Test Warhammer : Vermintide 2 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 194 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Développeur
Fatshark
Date de sortie
  11.07.2018
Nombre de joueurs
1

Développé par le studio Fatshark et édité par Games Worshop, Warhammer : Vermintide 2 débarque enfin sur nos consoles ! Le jeu a pour ambition de reprendre le système de Left 4 Dead et de l'adapter à l'univers Warhammer. Après un premier épisode plutôt bien accueilli par les joueurs, cette suite corrige-t-elle les défauts du premier opus ? Prêts pour le verdict ? Ca va saigner !

Du Left-Hammer ou je fais un malheur !



Après un tutoriel bien fichu côté présentation des personnages, nous voilà propulsés par un portail magique vers notre nouveau chez nous, une immense forteresse appelée Tall (non, pas la chanteuse !) dotée de toutes les commodités nécessaires à la bonne préparation des missions, en soit le Hub du jeu. Vous y trouverez une forge, un tenancier, des chambres pour le côté RP, une toute nouvelle aire d’entraînement où l’on peut tester l’efficacité de son arsenal sur des mannequins, le livre des défis à réaliser et bien évidemment c’est ici que vous récupérez vos récompenses une fois les missions réussies. A noter que vous n’êtes pas obligé d’interagir avec tous ces endroits ou personnages, vous pouvez y accéder directement depuis le bouton menu (ex-start) et jongler entre les onglets afin de vous préparer pour la prochaine mission. Du côté des personnages, on retrouve nos cinq héros tout droit issus du premier volet : l’elfe forestier toujours aussi agile, le ranger nain, la sorcière qui utilise la pyromancie, le soldat impérial et le rusé répurgateur. De plus, l’aspect RGP de la formule se voit ici renforcé par l’arrivée d’une personnalisation plus poussée de la manière de jouer et de spécialiser son personnage, avec en prime un système de sous-classes à débloquer au fil des niveaux.

Trois variations de classes sont disponibles une fois le niveau 15 atteint sur chacun des personnages. Bardin le Nain alterne par exemple entre une spécialisation à distance, une autre orientée "tanking" et une dernière où il est tout simplement enragé et équipé de deux haches. Les talents passifs, l’apparence ou encore le choix des armes changent en fonction de la profession sélectionnée. L’arrivée d’un sort ultime (appelé Chaos) par héros et par sous-classe apporte elle aussi une surcouche de fun et de profondeur à un gameplay qui, tout en restant très simple à prendre en main, se montre toujours aussi bien huilé ! Il ne faut pas s'attendre à autre chose qu'un immense défouloir où l'on massacre à la chaîne des hordes d’ennemis, cela risque donc d'être un blocage pour les plus subtils d'entre nous, mais c'est aussi ce qui fait le charme du jeu. Il ne faut pas s'attendre à d'intenses phases tactiques ou a une grande diversité sur les combos car le fer de lance de Vermintide, c'est le combat dans sa plus simple expression. De plus nous soulignons qu’il nous est toujours impossible de courir, chose assez pénible car notre personnage n'est pas des plus rapides face à des hordes d'ennemis. Autre problème majeur que nous avons rencontré, c’est le fait que deux joueurs ne peuvent pas utiliser la même classe, ni une variante de celle-ci. Attendez-vous donc à tomber sur des joueurs qui vous éjecteront sans hésitation si vous avez par malheur choisi une de leurs classes. Afin d'éviter ce problème, nous vous conseillons fortement de jouer entre amis...

Bien évidemment, le titre reprend la mécanique du “Spawn Director” du premier volet, directement inspirée du système de Left 4 Dead. Cette intelligence artificielle gère l’apparition des ennemis durant les parties. C’est elle qui dicte le rythme, la tension, les moments épiques et la difficulté des missions. En lieu et place de points de spawn fixes pour les monstres, une mécanique qui pourrait conduire à une répétitivité des missions, le Spawn Director régule l’apparition des adversaires en fonction de différents paramètres. Position individuelle des joueurs, état de santé, temps écoulé depuis la dernière attaque, ceci afin de créer une expérience de jeu toujours renouvelée. C’est aussi cette IA qui gère le placement des potions ou des munitions. Dans l’ensemble cette mécanique fonctionne plutôt bien et apporte au soft une bonne rejouabilité.

Arrête de pleurer et va Warhammer !

