Test Zone of the Enders HD Collection - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 231 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Zone of the Enders HD Collection



Editeur
Konami
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  29.11.2012
  30.10.2012
  25.10.2012
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Thème
Futuriste Robots
Mémoire
280 Kb

Et c’est reparti pour une nouvelle compilation HD, dont Konami semble s’être fait spécialiste, avec des hauts et des bas. Moins connue des joueurs actuels, à la différence de Metal Gear Solid ou Silent Hill, la saga Zone of the Enders se voit attribuée une seconde chance. Jeu de méchas produit par un grand fan du genre, Hideo Kojima, ZOE se veut nettement plus nerveux et orienté action que beaucoup d’autres titres du genre. Ce lissage HD donnera-t-il un second souffle à la série en vue d’un troisième épisode ?

Une petite mise en bouche




C’est en 2001 qu’est sorti le premier Zone of the Enders, accompagné de la démo de Metal Gear Solid 2 pour doper ses ventes. Le coup de la présence d’une démo pour vendre un jeu, on nous l’avait déjà fait, et on nous le fait encore aujourd’hui… Et ça marche toujours, d’autant plus qu’à l’époque, il n’y avait pas une tonne de possibilités pour se procurer la version d’essai d’un jeu. La plupart des joueurs l’avouent, ils ont en premier lieu testé la démo de MGS 2 avant de se lancer dans l’aventure ZOE. Mais une fois embarqué dans l’Orbital Frame nommé Jehuty, le joueur se trouvait embringué dans des combats vifs et intenses. C’est un jeune garçon nommé Leo que vous incarnez, qui se retrouve malgré lui pilote du mécha, et qui va être projeté en pleine guerre. Un scénario « Kojimesque », développé et rempli de personnages importants, de corporations spatiales, le tout en vue de se procurer le minerai du futur, capable d’avancées technologiques importantes, nommé le Metatron. Une fois aux commandes du Jehuty, c’est l’intelligence artificielle du mécha, ADA, qui va vous prendre en main et vous apprendre les bases, mais rapidement, car les combats commencent dès les premières minutes, entrecoupés de cinématiques un peu longuettes et légèrement plus floues que sur PS2. Le mécha se dirige avec le stick analogique gauche et les boutons servent à tirer, agripper, monter et descendre dans les airs. Ce n’est pas évident à prendre en main dans un premier temps, mais on s’y habitue heureusement très vite. Le jeu se veut vif et rapide avant tout, et les combats sont particulièrement explosifs. Il est possible de verrouiller l’ennemi pour l’attaquer sans le perdre de vue, très utile tant les déplacements peuvent être éclairs.

La gâchette droite permet en effet de donner un coup d’accélération, pour tourner autour d’un adversaire ou esquiver une attaque. De loin, Jehuty tire des salves au blaster, lance des boules d’énergie, puis sort son épée au corps à corps, en pouvant effectuer un coup circulaire plus puissant. A vous donc de gérer vos attaques en les combinant, en donnant par exemple deux coups d’épée, puis en effectuant une accélération pour passer dans le dos de l’ennemi, afin de l’achever avec un coup tournant. Les combats sont très dynamiques et souvent jouissifs, surtout lorsque vous saisissez un méchant pour l’envoyer s’exploser dans un immeuble ou autre bâtiment, de nombreux décors étant destructibles. Bien qu’un bouclier soit disponible, et qu’une dizaine d’armes secondaires soient à débloquer (sniper, missiles, leurres), les combats deviennent malheureusement vite répétitifs, d’autant plus que les ennemis peinent à se renouveler. Globalement, en plus d’être court (4 heures environ), on fait toujours la même chose et les objectifs sont peu variés (trouver une arme, sauver des civils), obligeant souvent à retourner dans des zones déjà traversées. Du coup, on fait pas mal d’allers-retours, nettoyant les zones, et affrontant quelques boss, pour leur part très réussis. Le lifting HD est bon, le jeu étant très propre, malgré ce flou étrange pendant les cinématiques. Certains décors vides donnent néanmoins un coup de vieux au titre. Par contre, la partie sonore est réussie et les musiques envoûtantes. Certaines se répètent elles aussi un peu trop pendant les niveaux, mais quelques thèmes vous resteront en mémoire. Seules les voix (anglaises uniquement) sont en retrait, principalement celle de Leo, insupportable.

