Test Top Spin 4 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 242 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Top Spin 4



Editeur
2K Sports
Développeur
2K Czech
Distributeur
2K Games
Genre
Sport
Statut
Disponible
Date de sortie
  18.03.2011
  15.03.2011
Nombre de joueurs
1 à 4
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Thème
Tennis
Mémoire
4 Mo par sauvegarde
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Son
Dolby Digital
Prix de lancement
59,00 €

Depuis ses débuts sur Xbox en 2003, la licence Top Spin de 2K Sports, développée par PAM, a souvent été considérée comme une série d’excellents jeux de tennis par les fans de la petite balle jaune et a affirmé un aspect simulation à travers le très réussi Top Spin 3 en 2008. Pour ce quatrième opus, c’est 2K Czech qui est en charge du développement. Reste donc à savoir si ce passage de flambeau permet à Top Spin 4 de continuer à briller sur le court…

Alors, lift ou slice ?




Malgré le passage de relais des développeurs, Top Spin 4 repose tout de même sur les soldes bases du troisième épisode, de presque trois ans son aîné. Le gameplay, qui peut sembler exigeant au premier abord, s’avère en réalité très bien pensé et réaliste. Les différents styles de frappe (slice, lift, lob, amorti, etc.) sont assignés aux boutons de la manette et, outre les frappes standards, il est possible de réaliser des frappes précises en appuyant rapidement sur le bouton au bon moment ou des frappes puissantes qu’il faut charger en gardant le bouton appuyé. En plus de choisir judicieusement son type de frappe, le joueur doit également travailler son placement sur le court et maîtriser le timing de ses frappes, ainsi que relâcher le bouton au bon moment pour que la trajectoire de la balle soit optimale. De plus, la gestion de la fatigue est également de retour avec une jauge qui se vide avec les efforts du joueur et qui influe de façon réaliste sur son comportement sur le court. Une fois le principe compris, les sensations sont là et il n’en faut pas beaucoup plus pour se rendre compte que le soft a une excellente jouabilité de son côté. Celle-ci, bien que plutôt complète et complexe, se prend en main assez aisément grâce à l’Académie Top Spin.

Ce mode de jeu, qu’on vous propose dès le premier lancement, fait office de tutoriel et permet d’inculquer aux néophytes tous les éléments de gameplay brillamment expliqués et exemplifiés de manière progressive et efficace comme peu de jeux de sport le font actuellement. Après une trentaine de minutes tout au plus, le joueur a théoriquement toutes les cartes en main pour maîtriser le jeu, le reste venant ensuite avec la pratique. Par ailleurs, des aides utiles apparaissent la première fois que vous vous lancez dans chaque mode de jeu afin de vous expliquer son fonctionnement ; difficile d’être perdu avec cela. Après cette mise en bouche, on pourra au choix se lancer dans un match d’exhibition, dans un tournoi entièrement personnalisable avec le mode Roi du Court, plutôt complet, dans une Carrière de tennisman ou dans un des modes en ligne sur le Xbox Live. Commençons par parler du mode Carrière parce qu’il est l’un des intérêts principaux du soft en solo et qu’il semble avoir fait l’objet d’un soin tout particulier de la part des développeurs. Le joueur doit commencer par créer son avatar de toutes pièces via des possibilités de personnalisation très poussées, avant d’être lancé sur le circuit virtuel du tennis mondial avec des caractéristiques médiocres (30%) et une réputation à zéro.

Le joueur peut participer à deux évènements par mois pour se faire un nom, un tournoi officiel et un match amical avec un adversaire de niveau équivalent ou un évènement spécial proposé par diverses organisations ou des sponsors potentiels. Le tout est présenté de façon relativement réaliste et immersive avec une boîte de réception dans laquelle le joueur peut recevoir des offres et autres défis. Le système de progression est, lui aussi, très réussi, complet et optimisé. Au fil des matchs, votre avatar engrange des points d’expérience qu’il faudra dépenser pour augmenter ses compétences ; mais il n’est pas question de lui attribuer directement des points pour améliorer son service, coup droit, revers ou autre, non, ici l’XP permet de débloquer progressivement des « niveaux » (au maximum de 20) et de choisir à chaque fois dans lequel des trois styles de jeu l’avatar doit s’améliorer (attaque, défense de fond de court et service-volée) et les points sont attribués automatiquement dans les compétences concernées. On peut alors choisir si on souhaite tout miser sur un ou deux des styles de jeu ou si on préfère créer un joueur relativement polyvalent, même si la deuxième option est rarement un bon choix car on se retrouve avec un joueur plutôt bon en tout mais véritablement excellent en rien.

