Test Outrun 2 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 330 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

OutRun2



Editeur
Sega
Développeur
Sumo Digital Ltd
Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  01.10.2004
  25.10.2004
  27.01.2005
Nombre de joueurs
1 à 8
Online
- Contenus
- Réseau local
Classification PEGI
Thème
Automobile
Son
5.1

Inspirateur initial et moteur central de l'industrie du jeu vidéo il fut un temps, Sega a su créer et sans cesse innover. Repoussant toujours plus loin les limites techniques, l'éditeur japonais avait connu ses plus belles heures sous l'air de l'arcade avec notamment le hit, Outrun. Jeu de course old school et ultra fun, cette légende revient aujourd'hui sur Xbox et exclusivement sur le monolithe noir. Mais nul doute que l'eau à bien coulée sous les ponts depuis ces jours glorieux. En effet, un certain Burnout 3 est venu entre temps bousculer la hiérarchie vidéo ludique, Outrun 2 saura-t-il relever le défi ?

Sea, Sex and Speeeeed !!!




Afin de faire honneur à son illustre prédécesseur, Outrun 2 propose moult modes de jeu qui, il faut bien l'admettre, s'avèrent tout sensiblement similaires. Le jeu se décompose en deux grandes phases. Tout d'abord, il est possible de se faire la main sur le mode arcade originale. Très fun, celui-ci vous propose tout simplement de faire des courses par checkpoints en parcourant dans l'ordre qui vous convient cinq tracés du jeu. Concrètement, le départ se fait lui toujours au premier circuit, situé en bord de mer. Si vous le terminez dans le temps qui vous est imparti, s'offre alors à vous un embranchement représentant deux choix. La gauche ou la droite. Si vous décidez d'aller vers la gauche, le tracé sera plus facile. A contrario, si votre choix se porte sur le tracé de droite, le jeu deviendra irrémédiablement d'une difficulté plus ardue. De fait les possibilités sont multiples. En effet, les quinze circuits offrants un nombre de combinaisons entre eux impressionnant.

Cependant, ce mode arcade ne peut se suffire à lui-même pour combler l'attente avide des joueurs que nous sommes. Sega eut donc la bonne idée d'étayer son titre d'un mode mission Outrun particulièrement attirant. Au sein de celui-ci, 101 missions vous sont proposées et réparties équitablement dans chacun des qunize tracés. Cet ajout est indispensable car il représente le principal intérêt du titre. Extrêmement amusant, les objectifs ont le mérite d'innover et d'être surtout foncièrement décalés. Avant de les énumérer, il convient tout d'abord de préciser une chose. C'est votre charmante partenaire féminine qui sera votre juge. Réaliser avec brio les objectifs, charmer votre passagère avec votre style de conduite et vous engrangerez facilement les coeurs. Ceux-ci allant remplir une jauge pouvant grimper jusqu'au rang ultime du triple A. Cette choses étant expliquée, revenons en aux objectifs. Outre les habituels dérapages, slaloms et courses par élimination, l'on trouve aussi des buts beaucoup plus originaux tels que le calcul. Ici, il faut faire une épreuve de mathématique tout en conduisant, l'embranchement final laissant le choix entre deux chiffres, qui sont tout autant de réponses possibles. Pour un jeu de course cet objectif est donc plus qu'étonnant mais il faut constater que le stress de l'échec et la griserie de la victoire sont bien présents. Reprenant le principe de la jauge de coeur, l'on trouve aussi des missions ayant pour but de conduire sur des bandes de couleurs indiquées, de livrer des coeurs sur des espaces prédéfinis ou encore de photographier un coeur situé au bord de la route. Bref, c'est du grand n'importe quoi et c'est pour cela que Outrun 2 séduit autant. C'est de l'arcade à l'état pur, cela faisait longtemps.

Enfin et s'il est à déplorer l'absence totale de jeu en écrans partagés (remplacer par du tour par tour), il faut saluer la présence d'une compatibilité Xbox Live. Jouissif à souhait, ce mode permet de jouer jusqu'à des huit joueurs sur une même partie et ce, sans que le moindre ralentissement ne se fasse sentir. Le bonheur est alors total, d'autant plus qu'un classement est mis à jour en permanence. Les rivalités vont s'exacerber !

