Test Soldier of Fortune : Pay Back - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 246 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Soldier of Fortune : Payback



Editeur
Activision
Développeur
Cauldron
Distributeur
Digital Bros.
Genre
FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  14.02.2008
  14.11.2007
Nombre de joueurs
1 à 12
Online
- Jeu en ligne
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Prix de lancement
50,00 €

Après deux volets au succès retentissant, la série des Soldier of Fortune était restée en stand-by jusqu’au jour où Cauldron a été contacté par Activision. Bien décidé à faire revivre sa série phare, l’éditeur a confié le développement de Soldier of Fortune : Payback au studio déjà responsable de la série des History Channel. Une nouvelle qui avait fait l’effet d’une bombe sur la toile étant donné que les fans craignaient que la qualité de la série en prenne un sérieux coup vu les précédents projets du studio… C’est pourquoi Activision avait décidé d’annoncer le soft comme un jeu budget. Peu de temps après la mise en ligne des premiers trailers et d’avis plutôt positifs de la presse, l’éditeur s’est ravisé et a décidé de sortir Payback au prix plein… Ci-dessous, vous découvrirez donc notre verdict concernant le FPS le plus violent de cette année testé dans sa version américaine non censurée.

Massacres. Drogues. Violence.




Tout comme ses prédécesseurs, Soldier of Fortune Payback nous propose d’incarner un mercenaire qui va être amené à opérer dans divers endroits du globe pour le compte de plusieurs organisations. Mais contrairement à ses collègues, Thomas Mason a des principes et refuse de tuer des innocents. C’est dans cette optique que s’inscrit ce volet de la série, dans lequel notre héros doit éliminer ses collègues, les uns après les autres, en participant à des missions aux quatre coins de la planète. Dans l’ensemble, Payback ne transgresse pas les règles de la série puisque le titre conserve le même gameplay et les mêmes caractéristiques que ses prédécesseurs. Concrètement, le soft demeure assez arcade en facile et devient de plus en plus réaliste au fur et à mesure que vous augmentez le niveau de difficulté. Contrairement à certains passages des autres opus, Payback se contente d’un mode solo relativement linéaire qui ne laisse que peu de choix au joueur. Une orientation claire et précise qui a sans doute été une bonne occasion de passer à côté du mode coopératif pour les développeurs…

Toujours est-il que si Payback souffre de quelques défauts de taille, il n’en demeure pas moins un FPS très agréable à prendre en main et qui procure une bonne dose de fun. En effet, contrairement à la plupart des jeux du genre, Payback joue à 200% la carte de la violence, avec son lot de décapitations et de démembrements extrêmement bien rendus, mais aussi de grosses giclées de sang, des thématiques variées (sexe, drogue,…) et une bonne dose d’amoralité. En gros, vous passerez la plupart de votre temps à vous balader dans la jungle africaine ou dans une ville du Moyen-Orient à flinguer des terroristes à grands coups de shotgun. La violence est tellement poussée que cela en devient littéralement jouissif, d’autant plus que la mise en scène est plutôt efficace et que les combats atteignent par moments une intensité incroyable.

Bien entendu, le soft prendra une toute autre dimension aussitôt que vous relèverez le mode de difficulté, de sorte que vous n’expédiez pas le soft trop vite. Car, comme on pouvait s’en douter, Soldier of Fortune Payback ne parviendra pas à vous tenir en haleine plus de 3 petites heures en facile et guère plus de 5 heures en difficile. Inutile de dire que cela fait cher payé l’heure de jeu, raison pour laquelle il vaut mieux gonfler artificiellement la durée de vie en rendant les choses plus compliquées. Pour le reste, le soft se compose essentiellement de niveaux assez linéaires qui se terminent le plus souvent par un boss. Pour le vaincre, il vous suffira de le viser adroitement et de ne pas avoir peur de gâcher vos chargeurs sur ses gardes du corps qui tenteront de semer la pagaille. L’ensemble se révèle assez sympathique, même si le concept des boss commence à dater… Mais encore une fois, l’idée est suffisamment bien pensée pour rendre la chose intéressante, avec notamment un superbe combat en plein air contre un hélicoptère particulièrement coriace.

