Test Shell Shock : Nam ’67 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 211 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

ShellShock : Nam '67



Développeur
Guerilla
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  03.09.2004
  11.09.2004
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Thème
Guerre

Développé par les ptits gars de Guerilla, ShellShock Nam'67 avait tout du jeu riche en sensations fortes et s'annonçait tout simplement grandiose. Après avoir vu les premières cotes, mon intérêt pour le titre s'était vite évaporé et c'est avec fébrilité que j'ai lancé le jeu que nous a gracieusement envoyé Eidos.

Dans la peau d'un soldat :




Après une cinématique d'introduction qui vous place dans le contexte historique de la guerre du Vietnam, on arrive donc dans les menus avec des jolies musiques tirées des années 70-80. On lance la première mission puisqu'il n'y a qu'un unique mode de jeu (solo) et c'est parti pour des heures et des heures de carnage ! Amateurs de Freedom Fighters et autre jeu de guerre / action complètement déments, ce ShellShock est fait pour vous. Chaque mission comporte plusieurs objectifs plutôt variés du style sauvetage d'innocents, défense de points stratégiques, assauts, destruction de stock de pétrole etc… Bref, on vous fait faire à chaque fois les mauvaises corvées. Enfin, mauvaises, pas si désagréables que ça au final de tirer à vue d'œil sur tout ce qui bouge à l'écran, surtout quand le sadisme prime sur la technique…

Tirez dans la jambe d'un ennemi et cette dernière s'arrachera sous l'impact du coup, votre opposant rampant par terre en vidant ses dernières munitions sur vous. Balancer une grenade au milieu des rangs ennemis et vous les verrez se disperser avant de sauter dans un fabuleux cocktail de tripes et boyaux. C'est clair, Guerrilla a vraiment mis l'accent sur le gore et la violence gratuite, et tant mieux car on aime ça ! Eh si vous vous imaginez que la promenade sera un peu à l'image du Vietnam actuel, c'est-à-dire une visite d'une contrée reculée au milles et unes beautés, vous vous trompez, et pas qu'un peu car ici, vous êtes en enfer et c'est survivre votre mission. Pas que physiquement, aussi moralement car voir tous ses amis se faire descendre sous vos yeux, voir un obus éclater juste à côté de vous ou encore passer à 2mm d'un piège tout en subissant un tir croisé à de quoi vous réveiller et ce sont vos réflexes qui seront mis à rude épreuve…

Le pire dans tout ça c'est que ces petits communistes vietnamiens se défendent plutôt bien avec leur AK 47, Galil Arm et autres armes de points, et c'est sans compter sur leurs pièges mortels, leurs bunkers bien planqués et leurs embuscades… De quoi finir à l'hosto. Heureusement vous ne serrez pas seul, même si vous êtes des forces d'élite, tout le monde ne sait pas être Terminator et les combats en équipes seront donc votre priorité. Couvrez-moi, avancez, à terre, autant d'ordres qui vous seront donnés par votre chef de section pour vous donner la moindre chance de survivre. Et mieux vous les écouter parfois, enfin, à moins qu'il ne se prenne une balle en pleine tête et que vos décisions deviennent du coup les plus judicieuses. Mais ce qui est encore le plus amusant dans ce jeu c'est le goût pour le sang qui s'en dégage ; certes il coule en abondance mais le dégoût ne viendra pas de là mais bien des charniers qui se trouvent sur votre chemin ou encore des nombreuses exactions commises par vos coéquipiers en pleine mission. Un prisonnier ennemi gesticule trop ? Un de vos hommes le fera taire en lui collant une balle entre les deux yeux. Un prisonnier s'échappe ? Le groupe entier se fera décimer à la M60. Comme quoi, dans l'armée, on ne chipote pas avec les petits ennuis de la vie…

