Test Skylar & Plux : Adventure on Clover Island - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 148 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Skylar & Plux : Adventure on Clover Island



Editeur
Grip Games
Développeur
Right Nice Games
Genre
Aventure Plateformes
Statut
Disponible
Date de sortie
  19.05.2017
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
14,99 €

Right Nice Games est un petit studio indépendant qui a récemment travaillé sur un jeu de plateforme proposé à 14,99 euros. Avec une direction artistique qui semblait plaisante dans les premiers médias diffusés, nous nous sommes jetés à l’eau pour voir ce que ça vaut… Skylar et Plux forment-ils un duo de choc inoubliable ou n’arrivent-ils pas à convaincre ?

Skylar agit, Plux piaille…



Uniquement jouable en solo, Skylar & Plux : Adventure on Clover Island arrive à séduire dès les premiers instants avec des cut-scenes dessinées à la main des plus mignonnes. Les dessins sont de qualité, c’est coloré, c’est joli, on a hâte de poursuivre. Le scénario semble plutôt basique : Skylar, une féline armée d’un bras bionique, est retenue prisonnière par le CRT. Elle arrive à s’échapper et finie sur une île, où elle rencontre Plux, un volatile des plus bavards (qui ne sert à rien niveau gameplay). Leur but ? Récupérer trois boules colorées pour se débarrasser du méchant, tout en délivrant des petites bestioles qui sont retenues dans des cages. Le scénario ne brille pas vraiment, d’autant qu’il est mis de côté durant la majorité de l’aventure, notre personnage se contentant d’avancer, de récupérer lesdites boules et d’avancer jusqu’à les avoir les trois. En revanche, une fois l’ensemble récupéré, on a le droit à nouveau aux cut-scenes dessinées à la main et à la suite (et fin) de l’histoire. On la voit venir un peu de loin mais elle reste bien trouvée et même un tantinet touchante. Bref, une belle surprise, surtout avec ce côté dessiné des plus plaisants.

Autre bonne surprise, les dialogues. Skylar ne dit pas un mot mais Plux est extrêmement bavard et il ne manque pas d’humour. Le CRT fait également preuve de sarcasme, les textes étant bien sentis. Les doublages anglais étant en plus de qualité, le résultat se révèle être à la hauteur de nos attentes, si on omet le fait qu’il n’y a pas de sous-titres en français (malgré un anglais très accessible). Même constat au niveau des musiques agréables à écouter. Elles accompagnent très bien les environnements que l’on parcourt, sans fausse note. Dans l’ensemble, Right Nice Games a soigné l’enrobage. Le jeu tourne avec l’Unreal Engine 4, il est plutôt propre, même si on peut regretter des jeux de lumière pas toujours bons, une distance d’affichage un peu faible et quelques bugs de collisions sans conséquence. Petit plus non négligeable, il tourne à 60 images par seconde. Attention toutefois, quelques chutes de frame rate sont à noter à quelques moments et les chargements sont longs (les deux premiers au lancement du jeu semblent interminables).




Pour le reste, le titre est coloré, les modélisations sont correctes et l’aspect un peu cartoon sied bien à l’ensemble. Cinq environnements sont disponibles (quatre à découvrir et le cinquième pour le seul et unique boss du jeu), chacun offrant une atmosphère différente, avec entre autres une partie luxuriante, une montagne qui amène jusqu’à des sommets enneigés ou encore un désert… Côté contenu, le bât blesse. Le jeu se termine en 2H20 en libérant une bonne partie des petites créatures, sans rusher pour autant. L’aventure est courte, plutôt facile et les quelques énigmes qui ponctuent la progression sont assez aisées. Certes, on peut pousser en ajoutant quelques dizaines de minutes à une heure (selon les profils) pour libérer toutes les créatures mais l’intérêt n’y est pas vraiment. Du coup, même à 14,99 euros, ça fait un peu cher l’expérience. Niveau gameplay, le constat est assez mitigé. Les développeurs se sont clairement inspirés du premier Jak & Daxter et de la série des Ratchet & Clank. C’est extrêmement flagrant. Les bases sont plutôt bonnes, on saute plus ou moins précisément, on peut enchaîner avec un double saut, on tape précisément ou en tourbillon, on se sert d’un grappin futuriste quand c’est possible, bref, c’est simple, classique mais pas moins efficace.

