Test Sudeki - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 331 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Sudeki



Genre
Action Jeu de rôle (RPG)
Statut
Disponible
Date de sortie
  27.08.2004
  20.07.2004
  14.07.2005
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Son
5.1

Sudeki fait partie de ces jeux dont le développement n'eu de cesse que d'attirer tous les regards des joueurs Xbox et ce depuis son annonce au XO2 de Séville. Lors de sa présentation l'an passé à notre équipe et manette en main, nous étions plus que séduit pas cet action/RPG alliant avec efficacité cultures orientale et occidentale. Pour changer, l'attente fut bien longue avant de voir débarquer le titre de chez Climax et pouvoir enfin s'aventurer pleinement dans l'aventure. Très prometteur sur le papier, il reste cependant à découvrir si le titre s'avère aussi palpitant qu'annoncé…

Il était une fois, le monde de Sudeki...




Derrière Sudeki se cache une équipe de développement bien connue sur Xbox et étant à l'origine de quelques uns des hits de la console. Bien que cette dernière excelle principalement dans l'art de retranscrire les sports mécaniques, le projet Sudeki était pour elle un tout nouveau challenge de part le fait que le soft entre dans une catégorie de jeux jamais traitée par leur studio. Un réel pari en somme. Mais ce pari, peut être risqué aux yeux de certains, ne semble plus en être un lorsque l'on se plonge dans ce brin d'univers accueillant. L'histoire, pour couper court, est la suivante. La vallée d'Illumina est assaillie par des attaques extérieurs tuant commerçants et autres villageois. Apparaissant lors d’éclipse solaire imprévue, seule la protection qu'offre le système mis au point par Elco, l'un des quatre personnages du jeu, peut remédier à ces problèmes. Cela dit, il n'est pas si simple que cela de faire fonctionner cette machine du dernier espoir et il vous faudra partir en quête afin de récolter le matériel nécessaire pour terminer la mise en place de l'infrastructure. Bien entendu nombre de rebondissements vous attendent, mais il serait dommage de vous en dire plus dans ces lignes.

La trame du jeu, bien que restant simpliste vis à vis d'autres productions actuelles, offre tout de même une intrigue à laquelle l'on a envie d'en connaître le dénouement. Le jeu commence alors. Envoyé par la reine pour enquêter sur ces dites attaques, vous êtes Tal fils d'un garde de haut rang de la cité d'Illumina. Après un petit entraînement étant là pour vous initier avec les commandes du jeu, vous serrez prêt à affronter votre destine et partir en terres inconnues. Cet entraînement évoqué est l'occasion pour nous de vous parler explicitement du système de combats du soft.

Viens te battre mon fils !



Tout au long de votre aventure vous serrez amenés à lutter contre ses assaillants. Sudeki, comme l’entend Climax, est un action/RPG. Entendez par là que l’action prédominante du jeu, et ce principalement lors des combats, donnera de l’expérience à vos personnages. Cette dite expérience vous permettant par la suite de les faire évoluer en améliorant leurs diverses caractéristiques tels que leur puissance, leur nombre de points de vie ou, entre autres, en leur offrant de nouveaux sortilèges. Mais pour cela il va falloir user de vos épées, griffes et consorts en plongeant dans les abysses du monde de Sudeki. Le système de combat à proprement parler et une franche réussite. En effet, celui-ci vous permet pour les deux protagonistes attaquant, à savoir Tal et Buki, d’effectuer divers coups spéciaux allant de la simple attaque à un saut périlleux radical envers la personne opposée. Tout ceci se gérant suivant différentes pressions des boutons A et X. Pour les deux autres compères du groupe, Aillish et Elco, leur domaine d’attaque est respectivement la magie pour le premier, où plutôt la première, et les armes à feux pour le second. Tous les deux se dirigent en vue à la première personne tel un FPS. Les commandes, avec cette dite vue, restent convenables et offrent une alternative sympa. Ceci dit, bien que le système de combat reste bien pensé, il s’avère parfois que l’action devienne vite brouillonne lorsque nombre d’ennemis font leurs entrées et l’on se surprend à taper dans le tas sans réfléchir.

