Test Red Ninja : End Of Honor - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 248 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Red Ninja : End Of Honor



Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  06.01.2005
  29.03.2005
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Son
5.1

Annoncé par Vivendi il y a déjà plus d’un an sur Xbox, Red Ninja : End of Honour avait été vivement critiqué par tous les supports médiatiques possibles en raison de ses graphismes hideux et de son gameplay très « pompé » de Tenchu. Après avoir vu un test sur IGN très négatif, je n’étais guère plus intrigué que ça du jeu de Sierra, tout au contraire jusqu’à ce que je me laisse tenter par son prix minime de 30€… Déçu ? Pas vraiment, même tout le contraire puisque j’en reviens étonné !

L’honneur est sauf…




Kurenai est le nom du héros que vous incarnerez dans Red Ninja : End of Honour, ou plutôt non, de l’héroïne puisque Sierra a décidé de mettre un atout de plus de son côté pour faire vendre le jeu… S’habillant comme une véritable bimbo et n’hésitant pas à exhiber des parties charmeuses de son corps, Kurenai n’est cependant point une dame de plaisir (euh peut-être à ses heures perdues comme nous allons le voir…) mais est bel et bien une ninja en charge d’une terrible revanche. Après avoir assisté à la mort de son père, la ptite fut pendue haut et court à un arbre mais en elle brûlait le feu de la colère et à tout elle était prête afin de se venger… Le cable qui tua son père, le Tetsugen sera d’ailleurs son arme de prédilection durant toute l’aventure du jeu et fera un véritable massacre dans les rangs du clan du Lézard Noir.

Si il est clair que Red Ninja est l’un des plus laids jeux sur Xbox, il est aussi très clair que le jeu édité par Vivendi est d’un sadisme à toute épreuve et se révèle plutôt fun. Bien sûr, pour qu’il vous plaise il faut un tantinet soit peu apprécier le Japon médiéval et la série des Tenchu mais si vous accrochez déjà à l’univers et que les graphismes ne font pas tout pour vous, Red Ninja risque bien de vous séduire… Explications !

Red Ninja est en fait une succession de niveaux où vous devrez user et abuser de différentes méthodes d’approche d’objectif : parfois il faudra éliminer un chef ennemi silencieusement, parfois combattre 6 ou 7 soldats simultanément, juste traverser une zone pour arriver à une autre etc… Bref, les objectifs sont plutôt variés et le jeu étant assez simple on ne peine pas trop à les accomplir. Là où le jeu devient très intéressant c’est dans le fait qu’il propose non seulement des phases d’exploration mais aussi de l’action pure et dure et de l’infiltration fort bien pensée. La petite Kurenai se dirige d’ailleurs fort bien et se veut fort agile. Si agile qu’elle est capable de se faufiler à peu près partout… Courir de buissons en buissons, sauter et s’agripper à un toit pour échapper à la vigilance d’un garde ou encore se planquer contre un mur en attendant que l’ennemi soit passé, autant de possibilités fort agréables qui donnent à Red Ninja un aspect très Sam Fisher. Si ce n’est bien sûr que notre charmante ninja est bien plus rapide que celui-ci, imitant bien souvent un certain Ryu Hayabusa dans ses déplacements.

Cette faculté de courir très vite vous sauvera d’ailleurs plus d’une fois la mise quand le danger rode, Kurenai s’enfuyant assez vite, après tout ce n’est pas de la lâcheté, non je vous assure, juste une retraite stratégique ! Mais si le gameplay s’arrêtait à de l’infiltration pure et dure, Red Ninja serait à coup sûr un jeu totalement raté, voilà pourquoi les développeurs nous offrent une bonne dose d’action comme on les aime. Tout un arsenal est ainsi disponible à la jolie ninja : bombes de fumée, couteaux, pistolets sont autant d’armes complémentaires qui vous aideront à multiples reprises mais c’est sans nul doute le câble tranchant Tetsugen qui arrache la palme du sadisme avec ses nombreuses fonctions… Découper, empaler, trancher, décapiter, démembrer et pendre vos ennemis sont autant de possibilités qui s’offrent à vous durant le jeu. Nul doute que le jeu est d’une effroyable violence, usant et abusant de litres de sang mais à vrai dire le public Xbox semble apprécier cela, voilà pourquoi on ne s’en plaindra pas. Le sabre est aussi fort utile puisqu’il vous permettra de combattre vos ennemis au corps à corps. Bien sûr, ce sera plus facile en étant rapide et inaudible puisque vous pourrez effectuer des genres de « Silent-Kill » pour vous débarasser non proprement mais rapidement des ennemis. Pour cela rien de plus facile : vous avancez lentement de votre ennemi, de dos de préférence et vous appuyez sur la touche attaquer quand vous êtes suffisamment proche de lui. L’effet est direct, net et rapide : le pauvre soldat se fait charcuter d’une manière très esthétique, laquelle est suivie d’une belle grosse giclée d’hémoglobine comme on les aime… et bien sûr de l’inévitable cri d’abomination du garde qui s’éventre tant bien que mal à hurler « Mère, non… » ou un genre de « Mnggggggfffffffffff », j’ai cherché au dictionnaire, pas trouvé de signification mais ça doit être du à l’effet du sabre dans la gorge.



