Test Shadow of the Tomb Raider - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 198 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Editeur
Square Enix
Développeur
Eidos Montréal
Genre
Action / Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  14.09.2018
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
69,99 €

Crystal Dynamics et Eidos Montréal nous proposent Shadow of the Tomb Raider en guise de conclusion à la trilogie initiée par le reboot de la franchise en 2013. Reboot qui avait été plutôt bien accueilli par la presse et les joueurs. Lara doit enfin en finir avec les trinitaires pour empêcher l’apocalypse de se produire. Reste à voir si la qualité est toujours au rendez-vous ou si les développeurs se sont reposés sur leurs lauriers…

Dia de los muertos !



Après avoir parcouru entre autres le Yamatai et la Sibérie, direction le Mexique et le Pérou pour cette nouvelle aventure. Notre voyage commence à Cozumel au Mexique pendant la célébration du jour des morts. Lara cherche à mettre la main sur la clé de Chak Chel. Bien sûr, rien ne se passe comme prévu et, en pensant barrer la route aux Trinitaires et au docteur Dominguez (le grand méchant de l’histoire), Lara ne fait au final que déclencher le processus de destruction de notre monde avec la mort du Soleil. Pour pouvoir finaliser ce processus, le docteur a besoin de la boite d’Ix Chel qui se trouve au Pérou. Ce n’est donc qu’un peu plus tard que s’achèvera ce qui pourra faire office d’introduction au titre. Accompagnée de son fidèle acolyte Jonah, Lara s’envole pour le Pérou afin de faire son possible pour empêcher ce funeste destin. Bienvenue dans la jungle amazonienne, pour un changement de décor radical. Vous traverserez également des villes et villages dont l’atypique cité légendaire Inca Païtiti ou encore le temple de Kukulkan !

L’histoire est plutôt bien menée et tient un rythme des plus corrects en alternant efficacement les phases de recherche, celles d’exploration et les énigmes, le tout en ajoutant des scènes d’action et des assassinats. Grâce au mysticisme de la mythologie Maya et de celles des Incas, l’aventure assure une certaine immersion. Croyances, sacrifices, etc., on est plongé dans un scénario qui évite les clichés trop visibles. Mieux, l’ennemi principal est intéressant, révélant sa véritable nature, ses ambitions et ses desseins au fil de la progression. Il nous fait vite oublier Jacob ou autre Konstantin. L’aventure étant plaisante, on conserve la manette dans les mains pendant 15 à 16H pour finir la trame principale en ligne droite. La durée de vie est dans le haut du panier, d’autant plus qu’il y a du contenu secondaire à découvrir (quêtes annexes, trésors à dénicher, cryptes et tombeaux à découvrir…). Ce contenu optionnel est d’ailleurs un point fort de cet opus puisqu’il a été réellement travaillé. Pas de redite d’une zone déjà vue, un certain challenge, il y a vraiment de quoi s’amuser.

La vengeance dans la peau



Vue les circonstances, Lara est plus déterminée que jamais à mener à bien cette mission. Elle se présente comme une Lara 2.0, plus proche de la Lara de l’ancienne génération que de celle inexpérimentée du reboot de 2013 ou même de celle de Rise. Nous découvrons certains côté cachés, les origines de son obsession pour les ruines et autres cryptes, bref, nous découvrons un personnage un peu plus complexe et surtout une Lara plus guerrière. En témoignent le passage dans lequel elle se couvre de boue pour se camoufler et enchaîner les mises à mort furtives au couteau. Elle est sans pitié ! Cette petite nouveauté est bienvenue, offrant une approche différente des groupes d’ennemis. Par contre, il faut être prudent car deux ou trois balles suffisent pour mettre l’aventurière au sol. Comme l’I.A. a été améliorée, elle a la gâchette facile et une précision accrue. A nous alors d’appréhender les affrontements de manière adéquate : en frontal à l’arme automatique ou de manière furtive en se déplaçant dans les herbes ou en hauteur. Comme dans les précédents opus, Lara peut crafter des flèches à la volée dès lors que l’on possède les matériaux adéquats. Petite nouveauté ici, les flèches empoisonnées rendront la cible folle au point de canarder ses alliés. Petite note pour les fans de furtivité, certains passages restent orientés action avec des explosions et des gunfights assez sympathiques.

