Test The Final Station - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 242 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

The Final Station



Statut
Disponible
Date de sortie
  02.09.2016
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
14,99 €

J’ai choisi The Final Station, mon nouveau jeu à tester, en lisant un court résumé. Ça me semblait bien sympa, mais voilà que les choses se gâtent. Je lance le jeu, je parcours 50 m et je meurs. Non ! Me voilà encore face un « die and retry », genre que je n’affectionne pas particulièrement pour ceux qui ne l’auraient pas compris dans ma précédente critique. Mais je ne me décourage pas, je prends mon courage à deux mains, je repars à l’aventure et voilà que je boucle le jeu d’une seule traite, après 7 heures devant ma télé, chose qui ne m’était pas arrivée depuis longtemps. En fait The Final Station n’est pas du tout ce qu’il semble être au départ. Je m’en vais vous raconter tout ça...

Une dernière station pour la route



The Final Station est un jeu du studio Do My Best Games. On peut le classer dans le genre « die and retry » à scénario puisque ici il y a une vraie histoire développée tout au long de l’aventure au travers des dialogues avec les personnages rencontrés et les documents à récupérer. L’histoire commence dans le monde de The Final Station, un siècle après la première « Visitation ». Votre personnage se réveille et quitte sa maison pour rejoindre son train… Car oui, vous jouez le pilote du train. On ne vous précise rien de plus. C’est à ce moment que j’hésite à trop en dire, faut-il placer un cadre plus détaillé ou complètement éviter tout spoil ? Ce n’est pas évident. Pour motiver les troupes, je vais juste vous dire que la première Visitation correspond au moment où des capsules sont tombées sur la planète, libérant un gaz qui transforme les gens en monstres noirs. Ces monstres sont des sortes de zombies qui se nourrissent de cadavres et attaquent toute personne normale qui passe à proximité. Les Hommes de l’époque ont réussi à juguler cette première invasion et, après un siècle de paix, une deuxième Visitation a commencé... Quand je parle de motiver les troupes, ce n’est pas pour rien, car le jeu ne fait rien pour vous aider, on peut dire qu’il ne vous prend pas par la main. C’est simple, on ne vous explique rien, vous êtes le pilote du train, vous pouvez bidouiller des éléments dans le train, afficher des options, tourner des leviers, mais on ne vous dit pas à quoi ÇA sert, il n’y a aucun tutoriel.

Même chose quand on quitte le train et qu’on part à l’aventure. On tâtonne, on essaie, on découvre les choses au fur et à mesure et on finit par s’en sortir. Le jeu est basé sur un schéma simple. Votre train doit rallier plusieurs grandes villes pour récupérer des pièces importantes participant à la construction du gardien, l’arme créée pour repousser l’invasion. Le but est de ramener toutes ces pièces à la dernière station, la station finale. Entre chaque grande ville, on s’arrête dans des sous stations pour faire le plein en énergie du train. Généralement, il faut réactiver la station en progressant dans les bâtiments. Tout au long du parcours, on combat ou on évite les ennemis (au choix) et on sauve les survivants qui rejoindront notre train. Vous trouverez quelques armes pour vous aider, un pistolet au départ puis un fusil à pompe (très efficace) ou une mitrailleuse. Il ne faut pas hésiter à fouiller les armoires et les bureaux afin d’obtenir des trousses de soin, des munitions pour vos armes, de la nourriture pour vos rescapés ou des feuillets d’informations sur l’univers et l’histoire du jeu. Vous pourrez aussi récupérer tout un tas de ressources différentes qui seront bien utiles, mais on verra cela plus tard. Une fois la station réactivée, le train peut repartir. C’est à ce moment que vous entrez dans une seconde phase du jeu. Dans le train, il faut gérer la santé des rescapés et réparer les diverses avaries qui apparaissent régulièrement. Certains passagers ont faim, d’autres se sentent malades ou sont blessés. Il faut les nourrir ou les soigner pour qu’ils survivent jusqu’à la grande ville suivante.

Le problème c’est que les trousses de soin et la nourriture sont prélevées sur votre propre stock, il faut alors choisir entre conserver ses trousses de soin et augmenter ses chances de réussite dans le niveau suivant ou sauver les rescapés qui, s’ils survivent, vous octroieront un bonus aléatoire quand ils arriveront à la grande ville. C’est souvent un vrai dilemme ! Le train permet aussi de créer des bonus à l’aide des ressources récoltées dans vos pérégrinations. Vous pouvez synthétiser des trousses de soin, de la nourriture ou des munitions. C’est très utile car les bonus distillés dans les différents niveaux sont vraiment insuffisants pour les traverser sans trop de difficulté. Donc je vous conseille grandement de faire la chasse aux ressources à récolter ! Dans les grandes villes, vous trouverez des boutiques pour dépenser l’argent accumulé dans divers bonus et améliorations d’armes. On traverse les niveaux entre phases d’exploration et de gestion sans voir le temps passer. Les graphismes tout en « pixel art » appliqués sur des décors de fond aux dessins détaillés souvent somptueux participent beaucoup à l’immersion. Les niveaux sont conçus comme des « casse-tête ». On peut bloquer sur une situation où le nombre d’ennemis présents semble rendre la traversée impossible, puis on trouve l’astuce qui permet de passer discrètement ou de faire un massacre de masse. Le jeu n’est jamais frustrant et la courbe de progression très bien pensée. Je vous préviens cependant, les bourrins ne feront pas long feu, il faut un peu de finesse dans le monde de brut de The Final Station ».
Critique rédigée par OPHILIPPOS // Membre XG+


Point complet
Pour finir, je peux dire que le jeu m’a vraiment plu. L’histoire qui se complète progressivement donne toujours envie d’en savoir plus et la fin, qui ne donne pas toutes les réponses, est un brin frustrante… Mais c’est positif, cela veut dire qu’on aura sûrement un numéro deux ! Un jeu que je vous recommande, vous passerez un très bon moment, il vaut largement ses 15€, du moins si l’anglais ne vous gêne pas.

On a adoré :
Pixel Art appliqué aux dessins travaillés
Bien réalisé et super équilibré
Scénario intrigant
Progression jamais frustrante
Le rapport durée de vie / prix
On n'a pas aimé :
Tout en anglais
Manque de tuto
C’est tout !


Consulter les commentaires Article publié le 17/01/2017 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019