Du côté du level design, ce second volet ouvre davantage ses environnements, accentue le nombre de missions de jour et nous laisse admirer ses quelques splendides panoramas même s’ils sont inégaux dans l’ensemble… C’est beau de loin mais loin d'être beau ! Le design des ennemis et des protagonistes est quant à lui réussi. Nous tenons à rassurer les fans, l’univers Warhammer est toujours autant respecté. Grâce à cela le côté épique de l’ensemble prend du galon et s’autorise plus de variations d’ambiance que par le passé. L'environnement est agréable à parcourir et varié. Vous traverserez une majestueuse cité naine creusée sous la montagne laissant ainsi place à une terrifiante descente dans une mine plongée dans les ténèbres où seul résonne le grondement d’une horde de Skavens… Quand ce n’est pas une forêt infestée Rats. Mieux encore, avec des séquences de haute tension durant lesquelles votre groupe se retranche dans une salle pour faire face à des vagues d’adversaires, Vermintide 2 prend des airs de spectacle à la fois jouissif et brutal à souhait. C’est un bon défouloir nous rappelant certaines scènes du Seigneur des Anneaux face, des moments durant lesquels l’alchimie entre le visuel, le sound design, la musique et le poids de la menace fonctionne à merveille.

Petit bémol du côté affichage, sur la version Xbox One, les sous-titres ont un problème. Sur certains mots apparaissent des gros carrés blancs (sûrement un souci avec les caractères spéciaux…). Le bestiaire s'élargit un peu plus grâce à l’arrivée des forces du Chaos même si les unités de base de la faction n’opposent pas une grande résistance et se font calmer d’un simple coup d’épée. L’introduction de nouvelles unités spéciales ajoute une bonne dose de piquant à la formule. Prenez par exemple les Sorciers du Chaos et leurs maudites tornades, ajoutez-y la résistance hors norme de l’armure des Guerriers du Chaos, accompagnée de quelques élites enragés comme les Trolls Bileux, mélangez le tout et en avant pour des batailles des plus sympathiques. Vermintide 2 sait se montrer sans pitié face à l’erreur, il punit sans ménagement le moindre écart de placement ou les élans héroïques des joueurs un peu trop fougueux en difficulté élevée. Cette dernière confère une réelle intensité aux missions et favorise plus que tout le jeu en équipe ! Notez qu’une petite portion d’expérience vous sera donnée si votre groupe faillit à sa tâche, même à quelques mètres de l’objectif final… Plutôt cruel ?

L’accès aux quatre paliers de difficulté du jeu est désormais conditionné par un niveau de puissance global du joueur, un système déjà aperçu dans Destiny pour ne citer que lui. Cela empêche un joueur de se casser les dents dans un défi bien trop corsé pour sa progression actuelle. Des quêtes spéciales à usage unique appelées Actes Héroïques introduisent des modificateurs de gameplay inédits : utilisation limitée des capacités, objectifs repensés, casting improbable d’ennemis, de quoi ajouter une couche supplémentaire de rejouabilité à l’ensemble et diable qu'elles sont terriblement dures ! Les trois tomes et les deux grimoires sont encore une fois planqués avec fourberie dans les niveaux afin de nous motiver à en explorer les moindres recoins et à toujours évoluer sur le fil du rasoir ! Comptez environ trente à quarante minutes par mission, soit six à sept heures de jeu pour arriver au bout des treize niveaux, tout en sachant qu’une série de quatre boss vient conclure chaque arc narratif malgré un dernier acte plutôt décevant, la faute à son boss très vite oubliable...

War of Craft or Lord of Loot?

Le système de loot du premier Vermintide pouvait se montrer frustrant à la longue, la faute à une distribution trop hasardeuse des récompenses contraignant à un grind intensif de ressources. Ce défaut n'est plus car le jeu nous récompense désormais avec des coffres au contenu toujours adapté à la classe et la carrière qu’on utilise au moment de leur ouverture. Le lancer de dés du destin a disparu et laisse place à des lootboxes dont la rareté dépend de vos exploits en cours de mission. C'est d'une très grande simplicité et cela fonctionne vraiment bien car on a sans cesse l'envie d'avoir quelque chose de mieux à se mettre sous la dent. C'est l'aspect hack'n slash du titre qui veut ça. Rassurez-vous Vermintide 2 n’inclut aucune espèce de cash shop ou de progression conditionnée par des microtransactions. Un objet légendaire se paiera toujours au prix de la sueur et des gerbes de sang d’une mission menée à bien !

