Test Yager - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 220 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Yager



Editeur
THQ
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  09.05.2003
  05.10.2004
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI

Au sein d’une ludothèque plus achalandée en jeu de robot qu’en jeu de shoot 3D, THQ par le biais du Studio allemand Yager Development, s’engouffre dans le créneau en proposant un soft aux qualités techniques indéniables. Ceux qui ont pu s’essayer à la démo le savent déjà, Yager est beau. Mais cela suffit-il pour le rendre indispensable ?

Un chaos commercialement organisé




Yager nous plonge dans un 21° siècle où la terre a été séparée en zone d’échange, contrôlées par des mega-corporations. Les notions de patrie et de pays ont disparu et seul l’intérêt économique dirige désormait le monde. L’administration centrale n’est plus en fonction et chaque zone dispose de règles constitutionnelles propres. Les frontières n’étant plus rigide, chaque zone essaye, par n’importe quel moyen, d’exercer une influence sur une zone voisine afin d’élargir son champ d’action économique. C’est dans ce contexte proche d’un Mad Max version Hi-tech que se livrent une guerre acharnée l’organisation commercial Proteus, fondée sur les idéologies occidentales traditionnelles et une forte organisation militaire, la DST. Entre ces deux zones, se trouve une zone de libre échange qui est la proie de toutes les convoitises et l’espace de travail des Free lancers.
Magnus Tide est l’un d’eux. Ancien pilote des marines et forte tête notoire, Magnus travaillait pour Proteus jusqu'à ce qu’une mission lui coûte son vaisseau. Oublié pour un temps par l’organisation, c’est une recrudescence de pirate hostile aux portes de Proteus qui le remettra dans la course. L’organisation ayant besoin d’un Free lancer opérant en solo, et étant capable d’accepter les missions les plus folles. Magnus Tide est cet homme et c’est à bord de son tout nouveau vaisseau que l’aventure commence.

Si Yager débute par un classique (mais très bien intégré dans le scénario) tutorial, on se rend vite compte que l’équipe Yager development a voulu insuffler à son premier jeu une forte ambiance de quête. Les missions étant très scénarisées, on a une réel impression de faire élever Magnus au sein de la hiérarchie de Proteus. Devant faire ses preuves, Magnus recevra d’abord des missions simples qui se compliqueront afin de faire de plus en plus appel à nos réflexes. Passé le tutorial, le jeu propose une vingtaine de missions toutes plus dur les unes que les autres. Si elles commencent toutes avec un objectif principal, il n’est par rare qu’au cour du jeu des objectifs secondaires apparaissent. Ceux-ci tranchent généralement avec le jeu principal, en proposant des challenges divers tels que le fait de prendre place dans une tourelle ou de marquer des lances missiles afin que votre flotte les détruisent, couvrant ainsi l’attaque de vos alliés. L’aventure n’est donc pas linéaire, d’autant plus qu’il est possible de découvrir, dans chaque mission, des objectifs supplémentaires.
Pour dégommer du pirate, plusieurs armes seront à votre disposition. Celles-ci allant du canon Laser classique, au missile à tête chercheuse en passant par l’indispensable mitraillette. Toutes disposent d’un tire secondaire faisant plus ou moins de dégât. Le canon Laser aura alors la possibilité de se charger pour effectuer un tir puissant, tandis que la mitraillette pourra aussi bien tirer à l’avant qu’à l’arrière du vaisseau.
Les ennemis étant eux aussi armés, il ne sera pas rare de se retrouver presque détruit et la solution sera alors de réussir à atteindre un poste de réparation avant que l’on vous donne le coup de grâce. Cette option n’étant pas superflu vu l’extrême difficulté de Yager.

Une maniabilité complexe pour un jeu complexe



Comme tout jeu de tir en 3D, la maniabilité est un point non négligeable pour que le jeu soit accessible à tous. Ce point n’est pas l’élément majeur qui ressort de Yager. Certes, le soft est maniable mais une certaine difficulté se fait sentir lors des premières heures de jeu. Le mode entraînement est heureusement là pour parfaire notre maîtrise du vaisseau et des armes qu’il propose.
Diverses vues sont présentes pour vous plonger dans l’action et un zoom très bien réalisé vous permettra une visée plus aisée. Une fois la maniabilité assimilée et le vaisseau maîtrisé, il sera alors très agréable de progresser dans le jeu.
On peut cependant regretter l’absence de paramétrage totale de la manette. Seul trois configurations sont proposées, mais aucunes ne convient réellement. Ce qui est préjudiciable vu la difficulté du jeu. Ce manque de confiance en la maniabilité augmentant la difficulté lors de combats opposants un grand nombre d’ennemis, aussi bien terrestres que aériens. Mais cela reste tout de même un défaut mineur par rapport à la qualité générale du soft.