Ma que bella la Ferrari !




Vous vous en doutez, Outrun 2 est techniquement à des années-lumière du titre originel ayant sévit il y a quelques années dans les salles d'arcade du monde entier. Finis les pixels apparents, l'on plonge dans le monde du full 3D. Le choc est donc total, pour autant l'esprit global du premier opus est visible à l'écran. Premièrement, les véhicules ont eux subis un traitement tout particulier. Très justement modélisées, chaque Ferrari (il y en a malheureusement peu) étant un régal pour l'oeil, d'autant plus qu'il est possible de choisir à loisir la couleur de la carrosserie. Moteur apparent en transparence, reflets en temps réel, ombre dynamique, tout est fait pour nous rappeler que nous sommes bel et bien en 2004. Le seul défaut réside en fait dans l'absence totale de dégâts visibles à l'écran. Que l'on rentre dans une voiture ou dans un décor, le résultat est le même, on en sort indemne. Certes cela est principalement dû à l'aspect arcade du titre mais il aurait été agréable de voir son bolide se dégrader au fil des chocs, sans pour autant que cela influe sur la conduite.

Les tracés brillent eux par leur longueur et surtout par leur beauté. Très colorés, les arbres, les murailles, les ponts, les maisons ou encore les plages frisent la perfection. Le jeu se rapproche d'ailleurs un peu plus de celle-ci avec les différents changements de luminosité illustrant le passage d'une portion d'un circuit à une autre. Il est ailleurs à noter que techniquement cet aspect est extrêmement réussi puisqu'il permet, ni plus ni moins, de parcourir cinq circuits d'une seule traite. Vraiment bluffant ! Enfin, pour en finir avec ces éloges, notons une gestion des particules des plus réaliste ce qui, vous me l'accorderez, devient plutôt courant en ces années.

Côté défaut technique et graphique, peu de choses se mettent énormément en évidence en plus de l'absence totale des dégâts. En effet, seul un aliasing très prononcé vient gâcher la beauté de l'ensemble ainsi que l'oubli quasi totale de bump-mapping. Dommage, cela aurait propulsé le titre de Sega vers des sommets graphiques.

Les années 70 cheveux au vent…




Mesdames et messieurs, allumez vos autoradios, les années 70 envahissent la Xbox à grand renfort de mega watts. Bien loin du hard rock furieux d'un Burnout 3, Outrun 2 se veut plus peace and love en proposant morceaux joyeux auxiliant entre la pop et les rythmes Jazz. L'idéal pour booster des courses déjà effrénées avec pour compagnie une charmante blonde bronzant cheveux au vent. Outre les musiques, les bruitages nous donnent eux un sacré coup de vieux puisque quasiment tous issus de la version arcade. Même légèrement remaniés, il plane une ambiance étrangement revival, ce qui n'est pas pour déplaire.

Enfin et pour conclure cette analyse, notons l'admirable effort fait par Sega en ce qui concerne la localisation pour notre beau pays. Que ce soit les menus ou les dialogues, tout est entièrement traduit dans la langue de Molière. Cela change donc un peu des productions précédentes de l'éditeur, il était temps.

Point complet
Incroyablement rapide mais techniquement un peu en de ça des titres du même genre, le dernier hit de Sega décoiffe, tout en ne reniant pas son illustre passé. Proposant une durée de vie honnête pour de l’arcade pure, des courses Xbox Live affolantes et surtout des missions défis délirantes, Outrun 2 est une véritable bouffée de fraîcheur sur notre console. Alors si vous êtes adeptes de maniabilité aux petits oignons, de parties courtes et de dérapage à outrance, foncez, les plages et les Ferrari vous attendent.

On a adoré :
+ La maniabilité
+ La longueur des tracés
+ Les courses Xbox Live
+ Les musiques
+ Les défis délirants
+ La vitesse d’affichage
On n'a pas aimé :
- Graphiquement moyen
- Aliasing prononcé
- Aucun multi joueurs en écran splitté


Consulter les commentaires Article publié le 16-10-04 par Goulitch



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020