF interactif, et on ne se lasse pas d'en faire le tour et de jouer avec ces passages qui semblent n'aller nulle part. Seul dfaut regrettable, on ne contrle absolument rien ici, la progression tant linaire en diable, ce qui, en termes de gameplay, relgue l'ide une porte, une porte tout ce qu'il y a de plus classe certes, mais une porte quand mme. N'empche, l'ide permet de glisser des entres et sorties dans les lieux les plus saugrenus, ce qui suffit modifier les habitudes et remuer un peu les codes du level design, tout en s'imposant comme un lment d'ambiance efficace et vritablement spectaculaire observer puisque l'on voit travers ces portails ce qui se passe de l'autre ct, tout en ne voyant que ce qu'il se passe "ici" si l'on porte les yeux sur le bord.

Une (trop) grosse partie du jeu rside dans des nigmes base de gravit.La troisime touche "en plus" est votre capacit projeter votre esprit hors de votre corps. L'usage premier de la chose tant de pouvoir passer travers les champs de force bloquant frquemment le passage, ou bien d'emprunter des passerelles spirituelles, enfin dans un cas comme dans l'autre, le but est de vous permettre d'atteindre un bouton quelconque grce auquel vous pourrez dbloquer votre corps de chair et poursuivre l'avance. Prey comporte ainsi une grande quantit d'nigmes et de puzzles, malheureusement trop simplistes et tout juste du niveau de ce que l'on a vu dans Half-Life 2, dans un style diffrent bien sr. Trs peu varies, ces embches souffrent clairement de leur redondance. L'autre apport de ce corps astral est une tentative d'innovation de Human Head, la possibilit de gagner le monde des esprits lorsque vous mourez. Arm de votre arc, vous aurez un temps limit dans une arne pour capturer des mes valant autant de points de sant acquis lors de votre retour la vie. De fait, on ne meurt jamais dans Prey, ce afin d'viter la frustration du game over. L'ide est bonne, du moins l'intention, et parfois mme salutaire pendant les combats contre de gros boss. Seulement voil, des quicks saves infinies, une impossibilit totale de mourir et un mode hard accessible seulement aprs avoir fini le jeu (?!) la dduction est simple : Prey est facile, trop facile. Jamais on ne se soucie vraiment de mourir, puisque de toutes faons, on ne peut pas. Et fatalement, la dure de vie s'en ressent, car en sus d'tre simple, Prey n'est pas particulirement long n'excdant pas la dizaine d'heures de jeu, moins pour les joueurs les plus aguerris (ou les moins prompts rester bloqus pour un dtail idiot pass inaperu).

Ah oui, quand mme, y rigolent pas les aliens.Tout un chacun aura donc not que nous sommes ici passs l'nonc des dfauts du titre. Un chapitre dans lequel on regrettera que malgr sa grande qualit, le design du jeu souffre d'un srieux manque de diversit, selon le sacro-saint principe de l'unit de lieu, on observe bien peu de changements esthtiques d'un bout l'autre de la Sphre. Il en va de mme pour les ennemis, peu nombreux, la fois sur le plan du type d'adversaires que du nombre simultan d'ennemis affronts dans une scne de combat. Ceci tant, certains nous opposent une rsistance farouche, soit par une IA suffisante pour qu'ils soient capables de sa mettre couvert ou de se replier, soit par une taille et une agressivit consquentes. Enfin, il est assez dommage que l'intrigue s'tiole finalement trs vite dans le jeu, au profit d'une action qui s'emballe crescendo vers la fin travers quelques combats aux relents piques.

Votre corps astral vous permet de franchir les champs de force.Et c'est avec le mode multijoueur que nous poursuivons, un mode brid qui ne contient qu'un deathmatch et un team deathmatch, tous deux limits 8 joueurs pour un total de 6 cartes. Mme si les particularits du mode solo (anti-gravit, portails et esprit) sont prsentes, il est clair qu'avec un multijoueur aussi triqu, cette section du jeu fait long feu, en dpit de maps bien construites, une fois la surprise passe, on retombe vite sur nos pieds. Dommage. En vrit, on ralise vite que Prey est finalement un jeu ultra classique dans le fond, mais que Human Head a su lui donner une forme diablement originale, inhabituelle, qui fait sa vritable force et tout son intrt. L'univers cr pour le jeu, la Sphre, est une source de surprises rgulires, de drles de choses s'y produisent, des choses parfois spectaculaires et qui font passer les autres FPS hollywoodiens pour des films petits budgets et c'est plus par un capital sduction que Prey nous attire que par un gameplay totalement rvolutionnaire.