Bienvenue dans le monde des graphismes haute définition




Graphiquement d’une extrême beauté, Yager fait vite oublier ces petits défauts lorsque l’on découvre ses environnements travaillés et ses multiples effets spéciaux. Le moteur graphique développé par Yager Development est tout simplement impressionnant. Proposant tous les effets possibles sur Xbox, il fait directement rentrer Yager dans le cercle très fermé des plus beaux jeux sur cette console.
Il permet l’affichage de cartes immenses, agrémentées de multiples détails où s’affrontent des dizaines de vaisseaux. Les affrontements sont gigantesques et il n’est pas rare de voir d’immense navire de guerre sur le lieu d’un combat, en même temps que plusieurs escouades de vaisseaux. Des dizaines d’unités terrestres et aériennes sont donc gérées par le moteur graphique, sans que jamais le jeu ne ralentisse. A cela se rajoute des lasers et des explosions de toutes beautés, qui renforcent l’impression d’être plongé dans une guerre sans merci.

Le rendu de l’eau mérite à lui seul l’achat du jeu. Celle-ci est magnifiquement modélisée, les décors s’y reflètent parfaitement tandis que les projectiles qui s’y échouent laissent des remarquables marques. L’impression de liquide est vraiment bien retranscrite, grâce notamment à une très bonne gestion de l’éclairage. Les explosions illuminent superbement les décors et les vaisseaux aux alentours, le ciel se reflète sur l’eau et les tirs de laser sont visibles à la surface de l’eau. Graphiquement, les mêmes soins ont été apporté aux véhicules peuplant les cartes. Si les vaisseaux ennemis sont très bien réalisés, cela n’est rien comparé à celui de Magnus. Son design est superbe, les reflets sur la carrosserie sont très bien rendus et les déformations de la coque, suite aux impacts, sont présentes. A noter que les multiples effets de particules (fumée, feu, vapeur…) sont particulièrement saisissant, les vaisseaux fumant de plus en plus au fil des dégâts qui leurs sont infligés. Non vraiment, graphiquement Yager est irréprochable et cela lui confère déjà un statut plus qu’acceptable.

Une ambiance sonore hors du commun



Intégrant la technologie de son 5.1, Yager offre une qualité sonore jamais égalée depuis Halo. En effet, les explosions et les tirs proviennent de partout. Et grâce au Dolby Digital il est possible de savoir d’où arrivent les tirs ennemis. L’immersion est donc totale, un tir entendu par la droite engendrant automatiquement une volonté d’esquiver.
Les dialogues du jeu sont eux aussi très soignés, mais totalement en Anglais sous-titré Français. Si le jeu des acteurs est convainquant, on peut regretter que la localisation n’ait pas été complète. La lecture des sous-titres nous empêchant de profiter pleinement des très belles cinématiques agrémentant le jeu.

Pour le multijouer passez votre chemin



Voila l’un des plus gros défaut de Yager. Aucun mode multi joueur n’est proposé. Que se soit en écran splitté, en réseau local ou même avec le Xbox Live, rien n’a été prévu par les développeurs. Et c’est un énorme handicap car la sortie prochaine de Crimson Skies (compatible Xbox Live) risque de faire bien du mal au titre de THQ.
Mais pour autant, est-ce la réelle volonté des développeurs d’orienter leur jeu vers le multi joueur ? L’univers très travaillé et les missions scénarisées laissent à penser que non. Yager s’oriente plus vers la conduite de la destinée d’un homme dans un univers emprunt de chaos, que vers un shoot 3D bourrin.

Point complet
Les amateurs d’aventures et de dogfights intenses seront donc comblés par ce jeu extrêmement scénarisé et par ses graphismes surprenant de beauté, tandis que les joueurs occasionnels voulant du fun rapide et des affrontements entre amis risquent d’être déçus. Yager Development nous propose donc un jeu d’une très bonne qualité et l’on ne peut qu’espérer que cet univers fera l’objet d’une suite.

On a adoré :
+ Des graphismes sublimes
+ Une ambiance sonore extraordinaire
+ Un scénario qui tient en haleine
+ Un univers travaillé
+ Des dogfights vraiment intéressant
On n'a pas aimé :
- Une maniabilité pas toujours évidente
- Une difficulté trop élevée
- Une durée de vie un peu courte


Consulter les commentaires Article publié le 19-05-03 par Goulitch


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019