Mal aux doigts…




Côté maniabilité, c'est simple, très simple même, enfin on maîtrise le jeu en une bonne heure tant l'ensemble se veut instinctif. Avancer, tirer, s'accroupir, se coucher, changer d'équipement, désamorcer un piège, autant de gestes qui sont à votre portée de main dès les premières minutes de jeu. De la même manière que le système de visée a été très bien pensé avec une vue à la Sam Fisher très précise pour éliminer quelques viets distants. Bref, encore une fois c'est du tout bon et c'est à se demander où les autres testeurs sont allés chercher les défauts du jeu… Peut-être dans la bande-son me direz-vous ? Eh bien je peux vous assurer que cette dernière ne fait pas du tout pâle figure face aux autres titres du genre. Musiques des années 70-80 bien incorporées, ambiance oppressante et bruitages riches en réalisme font de ce Shellshock Nam '67 une totale réussite sur le plan auditif. On s'y croirait presque tant les balles qui sifflent à vos oreilles semblent réelles. Et dire que tout ça se passait il y a 30 ans environ… Comme quoi les jeux peuvent servir de cours historiques et se rendre compte d'une telle violence est bien aisé avec le bébé de Guerrilla.

Purée, quel enfer !



Côté durée de vie, par contre, l'ensemble est moins réussi. Certes les missions ne sont pas linéaires et la difficulté est bien de la partie, y compris en difficulté facile, mais le nombre de missions n'est pas énorme et le boucler ne prendra guère beaucoup de temps. Par contre, y revenir sera un réel plaisir tant ces massacres à grande échelle sont passionnants. Bon d'accord c'est un amateur de shoots violents et sanglants qui vous parle mais d'un point de vue tout à fait extérieur à cette situation, ShellShock a été une sacrée bonne surprise pour moi, surtout après le barème des notes auquel il avait eu droit. De la même manière que le scénario est lui aussi plutôt bien pensé puisque vous incarnerez un soldat au beau milieu d'un camp militaire. A la fin de chaque mission, retour à la base pour le débriefing et le briefing de la mission suivante, après quoi vous pourrez aller discuter avec les autres soldats présents dans le camp et vous amuser de leurs blagues idiotes. Ici aussi le vocabulaire emprunté par vos frères d'armes se veut cru avec des put*** à tout va et des f*** de p**** générés envers le moindre ennemi au milieu de l'action. De quoi vous forcer le sourire. Rien que pour tout cela, on recommencerait bien l'aventure. Ah les souvenirs de vacances…

Quand le gore domine :




Graphiquement issu de la Playstation 2, on aurait pu s'attendre au pire de ce Shellshock mais si il est vrai qu'il ne s'agit pas d'un canon de beauté, il n'en demeure pas moins un titre relativement réussi sur ce point avec des explosions au rendu ultra réaliste, des effets spéciaux sublimes et des personnages plutôt bien modélisés. Les seuls points négatifs à relever sont les cinématiques faites avec le moteur du jeu qui n'en jettent pas vraiment et les quelques bugs d'affichage ça et là. Guerrilla a réussi à rendre le Vietnam plus vrai que nature avec une forêt oppressante et des marais humides surmontés de nappes de brouillard à faire frémir n'importe quel réalisateur de film d'horreur. Même constat côté moteur physique avec des projections d'adversaires bien fichues suite à l'explosion d'une grenade, des corps qui se démembrent au fur et à mesure qu'ils reçoivent des balles et du sang qui gicle partout. On se croirait presque aux fêtes de fin d'année… Tellement c'est… esthétique ?

Pas de multi, pas de Live :



Et c'est probablement là que le bas blesse car si Shellshock se veut plaisant au possible en solo, il n'en aurait été que meilleur en coopératif ou en deathmatch sur le Live mais bon, disons que Gerrilla n'a pas misé là-dessus et que leur jeu sur le Vietnam s'en sort plutôt bien malgré quelques aspects positifs ça et là. N'empêche que le coopératif se serait vraiment bien prêté à l'aventure. Dommage.

Point complet
Si Shellshock s’est vu descendre par de nombreux tests, je ne peux que critiquer ces derniers en clamant haut et fort les qualités de ce titre. Fun, intense, bourrin et tactique à la fois, gore, rapide et défoulant. Des points positifs qui ont déjà fait leurs preuves. Un soft qui n’est certes pas un hit mais qui n’en est pas moins un bon jeu avec de nombreux aspects positifs et qui s’avère au final une bonne surprise tout de même. Dommage pour le multi.

On a adoré :
+ Fun
+ Captivant
+ L’ambiance super bien retranscrite
+ Violent au possible
+ On le recommence volontiers
On n'a pas aimé :
- Pas de multi
- Pas très long
- Quelques bugs d’affichage


Consulter les commentaires Article publié le 09-10-04 par Rédempteur


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019