Test Call of Duty 3 : En marche vers Paris - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 154 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Call of Duty 3 : En marche vers Paris



Editeur
Activision
Développeur
Treyarch
Genre
FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  10.11.2006
  07.11.2006
  29.03.2007
Nombre de joueurs
1 à 24
Online
- Jeu en ligne
- Réseau local
Classification PEGI
Thème
Guerre Historique
Résolutions gérées
720p, 1080i
Son
5.1
Prix de lancement
69,00 €

Après deux épisodes déjà, la série des Call of Duty prend aujourd’hui un nouveau tournant. Non content des excellents résultats de sa licence, Activision a choisi de lui donner un aspect plus grand public. Une orientation risquée qui aurait pu finir droit dans le mur si les développeurs de Treyarch n’avaient pas donné à leur soft une dimension épique digne des plus grands films de guerre hollywoodiens. Restait encore à voir si le blockbuster ne ferait pas office de simple add-on plutôt que de véritable suite…

Plus vif, plus beau et plus immersif que jamais !




Alors que les alliés posent les pieds en Normandie, des régiments parachutés évoluent derrière les lignes ennemies. Américains, canadiens, anglais et polonais se serrent les coudes pour mener à bien l’offensive qui mettra K.O. les forces de l’axe. Direction Paris, la capitale de l’hexagone. Mais la route jusqu’à la capitale française risque d’être longue et semée d’embûches…

A nouveau jeu, nouveau gameplay. Ainsi, le titre de Treyarch bénéficie d’une mise en scène nettement plus réussie que dans les précédents opus. Si la liberté d’action s’en retrouve réduite, de par une plus grande linéarité, le rythme, lui, est plus soutenu. Les balles sifflent aux oreilles, les régiments alliés avancent par dizaines, les bâtiments s’effondrent, les explosions se comptent par demi-douzaines à l’écran, bref, COD 3 nous en met plein la vue, et force est de constater qu’on a vraiment l’impression d’être dans un film de guerre interactif. Seule l’intelligence artificielle peu évoluée de vos ennemis vous ramène à la dure réalité de la fiction. Néanmoins, COD 3 arrive à nous faire ressentir des émotions encore jamais vues jusqu’à présent. Et très honnêtement, c’est loin de nous déplaire.

Outre des assauts en équipe, vous devrez participer à de véritables raids sur les positions ennemis, en surfant entre les explosions et balles et en réduisant les forces de l’axe à néant. Les scènes en véhicules ont également été retravaillées, de sorte qu’on ait une impression de toute puissance sur le champs de bataille.

Au niveau des décors traversés, COD 3 vous en mettra plein la vue avec des niveaux en pleine campagne qui respirent l’air libre, des décors urbains qui fourmillent de détails et des opérations nocturnes presque glauques. Néanmoins, si Activision a bien poursuivi sur sa lancée, on regrettera tout de même l’absence de missions plus originales qui auraient amené encore plus de variété aux décors. Pourquoi ne pas incorporer de décors luxuriants issus de la guerre du Pacifique, ou des décors désertiques de Turquie ? Une question qui restera probablement à jamais sans réponse.

Last but not least pour ce qui est de l’évolution de la jouabilité, COD 3 est nettement plus stressant et crispant que son aîné. L’impression de guerre totale est toujours présente, avec de très rares temps morts et des bombardements intensifs qui nous donnent souvent l’impression d’être une proie face à une armée allemande rudement bien organisée. Inutile de dire que vos alliés vous seront d’une très grande aide sur le champs de bataille puisqu’une fois votre énergie au plus bas, ils n’hésiteront pas à prendre des risques pour vous couvrir…

Des sensations garanties




Du point de vue du gameplay, COD 3 conserve les acquis du passé, en y ajoutant nombre de petites nouveautés qui lui offrent une jouabilité aux petits oignons. Car si le jeu est plus grand public, et par la même occasion plus sensationnel que jamais, il n’en demeure pas moins plus complet. On retrouve au rang des nouveautés l’introduction de combats au corps à corps sous la forme de Time Events. En gros, lorsque vous entrez dans une pièce, une courte cinématique vous met en confrontation avec un soldat nazi qui vous fonce dessus. Il faudra alors appuyer tour à tour sur la gâchette droite et la gâchette gauche pour le repousser et ensuite le mettre chaos. Même technique pour ce qui est des différentes manipulations à effectuer lorsque vous posez du C4 : presser un bouton, tourner un stick plusieurs fois et conclure en pressant sur un autre bouton. Pas essentielles, ces quelques petites nouveautés permettent tout de même de varier les plaisirs. Ensuite viennent les véhicules, plus nombreux que dans Call of Duty 2, et surtout : plus drôles à conduire. Ainsi, il est dorénavant possible de conduire les jeeps avec les troupes anglaises et canadiennes, à partir d’une vue interne ou à la troisième personne, mais également des chars polonais qui réduiront en bouillie les champs normands. Le mot d’ordre est donc variété. Il en résulte une campagne solo particulièrement prenante et très agréable à parcourir.

