Test Silent Hill 4 : The Room - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 456 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Silent Hill 4 : The Room



Editeur
Konami
Genre
Action Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  25.09.2004
  07.09.2004
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI

Thème
Horreur
Son
5.1

Claustrophobes amoureux de situations horriblement stressantes, réjouissez-vous ! Silent Hill est de retour avec un quatrième épisode nommé The Room. Je vois déjà le sourire sur vos lèvres, vous rappelant le mythe qu’est cette série Konami, dont nous avions d’ailleurs eu droit au second épisode avant d’être puni par l’exclusivité PS2 du troisième. Eh bien fini tout ça, Konami nous gratifie simultanément que les joueurs PlayStation de cette énième suite. Enfin énième suite, pas vraiment puisque The Room représente une fameuse évolution dans la série, contenant bien entendu son lot de nouveautés.

Maman j'ai peur !




Mais la première question que les nouveaux joueurs se demanderont est bien entendu : qu’est-ce que Silent Hill ? Histoire de mettre le décors en place on va vous offrir un bref historique. En 1999, alors que les gamers du monde entier frissonnent en affrontant les morts vivants de Resident Evil, Konami décide de répliquer à la vague Capcom en sortant un titre qui fera longue vie dans nos mémoires : Silent Hill. Là où Resident Evil jouait la carte de l’action et du frisson simple, Silent Hill s’amuse à établir toute une psychologie des personnages, offrant même une ambiance lourde au possible. Alliant horreur primitive, rencontres énigmatiques et décors riches en coins sombres, il réussira à séduire le grand public. Année 2002, rebelote avec Silent Hill 2 : Inner Fears qui débarque sur Xbox et PS2 pour le meilleur et pour l’horreur puisque l’ambiance se verra encore plus lourde. Le gros point fort de la série ? Allier énigmes, phases d’actions et ambiance oppressante, ce qui lancera d’ailleurs le troisième épisode sur la même vague de succès que ses prédécesseurs. Pour The Room, Konami décide de changer légèrement d’orientation en offrant un gameplay beaucoup plus basé sur l’action. Alors bon choix ou conclusion minable ?

Entrez dans la chambre de l’horreur…



Dans Silent Hill 4 : The Room, vous incarnerez Henry Townshend, propriétaire d’une humble chambre, la #302 plus exactement. Henry Townshend qui avait tout du bon petit gars voit sa vie totalement transformée le jour où il commence à avoir des visions et à voir apparaître du sang sur sa tapisserie. Alors que des frissons commencent à l’envahir, il décide dans un ultime espoir de quitter sa maison et se dirige vers la porte d’entrée, mais trop tard ! Il est bel et bien prisonnier de sa chambre, un rêve qu’aucun d’entre nous ne voudrait vivre commence dès lors. Horrifié par cette situation indécente, Henry décide de fouiller méthodiquement les différentes pièces et ce n’est qu’en entrant dans sa salle de bain qu’il remarque enfin une sortie… L’ennui c’est que celle-ci s’annonce bien lugubre. S’armant du peu de courage qu’il lui reste, il décide d’y entrer et après une courte marche, décèle enfin le bout du tunnel. La machine est dès lors lancée, le train ne s’arrêtera pas en route, Henry est bel et bien victime d’une horrible malédiction qui le conduit au beau milieu d’un monde parallèle où seul l’espoir de revoir un jour le monde vous maintient en vie, aucun doute, Henry est prêt à tout pour le revoir, y compris à tuer…

Glauque à souhait, Silent Hill 4 : The Room ne fait pas dans la série Z en vous offrant son lot quotidien de créatures vomies des intestins puants de l’enfer. Ne vous attendez pas à la moindre touche poétique, à la moindre couleur un tant soit peu paisible : vous êtes ici en plein cauchemar et les monstres de Silent Hill vous le feront remarquer à de nombreuses reprises, âmes sensibles s’abstenir ! Et là où ce quatrième et dernier épisode marque un grand coup par rapport aux précédents, c’est en offrant toute une série de nouveautés aux joueurs avides de sensations fortes que nous sommes. Fini les lentes scènes de recherche d’indices à travers d’innombrables couloirs, c’est parti pour des heures et des heures de chasse aux monstres en tous genres. Que ce soit à la pièce ou au détail, ça va saigner ! Bon, certes il ne faut pas exagérer, The Room reste avant tout un Survival Horror mais il n’en demeure pas moins que le concept même du titre est beaucoup plus orienté action et la vue à la première personne en sera la preuve la plus flagrante. Bien évidement, cette vue augmentera l’effet de surprise et la tension ne fera que monter mais dès les premières minutes de jeu on relèvera de suite les points sombres de cet ajout. Interactions limitées avec l’environnement, maniabilité moyenne dans le cas de cette vue, bref, ça semble bien pensé mais les développeurs auraient pu pousser le gameplay bien plus loin. Mais bon, après tout il ne s’agit là que d’un gadget, il faut l’avouer et la vue à la troisième personne se révèle toujours aussi agréable que dans le passé.



