Test Psi-Ops : The Mindgate Conspiracy - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 305 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Psi-Ops



Editeur
Midway Games
Développeur
Midway Games
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  01.10.2004
  14.06.2004
Nombre de joueurs
1 à 2
Classification PEGI
Thème
Espionnage

Développé dans les studios de Midway, Psi-Ops avait tout du petit jeu d'action sans grande prétention. Midway nous prouve le contraire en nous offrant une expérience de jeu unique et intense au possible pour un shoot furieux qui ne restera peut-être pas dans les anales mais qui ravira tout au moins les amateurs.

Consulte le Psi !




Dans Second Sight vous incarnerez un soldat d'élite du gouvernement américain censé défendre une raffinerie avec votre commando. Seulement voilà, tout ne marche pas comme prévu et la mission de défense se retrouve vite assiégée par toute une armada militaire menée par le terrible Edgar Barret, expert en télékinésie qui envoie ses troupes à l'assaut en vue de mettre à contribution sa soif de domination. Nick Scryer, oui c'est votre petit nom, se fait dès lors prendre comme prisonnier et est emmené en vue d'intégrer les factions de l'ignoble Barret. Bien entendu vous me direz, mais enfin il ne va pas se laisser faire tout de même, et c'est là que le pouvoir psychique entre en action. Etrangement, Nick survit et à la vue de ses qualités est interné dans une geôle jusqu'au moment où une charmante blonde arrive le délivrer, une espionne elle aussi à la solde du gouvernement américain : la sublime Sarah Blake. A partir de là, tout tourne à la vengeance dans l'esprit de Nick qui n'a qu'un seul désir : retrouver les membres de son commando. Mais est-il encore temps de les sauver ? Vous le saurez en jouant à Psi-Ops, ou, de manière plus secondaire en regardant notre VRXG qui accompagne ce test.

Un gameplay terriblement fun :



Dès le début du jeu, le ton est donné avec des scènes d'action ultra rapides, riches en intensité et aussi extrêmement sanglantes, mais si Psi-Ops n'avait que ces qualités, il ne s'en serait très certainement pas sorti. Fort heureusement, Midway a tenu à ajouter tout un système de pouvoirs plus étonnants les uns que les autres. Nick Scryer, au fur et à mesure de l'aventure les redécouvrira les uns après les autres et une fois que la machine est lancée, autant dire que vous aurez du mal à vous arrêter tant Psi-Ops est accrocheur de par son concept extrêmement sadique. La première technique Psi que vous apprendrez sera la télékinésie. Celle-ci est très certainement celle qui vous sera le plus utile puisqu'elle vous servira à de nombreuses reprises. Mais kezako me demanderez-vous ? En fait, la télékinésie est un pouvoir qui vous permettra de soulever différents objets, ainsi que les corps de vos ennemis ! Oui, le moteur physique de Psi-Ops est tout bonnement bluffant de réalisme, presque aussi performant que celui du très attendu Half Life², pour vous dire…



Et là où Midway casse littéralement la baraque, c'est en proposant de nombreuses possibilités pour un jeu qui se veut aussi infiltration qu'action, le choix est entre vos mains. Petit exemple de sadisme made in Psi-Ops : vous avancer lentement dans un couloir, soudain, vous remarquez deux scientifiques en train de travailler sur les cadavres de soldats morts et remarquez un four sur votre gauche. Oserais-je ? Certainement ! Vous les levez donc grâce à votre pouvoir et les lâchez sans la moindre hésitation dans les flammes de l'enfer pour entendre leurs cris désespérés avant que ces derniers s'éteignent. Jouissif. Mais ce pouvoir vous aidera aussi à vous tirer de situations déstabilisantes comme lorsque vous tombez au beau milieu d'un trou vous séparant de l'autre côté d'une plate-forme. Quelle solution choisir dès lors ? C'est simple, il faut faire jouer ses neurones : mettez-vous sur une caisse, activez votre pouvoir et transporter vous lentement dans les airs jusqu'à l'autre côté, non ce n'est pas Jésus, mais presque !

Second pouvoir : la vision à distance qui vous permettra de vous échapper de votre corps pour aller voir ce qui se passe un peu plus loin ou derrière une porte, là aussi l'utilité est grande croyez-moi, surtout pour voir ce qui se déroule un peu plus loin. On passe au troisième pouvoir : le drainage psi, pour ceci, on va introduire la notion d'énergie psi, elle est simple vous allez voir. Lorsque vous utilisez vos pouvoirs, vous utilisez de l'énergie psi, seulement voilà cette dernière n'étant pas infinie, il vous faudra régulièrement faire le plein que ce soit avec des cartouches ou en la récupérant directement sur les cadavres de vos ennemis. Une simple pression sur un bouton et vous pomperez une partie de cette dernière sur son cadavre. Mais pour faire le plein, il vous faudra avancer lentement derrière le garde et effectuer la même méthode, celui-ci se soulevant dès lors dans les aires pour finir la tête complètement éclatée par votre pouvoir : terriblement gore ! On enchaîne donc avec le contrôle mental, qui, comme vous vous en doutez, vous permettra de prendre le contrôle de vos ennemis, ce qui est plutôt utile pour ne pas se faire shooter et ne pas tenter sa vie pour rien… Enfin, le dernier pouvoir réellement intéressant : la pyrokinésie vous sera elle aussi très utile. Tout aussi simple à utiliser que les autres pouvoirs, elle vous permettra de mettre le feu à vos ennemis en envoyant une triple boule de feu face à vous, une technique qui fera très souvent ses preuves. Pour terminer ce petit tour d'horizon des pouvoirs de Nick on bouclera la boucle avec la vue australe, sorte de sixième sens permettant de voir des créatures issues d'un autre monde. Oula me direz-vous ! En effet, vers la fin du jeu, le scénario tourne vraiment à du n'importe quoi puisque le héros empilera créatures d'un autre monde, reliques, objectifs de la seconde guerre mondiale et j'en passe. Risible.

