Test Rainbow Six 3 : Black Arrow - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 225 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Tom Clancy's Rainbow Six 3 : Black Arrow



Editeur
Ubisoft
Développeur
Ubisoft Canada
Genre
FPS Tactique
Statut
Disponible
Date de sortie
  19.08.2004
  04.08.2004
  10.03.2005
Nombre de joueurs
1 à 16
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Réseau local
Classification PEGI
Son
5.1

Après un troisième épisode qui s’est vendu comme des petits pains, au grand bonheur d’Ubi Soft, Rainbow Six est de retour dans cet add-on nommé Black Arrow. Un add-on à l’image d’Island Thunder pour Ghost Recon : pas indispensable mais mieux que l’original sur certains points. Et puis, il faut dire que pour 30 euros… Enfin bon, toujours est-il qu’après la VRXG d’il y a quelques jours, voici le test écrit pour les non-membres où ceux à connexion limitée.

Les hommes de l’ombre...




On se souvient du scénario apocalyptique de Rainbow Six 3, bien imaginé il faut dire et bien retranscrit. D’emblée, on remarque bien qu’il s’agit là d’un add-on et non pas d’un épisode à part entière : tout est moins bien réalisé et moins complet. Vous incarnerez certes à nouveau l’unité d’élite formées des 4 Rainbow mais fini la crise pétrolière, place à une menace de plus grande envergure : des attaques terroristes sur l’Europe. Voilà qui devrait une fois de plus rappeler quelques sombres événements passés, comme quoi Red Storm sait jouer avec la réalité… Enfin bon, on ne va pas trop se plaindre et il faut avouer qu’il n’est pas désagréable de visiter des villes comme Nice et Milan.

Pour la mise en scène même, plus de vidéos mais juste quelques briefings accompagnés de quelques petites photos satellites. Pas de quoi motiver en fait, au grand désespoir des fans. Mais on le sait, la force de Rainbow Six n’est pas dans son solo et nous le verrons par la suite. Après avoir vu la courte cinématique d’introduction, on se tourne tout de même vers le mode campagne, plutôt sympa mais aussi extrêmement court ! Deux petites heures en fait pour le boucler, enfin, pour les meilleurs. De plus, peu de surprises seront de la partie, la plupart du temps vos objectifs se ressembleront : sauver des otages, éliminer quelqu'un, infiltrer une base, etc.… Après il reste le nouveau mode qui s’apparente à un Time Crisis. Vous aurez à traverser les niveaux, arme au poing, avec un compteur en haut de votre écran. De quoi faire flipper ? Oui ! Le temps s’écoule vite et les objectifs aléatoires à accomplir sont parfois bien protégés. Tout cela, en sachant bien entendu qu’à chaque ennemi éliminé, un bonus de temps vous sera octroyé. Bref, un mode bien crispant mais pas renversant hélas. J’avoue même ne pas avoir accroché…

Et comme vous vous en doutez, la vraie nouveauté ne vient pas de là ! Jouer seul c’est bien, mais à deux c’est mieux ! Ubi Soft a su écouter ses fans et on retrouve donc enfin un mode coopératif qui vous fera revivre toutes les missions du solo. Très fun, certes, et aussi beaucoup plus tactique avec un grand nombre de possibilités. Mais, car il y a un mais, le mode de visée se retrouve réduit à un simple viseur, à la manière de Ghost Recon en fait : plus d’arme affichée à l’écran. Certains râleront devant cette décision. Enfin, pour 30 euros on ne va pas faire la fine bouche !

Nouveauté ?




Alors à part cela, d’autres nouveautés pour ce qui est du offline ? Non, rien, enfin si, une nouvelle arme : le Dragunov. Un sniper qui s’apparente énormément à l’AK 47, plus communément appelé Kalachnikov. Bref, c’est pas grand-chose ! Et en plus comme arme, on fait vraiment mieux, mais bon, c’est toujours ça de pris au final. Côté maniabilité, rien n’a changé. Il faut dire que celle de Rainbow Six 3 était déjà bien au point et l’équipe Rainbow se dirige toujours avec la même aisance. Cependant, j’ai pu remarquer dans ma version du jeu que les ordres oraux se donnaient en anglais, et non plus en français… Problème uniquement réservé à mon exemplaire ? Pas la moindre idée mais il faut dire que diriger son équipe au pad était bien plus pratique…

Toujours plus beau...



