Test Resident Evil 6 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Resident Evil 6



Editeur
Capcom
Développeur
Capcom
Genre
Survival Horror
Statut
Disponible
Date de sortie
  29.03.2016
Nombre de joueurs
1 à 4
Online
- Jeu en ligne
- Contenus
- Classements
Classification PEGI

Thème
Zombies
Prix de lancement
19,99 €

Alors que Microsoft tente tant bien que mal d'alimenter son catalogue de jeux rétrocompatibles sur sa Xbox One, Capcom ne l'entend pas de cette oreille. L'éditeur a en effet annoncé il y a quelques semaines le recyclage des épisodes 4, 5 et 6 de sa série mythique (qui l'est beaucoup moins depuis quelques années) Resident Evil. Curieusement, c'est l'épisode 6 qui est disponible en premier, et c'est celui qui va nous intéresser aujourd'hui...

De Resident Evil, il n’a que le nom ?




Déjà décevant à l'époque, que vaut le portage de ce Resident Evil 100% action (ou presque) ? Si vous souhaitez connaître tous les détails du jeu, rendez-vous à cette adresse pour le test complet de la version 360. Cette édition One n'est ni plus ni moins qu'un portage, ajoutant tous les DLC et modes multi. On retrouve donc les quatre campagnes de base (Leon, Chris, Jake et Ada), ainsi que toutes les qualités et les défauts du jeu. Sauf que le titre, sorti en 2012, a déjà pris un coup de vieux. Les problèmes de jouabilité, déjà critiqués il y a quatre ans (prise en main délicate, caméras pénibles, combinaisons débiles de boutons pour effectuer des actions basiques) sautent davantage aux yeux aujourd'hui. Heureusement, la campagne de Léon est toujours sympathique à jouer et fleure bon les Resident Evil d'antan, avec la sensation (toujours présente) de jouer à un mix de Resident Evil 4 et du 2. Cette première campagne réserve quelques sursauts, une pointe d'horreur, des "vrais" zombies et une ambiance sombre et pesante. On n'échappe bien sûr pas aux explosions totalement abusées et aux QTE en pagaille, mais ce n'est rien comparé à la suite. Les autres campagnes sont de vraies purges et, si elles pouvaient sembler marrantes ou défoulantes à l'époque, ce n'est plus trop le cas aujourd'hui.

La campagne de Chris, mélange de Gears of War et de Call of Duty, pique des idées à gauche et à droite en les utilisant maladroitement, les scènes d'action pleuvent et les boss vous font péter les plombs. Ajoutez enfin la campagne complètement wtf de Jake et celle d'Ada, aux caméras à la rue au moindre mouvement… Resident Evil 6 était un titre extrêmement ambitieux, très long, riche en contenu, mais voir un tel potentiel gâché par des choix douteux de jouabilité et une surenchère dans le n'importe quoi fait encore mal au coeur aujourd'hui, surtout que le cinquième opus était plutôt bon. Même en coop, il faut sacrément se motiver pour progresser dans le jeu. Cette ambition se ressent par contre dans les graphismes, déjà chouettes à l'époque, et encore plus fins en 1080p et 60 images par seconde. Cette fluidité fait clairement du bien et permet d'améliorer sa visée, tandis que la finesse ajoute un certain confort, l'aliasing ayant disparu. Il faut par contre bien garder en mémoire que cette édition n'est qu'un simple copié/collé et que les textures baveuses et les bugs de collisions sont toujours de la partie.

Point complet
Resident Evil 6 est de retour et il a à peine changé. Plus joli, plus fin, plus fluide et accompagné de ses contenus additionnels, il reste le même qu'en 2012. Les développeurs ne proposent aucune amélioration sur la jouabilité (toujours aussi pénible), n'ont corrigé aucun souci de caméra ou bug de collisions. Si The Phantom Pain était un mauvais Metal Gear Solid mais un excellent jeu d'infiltration, Resident Evil 6 est un mauvais Resident Evil et un très moyen TPS d'action. Finalement trop ambitieux, le titre s'est perdu dans l'action bourrine, seule la campagne de Leon (qui dure 5 à 6 heures) surnage dans ce déluge d'explosions et de QTE. Les autres campagnes sont trop longues, répétitives et franchement pas drôles. Sachez enfin que ce portage vous coûtera une vingtaine d'euros, tandis que l'édition 360 se trouve à moins de 10 euros, en état neuf et en version boîte. A méditer !

On a adoré :
+ La campagne de Leon, toujours sympa à jouer
+ 1080p, 60fps
+ Décors plus fins et sans aliasing
+ Tous les DLC et modes de jeu multi
+ Durée de vie, fan service
+ Encore chouette graphiquement
On n'a pas aimé :
- Malgré des textures bien baveuses
- Toujours les mêmes soucis de jouabilité…
- Et de caméra
- Les autres campagnes, pénibles et trop longues
- Vendu bien trop cher


Consulter les commentaires Article publié le 23/04/2016 par Lionel B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019