Test Unravel - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 210 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Unravel



Genre
Plateformes Puzzle
Statut
Disponible
Date de sortie
  09.02.2016
  09.02.2016
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
19,99 €

Depuis son annonce l'été dernier lors de la Gamescom, nous attendions avec impatience de pouvoir mettre la main sur ce titre qui promettait poésie et douceur. C'est chose faite et nous venons de passer quelques heures en compagnie de Yarny, ce petit pantin de laine se servant de son fil pour progresser et résoudre diverses enquêtes du côté du gameplay, sans parler de la nécessité de retrouver des souvenirs du côté du scénario. Finalement, Unravel a-t-il su nous convaincre de la douceur et de la chaleur de sa laine, à moins que la ficelle ne soit trop grosse pour passer ?

La vie ne tient qu'à un fil




Tout commence dans une petite maison, dans laquelle une vieille dame essaie de se remémorer quelques souvenirs, photos aidant. Lorsqu'elle se lève, une pelote rouge tombe et voilà Yarny qui naît ! Cette maison sert de base au jeu et permet d'accéder aux différents niveaux via les photos disséminées sur les meubles. La maison est d'ailleurs, comme le reste du jeu, très bien modélisée, on peut même jouer quelques notes sur le piano. Le contexte est posé, Unravel nous emmène donc en voyage à travers différents lieux/moments clés de la vie de la vieille femme, à la recherche de souvenirs qui apparaissent dans le décor. Et c'est là le sens du jeu, nous montrer l'importance des liens noués au fil du temps, de là à y voir le rapport avec la laine et les noeuds, il n'y a qu'un pas... Cette thématique est un des points forts du jeu, nous offrant une ambiance pleine de nostalgie et de douceur, à travers des paysages et saisons variés. Cependant, le scénario reste assez léger et se base principalement sur toutes ces émotions, laissées à la libre interprétation du joueur. Cette distanciation peut-être considérée comme un point positif dans le sens où elle nous évite de tomber dans le larmoyant malgré la charge émotionnelle du titre. L'autre argument choc du titre réside dans ses graphismes, absolument somptueux, mêlant images de synthèse photoréalistes et photos.

Les paysages sont sublimes et nous entraînent dans un voyage poétique et nostalgique au fil des saisons, à travers jardins, bord de mer, campagne, usine, garage... Garantissant un renouveau permanent de l'environnement et de l'émerveillement à travers 12 niveaux, plus un niveau plus petit servant d'épilogue, de fin du voyage de très belle façon. Pour chipoter un peu, on notera la présence de quelques rares bugs de collisions avec le fil de laine traversant une roche de temps en temps. Quelques mots sur la musique, omniprésente, qui rythme au sens propre l'action et se veut elle aussi vecteur d'émotions. Ainsi, lorsque Yarny est en danger, le rythme et l'intensité augmentent, mettant un peu la pression, le reste du temps, elle se veut plutôt folk et très agréable. Revenons à Yarny : attaché au début du niveau par son brin de laine, il est donc limité dans sa "portée", que l'on peut augmenter par des petites bobines de fil à ramasser, faisant également office de points de sauvegarde. Cet aspect est capital, car si on cherche à avancer trop vite ou à faire des noeuds partout, notre héros se retrouve tout "vidé" et bloqué, nous obligeant à faire demi-tour à la recherche de quelques mètres supplémentaires. Yarny peut sauter, lancer son fil façon grappin sur les points d'attache pour se hisser, se balancer et sauter, traîner des objets ou interagir avec l'environnement.

Il peut également déplacer des objets en les tirant/poussant et se construire un trampoline de laine pour atteindre des endroits élevés. Il est ainsi armé pour affronter le monde et est doté d'une maniabilité impeccable. On ne peut que succomber à ce personnage très attachant et expressif, dont les animations sont extraordinairement soignées : le joueur comprend immédiatement l'état d'esprit du personnage grâce à ses postures et mimiques, toujours en adéquation avec la situation. Globalement, à part un ou deux endroits un peu plus délicats, les énigmes sont très simples et on ne restera guère bloqué très longtemps. Par contre, le manque de renouvellement des énigmes est un peu plus gênant, car hormis quelques situations plus particulières, le principe reste plus ou moins le même tout au long de l'aventure. Pour éviter cette lassitude, il vaut mieux savourer Unravel par petites doses, d'autant plus que les niveaux sont assez longs, 20 à 30 minutes en moyenne, pour un total de 6 à 7 heures de jeu (7 bonnes heures pour nous en récupérant près de la moitié des secrets). Pour nuancer ce manque de difficulté, il faut ajouter que chaque niveau contient cinq "secrets" à découvrir (un petit bouton, en fait), et que si certains se laissent attraper facilement, une bonne partie nous échappe encore, offrant une certaine rejouabilité et un peu de challenge pour les adeptes.

Point complet
Unravel se révèle être une expérience plutôt simple si on se contente de la trame principale (un peu moins pour les secrets). Le principe du jeu n'était pas d'être une torture pour les méninges, mais de nous emporter au gré des souvenirs et environnements dans un voyage doux et poétique et, sur ce point, le contrat est parfaitement réussi, laissant une grande part à l'imagination du joueur du fait d'un scénario plus que succinct (ce qui ne plaira pas à tous). On aurait surtout souhaité que les énigmes se renouvellent un peu plus pour garder cet effet de surprise du début. Bref, beaucoup y verront un titre superbe, emporté par son atmosphère, qui gagnera à être savouré un peu à la fois pour garder de sa magie et de son intérêt… Par contre, d’autres auront plus de mal à faire l’impasse sur les défauts, n’y voyant alors qu’un bel univers et une superbe esthétique avec un scénario léger, une forte répétitivité, un manque sérieux de challenge (hors secrets) et une durée de vie qui aurait gagné à être gonflée…

On a adoré :
+ Les décors somptueux
+ La musique
+ Yarny et ses animations adorables
+ Les secrets bien cachés
+ La longueur de laine à surveiller
On n'a pas aimé :
- Manque de renouvellement des énigmes
- Un peu court
- Scénario léger
- Trame principale très facile


Consulter les commentaires Article publié le 23/02/2016 par Julie B.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019