Enfin, errare humanum et si il est clair que cela gâche beaucoup de choses on ne s'en plaindra pas trop puisque la majeure partie de l'aventure est extrêmement agréable à jouer, allant même jusqu'à vous pousser à la dépendance tellement ce jeu est prenant. Seulement, un premier problème est à relever dans l'intelligence artificielle de vos ennemis. Certes la plupart de leurs réactions seront plutôt réalistes puisque si ils voient quelque chose voler, ils inspecteront les alentours, appelleront leurs potes, sonneront l'alarme, joueront en équipe et j'en passe. Mais parfois, il arrive que l'IA soit vraiment ridicule. Un garde vous voit, vous suit, vous repassez à côté de lui dans l'autre sens et courrez de manière à le perdre, eh bien à force il vous oubliera, et encore pire, leur champ de visibilité semble plutôt réduit car dans certaines situations, ils ne vous verront même pas arriver alors que vous êtes à une dizaine de mètres en face d'eux.



Fort heureusement, il faudra bien avouer qu'il ne s'agit là que d'un défaut mineur puisque ces quelques erreurs ne sont que secondaires par rapport au fun qu'amène le jeu. Par contre, pour ce qui est des boss, il faut bien admettre qu'ils imposent le respect ! Entre un qui vous enverra des dizaines d'objets sur la tronche comme des locomotives et autres, un autre qui vous balancera des rayons gamma tout simplement impressionnant et un certain Leonov qui s'amusera à vous envoyer ses sbires par dizaines, il y a de quoi faire. Et autant dire que les battre du premier coup ne sera pas vraiment évident. De là on passe à la deuxième partie du gameplay de Psi-Ops : l'infiltration. Car si la majorité du jeu consistera en des phases de shoot intensives, il ne sera pas rare de devoir passer inaperçu aux yeux de vos ennemis et là aussi, le jeu s'avère extrêmement riche, certes moins qu'un Splinter Cell mais tout de même enivrantes et bien tripantes. Il en résulte donc un jeu aux phases variées, très fun et accrocheur au possible. Beaucoup de qualités tout ça ! Mais le reste suit-il ?

Visuellement réussi, long et doté d'une bande-son exceptionnelle :



Et oui, voilà comment décrire les autres qualités de Psi-Ops, tout simplement. Bon d'accord, le titre ne fait pas partie de l'élite niveau réalisation graphique, mais il n'en demeure pas moins un jeu très réussi avec des modélisations plutôt détaillées, des effets spéciaux impressionnants et vraiment dignes d=de ce que nous sommes en droit d'attendre sur le support Xbox. A cela on notera une bande-son exceptionnelle avec entre autre la musique With My Mind de Cold, qui colle parfaitement dans le jeu, des bruitages très réalistes, une maniabilité quasi instinctive (bien qu'utiliser la télékinésie demande un petit temps d'apprentissage) et, cerise sur le gâteau : une durée de vie terriblement longue avec son lot de bonus à débloquer ! Entre missions en plus, trailers, vidéos, mini-jeux, boos, combats et j'en passe, croyez moi, y a de quoi passer quelques heures sur son téléviseur ! Autre bonne nouvelle la présence d'un mode coopératif, basique certes puisque le joueur un dirigera le personnage et tirera tandis que le joueur deux utilisera les pouvoirs mais tout de même bien sympa, ça ne se refuse pas !

Point complet
Très certainement l'une des meilleures surprises de cette fin d’année, Psi-Ops se révèle être une véritable révélation mais hélas, quelques défauts mineurs lui empêchent d’accéder au rang des incontournables sur Xbox. Il n’en reste pas moins un jeu d’action intense, terriblement accrocheur et bien long comme on les aime.

On a adoré :
+ Graphiquement réussi
+ Très fun
+ Cinématiques somptueuses
+ Plutôt long
+ Super maniable
+ Bourré de bonus
On n'a pas aimé :
- Le scénario part hélas trop vite dans le n’importe quoi
- Quelques pouvoirs de plus auraient été les bienvenus


Consulter les commentaires Article publié le 25-10-04 par Rédempteur



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020