Test Spider-Man : le règne des ombres - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 231 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Spider-Man : Le règne des ombres



Editeur
Activision
Développeur
Shaba Games
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  24.10.2008
  21.10.2008
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Thème
Super Héros
Mémoire
352 Ko
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Son
Dolby Digital

L’homme-araignée se dope et nous pond un jeu survitaminé à base d’invasions symbiotiques, d’apparitions de multiples personnages connus de l’univers Marvel et d’un gameplay original reprenant à la fois les bases des précédents jeux en incorporant de riches nouveautés au tout. Cela suffira-t-il au monte-en-l’air pour parvenir à adhérer le plus parfaitement possible à nos consoles de salon ?

On se fait une toile ?




Auparavant dirigée par les petits gars de Treyarch, désormais bien occupés à développer les Call of Duty qu’Infinity Ward ne réalise pas, la série de jeux Spider-Man passe de trois adaptations plus ou moins réussies et d’un Ultimate Spider-Man très surprenant à un Web of Shadows très récemment dévoilé par Activision. L’histoire prend place dans l’univers du tisseur, à un moment peu glorieux où celui-ci se voit confronté à Venom qui le contamine une nouvelle fois avec son costume noir symbiotique. Seul problème : il semblerait que cette invasion ne se limite pas au super-héros des gratte-ciels et qu’une véritable épidémie new-yorkaise s’est répandue. Les civils commencent à grimper sur les immeubles et même le Caïd commence à paniquer. Le S.H.I.E.L.D, sorte de police des super-héros, met la ville en quarantaine et c’est sur l’air du Sonate au Clair de Lune que Spider-Man, désespéré, s’élance vers sont prochain combat. Mary-Jane s’en sortira t’elle ? Wolverine a-t-il la classe dans sa version Symbiote ? Pourquoi Elektro est toujours incontrôlable ? Le Rhino saura-t-il faire preuve d’intelligence ? Pourquoi Luke Cage a-t-il commencé sa carrière avec un diadème sur la tête ? Des questions qui trouveront leur réponse dans une trame scénaristique travaillée, bien mise en scène, bien orchestrée, mais qu’on aurait voulu tout de même un brin plus audacieuse. En l’état, ce n’est pas trop grave, mais les fans en auraient sans aucun doute voulu davantage. On s’en contentera tout de même, vu tous les grands duels que celle-ci propose au joueur.

Tout d’abord, Spider-Man : Web of Shadows n’est pas un énième jeu Spidey. Les développeurs de Shaba Games, réalisateurs de ce titre, qui utilise le moteur signé Treyarch des précédents épisodes, ont tenu à révolutionner le gameplay quitte à casser un peu l’image du héros des comics. Désormais, Spider-Man gagne en logique de déplacement ce qu’il perd en exactitude d’habileté au corps à corps. Si comme dans les comics, Spidey est une véritable fusée avec sa toile et ses très nombreuses combinaisons de touches lui permettant de prendre de l’attitude, de sauter, de viser un point bien précis ou de jouer avec les toits des immeubles, il n’empêche qu’il est ici une véritable furie de poings et pieds ! Pas très respectueuse des prouesses du héros lors des séances de lecture, les phases de combat n’en sont pas moins carrément pêchues et peu répétitives tant elles s’alimentent en combos nouveaux et gestes classes de premier ordre. On apprécie ou non le style du nouveau Spidey mais quoi qu’il en soit, on ne peut pas dire que Shaba Games n’a pas mis les petits plats dans les grands. Les batailles sont « Devil-May-Cryienne » et n’importe qui aimant les jeux de poseurs s’y retrouvera sans problème.

Deux costumes : deux orientations...




D’une simple pression sur le stick analogique gauche, Spidey change de costume. En rouge et bleu, il est plutôt bon et se bat avec classe et désinvolture. En noir, il est chaotique et n’hésitera pas à faire très mal, quitte à faire du surf avec ses ennemis sur le bitume de New York. Cette option de choix des costumes est innovante et permet ainsi d’oublier la laborieuse phase des menus et de la sélection de personnages. On choisit instantanément la direction que l’on veut donner à son personnage et en fonction de ses actions et de l’utilisation des costumes, Spider-Man gagne ou perd des points des deux côtés de la balance pour se trouver une orientation qui colle avec celle du joueur. Des points sont à gagner tout au long du jeu permettant de débloquer (de façon automatique ou non, c’est selon le choix du joueur) de nombreux combos. Ainsi, à la fin du jeu, Spidey est une véritable machine à claque surpuissante, mais pas abusée, juste assez forte pour faire de chaque action une véritable case de comics. La joie se lit alors sur les fans de lectures Marvel.

C’est d’ailleurs là que le bât blesse. Et les autres alors ? C’est simple : si vous ne connaissez pas Spider-Man ou même que vous ne le connaissez qu’à travers les films, quelques dessins animés ou deux trois pages lues de travers, oubliez Web of Shadows ! La trame est très complexe pour les non-initiés et les blagues seront hilarantes... seulement pour les fans. Un gros problème pour les uns, une grande réussite pour les autres tant les précédents jeux Spider-Man semblaient quelquefois monotones et sans prise de risques pour les plus grands aficionados du tisseur. Respect des débutants oblige. Mais pour une fois que le grand public n’est pas visé, est-ce une raison pour sanctionner le jeu ? Quelque part, malheureusement oui, car une petite page de présentation et quelques missions explicatives sur le passé, la situation actuelle ou la présence de héros X-Men dans l’univers Spider-Man ne seraient vraiment pas de trop pour les nouveaux venus. C’est ici au contraire le meilleur moyen de dégoûter n’importe qui voulant se mettre aux comics, jugeant alors l’univers trop complexe pour être pris en cours de route. Alors que même en France, ceci est fort possible.

Il a beau être joliment animé, Spider-Man ne bénéficie pas non plus de graphismes hors pairs et les arrières plans et de nombreuses textures bavent un peu et ne font pas s’exciter la rétine du joueur avide de jolies scènes. Seule la mise en scène, justement, tente d’amadouer les amoureux de belles choses à regarder. Black Cat y est aussi pour beaucoup, il faut bien l’avouer. Musicalement par contre, tout est assez honnête et reprend beaucoup des thèmes des films de Danny Elfman. Ce qui n’est pas vraiment un défaut. Bref, ce Spider-Man : Web of Shadows est un bon jeu d’Action/Aventure pour les uns, une véritable petite perle pour les gens moins objectifs. C’est ça aussi, être fan...

Point complet
Web of Shadows est une très bonne surprise qui intéressera cependant plus les fans que les joueurs ne connaissant Spider-Man qu’à travers ses aventures cinématographiques. Néanmoins, voilà un jeu honnête qui reprend, avec succès, un gameplay réussi des précédents épisodes en proposant au joueur autre chose que des batailles insipides et une trame narrative déjà vue à la télévision. Web of Shadows n’est pas glorieusement réussi, mais augure du meilleur pour le futur de la licence !

On a adoré :
+ Bien animé et mis en scène
+ De très bonnes références
+ Un gameplay jouissif !
+ Un scénario intéressant
+ Deux costumes pour deux modes de combat
+ Une évolution vraiment amusante
On n'a pas aimé :
- Pour les fans !
- Une VF à côté de la plaque
- Forcément un peu répétitif
- Pas très beau


Consulter les commentaires Article publié le 07-11-08 par William B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019