Test Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 301 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre



Editeur
Ubisoft
Genre
Aventure Puzzle
Statut
Disponible
Date de sortie
  25.06.2014
  2014
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Thème
Guerre
Prix de lancement
14,99 €

Avec l’UbiArt Framework, Ubisoft tient une véritable pépite. Ce moteur, mis à contribution pour Rayman Origins, Rayman Legends ou encore Child of Light, permet d’afficher des jeux en 2D absolument superbes, qui peuvent en plus briller lorsque la direction artistique est au niveau. Pour changer de Rayman, les petits gars d’Ubisoft Montpellier ont voulu célébrer le centenaire de la Première Guerre mondiale en créant un jeu vidéo, basé sur ce moteur, permettant d’offrir une histoire se déroulant au cœur de l’Histoire. Reste à voir s’il s’agit d’un vibrant hommage ou si en voulant tirer sur la corde sensible, celle-ci finit par rompre…

La guerre, d’un point de vue humain




Si la Seconde Guerre mondiale a longtemps été exploitée dans les jeux vidéo, avant de laisser sa place à la guerre moderne, la Première Guerre mondiale (1914-1918) a quant à elle moins retenu l’attention des créateurs. Pour le centenaire de cette guerre qui s’inscrit dans la mémoire collective, Ubisoft Montpellier a voulu tenter sa chance en créant un jeu abordant ce thème. Attention, il n’est pas question ici de FPS, de tuer des ennemis par dizaines ou plus ou encore de jouer les super héros pour délivrer la France. Il s’agit avant tout d’une histoire, adaptant librement les événements, pour nous montrer principalement le destin croisé d’Emile, Karl, Freddie et Anna, des personnages aux nationalités différentes. Le résultat est un peu tiré par les cheveux, du moins au niveau du croisement des histoires, mais l’ensemble est vraiment plaisant à suivre. La véritable force du scénario, même s’il tente à plusieurs reprises de nous tirer une larme, c’est qu’il évite les poncifs du genre en abordant en prime la majorité des thèmes propres à la guerre (obligation du devoir, rapport entre les gens, les horreurs de la guerre, la folie, etc.). C’est maîtrisé et le narrateur, à la voix bien connue et toujours aussi percutante, apporte une dimension supplémentaire à l’immersion, sans parler des musiques et bruitages qui accompagnent les actions à merveille. En plus, l’histoire est approfondie au travers des journaux (plusieurs pages pour chaque personnage), afin de bien cerner leurs personnalités et motivations.

Pour rendre au mieux hommage à tous ceux qui ont connu cette guerre, sans que les plus jeunes ne les oublient, les développeurs ont intégré des faits historiques. Concrètement, au cours de la partie, il est possible de s’arrêter pour lire quelques articles historiques permettant de revenir sur des batailles célèbres, sur les conditions des soldats, sur les conséquences de certains événements, etc. Le tout est accompagné de photographies colorisées tirées de la série Apocalypse. C’est instructif et ça permet réellement de découvrir cette Première Guerre mondiale d’une façon bien plus ludique qu’au travers de quelques livres d’Histoire que certains trouvent vite rébarbatifs. Vu que ces consultations ne sont pas imposées, même s’il est dommage de passer à-côté de celles-ci, tout le monde est en mesure d’y trouver son compte. En prime, il y a plus d’une centaine d’objets à collectionner, chacun étant accompagné de quelques lignes explicatives sur la nature de l’objet et/ou son rapport à la guerre. Il y a un vrai travail informatif qui se doit d’être salué. Cela dit, Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre n’est pas qu’une simple expérience, c’est également un jeu vidéo. C’est là que quelques faiblesses surviennent. En effet, les développeurs ont opté pour un jeu à la croisée entre le point’n click, le jeu de plateforme et le puzzle-game.

