Test Return to Castle Wolfenstein : Tides of War - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Return to Castle Wolfenstein : Tides of War



Editeur
Activision
Genre
FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  20.06.2003
  06.05.2003
  25.12.2003
Nombre de joueurs
1 à 16
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Classements
- Réseau local
Classification PEGI
Son
5.1

Lorsqu’un jeu devient un succès sur une plateforme, son adaptation sur le reste du marché constitue alors une suite logique à sa vie commerciale. Mais quand le produit a pour titre un nom mythique tel que Wolfenstein, le problème diverge et le portage s’avère être un besoin, si ce n’est une obligation, pour tous les joueurs n’ayant pu s’y essayer. C’est ainsi, qu’après deux ans de règne sans partage sur Pc, Activision nous offre enfin la possibilité, à nous joueurs Xbox, de prendre en mains Return to Castel Wolfenstein, successeur émérite de feu Wolfenstein 3D. Sous titré pour l’occasion Tides of War, les développeurs d’ID Software font ressortir les souffrances du passé afin de nous faire vivre une aventure unique sur Xbox, emprunte de mysticisme et d’idéologie nationaliste...


Une histoire de Nazis et de zombies…



Le scénario de Return to Castel Wolfenstein vous plonge en pleine seconde guerre mondiale et plus précisément en 1943. La période est âpre de combats, mais certains affrontements récents laissent présager une probable victoire des alliés. Afin d’endiguer la crise et de rassoire sa supériorité, l’Allemagne nazie décide alors de créer une entité paranormal ayant pour objectif de puiser dans le passé pour créer une armée indestructible et dénuée de toute attaches matérielles. Laissée sous le commandement de Himmler, cette division œuvre alors au sein de toute l’Europe conquise dans le but de détecter les artefacts symbolisant la victoire. Les alliés sentant l’éminence du danger, décident de venir à bout de cette section en envoyant l’un de leur meilleur agent, B.J.Blaskowicz, tuer leur chef Himmler.

Mélangeant ainsi faits historiques et sciences occultes, Return to Castel Wolfenstein évite les amalgames et les sous entendus liés à cette période noire de l’existence. Le scénario reste toujours de bon ton et se joue de l’idéologie Nazie en caricaturant ses commandants. L’ambiance lourde et noire de la vielle Europe en guerre est très bien retranscrite, et faire progresser les alliés au fil des 30 niveaux que composent le jeu est un réel plaisir.




Là ou le jeu Pc vous parachute directement en plein château Wolfenstein, la version Xbox dispose elle d’une introduction exclusive en Afrique du nord. Prémisse du scénario principale, cette nouveauté est bien venue, compte tenu du manque d’ajouts notables dont dispose Return to Castel Wolfenstein : Tides of War. Néanmoins ne dissimulons pas notre plaisir, l’histoire originale est telle que même en occultant cette mission, le titre aurait constitué l’un des meilleurs Fps scénarisé du moment.


Un gameplay de qualité :



Si l’on s’attache au déroulement même de l’action, Return to Castel Wolfenstein demeure grandement linéaire. Laissant peu de place à l’initiative, celui-ci vous cloisonnera au sein d’un chemin unique qu’il faudra emprunter pour progresser dans les niveaux. Seuls certains objectifs annexes pimentent la linéarité de l’action. La recherche de trésors et la découverte de zones secrètes constituent les seuls écarts possibles à la quête principale.

