Test Tom Clancy's Ghost Recon : Wildlands - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 198 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands



Editeur
Ubisoft
Développeur
Ubisoft
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  07.03.2017
  07.03.2017
Nombre de joueurs
1 à 4
Classification PEGI
Thème
Guerre
Prix de lancement
69,99 €

E3 2015 : comme chaque année, Ubisoft nous garde un petit trailer sympathique pour la fin de sa conférence. Point de nouvelle IP cette année, mais le retour d'une franchise qui aura connu du bon et du moins bon, passant par la stratégie pure et dure ou encore par l'action casualisée. Ghost Recon Wildlands, c'est son nom, marque donc le retour de la franchise, avec une formule qu'Ubisoft nous ressert très régulièrement : une map ouverte, remplie d'objectifs et de missions, des flingues, des véhicules, de l'action et de l'infiltration. Le cocktail est-il digeste cette fois-ci ?

Un gros travail sur la map et l’ambiance... au détriment du reste



Direction la Bolivie qui sera votre terrain de jeu. Après avoir créé votre Ghost via un menu relativement complet et personnalisable, il est temps de se lancer dans cette aventure qui fleure bon le cliché, à base de méchants barons de la drogue à flinguer et de rebelles à aider et à sauver. Comme souvent, Ubi nous met direct dans le bain et l'immense carte du jeu nous offre ses plus beaux panoramas d'entrée de jeu. Ce Ghost Recon propose une map immense, dans laquelle les 21 provinces offrent des décors très variés, le joueur passant par la jungle, le désert, les montagnes ou encore des marécages. Un gros travail a été réalisé sur l'ambiance graphique et sonore du titre, avec des conditions météo qui claquent, de superbes effets de lumière et une immersion renforcée par les détails de cette vie bolivienne que l'on découvre d'heure en heure. Nous avons passé de nombreuses heures à nous balader dans les forêts et villages, simplement pour le plaisir et pour découvrir le travail des développeurs. Le jeu se joue à la troisième personne, mais la caméra passe en mode FPS lorsque vous décidez de viser. On s'y fait vite et cela est plutôt efficace au niveau de la précision, mais c'est également assez perturbant dans certaines situations. Heureusement, ce système peut être désactivé via les options et le jeu peut se jouer intégralement à la troisième personne. Notre plus gros reproche concerne la caméra, trop proche du personnage et assez mal placée, loin de celle optimale de The Division.

Ajoutez à cela une rotation assez vive manquant de fluidité via le stick droit et vous obtenez une jouabilité pas assez précise et une lourdeur franchement handicapante. C'est dommage, surtout dans les phases d'infiltration où la visibilité s'en trouve réduite et où le système de cover automatique est clairement défaillant (quelle idée franchement…). « Infiltration » reste cependant un bien grand mot. Même s'il est possible de se la jouer discret et de liquider les gardes d'une base, chacun leur tour en désactivant les alarmes ou en utilisant les nombreux gadgets mis à votre disposition (le drone est vraiment sympa), le tout reste trop basique et l'IA n'est clairement pas à la hauteur. De plus, bourriner n'est pas punitif et les moins patients se contenteront de rentrer dans le lard. La discrétion prend toutefois de l'intérêt en coopération et on prend un grand plaisir à mettre au point des tactiques plus ou moins travaillées. Les phases coop restent d'ailleurs les plus funs, surtout lorsqu'un de vos amis attire les ennemis en galérant à piloter son hélicoptère pendant que vous passez discretos par la porte de derrière pour aller libérer et escorter un otage. Pour les joueurs préférant la jouer solo, sachez que 3 IA vous accompagnent en permanence, mais qu'ils manquent clairement de jugeote, n'hésitant pas à se faire gauler ou à ouvrir le feu alors que vous souhaitiez la jouer discrète, ceci malgré des ordres que l'on peut leur donner. On utilisera du coup souvent le tir synchro pour zigouiller 3 cibles en même temps, après marquage. Ce sera également à vous de piloter les véhicules, bien utiles étant donnée la taille de la map, mais dont la physique laisse parfois à désirer. Ne vous amusez pas à couper la route en passant par les bois, vous risquerez de rester bloqué après seulement quelques mètres.

