Test Banjo-Kazooie - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 211 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Banjo-Kazooie



Editeur
Rare
Développeur
4J Studios
Distributeur
Xbox Live Arcade
Genre
Plateformes
Statut
Disponible
Date de sortie
  03.12.2008
  03.12.2008
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Son
Dolby Digital
Prix de lancement
1200 MS Points

Depuis qu’il est entre les mains de Microsoft Games, Rare a perdu de sa grandeur. Pourtant, le studio nous a gratifié d’un excellent Conker : Live & Reloaded, du génial Viva Pinata ou encore du très sympathique Kaméo : Elements of Power. Mais Rare dispose également d’un excellent catalogue de jeux qui devrait, à terme, être disponible intégralement sur le Xbox Live Arcade. Après JetPac Refuelled, le studio nous offre donc une réédition de son jeu de plates-formes, Banjo-Kazooie, sorti à l’époque sur Nintendo 64. Reste à voir si après autant d’années, le titre n’a pas trop pris la poussière…

Qui est la plus belle ?




Du haut de sa sombre tour, la vilaine sorcière Gruntilda épie les simples mortels qui vivent en bas et admire sa beauté. Mais lorsque son miroir lui dit qu’une petite oursonne est plus belle qu’elle, Gruntilda entre dans une colère monstre et décide de descendre de sa tour pour attraper la gamine et l’emmener chez elle afin de lui voler sa beauté. Pendant ce temps, Banjo, le grand frère de la petite oursonne, et son pote Kazooie, un volatile à l’humour vaseux, dorment paisiblement. Jusqu’à ce que Kazooie entende la petite sœur de Banjo se faire enlever. Ensemble, ils tenteront de la sauver des griffes de la terrible sorcière en collectant pièces de puzzle et notes de musique… Banjo-Kazooie fait sans aucun doute partie des plus grands hits à avoir vu le jour sur Nintendo 64. Sans doute pas aussi bon que Super Mario 64 et encore moins que le quasi-parfait Banjo-Tooie, le premier volet des aventures de ce duo de choc n’en demeure pas moins un monument de l’Histoire. Pourtant, son scénario est assez simple et rappelle à lui seul des milliers d’autres contes de fées… Mais Banjo & Kazooie est bien plus que cela, c’est une expérience enivrante qui offrait aux jeux de plates-formes une véritable bouffée d’air frais !

Les possesseurs du jeu d’origine ne seront pas surpris à la vue de ce remake puisque le titre n’a pratiquement pas évolué techniquement. Les visuels ne se sont que très sensiblement améliorés, Rare tenant à tout pris à rester fidèle au jeu d’origine. Néanmoins, il faut bien reconnaître que cet atout a également un gros défaut : le titre n’étant plus tout jeune, il a vieilli et certains seront choqués par la qualité graphique somme toute assez décevante. Il ne faut pas oublier que Banjo-Kazooie faisait partie des premiers jeux à voir le jour sur Nintendo 64 et sa suite sera d’ailleurs nettement plus réussie d’un point de vue technique. Mais là n’est pas vraiment le sujet du jour car, heureusement pour lui, Banjo-Kazooie compense ses faiblesses graphiques par un univers coloré et particulièrement rafraîchissant. L’humour « so british » des personnages principaux, les décors qui s’étendent à vue d’œil, les personnages secondaires aussi originaux que drôles ou encore ces grognements et couinements qui servent de voix à notre duo de choc donnent au jeu un charme très particulier.

Mais là où le jeu de Rare marque le plus de points, c’est sans aucun doute du côté de son gameplay. Simple à prendre en main, Banjo-Kazooie n’en demeure pas moins un jeu complet qui offre beaucoup plus de possibilités que dans un Mario. Le joueur dirige Banjo, un ours qui sait courir, sauter, s’accrocher, nager, plonger et qui a, dans son sac, son meilleur ami volatile, Kazooie. Au fil de l’aventure, vous apprenez de nouveaux coups et techniques qui vous permettront de découvrir tout le potentiel de ce jeu extraordinaire. Banjo et Kazooie sont indissociables. Lorsque l’un d’eux n’est pas capable de passer une épreuve, il doit donc faire appel à son ami. Et Kazooie occupe un rôle essentiel dans l’aventure puisqu’il double voire triple la palette de mouvements possibles, que ce soit en prenant Banjo sur son dos pour monter le long d’une falaise abrupte ou en effectuant un gigantesque saut en arrière avec lui. Rarement un jeu de plates-formes avait offert des possibilités aussi larges.

Comme dans Super Mario 64, Banjo Kazooie propose d’entrer dans des « mondes » dans lesquels il faut collecter des notes de musique et des pièces de puzzle qui permettent d’avancer. Pour ce faire, il faut apprendre les techniques de notre duo, affronter des ennemis, les éviter dans certains cas et trouver la meilleure manière de se tirer d’affaires épineuses. Car Banjo-Kazooie, c’est aussi un jeu de plates-formes complexe qui demande de réfléchir. Chaque niveau est « ouvert ». Comprenez par là que l’aire de jeu ne se limite pas à quelques couloirs ultra linéaires qui vous mènent d’un point A à un point B. Le joueur bénéficie d’une totale liberté d’action et peut réaliser ses « objectifs » dans l’ordre qu’il le désire. S’il bloque sur une énigme, il peut donc passer à autre chose le temps de comprendre le mécanisme et/ou d’acquérir une technique qui lui permettra de surmonter plus facilement l’épreuve.

Drôle, complet, fun et particulièrement attachant, Banjo-Kazooie est également un jeu de plates-formes de longue haleine puisqu’il faut entre 15 et 20 heures pour boucler l’aventure, selon vos talents et votre manière d’aborder chaque niveau. Au tarif auquel il est proposé, inutile de dire qu’il s’agit d’une affaire à ne manquer sous aucun prétexte ! Enfin, dernier point mais non des moindres, la bande sonore se compose de couinements, grognements mais aussi de musiques tout simplement exceptionnelles et dans la plus pure tradition des productions de Rare. Mélange de folk, orchestres classiques et chansons populaires, les mélodies ont quelque chose d’enivrant et nous emportent dans un autre univers, ce qui devient une denrée rare de nos jours.

Point complet
Au final, difficile de trouver quoi que ce soit à dire sur ce portage ou même sur le titre d’origine. Rare nous offre un des plus grands jeux de plates-formes de l’histoire du jeu vidéo, un titre qui mélange habilement humour, aventure, réflexion et détente et qui parvient à nous tenir scotchés à notre pad pendant une bonne quinzaine d’heures. Dommage que les graphismes aient si mal vieilli et que sa suite, Banjo-Tooie, qui arrivera bientôt, surclasse sans difficulté ce premier épisode !

On a adoré :
+ Une bonne durée de vie
+ La prise en main simple et efficace
+ Le gameplay, énorme
+ L’univers du jeu
+ La bande sonore
+ L’humour
+ Pas cher !
+ Fidèle à l’original
On n'a pas aimé :
- Des graphismes qui ont vieilli
- Moins bon que sa suite…


Consulter les commentaires Article publié le 24-11-08 par Etienne F.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019