Dans l’absolu, les niveaux sont très bien construits. Très larges et achalandés, ils offrent de multitudes de possibilités de cachettes ainsi qu’un bon nombre d’éventualité d’embuscade. Pourtant, sous ces traits de liberté, peu de portes s’ouvrent sur votre passage et il faudra ainsi, tout au long du jeu, actionner des leviers pour percer les défenses de l’axe. Néanmoins cela ne porte pas un réel préjudice à Return to Castel Wolfenstein. Bon nombre de Fps sont tout autant linéaires, mais s’en sortent grâce à une mise en scène soignée, et tel est le cas pour le titre d’Activision. Très bien scriptée, l’aventure est passionnante et parsemée d’évènements plus ou moins importants, qui ajoutent encore un caractère dramatique à la situation. Ainsi un champ de bataille vous oppressera et votre amour propre de soldat prendra alors le dessus pour livrer une lutte sans merci aux hordes d’ennemis encombrant le chemin de la liberté.
Pour arriver à vos fins, vous disposerez d’un arsenal plus que conséquent, qui ferait pâlir de jalousie un soldat fraîchement sorti de l’académie. Couteau, mitraillette, fusil de précision, tout l’attirail du parfait agent spécial est là. Mais chose plus originale, ces répliques d’armes d’époques côtoient, sans animosité particulière, certains modèles imaginaires allant de pair avec le sujet occulte abordé. Occire devient alors un plaisir impossible à dissiper, d’autant plus que la lutte est loin d’être aisée.

L’un des grands atouts de Return to Castel Wolfenstein est en effet l’I.A des adversaires. Si l’on met à part celle des zombies réduite à sa plus simple expression. L’intelligence artificielle régissant les militaires de l’axe est l’une des meilleurs actuellement. Dotés d’une réelle intelligence, vos adversaires n’hésiteront pas à vous tendre des embuscades et à se cacher pour être hors de portée de tir. Et chose plus rare, ils pourront être amenés à vous débusquer de votre refuge, si vous décidé d’attendre que l’averse passe. Le plaisir de jeu est donc total car il sera très difficile de prévoir la réaction d’un adversaire. Stoïcisme, ou fuite en avant, tout est possible et il faudra faire preuve d’une grande agilité pour ne pas voir prématurément son acte de décès.




Coté maniabilité, Return to Castel Wolfenstein laisse une impression des plus mitigée. Certes cela est jouable, mais la gestion du paddle Xbox n’est pas l’une des meilleures que l’on ai pu voir. Et cela s’avère provenir plus d’une mauvaise répartition des commandes, que d’une désagréable prise en main. La configuration de base étant loin d’être la meilleur, l’on ne saurait que trop vous conseiller de reconfigurer à votre guise votre joypad. L’option est d’ailleurs des plus appréciable. Chaque gamers pouvant opter pour sa configuration préférée, que se soit une similaire à l’intouchable Halo, ou au plus délirant TimeSplitter 2.


Une technique propre, mais sans fioritures :



Graphiquement, la marque Pc est indéniable. Les décors sont beaux et détaillés, tout comme la modélisation des personnages. Le moteur de Quake 3 tient bien la route et offre des cartes soignées profitant de tous les avantages techniques. Les textures sont de bon ton et les flammes et autres effets de particules de toute beauté. Certains éléments sont destructibles (Table, chaise…), mais dans l’ensemble l’interaction avec l’environnement reste minime.

Techniquement Return to Castel Wolfenstein est donc satisfaisant. Cependant, il manque tous les effets spéciaux faisant la gloire des jeux Xbox. Le Bump-Mapping est inexistant et l’éclairage loin d’être dynamique. Ainsi l’on a la réelle impression de se retrouver devant le jeu Pc. Bien que ce dernier soit splendide, Nerve l’équipe en charge du portage Xbox aurait pu exploiter un peu plus la puissance de la console. De plus, le soft n’est pas exempt de tous défauts. La gestion des collisions est ratée, et il ne sera pas rare de voir disparaître à moitié les personnages trop prés d’un mur. On pourra aussi regretter la chute du framerate lors de certaines phases de jeu faisant appel à un nombre considérable de protagonistes. L’action ralentie alors et saccade désagréablement. C’est d’autant plus dommage, que le tableau était jusqu'à présent parfait et ce, même lorsque l’on prend compte de la bande sonore de Return to Castel Wolfenstein.