Des stars mineures au Grand Chelem




Les styles de jeu sont par ailleurs au cœur du gameplay de Top Spin 4. En effet, la plupart des adversaires rencontrés sont spécialisés dans un style contre lequel il est nécessaire de réagir en conséquence. Il est également possible, lors des matchs amicaux, de choisir le style de son opposant pour mieux apprendre à le contrer. Au fil des niveaux, votre avatar pourra choisir un entraîneur qui lui permettra d’obtenir, après avoir relevé des défis sur le court, d’obtenir diverses compétences supplémentaires dont des bonus de caractéristiques. Au final, entre les gains de niveaux, les styles de jeu et les bonus d’entraîneurs, chaque joueur pourra se forger un avatar unique dont les capacités correspondront parfaitement à sa manière de jouer. Notons encore que la montée des échelons de la gloire en mode Carrière est assez motivante avec une gestion du nombre de supporters en plus du classement mondial ainsi qu’un accès aux tournois (des mineurs aux Grands Chelems) et aux évènements spéciaux qui se débloquent progressivement selon des objectifs prédéfinis. Le seul reproche qu’on pourrait formuler vient du fait que, dans certains cas et selon le réglage de difficulté choisi, les stars s’avèrent plutôt médiocres en Masters et n’utilisent totalement leurs capacités qu’à partir des derniers tours des Grands Chelems, ce qui nuit considérablement au réalisme et peut parfois frustrer.

Néanmoins, la difficulté est en général assez bien gérée avec une IA plutôt réaliste, mais surtout dans les niveaux les plus élevés, le challenge étant souvent aux abonnés absents en-dessous du mode Difficile, voire Pro. Notez en outre que les aides qui vous indiquent le point d’impact de la balle et si vous avez bien respecté le timing de votre coup peuvent être désactivées pour plus de challenge ou d’authenticité. Côté contenu, Top Spin 4 se montre en revanche un peu plus avare avec un casting de joueurs/joueuses trop restreint (à peine 25 sportifs), malgré la présence des grandes stars et de quelques légendes de la discipline, dont les modélisations sont globalement correctes sans être excellentes. En outre, beaucoup de courts ont été repris tels quels de Top Spin 3 et l’évolution technique et graphique depuis ce dernier ne saute pas aux yeux, excepté du côté des animations qui sont, elles, notablement plus fluides, plus variées et plus réalistes. Reste que l’ambiance est toujours bien retranscrite et que, sans être transcendant, l’aspect visuel reste acceptable dans l’ensemble. De même, si les musiques des menus manquent de variété, elles n’en restent pas moins assez entraînantes.

Les menus sont complets et bien conçus et proposent également des statistiques intéressantes, notamment en mode Carrière, mais ils sont malheureusement parfois pénibles à parcourir à cause de chargements très récurrents, même avec le jeu installé sur le disque dur de la console. Pour finir, les amateurs de jeu en ligne ne seront pas en reste avec Top Spin 4 qui intègre divers modes de jeu multi très bien conçus qui devraient permettre à chacun de prolonger la durée de vie du soft. Outre le classique matchmaking de base, le titre propose deux grands modes : le Circuit Mondial et le 2K Open. Le premier vous propose de participer à des matchs et tournois en ligne avec l’avatar que vous avez créé pour remporter des points et grimper dans le classement des joueurs à chaque saison in-game, qui dure une semaine réelle. Le mode 2K Open est plus ou moins similaire à ceci près que vous devez choisir une star à incarner pour disputer vos matchs. Plus intéressants et prenants que de simples matchs d’exhibition aléatoires en ligne, ces deux modes s’avèrent très sympathiques et, qui sait, ils feront peut-être de vous le prochain numéro 1 mondial officiel du tennis virtuel…

Point complet
Dans la lignée de ses prédécesseurs, Top Spin 4 s’impose à n’en pas douter dans le haut du filet des simulations de tennis sur nos consoles. Si certains pesteront contre le recyclage des courts, la pauvreté du casting et l’aspect visuel pas toujours excellent, le gameplay travaillé et très agréable ne devrait pas avoir de peine à mettre tout le monde d’accord tant les sensations sont très rapidement au rendez-vous. Ajoutez à cela des tutoriels utiles et des modes de jeu prenants et bien conçus, aussi bien en solo qu’en multijoueur, et vous obtenez un titre que peu d’aficionados de la raquette et de la petite balle jaune sauront renier.

On a adoré :
+ Gameplay aux petits oignons
+ Immersif et réaliste
+ L’académie Top Spin
+ Mode Carrière excellent
+ Modes en ligne complets
+ Animations très réussies
On n'a pas aimé :
- Casting de joueurs toujours restreint
- Faible évolution graphique
- Un peu trop de chargements


Consulter les commentaires Article publié le 26/06/2011 par Pascal R.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019