Test Worms Forts : Etat de Siege - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 331 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Worms Forts : Etat de siège



Editeur
Sega
Développeur
Team 17
Genre
Stratégie Tour par tour
Statut
Disponible
Date de sortie
  19.11.2004
  01.03.2005
Nombre de joueurs
1 à 4
Online
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Son
5.1

Il eu été un temps où les petits vers de terre régnaient en maître sur le monde merveilleux de la 2D. Un gameplay simple, des graphismes géniaux et un fun incroyable qui avaient su conquérir un large public. Les temps changent, la 2D s'en est allé afin de laissé place au monde merveilleux de la 3ème dimension. Les Worms n'ont pas échappé à la règle et il y a déjà un an de cela, le premier opus 3D de la série faisait son apparition. Accueilli avec un sentiment assez mitigé de la part des fans (et même des autres Gamers d'ailleurs...), Worms 3D n'avait pas su recréer totalement ce qui faisait son succès d'antan. Cette fois ci, la Team 17 de chez Sega nous revient avec un opus tout neuf et un challenge assez fou : changer le concept de leur petit bébé... Alors plutôt vers luisant ou vers à terre ?

Petit Worms deviendra... petit !




Eh oui Worms Forts : État de Siège se démarque complètement de ses ancêtres en réinventant le concept de ce qui faisait le succès de ses prédécesseurs. Le jeu ne met donc plus en avant des combats acharnés où le but était d'éliminer votre adversaire par tous les moyens possibles et inimaginables. Ici, votre priorité devient la défense. Construire des édifices de tous genres, bâtir la forteresse la plus solide possible, telles seront vos priorités dans cet opus. Et là, premier constat, le jeu perd tout son rythme. Adieu les parties endiablées où le cris des obus et le souffle des grenades s'enchaînaient et tenaient en haleine chaque Gamer durant des heures et des heures de jeu. Dans État de Siège, les phases de jeu se suivent lentement, trop lentement. Du coup le soft perd une grande part de sa crédibilité et à l'heure où j'écris ces lignes, je ne comprend toujours pas le choix de la Team 17 d'avoir orienter le côté offensif du soft vers une action basée sur la défense.

C'était donc un pari dangereux et non sans risques que les développeurs s'étaient lancé. Mais les fans, déjà peu nombreux à avoir suivi les premières aventures tout en polygone de leurs amis les petits vers de terre, ne retrouveront en rien les joies d'antan qui animaient leurs soirées entre amis, dommage...

En vers et contre tous…



Si cette nouvelle orientation du concept peut gêner la plupart des Gamers fans de la série, il peut aussi, à l'inverse, être le let-motive de nouveaux joueurs attirer par le coté "grandes batailles historiques" vers lequel se sont tournés les développeurs. En effet, vous seront proposées quatre époques historiques dans lesquels, vous et vos joyeux copains devrez mener de grandes conquêtes. De l'Égypte ancienne en passant par Rome et Troie, votre équipe de Worms devra se battre vaillamment pour venir à bout d'adversaire plutôt coriace. Comme énoncé dans la première partie, ce n'est plus le côté offensif qui prime. Votre tâche sera avant toute chose de construire un fort avec divers bâtiment comme les tours, château, citadelle, hôpital ou encore laboratoire scientifique. Une fois ces bâtiments construits ils vous permettront, et nous atteignons ici un point (enfin) intéressant du jeu, d'utiliser de nouvelles armes et autres bonus accessibles uniquement depuis ces édifices. Baliste, arbalète géante, Chili con carnage sont l'exemples des nombreuses armes disponibles du haut de ce qui constituera votre forteresse. Mais là encore, le fun d'avant n'est plus. On perd du temps à construire ces fortifications, le rythme du jeu se casse complètement et le but ne devient plus de réduire à néant les lombrics adverses, mais de mettre en ruine leurs bâtisses pour pouvoir gagner la partie. Tel est le mode appeler Campagne.



Les autres modes, que sont Partie rapide, Didacticiel ou encore Épreuves, n'en sont que légèrement différent et propose plus ou moins le même type de jeu : affronter une équipe adverse dans une époque différente. Il ne faut donc pas reprocher aux développeurs d'avoir voulu intégrer dans Worms Forts : État de Siège un système de construction. Mais la critique s'oriente plutôt vers la mauvaise direction que prend ce nouveau concept et qui vous empêche de profiter pleinement des capacités du jeu, de son fun original et de sa simplicité à toute épreuve. Le jeu devient laborieux, il est impossible de zapper les séquences de jeu de l'IA et donc, votre patience atteint bien souvent ses limites...

Outre la lenteur de jeu, le soft souffre aussi d'un gameplay trop superficiel. La précision des armes relève, pour la plupart du temps, à un grand coup de hasard et l'on atteint que rarement sa cible. Ajouter à cela quelques petits problèmes de caméra (pourtant améliorée depuis le premier opus 3D) et il deviendra vite énervent de diriger votre petit vers dans les décors.

Vous prendriez bien un vers ?



Ces défauts majeures qui pénalise le soft sont heureusement agrémentés par quelques points positifs que nous nous devons de souligner. Tout d'abord la bande son. Pas aussi approfondie ni aussi originale que tout les épisodes précédents, elle n'en reste pas moins un atout majeur du plaisir de jeu. Il est toujours hilarant d'entendre votre petit lombric s'extasier ou se plaindre selon le résultat de son action, même si les répliques se limitent uniquement à quelques phrases maintes et maintes fois répétées. Concernant l'aspect graphique du soft, la Team 17 s'est tout simplement contenté de reprendre le même moteur 3D de l'opus précédent. Grand coup de gueule que j'adresse aux développeurs : les décors ne sont plus destructibles, quel dommage ! Résultat, ce qui était plutôt acceptable il y a de cela un an est aujourd'hui tout juste bon. On regrette alors toujours les bugs de collisions et autres problèmes d'affichage.



Mais vous allez à présent me demander : qu'y a t'il de vraiment bon dans ce soft ? Alors je vous répondrai la durée de vie dans son ensemble. Mais bon cela reste encore à démontrer car où est le plaisir à joueur lorsque le fun n'est plus au rendez-vous ? Enfin pour les plus coriaces d'entre vous, la difficulté ascendante du soft et un mode Xbox Live des plus sympathiques viendront vous tenir compagnie pour de longues heures de jeu !

Point complet
Ce deuxième opus version consoles nouvelle génération de Worms n'arrive finalement pas à convaincre. Il faut croire que le passage 3D de nos petits vers préférés se fait trop difficilement et la Team 17, malgré ses bonnes idées, n'a pas encore réussi à retrouver le cocktail si merveilleux des épisodes d'antan. Un soft certes sympathique mais qui manque décidément trop de fun.

On a adoré :
+ Un peu de fun
+ Durée de vie conséquente
+ C'est mignon un Worms !
On n'a pas aimé :
- Nouveau concept : grossière erreur
- Pas assez de fun
- Lenteur des phases de jeu
- Gameplay imprécis


Consulter les commentaires Article publié le 05-12-04 par Jerem'



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020