Au fil de l’aventure, on peut même utiliser un jetpack pour aller plus loin après un saut ou pour sauter plus haut après une charge, contrôler le temps, notamment pour ralentir des plateformes qui tournoient très rapidement ou éviter les tirs de certains ennemis, ou utiliser un aimant pour déplacer tout ce qui est métallique ou retourner des roquettes contre les ennemis… Et c’est tout. C’est très léger, surtout que ce n’est pas pleinement exploité. Reste quelques interrupteurs à enclencher ou encore des pilonnes à activer pour jongler entre les décors du présent et ceux du passé, selon ce qui permet de créer les plateformes nécessaires pour avancer (ou des espaces pour aller récupérer les créatures emprisonnées). Du coup, le gameplay est très léger et les ennemis manquent de variété. Des chiens robotiques, des lance-missiles et des tourelles avec des mitraillettes, c’est bon on a fait le tour du bestiaire… Les coups n’étant pas très précis en plus, les combats peuvent vitre devenir laborieux ou on peut mourir bêtement à cause d’une caméra qui n’est pas optimale. Dommage, le gameplay est old-school, trop pour le coup, à tel point qu’il accuse un coup de vieux.

L’avis perso de Vincent // Un peu déçu…

Je suis plutôt mitigé dans l’ensemble. Ce n’est pas mauvais, loin de là, mais ce n’est pas bon pour autant. Les cut-scenes dessinées à la main, les doublages, la direction artistique, les musiques et l’humour m’ont séduit. Pour le reste, le gameplay est très moyen et le contenu est trop léger, même à un prix plutôt bas. Le souci, c’est que le titre fait tellement souvent penser à Jak & Daxter ou à Ratchet & Clank qu’il n’a pas d’identité propre. Il lui manque ce petit truc en plus pour qu’il sorte du lot, sans parler du fait qu’il aurait fallu plus de possibilités au niveau du gameplay, plus d’ennemis, plus d’un peu tout en fait. Pour un premier essai, je félicite quand même les développeurs, le résultat tenant la route, mais il faut qu’ils bossent pour leur prochain jeu, qu’ils modernisent le tout et que, quitte à s’inspirer d’autres licences, qu’ils y aillent plus franchement pour apporter de la diversité et du contenu.


Point complet
Skylar & Plux : Adventure on Clover Island a le potentiel pour séduire les plus jeunes, avec son style cartoon très coloré, et son gameplay qui rappelle les premiers Jak & Daxter et autres Ratchet & Clank. Le souci, c’est que les enfants ne comprendront pas les dialogues, pourtant très bien écrits, la faute à une absence de localisation. Reste alors les moins jeunes qui se plaindront d’un manque de contenu, d’une aventure trop courte et d’un gameplay, certes efficace, mais qui est trop old-school. Avec plus de modernisation, plus de variété et plus de contenu, le titre aurait pu séduire pas mal de personnes, surtout que l’enrobage a été travaillé. Reste qu’à 14,99 euros, on pardonne plus facilement une partie des points négatifs même si nous pensons sincèrement qu’il vaut mieux se le procurer à moitié prix pour rentabiliser son achat.

On a adoré :
Coloré, plutôt joli
Les cut-scenes dessinées
Musiques agréables
Doublages de qualité
Dialogues succulents, drôles
Gameplay de base efficace
Petit prix (14,99€)
Une fin réussie
Plux, aussi drôle…
On n'a pas aimé :
Qu’inutile en jeu
Des imprécisions
Uniquement en anglais
Trop court (2h20)
Manque d’identité
3 types d’ennemis, 1 boss
Chargements longs
Combats parfois laborieux
Caméra pas toujours optimale
Ca manque de contenu


Consulter les commentaires Article publié le 12/06/2017 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2017