Test Prince of Persia : Les Deux Royaumes - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 305 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Prince of Persia : Les Deux Royaumes



Editeur
Ubisoft
Développeur
Ubisoft
Genre
Action Plateformes
Statut
Disponible
Date de sortie
  01.12.2005
  01.12.2005
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Son
5.1

Il est las, fatigué et décimé par tous ses combats menés et il espère prendre repos dans sa cité qu'il a trop longtemps quitté. Vous l'aurez compris, le test de ce jour est consacré à Prince of Persia : Les Deux Royaumes. Ce troisième opus des aventures du plus célèbre des princes est arrivé sur le marché avec pourtant une discrétion qui ne lui ressemble pas, Ubisoft sans nul doute occupé à apprivoiser et bichonner son bébé nommé King Kong. Les développeurs d'Ubi Montréal nous livrent tout de même le nouveau titre de la saga que les fans étaient nombreux à attendre. Alors repos bien mérité pour le prince ?

Deux Princes valent mieux qu'un ?




C'est en compagnie de Kaileena, la terriblement belle et mystérieuse impératrice du temps, que le Prince de Perse décide de regagner Babylone pour y prendre enfin congé, après les longues et périlleuses précédentes aventures. Mais l'horreur atteint ses yeux quand il découvre son royaume en feu, complètement dévasté et sous la horde de féroce ennemis qui n'obéissent qu'à un seul homme : le Vizir. Les mauvais évènements commencent à s'enchaîner et Kaileena se fait d'abord enlevée puis assassinée sous le regard impuissant du Prince. Sa mort libère une force incroyable, quasi-démoniaque, issue des sables du temps et que le Vizir s'empresse de puiser. Mais le Prince non plus n'a pas été épargner par cet obscure pouvoir. Malmener, en colère et ronger par la haine avec toutes ces guerres, il devra à présent mener un tout autre combat, celui de ne pas céder à l'appel du mal, ne pas succomber a son autre personnalité : le Dark Prince.

Deux personnalités pour un seul et même but, la reconquête du royaume. Le ton est donné dès la première heure de jeu et le Gamer s'aperçoit bien vite qu'en plus des ennemis, pièges et autres obstacles auxquels s'est toujours confronté le Prince, il devra cette fois-ci mener un combat contre son propre coté maléfique. L'apparition de ce nouveau trait du caractère du Prince montre à quel point ce dernier est à bout, à tel point qu'il en revient sans cesse à se remettre en question. Le joueur aura alors des choix fatidiques à faire lors du jeu, choix qui influenceront le chemin que prendra le Prince et la fin dudit soft. Bref des alternatives qui sont bien accueillies car apportant non seulement quelques nouveautés à la saga mais en plus qui encouragent une certaine re-jouabilité du soft pour les plus ardus d'entre vous.

Mais foutez lui la paix !




Décidément le pauvre Prince aura bien du mal à trouver repos et calme dans sa vie si tourmentée. Et ce n'est pas ce troisième opus qui va démentir ce fait. Les Deux Royaumes met donc en avant la double personnalité du personnage, avec d'une part un homme plein de cœur qui veut sauver son peuple de la tyrannie du Vizir et d'autre part un combattant enragé, l'âme remplie de haine, qui a soif de vengeance et qui est bien plus égoïste que son ego du bien. Cette double jouabilité se ressent évidemment dans le gameplay. Le Prince ne perd en rien de son habilité et gagne même en assurance, peut être un peu trop d'ailleurs, lui permettant de réaliser des figures toujours aussi variées et impressionnantes. Le Dark Prince est également capable d'effectuer tout ces mouvements et ajoute une touche plus sombre et plus violente à la panel de coups du Prince. Cela se ressent surtout dans les combats où alors que le Prince fait toujours autant preuve d'agilité avec l'art de manier la dague du temps atteint son excellence, le Dark Prince quand à lui est doté d'une chaîne au pouvoir déchaîné par les sables du temps et qui facilite grandement les combats où plusieurs ennemis vous feront face. Dans les deux cas, le Gamer s'adapte à un gameplay toujours aussi bien penser sans trop de difficulté et est capable de réaliser des coups impressionnants avec des combinaisons de touches des plus accessibles. La facilité à utiliser le Dark Prince traduit implicitement le fait que notre personnage est tiraillé par son coté démoniaque qui, petit à petit, prend le dessus sur son bon coté. Cependant vous en dévoiler davantage serait nuire à l'excellent intérêt du soft et ainsi gâcher un plaisir de jeu certain.

