Test Tokyo 42 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 161 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Tokyo 42



Editeur
Mode 7 Games
Développeur
SMAC Games
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  31.05.2017
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
19,99 €

On dépoussière le Katana pour Tokyo 42, le premier projet de Smac Games, un (très) petit studio composé de deux frères qui travaillent depuis leur cuisine à Londres. Selon leurs propres mots, Tokyo 42 est l’improbable rencontre entre « Où est Charlie ? » et « Blade Runner ». Un jeu d’action qui prend place dans un Tokyo futuriste en monde ouvert et qui vous propose un gameplay asymétrique mélangeant bullet hell, infiltration et puzzle visuel. Alors, tenté ?

Quand le héros du jeu est l’environnement lui-même



Pour vous mettre dans l’ambiance, je vous invite à lire cet avis en musique avec un extrait de la bande originale du jeu. Dans Tokyo 42, vous êtes désigné coupable d’un meurtre que vous n’avez pas commis. Votre pote Tycho à une super idée pour vous aider à échapper aux autorités et prouver votre innocence : devenir tueur à gages (pour de vrai cette fois-ci) et grimper les échelons du milieu pour découvrir qui cherche à vous nuire. Pour le scénario, c’est à peu près tout. Celui-ci reste plutôt anecdotique et, même si certains personnages que vous rencontrerez bénéficieront d’un peu de développement, cet aspect n’est vraiment pas le point fort du jeu. On est clairement sur un semblant d’explication permettant de justifier l’enchaînement de contrats que le jeu vous propose. Au final, tout ça n’a que peu d’importance. La vraie star dans Tokyo 42, c’est la ville. Méticuleusement mis en scène, cet univers ouvert inspiré des créations d’eBoy est très coloré et rempli de détails. Je ne doute pas que vous prendrez beaucoup de plaisir à le découvrir. Son architecture futuriste, ses voitures volantes et la musique électronique dans les rues apportent un petit côté cyberpunk à l’ensemble et ceux qui ont la chance d’avoir déjà visité Tokyo retrouveront ce petit « je ne sais quoi » qui rend cette ville si particulière. Mascottes kawaii (la statue de la place principale ressemblant comme deux gouttes d’eau à Kumamon), néons colorés, temples et jardins, un parfait cocktail qui vous fera voyager.

A mon sens, une véritable œuvre d’art dans le paysage vidéoludique. Sa bande-son n’est pas en reste et si vous avez suivi mon conseil en début d’article, vous êtes probablement en train d’en découvrir un premier extrait en ce moment même. Composé par Beat Vince, producteur Sud-Africain, les beats synth-wave complémentent parfaitement cet univers si singulier. Passons au gameplay. Son concept de base est très simple et se limite souvent à atteindre une cible, l’abattre et venir chercher sa récompense. Malgré tout, il parvient à ne jamais être ennuyant. Vous aurez le choix d’aborder vos missions de manière discrète, en vous infiltrant sans vous faire repérer tout en découpant vos ennemis au katana, ou d’employer la manière forte, en utilisant tout l’arsenal mis à votre disposition : fusil d’assaut, sniper, grenades, lance-roquettes… Les confrontations directes tournent souvent à l’enfer avec des dizaines de projectiles arrivant dans toutes les directions et une balle suffit à vous faire reprendre au précédent checkpoint. Malgré ça, les points de sauvegarde sont plutôt abondants, un pour chaque distributeur de boissons que vous croiserez. Vous ne recommencerez donc jamais bien loin, une mécanique qui fonctionne bien et qui vient grandement limiter la frustration que vous pourriez ressentir après une dizaine de morts.

La façon de jouer que vous choisirez d’adopter aura donc un fort impact sur votre manière de voir le jeu. Quand une attaque frontale demandera des réflexes parfois surhumains et une bonne dextérité avec votre manette (ces phases semblant parfois plus adaptées à du jeu au clavier/souris et manquant de précision), le choix de l’infiltration vous demandera de la patience et de l’analyse pour trouver la bonne voie et le bon moment pour attaquer. La vue isométrique à 360° ajoute un élément de gameplay intéressant, il vous faudra constamment changer la perspective d’affichage via des rotations de 45° pour trouver l’angle idéal par lequel attaquer, ou tout simplement pour explorer l’ensemble des possibilités d’accès que l’environnement vous offre. Avec 25 missions principales, 67 missions secondaires et 7 avant-postes à libérer, le jeu vous réserve à minima une dizaine d’heures devant votre écran, bien plus si vous souhaitez compléter l’intégralité. Les chasseurs de succès s’amuseront à fouiller toute la ville pour récupérer tous les collectibles et autres skins pour personnaliser votre personnage et vos armes, une activité vraiment plaisante vu la qualité de l’environnement. Un multijoueur à base de deathmatch dans lequel vous devrez traquer les assassins adverses vient compléter l’expérience.
Article rédigé par Moshi // Membre XG+


Point complet
Il est dur d’imaginer que Tokyo 42 est le premier fruit du travail de deux personnes ! L’univers est particulièrement réussi et, malgré une difficulté assez poussée et un gameplay manquant parfois de précision, la multitude d’approches qu’il propose et les nombreux checkpoints permettent de conserver une expérience plaisante. On pourra reprocher à son histoire en retrait de ne pas offrir une réelle personnalité au jeu qui se résume finalement à enchaîner les contrats. J’ai largement préféré parcourir le jeu en mode infiltration, je trouve en effet que le manque de précision du système de visée et la difficile gestion de la caméra dans les phases les plus rapides rendent les gunfights brouillons. Globalement, je me souviendrai plus de ce jeu pour son environnement unique que pour son gameplay. A mon avis, un jeu à faire avant tout si vous appréciez l’esthétique et l’ambiance, vous prendrez alors beaucoup de plaisir à le parcourir et ce malgré ses défauts.

On a adoré :
Direction artistique exceptionnelle
Bande originale parfaite
Un Tokyo futuriste…
Qui regorge de vie et de détails
Gameplay entre infiltration et chaos total
On n'a pas aimé :
Absence d’une réelle histoire…
Le jeu manque de personnalité
Une difficulté parfois exaspérante
Le manque de précision dans les contrôles


Consulter les commentaires Article publié le 06/08/2017 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2017