Il y a des tonnes d'armes à débloquer ainsi que des objets vous permettant d'améliorer certaines caractéristiques de votre personnage comme le fait de faire plus de dégâts ou d’être plus résistant face à certains types d'ennemis. Malheureusement du côté cosmétique c’est le désert le plus total. Après une vingtaine d'heures de jeu, nous n’avions débloqué qu’un casque... Le mode Artisanat nous a laissés perplexes. En effet, les armes, amulettes et colliers s’entassent par dizaines dans nos sacs dans l’attente d’être équipés ou démantelés pour en récupérer des composants… sauf que la manière de procéder n’est pas des plus intuitives ! Aussi étrange que cela puisse paraître, certaines informations pourtant nécessaires manquent au bon développement d’une spécialisation de personnage. Il ne dispose par exemple pas de panneau de caractéristiques ou de tuto nous permettant de mieux comprendre ce système, n’affiche aucun récapitulatif de nos talents passifs et expose un manque de clarté évident dans la présentation de son interface.

Vous allez devoir vous débrouiller seul en cumulant quelques ratés lorsqu'il faudra améliorer ou retirer une "illusion" (pouvoir) d’une arme... C’est au petit bonheur la chance ! C’est un manque de finition que l’on retrouve aussi du côté du multijoueur. Il est impossible de connaître sa latence ou celle des autres durant une mission, d’éjecter un élément perturbateur ou même de relancer une partie sans avoir à repasser par la forteresse/HUB du jeu. Plus frustrant encore, si l’hôte de votre partie en cours a le malheur de se déconnecter durant une mission, vous perdrez toute votre progression et devrez la recommencer depuis le départ. Encore une fois, nous vous conseillons fortement de jouer entre amis afin de ne pas subir ce genre de problèmes pouvant devenir très frustrants ! Du côté des serveurs, le jeu est devenu très stable et très fluide depuis sa dernière mise à jour (celle du 5 août), aucune chute de frame rate n'a été détectée.
Article rédigé par Yoann / Kyl3rs95


L’avis perso de Grievous32 // Trop bourrin...

N'ayant jamais joué à un jeu Warhammer, je connaissais un peu l'univers et j'ai entendu parler de Vermintide comme d'un Left 4 Dead like. Fan de Left 4 Dead, j'ai donc laissé sa chance à ce Warhammer puisque disponible dans le Game Pass ! Le jeu est franchement joli sur One X, pas de ralentissement, c'est assez chargé à l'écran lors des attaques de hordes et très dynamique. Peut-être même, et c'est là son principal défaut, trop dynamique, voire bourrin et brouillon... A vrai dire, même si j'essaie de jouer la carte de la subtilité avec mon personnage (le répurgateur), je me rends vite compte qu'en fonçant dans le tas et en appuyant toujours sur RT, ça fait largement le taf pour peu qu'on regarde un peu autour de nous pour butter les ennemis qui arrivent derrière et sur les côtés. En voulant jouer la subtilité, varier mon style de jeu avec les pistolets par exemple, je me retrouvais souvent à gagner moins d'XP parce que mes alliés fonçaient dans le tas avec leur épée. A partir de là, le constat est sans appel, c'est un gros défouloir, c'est clair et net, on retrouve quelques variations dans les ennemis spéciaux, notamment chez les Scavens, mais les ennemis de base sont totalement similaires, peu importe le camp que vous affrontez. Les boss sont assez violents dans leurs actions et si on ne les attaque pas à plusieurs, ça risque très vite de mal se passer pour le joueur qui va tenter la confrontation en tête à tête. Dans les modes les plus difficiles, on fonce moins dans le tas en solo, mais tout autant à plusieurs. On reste toutefois un peu plus sur ses gardes en défense et esquive pour éviter de voir la barre de vie tomber rapidement, mais à contrario d'un Left 4 Dead, les IA alliées sont très vite inutiles et il sera difficile d'avancer en solo dans les modes de difficulté les plus élevés, là où terminer une campagne en Expert sur Left 4 Dead était très compliqué mais pas impossible. S'il est certain qu'on prendra son pied au début du jeu, on a malheureusement très vite fait le tour des campagnes, les environnements ont quelques variétés mais j'ai eu la sensation de refaire très souvent les mêmes... C'est trop répétitif pour perdurer sur la longueur tout en sachant que les éléments de personnalisation... Je n'en ai pas débloqués un seul en fait. C'est dommage, il y avait pourtant moyen de faire quelque chose de très réussi.


L’avis perso de Kyl3rs95 // Un défouloir...