Parmi les nouveautés, outre le gameplay du personnage du Dark Prince nous pouvons ajouter à ce dernier un élément qui rend le jeu encore plus palpitant : la chute de la barre de vie. Dark Prince étant le coté maléfique de notre héros, il est évident que cela nui à la santé de notre hôte et ainsi ce dernier voit son niveau de santé baissé assez rapidement s'il ne récupère pas assez de pouvoir. Un élément qui ajoute une sacrée dose de stress et qui est ici la bienvenue. Prince of Persia : Les Deux Royaumes voit également l'apparition de nouveau élément du décor, participant à l'évolution du gameplay. Vous pourrez en effet à présent planter votre dague à certains endroit des murs ornant la cité de Babylone ou encore vous approcher discrètement de vos adversaires pour effectuer une combinaison de coup spéciaux et fatals, ici nommé le Speed Kill System. Ajoutez à cela des courses de chars très intéressantes et très maniables qui viennent agrémenter les phases de jeu et ce Prince of Persia 3 comblera totalement en terme de jouabilité. Bien sur l'utilisation des sables du temps pour revenir dans le passé est toujours aussi utile, et ce ne sont pas les passionnants combats contre les différents boss du jeu, qui au passage sont tous plus réussis les uns que les autres, qui vont nuancer ces propos.

L'aventure ultime




Graphiquement parlant, force est de constater que ce troisième opus n'atteint pas un niveau aussi remarquable que le reste du soft. Certes les effets sont plaisants, les mouvement techniques effectués par le Prince sont toujours aussi réalistes et diablement impressionnants mais le tout donne un ensemble que l'on qualifiera de tout simplement très honnête. Les décors de Babylone en ruine sont loin d'être incroyables, de même que l'esthétique des personnages qui rappellent malheureusement le caractère multi-supports du soft. On se délectera tout de même devant de sublimes cinématiques avant de replonger par la suite dans un univers graphique juste bon qui se contente d'être appréciable sans exceller dans le domaine. Dommage quand on sait que c'est sûrement le seul élément contestable, mais j'insiste tout de même sur le peu, du soft.

Kaileena, de sa voix douce et apaisante, agrémente les menus du jeu de conseils et intervient également en tant que narratrice tout au long du déroulement du jeu. Le Prince prend également plusieurs fois la parole que ce soit à travers la pensée du bon Prince, qui essaie désespérément de comprendre ce qui lui arrive, ou à travers celle du Dark Prince qui incite le héros à laisser son coté maléfique prendre le contrôle total de son corps. Dans tous les cas, les voix se mélangent subtilement avec la musique du jeu ce qui n'a pour simple effet que de convaincre le Gamer, ni plus ni moins. Et enfin évoquons la durée de vie du soft qui, même si est plutôt dure à estimer de part une absence d'un quelconque indicateur du niveau de jeu atteint, se révèle assez bonne pour ce type de jeu. De plus si on ajoute les différentes fins possibles, force est de constater que les fans ne manqueront pas de goûter à toutes les issues possibles pour ce Prince of Persia : Les Deux Royaumes qui décidément se révèle des plus satisfaisants.

Point complet
Il aura fallu une année avant que la troisième aventure du Prince de Perse ne voit le jour. L'attente a cependant été plus que fructueuse puisque que Les Deux Royaumes reprend non seulement les bons ingrédients des opus précédents, mais arrive également à s'agrémenter d'une identité à part entière et réussi à nous convaincre sur la plupart des plans avec notamment une excellente prise en main. Seul l'aspect graphique aurait pu être davantage soigné mais cela n'entrave en rien cette fabuleuse aventure du Prince que l'on se délecte de voir sous un nouvel et terriblement délicieux aspect.

On a adoré :
+ Des nouveautés plaisantes
+ Un gameplay excellent
+ Un scénario passionnant
+ Durée de vie satisfaisante
On n'a pas aimé :
- Une réalisation juste honnête ?
- ...


Consulter les commentaires Article publié le 22-12-05 par Jeremy F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020