Test TOCA Race Driver 2 - jeux vidéo Xbox One

XBOX GAMER
connect�, 41 461 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

TOCA Race Driver 2 : The Ultimate Racing Simulator



Editeur
Codemasters
Développeur
Codemasters
Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  23.04.2004
  13.04.2004
  2004
Nombre de joueurs
1 à 12
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Réseau local
Classification PEGI
Thème
Automobile
Son
5.1

Toca premier du nom avait été une bonne surprise lors de sa sortie. Proposant un excellent moteur physique associé à un mode carrière sortant des sentiers battus il avait su trouver son public en attendant la sortie de PGR2. Le mode Live absent avait été proposé lors d’un add-on, déchaînant ainsi les foudres de pas mal de joueurs, frustrés de devoir payer à nouveau pour une fonctionnalité qui semblait couler de sources. Codemaster n’a pas réédité la même erreur pour son nouvel opus en nous offrant un TOCA 2 jouable en ligne et toujours aussi plaisant. Mais un certain Project Gotham Racing 2 est sorti dans l’intervalle et nul doute que beaucoup souhaiteront les comparer. Erreur fatale.

Premiers tours de roues avec Race Driver 2...




La Xbox commence à nous habituer à ses jeux de course agréables visuellement et c’est donc sans surprise que l’on constatera que TOCA 2 ne déroge pas à la règle. Sans pour autant atteindre le rendu de PGR2, il offre un rendu global au dessus de la moyenne. Les véhicules sont bien modélisés, reflètent les environnement en temps réel et surtout se déforme de manière réaliste au gré des chocs et collisions. On regrettera par contre le peu de vues disponibles, seulement quatre, et la pauvreté de la vue cockpit qui reste cependant fort jouable. La variété semble être le maitre mot de TOCA 2 puisque quinze types de compétition différentes sont au programme parmi lesquels on trouvera, outre le classique DTM, la difficile Formule Ford, antichambre de la F1 ou encore quelques spéciales de Rallye ou courses de camions (!). Dans chacune de ces catégories, les véhicules que vous serez améné à piloter ne sont pas les moins impressionants, Subaru, Mercedes, Jaguar et autres Aston Martin vous étant proposées, entre autres pour un total de 35 modèles.

Les tracés quant à eux sont fidèles à leurs originaux et les habitués reconnaitront sans peine Laguna Seca ou Hockeneim. Ils bénéficient d’un bump mapping du plus bel effet et le bitume est plus vrai que nature. Néanmoins, ceux-ci restent assez vides et les abords rappellent plus Moto GP que Racing Evoluzione et rester concentré sur sa conduite ne sera pas un problème. Fort heureusement, TOCA 2 ne nous emmène pas que sur des circuits classiques et les compétitions de Rallycross ou sur glace notamment amèneront un brin de diversité. Les effets météo quant à eux sont assez réussis et piloter sous l’orage en devient presque agréable. Tout cela défile sous vos yeux à 60 fps sans jamais sourciller, luxe non négligeable de nos jours où même certaines productions phare préfèrent un 30 fps constant bardé de détails à un 60 fps moins impressionnant. Chacun y trouvera son compte mais il est certain que TOCA2 aurait sans doute mérité plus d’attention envers son plumage, d’autant qu’il reste ça et là, en cherchant bien, un chouïa d’aliasing.

Pour en finir avec la technique, notons que l’environnement sonore, quant à lui, a bénéficié d’un soin tout particulier et que les rugissements des moteurs sont plus vrais que nature, de même que les crissements de pneus et les chocs. Bon point, les messages radio de vos stands sont parfaitement audibles et compréhensibles. C’est suffisamment peu le cas ailleurs pour le signaler ici.

Toca 2 - Simulation de conduite sur Xbox :



On est donc globalement satisfait par ce que propose TOCA 2 à nos sens mais cela serait sans doute vain sans un gameplay au petits oignons. Et là, nous sommes bien obligés de rendre les armes, car TOCA 2 est la digne suite de son grand frère. Le gameplay soigné du premier a été reconduit ici pour le plus grand plaisir des fans de simulation. Même s’il est harmonieusement mixé à quelques touches d’arcade pour le rendre moins rébharbatif, TOCA 2 est donc résolument axé sur la simulation, comme l’indique sont sous-titre (pompeux ?) Ultimate Racing Simulator. En effet, point de salut pour vous si vous ne savez pas doser vos accéleration, prendre les bonnes trajectoires et freiner au bon moment. De plus, vos adversaires savent eux-aussi piloter et ne vous feront aucun cadeau, surtout si vous avez le malheur d’être sur leur trajectoire. Il est d’ailleurs assez plaisant de voir que les pilotes de l’IA se tirent la bourre entre eux aussi et se vont parfois à la faute quand vous êtes pressant dans leur rétro. Point positif à signaler, les collisions sont réalistes et contrairement à d’autres productions ne sont pas systématiquement en votre défaveur. Entorse à l’aspect simu du titre, il reste donc possible d’emboutir rageusement un imprudent qui aurait osé fricoter avec votre par choc. Cela se traduira par une jolie figure de style mais votre adversaire en sera quitte pour tournoyer aussi.



