Test Watch_Dogs - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 198 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Watch_Dogs



Editeur
Ubisoft
Développeur
Ubisoft Canada
Statut
Disponible
Date de sortie
  27.05.2014
  27.05.2014
Nombre de joueurs
1 à 8
Classification PEGI

Avec Watch_Dogs, Ubisoft a présenté un ambitieux projet qui avait su attirer l’attention des joueurs lors de l’E3 2012 avec une vidéo assez bluffante. Au fil des mois, les médias perdaient quelque peu en intérêt et tout le monde a pu constater un downgrade graphique assez prononcé qui a engendré une première déception. Néanmoins, même s’il est sorti sur les consoles de la génération précédente, le soft reste avant tout taillé pour les machines sorties en fin d’année dernière. Reste donc à voir si les développeurs ont réussi à tenir toutes leurs promesses pour cette version new-gen, surtout que le jeu a eu le droit à un report de plusieurs mois à la dernière minute ou presque…

De bonnes bases, de mauvaises finitions




La critique de la version Xbox 360 ayant été publiée à cette adresse, nous ne nous étalerons pas sur les points similaires entre ladite version et celle destinée à la Xbox One. Nous allons donc commencer par les deux points les plus variants. Le premier de ceux-ci, c’est le mode multijoueur qui bénéficie de deux modes supplémentaires, à savoir Exploration et Décryptage. Le premier cité permet de visiter la ville librement avec d’autres fixeurs, jusqu’à huit. C’est assez limité, notamment en nombre de joueurs, mais ça a le mérite d’exister. Le deuxième, le plus intéressant sur le papier, permet à deux équipes de quatre joueurs de s’affronter sur une portion de la map. Un fichier de données est dans la nature et les joueurs doivent tout faire pour le récupérer et le conserver le plus longtemps possible. A chaque réapparition, on peut même choisir entre un arsenal de précision, un plus équilibré ou un autre plus orienté action dirons-nous. Le principe en lui-même est assez séduisant, laissant à penser que l’on peut profiter de la ville pour se cacher, pour établir des stratégies, en utilisant le piratage, sans parler de l’esprit d’équipe qui devrait prédominer. Ces composantes-là, on peut effectivement les découvrir dans une bonne partie, ce qui représente malheureusement une très faible minorité des parties jouées.

En effet, le multijoueur est tout simplement pourri par le comportement des joueurs (un anti-jeu flagrant qui n’est jamais sanctionné, entre autres) mais aussi et surtout par l’aspect technique. Le frame-rate diminue à vue d’œil, les bugs se multiplient d’autant plus et les absurdités liées à la physique ridicule sont légion. Pire, on note des téléportations abusives, des soucis de collisions monstrueux, etc. Les parties se transforment en véritable n’importe quoi vidéoludique dans lequel seul l’aspect bourrin paie, en optant à chaque fois pour des véhicules pour détruire les adversaires. Tout aspect stratégique en est anéanti par cette non maîtrise totale de la technique. Pour les autres modes, on retrouve les mêmes défauts et les mêmes qualités que sur Xbox 360. Quant au deuxième point variable, il concerne l’aspect visuel et technique du jeu, clairement plus taillé pour la nouvelle génération. On ne va pas se mentir, la version Xbox One reste la version de nouvelle génération la moins gâtée techniquement parlant. L’aliasing est souvent assez marqué (la version Xbox One ayant hélas la résolution la plus faible), certaines textures s’affinent avec du retard, quand elles ne sont pas sommaires, quelques freezes entrent parfois en jeu (in-game comme pendant une cut-scene) et même si le frame-rate reste relativement stable en temps normal, il faut bien avouer qu’un taux de rafraîchissement supérieur n’aurait pas été du luxe, surtout lorsqu’on est en véhicule.