L’expérience prime sur le reste




Le principal défaut, la progression étant majoritairement centrée sur la résolution d’énigmes, c’est la simplicité de celles-ci. La solution n’est jamais bien loin du problème et bien souvent, il suffit de faire une action, de trouver un élément puis de faire un petit troc pour avoir l’élément suivant, menant à un deuxième troc, le tout aboutissant sur l’accomplissement du niveau. Et quand bien même les moins habiles seraient perdus, un système d’aide des plus efficace a été mis en place, sans parler de la mise en surbrillance des objets dans la difficulté de base. Mieux vaut donc opter dès le début pour le mode vétéran qui supprime des aides bien dispensables de toute manière pour ceux qui feront preuve d’un minimum de réflexion dans les cas les moins faciles (ce qui reste rare). Quant aux autres temps de jeu, l’intelligence artificielle n’en est pas vraiment une et les soldats à éviter (on ne tue pas directement avec des armes à feu) doivent simplement être distraits et/ou contournés. En prime, le rythme du jeu est assez lent, malgré certains passages plus dynamiques bien plus jouissifs, et le chapitre 2 brille par la redondance d’un QTE assez pénible à la longue pour soigner des soldats avec Anna. Dommage, car les développeurs ont fait de véritables efforts pour varier les situations (exploration, infiltration, conduite de char, tir, boss, fuite en voiture...), pour que chaque personnage exploite au mieux sa capacité spéciale (creuser des trous quand c’est possible, couper des barbelés à l’aide d’une pince, soigner les autres…) et pour exploiter le chien, Walt, grâce à un système de commande aussi simple qu’efficace.

A ce sujet, deux ou trois petits bugs contextuels sont à noter avec l’utilisation du chien, mais rien de gênant, loin de là. Du coup, le titre se présente réellement comme une expérience à vivre pour l’aspect humain qui y est montré (le dernier chapitre est un délice), pour l’aspect instructif qui en ressort, mais surtout pas pour la recherche du challenge. Du coup, comptez environ cinq heures (5H01 dans notre cas) pour finir le jeu avec environ 80% des objets collectés (les chapitres et sous-chapitres peuvent être refaits à tout moment pour finir de compléter sa collection), tandis que ceux qui prendront un peu plus leur temps tutoieront les 7 heures avec un taux de complétion équivalent ou supérieur. Au passage, sans spoiler, précisons que l’histoire se suffit à elle-même mais que l’année 1918, pourtant bien représentée sur la fresque, n’est pas exploitée. Espérons qu’il ne s’agit que d’un choix des développeurs et non d’une manœuvre pour nous vendre un DLC par la suite. Enfin, il est impossible de passer outre l’aspect graphique du jeu, qui est une véritable réussite. On a l’impression de se mouvoir dans une bande dessinée, l’apport des bulles et vignettes en superposition renforçant cet aspect, au coup de crayon assez simple mais diablement efficace. La direction artistique est impeccable et l’UbiArt Framework fait encore des merveilles. Difficile de dire si la new-gen apporte réellement quelque chose, mais le résultat est des plus convaincants et c’est bien là l’essentiel.

Point complet
Si vous avez envie de vous plonger dans l’Histoire, en découvrant une histoire humaine touchante qui évite les poncifs du genre, le tout au travers d’une poignée de destins qui se croisent, alors vous ne regretterez certainement pas les 14,99 euros demandés pour ce Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre. En revanche, si le manque de challenge ou une certaine lenteur dans la progression vous rebute, sans parler du chapitre 2 longuet avec la redondance du QTE de soin, alors vous pourriez être déçu… Le jeu d’Ubisoft Montpellier n’est pas sans défauts, loin de là, mais il arrive à offrir une belle expérience, instructive de surcroît, appuyée par une direction artistique superbe, une narration maîtrisée et une ambiance immersive. En somme, c’est un bel hommage au centenaire de la Première Guerre mondiale, ce qui fait que malgré tout, le contrat premier des développeurs est rempli.

On a adoré :
+ Thème original bien traité
+ Le narrateur
+ Le style graphique
+ La musique
+ L'émotion côtoie l'humour
+ Côté documentaire bien intégré
+ Phases de jeu diversifiées
+ Sélection du chapitre/niveau
+ Rapport prix/durée convenable…
On n'a pas aimé :
- 5H pour les plus rapides
- Un peu mou
- Redondance des QTE d’Anna
- Enigmes vraiment simplistes
- IA peu développée
- Année 1918 non abordée…


Consulter les commentaires Article publié le 30/06/2014 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020