Bien entendu, en plus de proposer un arsenal assez complet, nous pouvons « booster » Lara via les arbres de talent à notre disposition. Ces compétences donnent des avantages intéressants et permettent quelques variations de gameplay toujours bonnes à prendre. Pour pouvoir débloquer ces compétences via des points de talent (gagnés en accumulant de l’expérience), il suffit de rejoindre un feu de camp. C’est d’ailleurs ici que nous pouvons également améliorer ou changer nos armes et équipements. Il est à noter que certaines compétences (comme équipements) ne se débloquent qu’après avoir accompli une partie du contenu annexe. A côté de ces points, nous trouvons les classiques de la licence comme l’escalade, les corniches où Lara est suspendue, les énigmes et autres leviers à manipuler, la corde pour actionner des poulies, les sauts et autres activités d’agilité... Et ce, c’est sans parler de la récolte de composants pour faire nos crafts (potions, munitions…). Un nouvel accessoire fait son apparition, le grappin, qui nous permet de faire des descentes en rappel, de faire un balancier ou d’attaquer un ennemi depuis les hauteurs pour du coup le remonter comme si de rien n’était. Certaines zones rencontrées durant notre périple sont d’ailleurs bloquées, demandant que nous y retournions une fois le bon accessoire en notre possession (comme le fusil à pompe par exemple ou le couteau affuté). Les chasseurs de trésors en auront pour leur pécule !

Technique et direction artistique



Sur notre Xbox One X, nous avons le choix entre un mode « fluidité », qui assure un 60 fps constant et solide, et un mode « rendu », qui pousse la résolution avec entre autres un AA de bien meilleure qualité et une finesse globalement meilleure. Le frame rate est du coup de 30 fps mais celui-ci se montre majoritairement constant. La direction artistique, de qualité, peu même titiller la concurrence ! Il est toujours magique de découvrir de nouveaux décors, plus beaux les uns que les autres : une cascade en sortant d’une grotte au fin fond d’une gorge, une jungle luxuriante laissant à peine passer un rayon de soleil et les reflets de cette lumière sur toute la végétation humide, ces jeux de lumière maitrisés à Cozumel pendant le jour des morts à la tombée de la nuit, ou encore l’atmosphère créée au fin fond d’un temple à moitié submergé… La technologie HDR est utilisée de manière maîtrisée dans la très grande majorité des cas. Les développeurs ont su exploiter le hardware de la One X d’une façon qui nous semble optimale. Ils pourraient donner des leçons d’optimisation à d’autres ! Tout ceci s’applique aussi bien aux zones où seules la faune et Lara sont présentes qu’aux zones peuplées comme Païtiti (lors de la dernière mission, cela grouille de vie de partout). Nous notons tout de même qu’un petit nombre d’environnements n’a pas eu la même chance niveau traitement, notamment sur des zones peu éclairées, sans que cela soit inexcusable.