Comme évoqué plus haut, vous pourrez utiliser de nombreux sorts afin de vous faciliter la tâche. Il en existe deux types. Les coups divins sont les plus importants et vous seront attribués au cours de l’aventure. D’autres, moins puissants, sont à apprendre suivant votre niveau. Pour ces derniers, il vous sera possible de déclencher des attaques dévastatrices, de guérir votre groupe de personnages et le protéger, d’améliorer leurs aptitudes de combats, etc. Chaque personnage dispose d’un florilège distinct de sorts bien utiles pour avancer s’appliquant directement à vos ennemis ou simplement sur l’ensemble du groupe. Revenons en cependant aux coups divins, les sorts ultimes du jeu. Une fois leurs acquisitions faites, vous n’aurez plus qu’à attendre de remplir votre jauge de divinité pour vous en servir. Lorsque l’un d’eux est déclenché, outre une multitude d’effets visuels, vous occasionnerez beaucoup de dégâts sur vos adversaires. Dans certaines situations, et c’est même préférable, on préfère garder un coup divin en dernier recours, pour le cas où comme l’on dit…

Sudeki, pseudo RPG :




Après le côté action, il est temps de regarder de plus près les caractères RPG du titre. Si l’on excepte le fait que nous avons évoqué l’expérience que l’on peut acquérir au cours des combats, nous n’avons encore point vu de quoi il en retournait précisément dans ce Sudeki. Outre cet aspect déjà stipulé donc, sachez que vous augmenterez également cette précieuse expérience en remplissant diverses quêtes. Cela dit, n’allez pas croire que vous êtes libre d’aller faire telle ou telle mission. En effet dans Sudeki tout est prédéterminé, autrement dit vous avez un chemin bien particulier à suivre et vous ne pourrez en sortir. Pour imager cela, c’est en quelque sorte un jeu se déroulant dans un long couloir. Aucune alternative annexe, excepté la recherche des totems mystérieux, n’est présente.

Ceci dit certains éléments, bien connus des joueurs de jeux de rôles, sont cependant de la partie et fort heureusement. Evoquons donc les possibilités d’enchantement d’armes quelles soient blanches ou à feu, d’améliorations des armures, les diverses potions que l’on peut utiliser, et autres PNJ revendeurs. L’inventaire quant à lui, plutôt pratique, vous permet outre de regarder votre journal de quêtes, de mettre sur la croix multidirectionnelles quatre raccourcis. Entendez par là que vous pouvez attribuer par exemple des potions au bouton du haut de la croix. Lors d’un combat, et en cas de besoin vous n’aurez alors plus qu’à appuyer à l’endroit choisi pour vous soigner, récupérer de la magie, etc. A noter qu’accéder en plein combat à son inventaire vous permet de ralentir l’action pour faire vos divers choix de fioles à utilisées, de sorts à jeter, étant donné que tout le jeu se déroule en temps réel.

Bien que l’on puisse échanger quelques mots avec toutes les personnes que l’on rencontre, le choix des dialogues reste lui très limité. L’on ne peut malheureusement pas questionner avec plaisirs ou faire des choix importants pour la fin de l’histoire. Tout reste ici bien scripté.

Sudeki s’affiche et ne se voile pas la face :



Le choix du level design de Sudeki fut grandement critiqué par les uns et admiré par les autres. Indéniablement je fais partie de cette dernière catégorie à son égard et je dois bien avouer qu’outre l’aspect plutôt ridicule de certains ennemis ou accoutrements, le thème graphique abordé par Climax, à savoir le mélange des différentes cultures du domaine vidéo ludique, donne une sauce bien prenante. La modélisation dans son ensemble est correcte, le tout s’articulant autour de couleurs particulièrement chatoyantes. Difficile de critiquer l’aspect esthétique de ce Sudeki. Seules certaines cinématiques font peine à voir, notamment celle de fin bien décevante comparée au reste du jeu. Cinématiques grandement rattrapées par des animations pour les sortilèges, et les coups divins, d’une qualité graphique impressionnante. Il est à noter quelques petits ralentissements de temps à autres, ceux-ci ne gênant cependant en aucun cas la progression. Il faut dire que du monde, le moteur graphique en affiche, avec pas moins d’une quinzaine de personnages à l’écran.



Sur le plan sonore, Sudeki pêche par des thèmes musicaux inadaptés comme la petite musique chaleureuse que l’on peut entendre lorsque l’on se promène dans une ville désaffectée. Plutôt étrange il faut bien l’admettre. Si l’on fait exception à cela, les bruitages restent corrects avec une localisation française de bonne facture.

Point complet
Pour résumer, Sudeki c’est un petit vent d’air frais sympathique signé Climax, une aventure à vivre mais qui pêche par quelques aspects négligés dont principalement une durée de vie un peu courte pour le genre et une linéarité presque abusive. Reste que la magie du monde de Sudeki opère. On retiendra là un titre esthétiquement soignés, et possédant un système de combat fort plaisant. A préférer d’occasion pour les petites bourses…

On a adoré :
+ Réalisation
+ Prise en main
+ Système de combat
+ Aventure prenante
On n'a pas aimé :
- Musiques sans réelles profondeurs
- Trop linéaire
- Trop court
- Mode multi joueurs absent


Consulter les commentaires Article publié le 11-09-04 par Altarius



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020