Niveau contenu, il faut avouer que la map en est gavée, il y a de quoi faire. Malheureusement, et cela saute aux yeux très vite, le tout est extrêmement répétitif. Concrètement, il s'agira de découvrir les nombreuses zones et de débloquer les missions au fur et à mesure. On ira donc interroger ou intimider des trafiquants pour en apprendre plus sur leur chef, et ainsi débloquer des missions principales souvent sympathiques, à base de nettoyages de camps, d'extractions et de courses-poursuites. On n'oublie pas les missions secondaires à base de découvertes de ressources pour nos améliorations, de points de compétence (pour notre personnage), de caches d'armes (de nombreuses améliorations d'armes sont disponibles) ou encore de détournement de convois. Cela est très complet sur le papier mais le refaire encore et encore reste clairement gonflant à la longue, même sur les trente heures nécessaires pour aller à l’essentiel. On joue finalement le plus souvent machinalement, le fun restant au placard. Le scénario, on ne s'y intéresse que très peu, tant les documents à trouver et à lire sont nombreux et chiants. Techniquement, et malgré une direction artistique réussie (dont nous vous parlions en début de texte), Ghost Recon souffre beaucoup sur Xbox One. En effet, hormis de très chouettes effets et la diversité de la carte, le jeu souffre de nombreuses carences et la qualité générale en prend un coup. L'aliasing est bien trop voyant et casse les yeux, tandis que le tearing est omniprésent. Et que dire de ces trop nombreuses textures immondes et du clipping, notamment lorsqu'on se déplace en hélicoptère. Les animations des ennemis sont également bien raides et souvent peu naturelles. On est tellement loin du ragdoll d'un GTA V par exemple, même si les jeux sont très différents. On est en tout cas loin des premiers trailers et notre pauvre Xbox One crache tout ce qu'elle peut.

L’avis de Lionel // A jouer à petites doses…

Ce qui m'a frappé d'entrée dans ce Ghost Recon, c'est la caméra trop proche du personnage, qui m'a vite cassé mon délire. La lisibilité en prend en coup, tout comme l'infiltration trop basique et les ennemis à l'IA de poulpe. Finalement, j'ai plus bourriné qu'autre chose dans ce jeu, mais certaines missions sont clairement cool et dignes des plus grands films d'action. Ce qui m'aura le plus plu finalement, c'est la découverte de la map, immense, variée et vraiment travaillée. La conduite reste agréable même si la physique n'est pas le point fort du jeu. J'y reviendrai peut-être de temps en temps, mais je reste globalement déçu du résultat final, malgré le contenu balèze et les nombreuses améliorations à débloquer.

L’avis de Patrick // Heureusement, y a la coop…

Ghost Recon Wildlands était plein de promesses, du moins pour moi. Il est finalement décevant tout en proposant une expérience parfois agréable, avec des décors réussis, variés et une map gigantesque. Mais l'ensemble est trop injuste et trop "Ubisoftesque" pour rester dans les mémoires : bugs en tous genres (scripts, collisions, etc.), contenu énorme mais ultra répétitif, principe de devoir nettoyer des zones et de les découvrir, IA de zone aux fraises, etc. Dommage parce qu'en coop j'ai passé de très bons moments avec mes amis et certaines missions obligeant à rester discret sont intéressantes… Mais l'aura de Ghost Recon (les anciens) a disparu. L'ensemble est finalement correct, sans plus, la faute à une narration et une mise en scène minimalistes (c'est sans aucun doute voulu afin de dynamiser l'action et ça a le mérite de fonctionner), un scénario stéréotypé (Sueno, le grand méchant est l'archétype du cartel de drogue) et des missions parfois sans ambition malgré quelques bonnes surprises. Fan de Ghost Recon, passez votre chemin.


Point complet
Ce Ghost Recon en est-il vraiment un ? Faites une croix sur les possibilités et la qualité de l'infiltration des premiers opus, on en est loin ici. Tombant bien souvent dans le bourrin, le jeu souffre également d'une répétitivité extrême dans ses mécaniques de jeu. On fait toujours la même chose et la caméra trop proche du personnage n'aide pas. Heureusement, le dépaysement est total, grâce à une map immense et variée, une bonne ambiance et certaines missions qui claquent bien, surtout en coop. La direction artistique est top, l'ambiance sonore également, mais la technique laisse à désirer. La Xbox One souffre et nous le montre, avec du clipping, de l'aliasing et un frame rate qui en bave. Le jeu reste agréable à découvrir, mais à petites doses...

On a adoré :
Map immense et variée
Ambiance graphique/sonore au top
Découvrir les décors, villages, forêts…
C'est varié et très chouette
Contenu à n'en plus finir
Conduite des véhicules agréable
Séquences d'action vraiment cool
Coop vraiment sympa
Plein d'améliorations à débloquer
Les appuis rebelles
On n'a pas aimé :
Infiltration reléguée au second plan
IA vraiment bof
Caméra trop proche du perso
Physique des véhicules encore perfectible (surtout les motos)
Ultra répétitif
Mise en scène minimaliste
Scénario au ras des pâquerettes
Techniquement limite (aliasing, clipping, tearing)
Beaucoup de bugs
On s'ennuie vite en solo
Le côté Ghost Recon en moins...


Consulter les commentaires Article publié le 21/05/2017 par Lionel B.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018