Boucherie en ligne




Passé l’aventure solo, vous tenterez probablement de rentabiliser votre achat en jouant en ligne à travers les quelques modes de jeu qui vous sont ici proposés. Rien de transcendent en soi puisque ceux-ci ne sont guère originaux et ils ne s’avèrent pas particulièrement excellents. On relèvera donc la présence des traditionnels Deathmatch, Team Deathmatch, Capture the flag, Elimination, Team Elimination et Demolition, à peu près tous inspirés par les classiques du genre. Notez toutefois qu’il est préférable d’opter pour la tranche 19/20 h, heure américaine, pour profiter de tous ces modes avec d’autres joueurs, sans quoi vous risquez de vous retrouver bien seul…

En dehors de tout ceci, rien de particulier à signaler, si ce n’est peut être que Payback avait la capacité d’être un très bon FPS, mais que faute de temps et de volonté, il n’en a pas été ainsi. Trop court, trop linéaire et trop bateau, il ne convaincra certainement pas les hardcore gamers. Toujours est-il que le joueur lambda appréciera le divertissement et que les fans retrouveront toute la violence des précédents opus et bien plus encore grâce à un système de dégâts particulièrement réaliste et apportant une petite touche stratégique aux affrontements. En effet, une fois un ennemi neutralisé d’une balle dans la jambe, vous pourrez aisément venir à bout des autres adversaires qui arrivent de l’autre côté… Mais il ne faudra pas oublier d’achever le bougre qui profitera sûrement des quelques secondes de répit pour vous tirer dessus tout en se traînant lamentablement à la recherche de sa jambe… Jouissif, mais relativement sadique dans l’ensemble, Payback est un bon jeu qui témoigne d’un réel travail fourni par l’équipe de développement de Cauldron mais qui s’avère malheureusement incomplet. Il suffira de jeter un coup d’œil sur l’I.A. des ennemis pour s’en convaincre…

Une technique hors paire




Techniquement parlant, Soldier of Fortune Payback s’en sort plutôt bien, avec une bande sonore de premier choix composée de voix anglaises en parfait accord avec l’univers du jeu et de musiques épiques qui rythment merveilleusement bien les affrontements. Pour ce qui est des graphismes, le titre de Cauldron parvient également à nous convaincre grâce à des modélisations très réussies et des décors plutôt aboutis. S’il est clair que Payback ne fera pas de l’ombre aux plus gros blockbusters, il faut reconnaître que son esthétique soignée le classe largement au dessus de la moyenne et nous ferait presque penser qu’il s’agit d’un mod de Call of Duty 4. Seul petit bémol : la présence de quelques rares ralentissements lors des scènes trop chargées qui handicaperont légèrement le joueur. Heureusement, il ne faut pas beaucoup de temps pour faire le ménage et quelques balles suffiront à vous ramener dans le droit chemin…

Point complet
Au final, il s’agit sans nul doute du meilleur jeu réalisé à ce jour par Cauldron. Néanmoins, cela ne veut pas dire que Soldier of Fortune Payback est un très bon jeu. En effet, même s’il est plutôt joli, fun, violent et intense, il n’en demeure pas moins extrêmement court, d’autant plus qu’il souffre d’un mode solo bien trop linéaire et d’une intelligence artificielle qui est loin de briller. Un résultat plutôt mitigé pour un soft bourré de bonnes intentions qui aurait assurément mérité plusieurs mois de développement supplémentaires. Reste que Soldier of Fortune plaira à coup sûr aux fans de la série qui tenteront sans doute l’aventure en difficile pour en profiter le temps d’une soirée, après quoi ils passeront certainement à autre chose.

On a adoré :
+ Plutôt joli
+ La bande sonore
+ La violence
+ L’intensité des combats
On n'a pas aimé :
- La durée de vie
- La linéarité
- L'I.A. des ennemis
- Quelques ralentissements


Consulter les commentaires Article publié le 05-12-07 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019