Test Spintires : MudRunner - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 187 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Nombre de joueurs
1

Spintires : Mud Runner est la version ultime du hit indépendant Spintires, développé initialement par Oovee Game Studio en 2014, qui a déjà séduit plus d'un million de joueurs à travers le monde. Développé par Saber Interactive et accompagné par l’éditeur français Focus Home Interactive, Spintires : Mud Runner est une simulation de franchissement arrivée à petits pas en octobre 2017 sur notre Xbox One (et sur les autres supports). C’était sans doute la meilleure période de l’année pour galérer dans la boue avec un vieux cametard ruskov des années 70-80 en plein milieu de la Sibérie. Cette ultime édition arrive avec un tas de nouveautés afin d’améliorer l’expérience de jeu au maximum, le tout pour un prix compétitif d’une quarantaine d’euros (une trentaine en cherchant un peu)… Spintires : Mud Runner a été testé sur Xbox One X pour profiter pleinement de la mise à jour enhanced qui a été mise à disposition quelques jours après la sortie du soft.

 
Beau comme un camion ?!



Plantons le décor, le jeu est épuré de toute vidéo d’introduction… Vous êtes un transporteur russe et votre boulot est de charrier du bois fraîchement coupé en forêt. Après l’avoir chargé sur votre remorque, vous devrez le livrer à une scierie pour récupérer votre paie. Avant de commencer ce travail difficile, il faut apprendre les bases et les mécaniques du jeu afin d’espérer prendre du plaisir à galérer sur un territoire hostile pour notre outil de travail. Spintires : Mud Runner nous propose un didacticiel assez court mais très efficace permettant d’assimiler quasiment immédiatement les mécaniques basiques du jeu. Il a le mérite d’annoncer la couleur et de ce dire que l’on va prendre un certain plaisir ou pas à galérer avec un gros truck rouillé dans une boue profonde. Le contenu est enrichi d’une mission dans un environnement sandbox accompagnant les cinq missions originales du jeu de base. Le mode défi, avec neuf environnements dédiés, fait également son apparition. On décide dans un premier temps de nous attarder sur ce dernier. Ce fut un très bon choix, ce mode défi complète finalement le petit didacticiel et nous permet d’apprendre les techniques avancées de franchissement en escaladant un flanc de montagne escarpé en 4x4. Maîtriser l’attelage d’une remorque, utiliser le treuil ou encore réparer et tracter des véhicules endommagés, voilà autant de techniques à maîtriser. La seule difficulté de ce mode de jeu est simplement de remplir les objectifs secondaires.

Pour le mode mission, six environnements sont proposés avec une vingtaine de véhicules dont certains sont impressionnants. Il suffira de charger du bois via une grue sur votre remorque et de l’amener à la scierie pour le vendre afin d’acheter du matériel plus compétitif. Des véhicules sont disséminés un peu partout dans l’environnement. Pour les trouver, vos seules aides sont une boussole et une carte. Une fois trouvés, vous pourrez les utiliser à votre guise mais attention, certaines caractéristiques de ces véhicules ne seront pas forcément en adéquation avec votre mission. Finalement, le contenu paraît faible mais l’addiction se fera sentir quand vous ferez ces missions en coop avec un pote et/ou en mode simulation. C’est dans ces modes que Spintires prend tout son sens, l’entraide sera de mise en évitant la panne sèche ou en sortant un véhicule chargé de marchandises d’un bourbier. Chaque joueur aura un rôle différent afin de monter une stratégie pour mener son périple à bien. L’orientation « sandbox » du soft permet plusieurs approches différentes pour mener vos objectifs. Vous pourrez faire plusieurs allers-retours avec un petit camion ou faire un méga convoi de l’extrême digne de nos émissions de télé-réalité. Compilez tous ces éléments et votre nombre d’heures passées sur Spintires : Mud Runner augmentera considérablement. La replay value est donc bien présente !

  Le titre possède plusieurs points forts. Son premier est incontestablement son moteur physique hors norme qui est vraiment bluffant. Il amène beaucoup de caractère à ce soft. Les pierres, l’inclinaison de la pente, les obstacles, les arbres, la masse des véhicules, l’orientation des roues, la traction de chaque essieu, l’accélération, la vitesse, la déformation des pneus, les sillons de vos derniers passages, les dégâts subis sur le véhicule, l’eau, etc. Tous ces paramètres sont formidablement bien gérés. Vous sentirez pad en main tous les effets de forces et d’inerties suivant l’environnement et le positionnement de votre véhicule. Il faudra utiliser votre arme fatale, le treuil, à bon escient, pour sortir votre véhicule ou celui de votre compagnon d’un mauvais pas. Passer une rivière agitée est simplement jouissif quand on sent que le véhicule d’une trentaine de tonnes se dérobe légèrement sous le courant. Les amateurs de physique seront aux anges avec cette simulation off-road. Pour accompagner ce moteur physique, il faut que le gameplay soit à la hauteur…