Et là, on ne parle pas des détails qui manquent clairement, notamment au niveau des contacts et autres accrochages ou encore au niveau des éclairages dynamiques tout bonnement absents, avec les phares des voitures par exemple. Certaines modélisations, notamment en intérieur, laissent également clairement à désirer et quelques petits soucis techniques supplémentaires (retards d’affichage, pop de reflets, etc.) peuvent également être observés. Cela n’en fait pas pour autant un jeu moche, loin de là, mais ça reste une belle déception puisque, outre ce qui était évident (une qualité graphique inférieure à tout ce que les médias officiels ont présenté), on est loin d’être bluffé par le résultat en prenant bien en compte le support. Reste tout de même que le titre offre de jolis moments visuels, notamment lorsqu’il pleut et/ou que le soleil ou la luminosité des réverbères entrent en jeu. Certains panoramas sont même de toute beauté. Au final, le résultat oscille entre le « vraiment joli » et le « correct » selon les situations. Par contre, avec la puissance de la nouvelle génération, on pouvait s’attendre à un travail beaucoup plus minutieux pour donner vie à une ville pourtant déjà bien vivante et crédible. Certes, cela grouille de PNJ, la circulation est présente et le tout donne un bon rendu de vie et de réalisme, mais certains détails font clairement taches, comme ces arrêts de bus inutilisés, ces motos sur le bas-côté que les PNJ ne chevauchent pas, la police qui est quasiment aux abonnés absents si un crime n’est pas commis, etc.

Beaucoup d’idées… sous-exploitées




Pire, il suffit de pirater les feux de circulation pour voir des voitures se foncer dessus sans aucune raison, accélérant comme des malades alors qu’elles étaient à l’arrêt… Quand le trafic est dense à un croisement, c’est assez ridicule, mais quand cela concerne trois pauvres véhicules, ça en devient aberrant. Il y a donc de très bonnes bases, mais malgré un temps de travail assez conséquent et un report important, cela manque encore de profondeur. Hélas, il en va de même au niveau de la qualité de la finition puisque le soft souffre de très nombreux bugs. Certes, il est impossible d’éradiquer tous les bugs dans un jeu, surtout dans un open-world, mais Watch_Dogs est assez gâté en la matière : personnage qui passe à travers la porte de la voiture, eau qui jaillit traversant la voiture sans que celle-ci ne bouge, bugs de collisions à foison, ennemi qui court face à un mur en faisant du surplace, etc. Malheureusement, les développeurs ont également laissé les défauts de la version Xbox 360, avec une I.A. de zone qui fait quand même souvent de la peine, un moteur physique aux fraises, avec notamment des motos et des voitures qui s’apparentent à de véritables tanks pouvant quasiment tout détruire… mais qui sont stoppées d’un coup par un frêle arbuste…

Quant au scénario, il ne vole pas bien haut, exploitant des ficelles vues et revues, le piratage, bien que sympathique, reste au final un simple gadget (on ne fait que maintenir un bouton pour déclencher quelques scripts qui reviennent sans cesse, les « infiltrations » avec les caméras sont trop balisées, et les mini-jeux de piratage sont affligeants), certaines activités sont inintéressantes et la structure des missions est bien trop souvent similaire, ce qui provoque parfois un terrible ennui en y jouant. Quant aux multiples idées implantées, elles sont toutes sympathiques mais sous-exploitées ou mal intégrées, comme le système monétaire ruiné par le piratage, à tel point qu’on n’y prête même plus attention, ou encore les compétences mal gérées, les meilleures se débloquant trop vite pour faciliter trop rapidement la progression. Fort heureusement, on retrouve également toutes les qualités du titre, à commencer par un contenu conséquent avec une aventure principale qui offre une douzaine d’heures de jeu avec quelques missions secondaires en prime. On peut monter à une bonne trentaine d’heures pour aller chercher le 100%.