Autre énorme possibilité du soft : la drague ! Kurenai étant une fille plutôt bien roulée on dira, vous pourrez utiliser ses charmes à multiples reprises pour attirer les ennemis, lesquels vous fonceront dessus pour des raisons compréhensibles… Malheureusement pour eux, leur fantasme ne se réalisera pas malgré le corps à corps qui suivra puisque Kurenai les éliminera sans broncher. Autre gros atout par rapport à Tenchu : Kurenai sait courir sur l’eau et sur les murs, pour peu que vous preniez assez de distance pour vous élancer bien sûr mais cette possibilité s’avère tout simplement jouissive et on retrouve très vite les même sensations que dans Ninja Gaiden. Le Tetsugen a lui aussi une fonction secondaire : celle de servir de treuil. Elancez-vous vers un précipice, lancez votre Tetsugen et si il y a bien un endroit où « l’encocher » vous pourrez vous lancer encore plus loin. Ces possibilités donnent une très grande dynamique au jeu de Sierra, ce qui en fait d’ailleurs un jeu très fun à jouer et bourré de bonnes idées, auxquelles on ajoute un scénario sympathique mais sans plus et une héroïne hum, vraiment élégante et attachante.

Techniquement heu… 32 bits ?




Si sur le papier et dans son gameplay Red Ninja est vraiment très réussi, il l’est beaucoup moins techniquement parlant. Certes la maniabilité est très simple et le jeu se révèle assez fun et direct à prendre en main mais il s’avère aussi que la durée de vie aurait pu être plus longue, surtout vu le style graphique minable du jeu ! Sincèrement, si les graphismes n’y sont pas, pourquoi ne pas nous offrir un contenu de qualité et une durée de vie énorme ? Il y a sujet à débat mais nous ne sommes pas là pour ça…

Cependant l’aventure est plutôt haletante et agréable, surtout que l’ambiance sonore y est avec de nombreuses musiques nous emportant agréablement au pays du soleil levant, auxquelles on ajoute des voix uniquement en anglais et sous-titrée… uniquement en anglais ! Les anglophobes passeront donc leur tour cette fois-ci ! Dommage car le rendu est vraiment agréable en 5.1, et les voix anglaises très réussies. Enfin, pour ce qui est des graphismes une seule conclusion : c’est pire que laid, c’est horrible ! Certes la cinématique d’intro est réussie mais une fois le jeu lancé on a du mal à trouver quelque chose de vraiment bien dans le moteur graphique du jeu. Les personnages sont mal modélisés quoique l’héroïne garde son aspect sexy et que sa jolie ptite frimousse est bel et bien là, les décors sont simplets bien qu’ils soient assez grands et bien architecturés, et le jeu est rempli de petits bugs bien que ceux-ci ne nous empêchent pas de jouer… Du bon, du moins bon et du très mauvais en somme…

Point complet
Loin d'être une bombe, Red Ninja : End of Honnour doit sa grosse faiblesse à son moteur graphique pourri, sans quoi il aurait assurément été un jeu très agréable, surtout aux prix auquel il est proposé ! Pour le reste c'est super sadique, très fun et super jouable !

On a adoré :
- Assez fun
- Bourré de bonnes idées
- Musiques agréables
- Héroine attachante
- Sadique au possible !
- Très gore
- 30€...
On n'a pas aimé :
- Laid mais laid...
- Seulement en anglais


Consulter les commentaires Article publié le 08-04-05 par Rédempteur



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019