Autre nouveauté : la gestion de l’inventaire qui s’est vu amputé avec de nombreux allers et retours vers votre appartement en perspective… En effet, inutile d’imaginer embarquer avec vous tout ce qui vous tombera sous la main, vivez comme un véritable aventurier, telle est votre vocation avec The Room. Bien entendu, là aussi vous aurez moyen de stocker votre matériel dans votre chambre et autant dire qu’on est parfois bien heureux de faire son come-back dans son petit chez soi. Au niveau des ennemis, là aussi, The Room amène sont lot de nouveautés avec pas mal de créatures prêtes à vous faire regretter d’être né dont certaines invincibles et particulièrement ennuyantes lors de l’aventure, tout comme les cinématiques d’ailleurs, plutôt nombreuses et qui vous feront bien avancer dans le scénario tortueux de Silent Hill. Enfin, au niveau des combats, on retrouve des affrontements un brin plus intéressants que dans les précédents opus. Comprenez par là qu’il vous sera désormais possible de charger votre énergie pour blesser plus profondément vos ennemis. Une idée encore une fois bien pensée mais qui se révèle tout aussi peu exploitée que les précédentes. Pour le reste, The Room garde entièrement le gameplay de ses prédécesseurs avec pas mal de combat et quelques énigmes ça et là, qui auront d’ailleurs toujours le mérite de mettre vos nerfs à fleur de peau !

Beauté enivrante



Si The Room présente de nombreuses caractéristiques repoussantes comme bien entendu son ambiance morbide, il n’en demeure pas moins que sur tout ce qui est technique, Konami a assuré un max en offrant une maniabilité bien pensée, parfois un peu complexe mais qui sur le fond, assure vraiment, d’autant plus que les angles de caméras ont été pour une fois vraiment travaillés ! Chose rare pour un survival-horror. Même constat pour la bande-son qui offre non seulement des bruitages particulièrement réalistes et comme vous vous en doutez flippants, mais en plus des musiques alliant poésie, mystère et angoisse. Seul point négatif : des voix en anglais, faudrait vraiment qu’ils se mettent à nous traduire tout ça !



On enchaîne donc avec la durée de vie, plutôt longue pour un survival, il faut l’avouer, et ce bien que les allers-retours n’y soient pas pour rien… Vraiment, les amateurs de frissons seront gâtés pour une fois, mais de là à s’attendre à des soirées et des soirées de jeu, il ne faut pas exagérer non plus. Enfin, et ce sera probablement le mot de la fin pour The Room, une esthétique qui vous frappera en plein cœur de par sa beauté et son réalisme terrifiant. De quoi vous faire frémir rien qu’à la vue de ce monde si étrange et lugubre. Et la brume n’y sera très certainement pas pour rien puisque cette dernière se veut encore plus trippante que dans les opus précédents, de quoi vous faire mal au ventre rien qu’à y penser ! Encore une fois, un travail d’artiste.

Point complet
Silent Hill 4 : The Room n’est pas vraiment la révolution que tous les fans de survival horror attendaient mais au final, il s’impose tout de même grâce à ses quelques innovations et ses nombreux points positifs. Un jeu réussi sans plus, qui aurait pu terminer la série de bien meilleure manière mais qui aura au moins le mérite de vous plonger au beau milieu de l’horreur.

On a adoré :
+ Graphismes superbes
+ Plus long que ses prédécesseurs
+ Quelques innovations sympas
+ Une ambiance terrible
+ Bande son excellente
On n'a pas aimé :
- Maniabilité moyenne
- Peut-être trop tourné action
- Parfois lourd


Consulter les commentaires Article publié le 26-11-04 par Rédempteur



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020