Pour ce qui est de la durée de vie en revanche, le mode solo de COD 3 est très court. Comptez entre 6 et 8h en facile, et une bonne vingtaine d’heures en vétéran. Inutile de dire que vous n’y passerez pas des journées entières. Néanmoins, comme cela semble être la tendance actuelle, nous ne blâmerons pas l’éditeur qui nous offre un divertissement très agréable, prenant et rudement efficace. Nul doute que vous passerez un agréable moment en tête à tête avec votre console, mais à 70€ les 6 heures de jeu, la pilule risque d’être difficile à avaler… Sauf si vous disposez d’un compte Xbox Live Gold…

Un mode multijoueurs enfin à la hauteur




Comme l’aventure solo de Call of Duty 3 n’est pas vraiment longue, vous ne tarderez pas à jeter un coup d’œil à ses modes multijoueurs. Et, oh, miracle : Activision a décidé de faire table rase du passé et de nous proposer un mode flambant neuf. Si les différents modes de jeu restent plutôt classiques, avec du Deathmatch, du Team Deathmatch du Capture the flag ou du Domination, les maps, elles, valent vraiment le coup d’œil. L’éditeur américain a en effet donné à ses cartes une réelle profondeur de jeu qui permet d’établir de véritables tactiques d’équipe pour faire mordre la poussière aux troupes adverses. Comme dans Return to castle Wolfenstein, il est possible de choisir la classe de son soldat parmi huit rangs différents. Chaque classe bénéficie bien entendu de ses propres qualités et défauts (vitesse, puissance de feu, endurance,…). Raison pour laquelle il faudra choisir avec parcimonie son soldat, afin de créer une Dream Team qui décimera les troupes adverses. Une fois sur le terrain, vous devrez communiquer le plus vite possible à l’aide de vos casques et prendre vos repaires afin d’effectuer un réel travail d’équipe.

Une réelle évolution d’un mode de jeu auparavant laissé de côté aux profits d’un mode solo trop court. Activision semble avoir compris ses erreurs du passé et nous offre un titre réussi, avec un mode solo qui se laisse digérer et un mode multijoueurs qui vous tiendra en haleine pour de nombreuses heures de jeu.

Des images vraiment Next-Gen




Nombre de fans craignaient que Call of Duty 3 soit juste un simple add-on du second opus, mais c’était sans compter sur le savoir faire de Treyarch, qui en seulement une année aura réussi à améliorer de manière efficace l’aspect graphique du jeu. Fini les décors pauvres en éléments, fini les modélisations des personnages à la hache, place à présent à de la vraie Next-Gen avec une nette amélioration du moteur graphique. Les soldats sont plus beaux que jamais et évoluent avec une démarche particulièrement réaliste sur un champs de bataille magnifiquement représenté.

Pour être clairs : disons que Call of Duty 3 enterre littéralement son prédécesseur du point de vue graphique. L’évolution est vraiment visible et la plupart des joueurs seront plus que satisfaits de découvrir un titre aux allures de Gears of War. Seul petit bémol peut-être : les explosions sur le sol qui donnent lui à une gerbe de terre peu inspirée… Treyarch aurait clairement pu faire mieux. Mais à la vue de la réalisation globale du titre, c’est chercher la petite bête…

Pour ce qui est de la bande sonore, Call of Duty 3 a tout du blockbuster hollywoodien avec ses musiques patriotiques, ses doublages de films d’action et ses bruitages en Dolby Digital. Tout est là pour nous plonger d’entrée de jeu dans une guerre terriblement réaliste et diablement tripante. Nul doute que Call of Duty 3 a mis la barre sacrément haut pour la concurrence !

Point complet
Force est de constater que Call of Duty 3 fait assurément partie des plus belles surprises de cette fin d’année. Loin de se contenter de ses acquis, la série d’Activision nous offre un vent de fraîcheur en abordant la seconde guerre mondiale d’une manière nettement plus immersive que dans Call of Duty 2. Les nouveautés sont légion, le jeu bénéficie d’une très grosse amélioration graphique et les modes multijoueurs ont été retravaillés. Un excellent FPS qui, malgré une durée de vie fort limitée, arrive à s’imposer comme une véritable suite, et non pas un simple add-on. Inutile de dire qu’il fait assurément partie des meilleurs titres de cette fin d’année !

On a adoré :
+ Grosse mise à jour graphique
+ Des décors variés
+ Un mode multijoueurs convaincant
+ Immersif au possible
+ Des bruitages très réalistes
+ Plus furieux que Call of Duty 2 !
+ De nombreuses nouveautés
On n'a pas aimé :
- Un mode solo un peu court…
- Un peu trop linéaire
- Plus bourrin qu’avant
- L’IA des ennemis


Consulter les commentaires Article publié le 13-11-06 par Etienne F.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2017