Le level design est plutôt bon, les mini-jeux implantés permettent de varier les plaisirs, tout comme les enquêtes et les missions secondaires plutôt variées, et l’arsenal est correct, offrant quelques bons passages entre les gunfights ou l’utilisation des gadgets. Les doublages sont plutôt convaincants, avec en prime le doubleur français du héros de Person of Interest (série qui pourrait presque avoir servi de modèle pour le jeu…) pour Aiden. Pour la plupart des missions, on peut également choisir son approche, entre la furtivité en utilisant les moyens techniques à disposition, les couvertures et les exécutions non létales, ou le bourrinage avec armes, focus (ça ralentit le temps) et balles dans la tête, en veillant toujours à éliminer ceux qui peuvent appeler du renfort. Il y a clairement de quoi passer un bon moment en jouant à de petites doses, surtout que certains détails font également plaisir. En effet, les développeurs ont par exemple pris le temps d’inclure une vue cockpit aux véhicules, ils ont plutôt soigné les animations (même si une bonne partie du code – en général – semble clairement provenir des jeux comme Assassin’s Creed, Far Cry et Splinter Cell) et quelques séquences de jeu sortent un peu plus du lot.

Point complet
N’y allons pas par quatre chemins, Watch_Dogs est avant tout une déception. Entre promesses non tenues, finitions qui manquent à l’appel, malgré un report important de dernière minute, multijoueur littéralement pourri par le comportement de certains et un aspect technique trop souvent pris en défaut, Ubisoft accouche d’un projet qui était soit trop ambitieux pour les développeurs, soit trop survendu par les marketeux. Malheureusement, le résultat est là, même si la version Xbox One est supérieure techniquement et visuellement à la version Xbox 360 (encore heureux, c’est le minimum exigé), elle présente bien trop de défauts, techniques, visuels, scénaristiques, etc. (physique de jeu lamentable, aberrations à foison...), pour vraiment convaincre. Le jeu n’en est pas pour autant mauvais, loin de là, beaucoup de joueurs pourraient y trouver leur compte (surtout en jouant à petite dose), s’arrêtant en prime de temps en temps pour apprécier certains panoramas qui en mettent plein la vue. Malgré tout, si Watch_Dogs pose de bonnes bases pour l’avenir de la licence, ce premier essai multiplie les idées sous-exploitées, les erreurs de jeunesse (à dire vite puisque plusieurs éléments semblent être repris d’autres licences de la firme) pour ne se présenter que comme un divertissement plutôt sympathique, sans forcément plus, surtout avec tout ce qu’il y a eu en amont. Enfin, les vrais points positifs restent tout de même le travail réalisé sur la ville, le contenu et la base de données. Sur ces points, on se doit de féliciter les développeurs, mais cela ne suffit pas au jeu pour se hisser dans les incontournables.

On a adoré :
+ Ville crédible et vivante
+ Le level design
+ Contenu conséquent
+ Mini-jeux pour varier
+ Missions variées
+ Les enquêtes
+ Durée de vie correcte
+ Gadgets et piratage
+ Plusieurs approches
+ Agressivité des policiers
+ Les doublages et musiques
+ Plusieurs vues (véhicules)
+ Les animations d’Aiden
+ Le challenge ctOS
+ Multi équilibré
+ Le mode Exploration
+ Le Décryptage sur le papier
+ Souvent plutôt joli
+ Pas mal de bonnes idées…
On n'a pas aimé :
- Bien trop sous-exploitées
- Le Décryptage dans les faits
- Multi non maîtrisé (technique)
- Anti-jeu non sanctionné
- Parfois assez juste visuellement…
- Il manque pas mal de détails
- Structure similaire des missions
- Une certaine répétitivité
- Certaines activités inintéressantes
- Piètre moteur physique
- Un certain aliasing
- Divers soucis et bugs à foison
- Pas de tir en véhicule
- I.A. passive de zone
- Un peu trop facile
- Bande-son très discrète
- Système monétaire mal pensé
- Pas de spécialisation (compétences)


Consulter les commentaires Article publié le 13/07/2014 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018