Tout ceci aurait pu être gâché par une mauvaise gestion de la caméra mais ce n’est pas le cas, celle-ci ayant même tendance à nous accompagner où nous voulons aller et surtout où il faut afin de garder une bonne visibilité de l’action. Le mode photo permet d’immortaliser certains moments forts… attention à ne pas sombrer en serial screener. L’atmosphère présente dans le jeu est prenante et donne un effet positif à l’immersion. Nous pourrions reprocher l’étroitesse de certains niveaux du jeu dans lesquels on sent bien le côté couloir… mais cela n’est pas foncièrement choquant et reste en accord avec la topologie du terrain. La VF est très correcte mais nous notons le changement de doubleuse pour Lara, histoire de s’aligner sur la voix française du dernier film. Dommage que la précédente n’ait pas été conservée pour un souci de cohérence. Petit plus, une option permet aux PNJ de parler dans leurs langues ou dialectes mais il ne faut pas oublier d’activer les sous-titres pour vraiment en profiter. Par contre, ça fait un peu tache quand Lara répond en français et que l’autre continue dans sa langue… Pour le coup, l’immersion en prend un coup. Enfin, le titre propose un mode New Game + et la possibilité d’ajuster la difficulté via différents curseurs. On vous garantit que le mode le plus difficile offre un bon défi.

Article rédigé par Hervé / Aeons
L’avis perso d’Hervé // Une conclusion idéale

Je m’attendais à un jeu sympa, dans la lignée des premiers opus et sans réelle prise de risque mais mon bilan global est tout autre. Les premiers gros points positifs sont clairement la DA et l’ambiance générale du titre couplées à une narration efficace, et ce même si le scénario en lui-même reste dans les standards avec l’utilisation de la mythologie sud-américaine. La technique est au poil, certains plans décrochent la mâchoire, c’est propre, tout fonctionne à merveille. Bien sûr, on peut reprocher un gameplay connu dans les grandes lignes, mais ne vaut-il pas mieux une recette connue mais maîtrisée qu’une tentative pleine d’originalité loupée ? La formule de base, solide, est reprise ici en saupoudrant le tout de quelques petites nouveautés qui font leur effet. L’amusement est là, le plaisir de retourner le titre aussi. Pour moi, le travail a été fait. On nous avait promis une expérience riche, c’est le cas. J’ai pris du plaisir à fouiller chaque zone, à aller de crypte perdu en temple abandonné et j’en voudrais plus encore. La durée de vie est dans la moyenne haute pour ce type de jeu, avec du contenu annexe intéressant, qui propose du défi pour les aficionados des cryptes et autres trésors. Mention spéciale au rush de fin de jeu, où j’ai particulièrement apprécié la dernière missionet les quelques rebondissements que je n’ai clairement pas vu venir. Cette trilogie se finit donc sur une note des plus positives, avec quelques frayeurs sur la fin du jeu et autres moments forts en émotion dont les flashbacks dans le passé de miss Croft. Espérons une nouvelle aventure de cette qualité à nouveau un jour. Vous l’aurez très certainement compris, j’ai été conquis par Shadow of the Tomb Raider et pourtant ce n’était pas gagné, surtout qu’il passe juste derrière l’Araignée.


Point complet
Les mauvaises langues pourraient dire que ce n’est finalement que la suite logique des deux précédents puisqu’on retrouve le même gameplay avec quelques petits ajouts ci et là. Il n’y a rien de révolutionnaire en soit, il y a même quelques éléments encore à travailler, dont les passages plus sombres et la partie audio mais, il faut bien l’avouer, tout le reste est au poil. L’aventure est prenante et même si le scénario n’a rien d’extraordinaire, on apprécie la progression de notre Lara, guerrière dans l’âme, sans compter la fin qui est des plus réussies. L’ambiance est là, les décors sont superbes, la durée de vie est bonne, la difficulté est ajustable et le contenu secondaire vient parfaire le tout. En somme, c’est clairement un très grand cru, sûrement même le meilleur de cette trilogie.

On a adoré :
Technique béton à décrocher la mâchoire
La progression de Lara
Une Lara guerrière, déterminée
Narration, émotions fortes
Durée de vie honorable
Contenu global de qualité
Difficulté ajustable
Des nouveautés bienvenues
VF appréciable…
On n'a pas aimé :
Mais pourquoi avoir changé de doubleuse ?
Une grosse base bien connue
Partie audio à travailler
Des inégalités de traitement (aspects technique et visuel)


Consulter les commentaires Article publié le 22/09/2018 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018