Avant le plat de résistance




Pour faire simple, ZOE - The second Runner, le deuxième opus sorti en 2003, reprend les bases du premier, en les sublimant. Toujours chapeauté par Kojima, on sent que celui-ci a pu aller au bout de ses envies et de ses idées avec cette suite. Exit le môme Leo, cette fois-ci, on incarne un homme, un vrai, avec de la barbe et une mèche de cheveux devant un oeil ! Exit les allers-retours incessants d’une zone à l’autre, le maître mot de cette suite est diversité, aussi bien en termes de décors que de possibilités de gameplay. Ainsi, en plus des bases posées et réutilisées, il est maintenant possible, et conseillé face à certains boss, d’utiliser des objets de l’environnement (toujours destructible) afin de s’en servir comme arme au corps à corps ou de lancer. L’action est donc plus diversifiée et les combats moins stéréotypés que dans le premier jeu, d’autant que de nouvelles armes sont également à débloquer. Une seconde jauge est ajoutée, en plus de celle de la vie, limitant l’utilisation des armes secondaires. Il faut donc veiller à bien gérer ses combats. Par contre, la caméra fait souvent des siennes lors de combats trop vifs, larguant le joueur à quelques reprises.

Heureusement, le système de verrouillage est toujours efficace. Exit également le côté réaliste du premier, et bonjour le cel-shading, ce procédé, nous ne le dirons jamais assez, qui vieillit très bien s’il est correctement exploité. De ce fait, les méchas, explosions, effets spéciaux et certains décors sont intégralement en cel-shading, tandis que d’autres environnements sont restés dans un style plus réaliste. Le jeu est vraiment très beau, tout comme les cinématiques, intégralement réalisées en « animé », donnant une vraie identité au jeu. On s’y croit vraiment et on suit avec attention ces interludes, moins interminables qu’auparavant. Quelques saccades sont malheureusement à déplorer, pendant les combats intenses ou certaines cinématiques, alors que la version PS2 n’en possédait pas, preuve encore que le portage ne s’est pas effectué avec suffisamment de sérieux. Le jeu est assez court, environ 6h pour boucler le tout, sachant que quelques défis et un mode versus, dispensable, sont accessibles via le menu de départ. Néanmoins, ce second opus est vraiment l’aboutissement du premier, sans compter qu’il a beaucoup mieux vieilli.

Point complet
Compiler les deux Zone of the Enders est une bonne idée pour les joueurs n’ayant pas connu ces deux jeux, principalement pour le second volet, encore excellent aujourd’hui avec son style « animé », malgré sa caméra qui s’emballe un peu trop. Si le premier épisode a pris un petit coup de vieux, avec ses décors parfois vides et sa redondance, le lifting appliqué est réussi et donne un coup de fouet à l’ensemble. The Second Runner, magnifique et explosif, est jouissif et procure d’excellentes sensations grâce à ses combats bien mis en scène, notamment contre des boss coriaces. Avec ses musiques envoûtantes et ses scénarios développés accompagnés de personnages charismatiques, tout aurait pu être réussi dans cette compilation, si certains défauts n’étaient pas venus se greffer. Les cinématiques du premier volet sont floues et le second souffre de saccades non présentes à l’époque. De plus, les jeux sont courts, la dizaine d’heures étant tout juste atteinte en solo, d’autant qu’aucun bonus ne se profile à l’horizon, exception faite de la démo de Metal Gear Revengeance (une bonne nouvelle en soit, mais pas en lien avec les jeux concernés). On a donc une compilation dispensable pour les joueurs connaissant déjà ces jeux, mais déjà plus intéressante pour les nouveaux, qui devront faire avec une durée de vie légère, aucun bonus et quelques défauts fraîchement arrivés.

On a adoré :
+ Musiques envoûtantes
+ Décors destructibles
+ Enchaînements vifs
+ Les combats contre les boss
+ Scénario intéressant
+ Le design des Orbital Frame
+ The Second Runner, magnifique
+ Un lifting HD réussi…
On n'a pas aimé :
- Malgré quelques saccades
- Et des cinématiques floues
- Aucun bonus
- Assez court
- Ennemis manquant de variété
- Voix anglaises uniquement
- Le premier ZOE trop répétitif


Consulter les commentaires Article publié le 16/12/2012 par Lionel B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019