Killing_Pete
Publi le 13/04/2007 13:10
13/20
   
Un FPS assez original, l'ambiance particulire (un peu la War of the Worlds) mme si les graphismes ne sont pas merveilleux (il s'agit d'un jeu pas si rcent que a donc bon...) ils tiennent la route et sont suffisants pour se plonger dans le scnario et l'envie de sauver la jolie girlfriend en dtresse :)
Le Gameplay est plus que correct, et les passages "AntiG" sur les rails prvus cet effet apportent au jeu un ct innonvant pas dplaisant du tout.
Certes les dcors sont vraiment rptitifs (on est sur un vaisseau et on s'en rappelle tout le long car on ne le quitte jamais, si ce n'est lors de visions nous permettant de communiquer avec GrandPa mais alors les textures des rochers sont vraiment pas jojo et on a hte de revenir dans le monde rel...
Le ct "Monde Astral" dans lequel on se plonge pour pouvoir passer des obstacles du monde concret est plutt sympa, et permet de renouveler un peu le gameplay qui serait tout de mme un peu trop classique sans cela.
Au final un jeu qui ne laissera pas sa marque dans les Hall of Fame des meilleurs softs, mais qui se laisse jouer. A acheter d'occaz pour les inconditionnels des FPS fans de la guerre des mondes...
STM Don 7alcone
Publi le 14/03/2007 06:45
13/20
   
Un peu plus Prey des toiles ? Ca aurait pu bien sonner comme rsum de test ce jeu qui est arriv entre mes mains, par hasard mais surtout sur un coup gagnant en affaires. Oui, je l'avoue, je l'ai achet d'occasion mais neuf. Le gars le bradait et je me suis dit, les indiens et les Corses, a a une longue histoire en commun, non ? Toujours est-il que je me suis demand jusqu' l'arrive de la boite ce que j'allais bien pouvoir dans ce jeu et si, ce dernier allait pouvoir me donner entire satisfaction. Je rponds de suite non. Puisque la mauvaise nouvelle est tombe, commenons par le dsagrable. 2K Games, mon avis, ils ont d rater un pisode sur comment dvelopper un jeu en multijoueur online. En effectuant seulement deux parties, je me suis cr un Show-up du Lag... Pour viser un adversaire, aurait-il fallu que ma grand-mre atteinte de Parkinson prenne les commandes que moi-mme essayant tant bien que mal tirer l ou a fait mal... Vous l'aurez compris, je crois que Prey connat quelques soucis de ce ct-l. Par contre, j'ai t conquis par la campagne mais surtout les effets visuels, l'univers prsent et celui que je vais vivre au cours des 44 pisodes, 22 en difficult normal et Cherokee. Qui ne sera pas tonn de prendre les fameuses rampes d'accession un niveau diffrent en se demandant si son repas ne va pas, lui aussi revenir, du mme coup ? Qui ne va pas s'interroger en toute honntet sur le pour ou le contre de l'abbrevation des souffrrances de son prochain ? Qui ? Je vous le dis en mille, ce ne sera pas Bibi... En rsum, Prey est plus, de mon point de vue, un jeu fait pour la campagne que pour le multijoueur ce qui change finalement mais, peut-tre en serez-vous autrement convaincu de votre ct... Du mien, j'irais arpenter les sombres alles d'un je ne sais quoi de vaisseau E.T venu s'amuser dans l'Oklahoma, Sweet home Oklahoma enfin, pas trop pour Tommy...
Spartan 117
Publi le 30/08/2006 18:57
17/20
   
Ce jeu est un F.P.S. trs orginal qui est bourrins mais pas besoins de tirer longtemps sur les ennemies,arme destructrice et aussi impressionnantes.Le changement de graviter est trs marrant et original.

Les points negatifs de ce jeu est qu'on ce perd un peu beaucoup,les producteur un peu forcs sur les changement de gravitation et aussi sur les sortit d'mes.Les boss souvent difficiles car il faut tre assez malin tripoter plein de boutons.

Maitenant les points positifs : le changement de gravitation est original mais les producteurs en ont abuser,quand on meurt,on est pas mort.Le jeu d'esprit qui sort et qui rentre est marrant mais la encore les producteur en abus.beaucoup de truc peuvent tre bouger.Les vehicules sont marrant.


 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vido informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN 2002-2020