Test Resident Evil 5 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Resident Evil 5



Editeur
Capcom
Développeur
Capcom
Genre
Survival Horror
Statut
Disponible
Date de sortie
  28.06.2016
Nombre de joueurs
1 à 2
Online
- Jeu en ligne
Classification PEGI

Thème
Zombies
Prix de lancement
19,99 €

Après le portage de Resident Evil 6 il y a quelques semaines, place au cinquième opus de la licence de Capcom. Resident Evil 5 nous arrive donc lui aussi sur Xbox One dans un portage accompagné de ses DLC. Ayant largement divisé les joueurs à l'époque, voyons ce que vaut le jeu sept ans après sa sortie sur PlayStation 3 et Xbox 360.

Même pas peur d’abord…



On a souvent tendance à dire que c'est Resident Evil 4 qui a fait basculer la saga horrifique de Capcom dans l'action, mais il ne faut pas oublier que le 3, en son temps, proposait déjà de bonnes scènes bien bourrines avec le Nemesis, sans parler de Code Veronica qui ne lésinait pas sur les ralentis à la John Woo, un fusil mitrailleur dans chaque main. Resident Evil 5, lui, reprend la popote du 4 et sa structure (vous pouvez retrouver son test complet à cette adresse). On commence en Afrique, dans un village en apparence plutôt calme mais dans lequel Chris et son binôme Sheeva vont vite se rendre compte qu'un étrange virus a encore frappé. Le jeu avait largement divisé à l'époque, certains joueurs ayant clairement apprécié l'expérience pendant que d'autres la détestaient. Pour notre part, et après avoir terminé une nouvelle fois le jeu, nous avons à nouveau apprécié les quatre premiers chapitres… Beaucoup moins les deux derniers, qui tombent dans l'action pénible et bourrine, préfigurant de ce qu'allait être le nanardesque sixième épisode. Heureusement, le jeu est moins long que le 6 et s'avère nettement moins lassant. On retrouve dans tout ça quelques situations oppressantes, des courses-poursuites à motos, des boss gigantesques qui reviennent encore et encore, et un bon paquet d'ennemis à dézinguer. L'horreur, si chère aux fans de la première heure, a malheureusement quasi disparu.

Notez qu'il est toujours impossible de bouger en visant... ce qui est forcément déstabilisant au début, surtout après avoir testé Resident Evil 6. Ce choix, "voulu" par les développeurs à l'époque, pour instaurer une menace permanente, est tout à fait respectable, mais une option permettant une meilleure mobilité n'aurait pas été de refus. Les joueurs découvrant cet opus pour la première fois risquent fort de pester contre Chris, souvent assimilé par la communauté à un tank. Excellente nouvelle par contre, une option permet de reculer la caméra de manière significative, améliorant grandement la visibilité. Ceci, couplé à une fluidité en 60 images par seconde (malgré quelques rares chutes et un poil de tearing), améliore beaucoup la précision et la jouabilité lors des fusillades. Il est nettement plus facile de viser et cela est très appréciable. Graphiquement, le jeu s'affine et propose des textures plus nettes, plus travaillées (notamment au sol), un meilleur travail sur les ombres (beaucoup moins pixelisées), et de chouettes effets de lumière, le soleil africain étant souvent écrasant de chaleur. On est face à un simple portage certes, mais le tout est homogène et plutôt agréable à l'oeil. Certaines textures restent laides et les animations (la plupart du temps scriptées) des ennemis n'ont pas bénéficié d'un travail supplémentaire. Au niveau du contenu, outre la possibilité de joueur l'aventure en coop locale ou sur le live, vous pourrez ajouter les scénarios supplémentaires "Perdu dans les cauchemars" et "Une fuite désespérée", au mode Affrontement (Deathmatch 2 contre 2) et au mode Mercenaires. Des DLC appréciables, bien qu'un peu courts, dont les parties multi nous ont semblé bien vides sur le live.

L’avis perso de Lionel // Portage correct, mais à 20 boules !

Je me suis refait l'intégralité du jeu en coopération et je dois dire que j'ai passé de bons moments. Seuls les deux derniers chapitres m'ont complètement saoulé, l'action étant omniprésente et bien trop confuse. En tout cas, je l'aime bien ce Resident Evil 5, la nouvelle caméra est appréciable et je me suis vite réhabitué à la "jouabilité" de Chris. Le jeu est plus fluide, plus joli et réserve de chouettes moments. Le vrai frein à ce type de portage reste le prix. 20 euros, c'est bien trop cher, le titre se trouvant à moins de 5 euros sur 360. Ok, le jeu propose quelques améliorations graphiques, mais la rétrocompatibilité aurait pu (dû) être mise en place. Une compilation boîte des épisodes 4, 5 et 6 à 20/30 euros aurait également pu être une bonne idée. Quoi qu'il en soit, je conseille d'attendre un prix plus doux pour se (re)lancer dans l'aventure.


Point complet
Resident Evil 5 a divisé et divisera toujours les joueurs. Penchant définitivement vers l'action, il propose tout de même de sacrés bons moments et pas mal de fan service, bien que le scénario commence à partir dans tous les sens. La fin du jeu, pénible, donnait déjà un avant goût du futur indigeste Resident Evil 6. Concernant ce portage, on regrette des DLC finalement peu nombreux et un prix bien trop élevé. C'est dommage, car les améliorations graphiques et la fluidité permettent de mieux prendre en main Chris et offrent une meilleure visée. Il ne reste plus qu'à attendre le 4 fin août maintenant.

On a adoré :
Textures plus fines
Meilleure fluidité…
Améliorant la visée
La coop, toujours sympa
2 mini scénarios en plus
Possibilité de reculer la caméra
Retrouver Wesker
On n'a pas aimé :
Chris, toujours aussi lourd et cloué au sol
Certaines textures bien moches
Derniers chapitres chiants et bourrins
20 euros, c'est bien trop cher


Consulter les commentaires Article publié le 18/07/2016 par Lionel B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019