De même qu’Anthony, je n’ai pas eu la chance de mettre la main sur le premier opus, j’ai découvert Vermintide 2 grâce à sa bêta. J’avais particulièrement bien accroché et sans rien vous cacher j’avais réellement hâte de mettre la main sur la version finale. Après avoir joué plus de 30-40h mon avis est plutôt mitigé ! Les premières heures étaient vraiment sympathiques, je me suis pris très vite au jeu à massacrer des hordes d’ennemis avec en prime des membres arrachés qui volent à chaque coup de hache, j’aime beaucoup ce côté bourrin-défouloir pas prise de tête ! L’ambiance est excellente rendant hommage à la trilogie du Seigneur des Anneaux, la coopération à quatre joueurs m’a rappelé la bonne époque quand je passais énormément de temps sur les L4D et le jeu a même mis en place un petit côté RPG plutôt intéressant, chose que L4D ne possédait pas ! Malheureusement une fois l’aventure terminée, j’ai très vite compris que ce Warhammer Vermintide 2 n’avait plus rien à me proposer, à part recommencer encore et encore les mêmes missions afin de perfectionner mes personnages et débloquer des modes de difficulté plus élevés. De plus, son gameplay n’est pas des plus folichons, vraiment trop simpliste à mon goût car il faut sans cesse spammer sa touche RT pour frapper et LT pour se défendre/utiliser une autre arme. J’aurais clairement aimé une diversité dans les touches afin de créer des combinaisons différentes car à la longue l’ennui commence à pointer le bout de son nez, et ce dès que vous jouez plus de 2h… En clair, la routine s’est très vite installée, ce qui est fort dommage car le jeu avait du potentiel. Dommage qu’il se limite à une formule vraiment trop classique ! A noter que les futurs DLC seront payants. S’ils avaient été gratuits, j’y serais revenu avec grand plaisir. Disons-le clairement, ce Vermintide 2 est un jeu « sympa » à faire entre amis mais seulement sur de courtes sessions sous peine d’en faire une overdose !


Point complet
Ce Warhammer Vermintide 2 corrige les défauts de son aîné, comme le système de loot, plus agréable, et les environnements qui sont plus ouverts, variés et intéressants à parcourir. Autre nouveauté bienvenue : l’ajout d’un système de progression façon RPG. Les plus téméraires tenteront ainsi de monter tous leurs persos au max. En plus, l’apparition d’un pouvoir spécial pour chaque personnage est clairement une bonne idée, tandis que les trois variantes pour chaque classe apportent un gros plus sur la durée de vie. L’ambiance est là, la bande-son est agréable et quelques moments épiques vous resteront en tête. Malheureusement, tout n’est pas rose, à commencer par le gameplay qui divisera les joueurs. Certains le trouveront simpliste au possible et surtout répétitif à souhait. Les moins exigeants passeront quant à eux du bon temps à massacrer des tonnes de monstres, surtout s’ils jouent avec leurs amis, le solo étant ennuyant au possible, la faute à des IA alliées inutiles. Autre point négatif, deux joueurs ne peuvent pas utiliser la même classe ou variante de cette dernière, ce qui est pénible si un autre joueur vous prend votre personnage préféré. Attention à la frustration ! Visuellement, dans l’ensemble, le jeu offre quelques paysages magnifiques… Puis c’est le jour et la nuit et on tombe sur des textures grossières. Heureusement que le design réussi des ennemis compense un peu. Ajoutez à cela un artisanat qui n’est pas au point, la faute à un manque de clarté sur plusieurs points, un multijoueur qui manque d’options et vous restez avec un arrière-goût en bouche. Warhammer Vermintide 2 reste un bon jeu dans la lignée d’un Left 4 Dead mais il s’appuie trop sur une formule classique, sans apporter une véritable touche supplémentaire autre que son univers. Reste qu’il est possible d’en profiter dans le cadre du Xbox Game Pass, ce qui permet de se le faire à moindre coût !

On a adoré :
100% défouloir
Des moments épiques
Gameplay simple et efficace
3 variantes par classe
Système de loot amélioré
Difficulté bien dosée
L’ambiance sonore
Coop dans la lignée d’un L4D
Le "chaos" différent pour chaque perso
Bonne rejouabilité…
On n'a pas aimé :
Mais devient vite répétitif
Bugs d'affichage dans les sous-titres
Quelques textures grossières
Impossible de courir
Artisanat peu intuitif
Peu de cosmétiques à débloquer
Aucun intérêt en solo
2 joueurs ne peuvent pas choisir la même classe/variante
Multijoueur qui manque d'options


Consulter les commentaires Article publié le 09/09/2018 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018