Si l’on peut adresser un léger bémol, il faut signaler que le mode Rallye est franchement moyen et les courses de camions peu intéressantes. A vouloir multiplier les genres, Codemasters a sans doute perdu un peu de lucidité sur la réalisation de certaines compétitions.

Comme on l’a signalé plus tôt, TOCA 2 gère les dommages sur les véhicules et plutôt de belle façons. Il ne s’agit pas ici uniquement d’un aspect esthétique puisque ces déformations auront une réelle incidence sur la conduite. Certes il en faudra quand même une bonne dose pour rendre la voiture inconduisible mais certaines comme les Formule Ford, déjà assez rétive et peu encline à vous faciliter la tâche surtout si vous mordez le gazon, sont en plus assez fragile. On se rend alors compte que piloter sur trois roues est assez difficile… Les différentes catégories de course offertes à votre gourmandise de pilote vous mettent d’ailleurs à l’épreuve en permanence puisque, vous vous en doutez, on ne pilote pas une DTM comme un Supertruck.

Devenez ue légende...



TOCA 2 reprend le principe du premier opus en proposant un mode carrière scénarisé. Vous incarnez un jeune pilote qui va de course en course afin de gagner en popularité et vous inscrire dans des championnats plus cotés grâce aux primes glanées. Simple dans le principe et relativement fluide, il restequand même relativement frustrant puisque vous n’avez généralement que peu de choix entre les courses proposées. Et une fois terminée une épreuve vous ne pouvez revenir en arrière pour en faire une autre : vous suivez l’histoire. On signalera d’ailleurs que les différentes cut-scenes font un peu cheap, surtout pour qui a déjà goûté à Ninja Gaiden… Cependant, ce mode carrière est suffisamment long et sa difficulté bien dosée pour vous occuper un bon moment et vous permettre de gouter à tous les types de conduite proposés avant de vous lancer sur le Xbox Live.

TOCA 2 ne nécessite donc pas d’add-on pour accéder au Live et c’est tant mieux. Codemasters a retenu la leçon du premier opus. Techniquement, le support Live est correct sans plus puisque l’on note quand même un soupçon de lag pour peu que l’hôte ait une connexion moyenne (à 512 K). Une connexion 1024 ou 2Mbps vous permettra de créer un partie où 12 concurrents pourront se disputer lors de parties uniques ou de championnats. Chaque course vous donne ou vous enlève des points selon les adversaires que vous avez battu ou qui vous on mystifié. Ainsi remporter une course avec des adversaires mal classé vous rapportera peu de points alors qu’être battu vous en aurait enlevé un nombre plus élevé. De même, vaincre des concurrents mieux classés vous verra empocher un joli pactole. Cependant, à l’instar de Moto GP, certains concurrents n’hésitent pas à couper sur le gazon et il faut espérer qu’un patch verra bientôt le jour afin de sanctionner ces tricheurs. On notera aussi que l’anglais est toujours adepte du pourissage de partie en roulant à l’envers dès qu’il ne peut plus gagner…



Vous pourrez aussi vous faire les dents sur les tracés et modèles que vous avez débloqués dans le mode simulateur. C’est aussi ici que vous pourrez jouer sur les différents réglages afin de trouver la meilleure configuration de course pour humilier vos petits camarades online.

Point complet
Au final, TOCA 2 reste un excellent jeu de caisses, bien qu’il souffre d’une réalisation qui aurait pu être encore meilleure, PGR 2 étant passé par là en marquant les esprits. On soulignera quand même que le titre de Codemasters ne cheche pas à jouer sur les mêmes plate-bandes et reste sur Xbox le must de la course sur circuit. Sa conduite orientée vers la simulation est un pur régal, offrant de très bonnes sensations de pilotage sans être ni crispant ni trop difficile ni non plus trop facile. Son IA bien étudiée vient compléter un tableau pour le moins de qualité. Nul doute qu’il ravira les Liveurs et leur donnera une bonne alternative à PGR2 grâce à la compétition féroce que le système de point engendre. Il serait dommage de passer à côté.

On a adoré :
+ Modèle physique impeccable
+ Excellente jouabilité
+ Bonne durée de vie offline
+ Que des véhicules prestigieux
+ Très bonne IA
On n'a pas aimé :
- Pourrait être plus beau
- Encore du lag
- La triche sur le Live


Consulter les commentaires Article publié le 03-05-04 par Dante



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2021