Black Arrow s’apparente là aussi à Island Thunder. Non seulement tout est à plus grande échelle mais en plus les niveaux se sont vus améliorés graphiquement. Il faut dire que l’ambiance festive de Nice n’a rien à voir avec la prison désaffectée d’Alcatraz… Par contre, les textures des commandos semblent avoir été revues à la baisse. Etrange, tel est le mot pour décrire une telle décision. Même constat pour l’IA qui accuse déjà son âge. Les ennemis se contenteront généralement à vous vider un chargeur dessus sans changer de position et avancer à travers les niveaux ne pose dès lors aucun problème. Pire, certains vous faciliteront la tâche en éliminant leurs coéquipiers par mégarde ! Ridicule. Bref, vivement que Rainbow fasse peau neuve ! Triste constat tout de même après un an de loyaux services chez Ubi, Ding serait-il bon pour la retraite ? Enfin, côté musiques, sachez que cet add-on bénéficie de thèmes bien plus variés que ceux de son prédécesseur. Le thème général étant lui-même bien plus accrocheur. Terminons avec une mention spéciale pour les bruitages qui sont toujours aussi convaincants de par leur réalisme. Un travail d’artiste !

Le Live a t-il trouvé son maître ?



Et nous voilà enfin à la partie la plus importante du test, celle qui a fait le succès du jeu original : son mode Live. Ici encore, Ubi Soft a tout revu à la hausse avec des maps tout simplement immenses pour la plupart, tellement grandes qu'il faut des heures et des heures pour découvrir quelques grosses possibilités tactiques. Cependant on remarque que le sniping a été grandement favorisé sur le contact au corps à corps et pour le prouver, il suffit de prendre en exemple une des anciennes maps remodelée pour l'occasion : Aéroport 1. Le sas qui liait les deux points d'insertion situés à 15 mètres l'un de l'autre a été tout simplement supprimé, obligeant donc les joueurs à faire le grand tour par la partie nommée tarmac, par les bureaux ou par le hangar. Les armes à courte portée verront donc leur utilité réduite considérablement, au grand damne des bourrins (note d'Alta : mon pauvre Red)…



Pour ce qui est des nouvelles possibilités avec le Live, là aussi des bonnes surprises sont à noter : Black Arrow est en effet entièrement compatible avec la version Tsunami, ce qui engage le jeu sur la guerre des clans. Chaque joueur pourra dorénavant créer son propre clan et donner des grades aux adhérents. Après quoi, toute une multitude de compétitions vous seront ouvertes ! Le rêve des Liveurs en fait… Autre possibilité moins frappante : la possibilité d'envoyer des messages oraux aux autres joueurs, un petit plus bien agréable. Enfin, terminons ce test avec les 2 nouveaux modes multi-joueurs ajoutés : Conquête totale et Récupération. Dans le premier, l'objectif de chaque équipe sera de contrôler tous les COMSAT en même temps pendant un certain temps. Un nouveau mode qui s'avère être un nouveau standard du jeu en équipe ! Tout simplement passionnant. Le deuxième étant quant à lui une mission de récupération d'un cylindre contenant des déchets biologiques. Pas de quoi se retourner dans sa tombe en fait… Sur le Live c'est pari tenu par les petits gars de Red Storm qui nous offrent 1001 nouvelles possibilités de nous relancer dans des parties acharnées entre amis.

Point complet
Bref, ce Rainbow Six 3 : Black Arrow n’est peut-être pas le jeu qui va révolutionner le Live mais il s’agit tout de même d’un excellent add-on, superbement réalisé et passionant dans sa partie Live. Reste donc les quelques nouvelles possibilités qui feront à coup sûr rêver les Liveurs. Pour 30 euros, pourquoi se priver après tout ?

On a adoré :
+ Le prix avantageux
+ Le mode coop plutôt sympa
+ Les nouvelles possibilités du multi-joueurs
On n'a pas aimé :
- Graphismes déjà à la traîne
- Solo un peu court
- Encore quelques petits bugs ça et là


Consulter les commentaires Article publié le 27-08-04 par Rédempteur



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019