C’est le cas, outre en mode normal qui rend le jeu amer et non gratifiant. Le constat est là, Il faudra vraiment passer dans le mode simulation pour profiter pleinement de Spintires. Vous pourrez gérer tous les paramètres de traction, la vitesse de passage, le treuil, toutes ces fonctions sont assez intuitives et rappelées dans le HUD à l’aide des touches du pad. Une fois bien habitué, on prendra un pied d’enfer pour faire 100 mètres en 10 minutes en galérant dans une boue bien grasse où les ornières se forment lors de vos manœuvres. On notera tout de même un angle de caméra en trois-quarts haut assez bizarre et quelques petits caprices lors de la rotation. Spintires : MudRunner est un jeu off-road, nous sommes donc à petite vitesse, ces effets ont donc très peu de conséquences sur le gameplay. Quant à la vue cockpit, elle fait aussi son apparition, aucun souci de ce côté-là, elle amène encore plus d’immersion. Finalement, taper une marche arrière sur un terrain gras et défoncer avec une remorque n’est pas chose aisée. L’absence de rétroviseurs ne simplifie pas la tâche. On note au passage un manque de compatibilité des périphériques de type volant.

Spintires : Mud Runner bénéficie d’une refonte graphique avec un framerate très stable. Les environnements proposés ont des tons assez ternes, avec un léger grain qui donne un genre météorologique défavorable et propice à l’humidité. N’oublions pas que nous sommes au plein milieu de la Sibérie. Les vieux véhicules ruskov ont été modélisés avec soin. On sent aussi que les carlingues ont quelques heures de travail derrière elles avec des peintures griffées, rouillées ou encore quelques bosses… On se demande aussi si notre outil va pouvoir faire le taf. Elles disposent de très beaux effets tels que la fumée des échappements, très noire quand on sort de l’eau. La lumière des phares transperçant le brouillard, la déformation des pneus qui peuvent être boueux ou très propres après un passage dans une rivière ou une mare. Le cycle jour/nuit est présent, amenant un poil de difficulté en plus si vous ne terminez pas votre mission dans la journée. La bande-son, quant à elle, est très réussie, les bruits des camions sont différents, le craquement des essieux, les roues passant sur les arbres, la carlingue frottant aux feuillages, les arbres qui se cassent lors de votre treuillage, etc., tout cela accentue l’immersion dans le soft.
Article rédigé par Joël / baka32
 
L’avis perso de Joël // L’amour fou…

Ce jeu est simplement jouissif, avec un moteur physique hors norme et des graphismes très propres. En plus, le soft possède une très belle technique. Je prends beaucoup de plaisir quand je joue à Spintires. Les approches différentes selon les choix des véhicules et des chemins pris amènent une grosse replay value. Le top est incontestablement de jouer les missions en coopération avec des amis. Il m’est arrivé aussi de prendre un 4x4 et de visiter la map pour faire du franchissement en occultant complètement les objectifs de mission. Son petit point faible est une rotation de caméra gênante au début mais on s’habitue assez vite car les vitesses sont très faibles. J’aurai bien aimé une compatibilité avec les volants même si je pense que c’est compliqué de l’adapter pour les manœuvres car la position de la caméra extérieure n’est pas propice. Bref, un jeu que je conseille régulièrement !


Point complet
Spintires : Mud Runner reste élitiste et ne s’adresse pas à tous les joueurs. Il pourra être très vite boudé. L’accumulation des galères sur 100 mètres, les tâches répétitives, les casses mécaniques à quelques mètres de l’objectif après quelques heures de jeu et la caméra capricieuse en rebuteront plus d’un. Par contre, ceux qui aiment jouer avec la physique et partir à l’aventure librement seront comblés. Jouer en coop avec des potes et changer son corps de métier pour partir en convoi donne une très bonne replay value. Les environnements sont suffisamment différents et les cartes suffisamment grandes pour apprécier les différentes approches de livraison. Il faut avouer que Saber Interactive a fait un super boulot sur ce titre et toutes les améliorations ajoutées ne sont pas négligeables, apportant un vrai plus au soft qui a une base solide. On n’oublie pas que le jeu a été agrémenté d’un DLC gratuit avec de nouveaux véhicules. Un geste trop rare pour être signalé…

On a adoré :
Moteur physique hors norme
Graphismes très propres
Didacticiel efficace…
Complété par des défis bien dosés
Des véhicules dont seuls les russes ont le secret !
Jouer en coopération, chacun a son rôle
On n'a pas aimé :
Caméra capricieuse
Rétros absents pour manœuvrer (vue cockpit)
Pas compatible avec les volants
La galère… pour certains


Consulter les commentaires Article publié le 27/03/2018 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018