Celle-ci ponctue à merveille l’action. Rythmée et imprégnée de l’ambiance de la seconde guerre mondiale, la musique s’accélèrera lors des altercations pour se calmer une fois les ennemis éliminés. Ceux-ci s’expriment d’ailleurs souvent, leurs doublages en français est de qualité, tout comme ceux des personnages principaux. On se plonge d’autant plus facilement dans les heurts, que le jeu supporte le Dolby Digital 5.1. Un murmure n’aura dés lors plus aucun secret pour vous et entendre le pas incisif des Nazis dans un couloir d'une sépulture vous fera frissonner.


La référence du FPS en multijoueurs Live :



Coté multijoueurs, Activision met les petits plats dans les grands pour offrir une expérience unique aux amateurs de Fps. Si l’on s’attache tout d’abord au off line, un seul et unique mode est proposé, la coopération. A la manière d’un Halo, vous pourrez donc vivre à deux l’intégralité de l’aventure. Graphiquement le jeu reste parfait, le moteur ne souffrant en aucune façon du partage de l’écran. Mais malheureusement, certains ralentissements sont à signaler, comme lors de l’aventure solo.




Pour les possesseurs du Xbox Live, les modes de jeux sont multiples et les possibilités foisonnantes. Il existe 4 types de parties. Outre les classiques Elimination (Deathmatch par équipe) et Chekpoint (Capture the Flag), on trouve 2 modes presque identiques mais d’une agréable originalité. Les parties en objectifs dévoilent l’aspect le plus stratégique de Return to Castel Wolfenstein. Les forces de l’axe et les forces alliées doivent chacune remplir un ou plusieurs objectifs dans un temps limité. Ceux-ci pouvant aller du pilonnage de position de Dca au sabotage. Enfin, ce mode se voit complété par les parties chronométrées. Ici une seule chose diffère du précédent mode. Les équipes échangent leur place et doivent battre le temps réalisé par l’autre équipe. La stratégie et la coopération prennent ici toute leur ampleur, puisque les joueurs devront habilement se répartir les taches et donc les classes des soldats. Celles-ci sont au nombre de 4 et englobe le soldat, le médecin, l’ingénieur et le lieutenant. Tous ont des capacités divergentes et se complétant. Ainsi par exemple, pour faire sauter un mur, il faudra faire appel à l’ingénieur qui est l’unique personne capable d‘effectuer cette action.

Suite à la mise à jour fournie par Activision sur le Xbox Live, une dizaine de personnes peuvent s’affronter sans un lag omniprésent. Le jeu peu cependant supporter en théorie jusqu'à 16 joueurs en simultané. Pourtant, la chose n’est actuellement pas faisable pour un joueur français souhaitant héberger une partie. Il faut donc pour apprécier pleinement Return to Castel Wolfenstein en Live, se tourner vers des parties américaines ou anglaises, plus appropriées à accueillir de nombreux joueurs. Néanmoins, malgré ce défaut réducteur, pour la communauté des joueurs on-line française, l’expérience reste unique. Return to Castel Wolfenstein est le jeu à avoir pour les amateurs de stratégie et de coopération en Live. Bien loin du bourrinage intempestif d’un Unreal, Activision propose là un titre grandiose, qui par ses multiples possibilités font passer le Fps on-line sur console à un stade supérieure.

Point complet
Return to Castel Wolfenstein : Tides of War se présente donc comme un indispensable de la Xbox. Avec son aventure prenante et ses nombreux modes multi joueurs, Actvision tient là un hit qui ravira les amateurs du Live. L’attente fut longue, mais le résultat est là et Rtcw risque bien de s’imposer comme le meilleur Fps scénarisé après Halo.

On a adoré :
+ Un scénario prenant
+ La compatibilité Xbox Live
+ Le contenu téléchargeable
+ Le mode coopération
+ La durée de vie
+ La bande sonore
On n'a pas aimé :
- Quelques ralentissements
- Un lag omniprésent en Live
- Bugs de collision
- Peu d’effets speciaux


Consulter les commentaires Article publié le 26-08-03 par Goulitch



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019