Test Puyo Pop Fever - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 455 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Puyo Pop Fever



Editeur
Sega
Développeur
Sonic Team
Genre
Puzzle
Statut
Disponible
Date de sortie
  27.02.2004
  24.04.2004
Nombre de joueurs
1 à 2
Classification PEGI
Son
5.1

Loin des explosions graphiques et sonores très prisées dans les productions actuelles, Puyo Pop Fever se contente presque du minimum côté réalisation, mais quoi de plus normal me direz-vous pour un jeu de réflexion à la Tetris où l’activité principale de chaque joueur est d’empiler des boules de même couleur pour les balancer chez l’adversaire ?

 

Un principe simple :





Puyo Pop Fever est un jeu vraiment sympathique, c’est vrai, je vous assure. Pour moi qui suis plutôt adepte de courses bien viriles sur bitume ou de chasse au vilain dans un bon vieux FPS, j’ai apprécié à ma grande surprise empiler les petits Puyos pour ravager l’écran de mon adversaire. Ce soft est capable de vous coller une ambiance franchement rigolote au bout de quelques minutes de jeu, sans passer par une longue phase d’apprentissage, jugez par vous même : une croix pour diriger la paire de Puyo fournie à l’écran, deux bouton (et encore, un seul suffit) pour la faire tourner. C’est tout. Lorsque quatre Puyos de même couleur s’accolent, ils disparaissent, votre adversaire voit alors débarquer sur son tableau une boule translucide qu’il ne peut coller aux autres. Les piles supérieures s’effondrent à chaque destruction, on assiste donc parfois à des enchaînements spectaculaires puisque le déplacement des Puyos du dessus permet parfois d’en faire coller quatre autres de même couleur.

L’avantage de cette technique appelée « chaînes » c’est qu’au lieu d’envoyer une seule boule translucide chez l’adversaire, vous en envoyez tout un paquet, et là ça fait très mal ! Les habitués du Puyo Pop (cette série sévit depuis la Megadrive tout de même) savent bien que la clef du jeu réside dans l’établissement d’une construction où, lorsque disparaissent les Puyos du bas, tout est fait pour s’enchaîner et détruire un maximum de Puyo d’un coup. Alors que préparer une chaîne de deux ou trois destructions est réalisable assez rapidement, passer à quatre devient un vrai casse tête. Mais bon, parfois le hasard fait bien les choses et vous pourrez toujours dire que la superbe chaîne que vous avez balancé à votre voisin était entièrement calculée.

Mais une stratégie complexe :



Il y a un petit plus dans cette version next-gen qui pourra au premier abord faire râler les puristes du Puyo Pop tant elle permet parfois des retournements de situation injustes. Une jauge de Fever fait en effet son apparition pour vous permettre, si vous arrivez à la remplir, de disposer de chaînes toutes faites pendant quelques secondes, prêtes à saturer l’écran de l’adversaire. Si tout se passe bien, vous l’entendrez alors pleurnicher en vous suppliant d’arrêter le massacre. Mais il faut avouer que dans cette position de force, on cède facilement à la tentation, et c’est avec un sourire sadique qu’on annonce fièrement à son voisin de canapé : « La vache ! je vais te laminer avec la prochaine série qu’arrive ! ». La où la stratégie est très fine, c’est que pour déclencher le Fever, il faut contrer l’adversaire mais si on le contre on augmente son temps de Fever ! Choix difficile qui nécessite de bien préparer son coup à l’avance.

Le bonheur est dans le multijoueurs :



Autant vous le dire tout de suite, la console (et notamment le gros chat noir de fin de niveau) n’a pas besoin de Fever pour vous assommer. Je dirais même qu’elle excelle dans l’art de vous en faire baver en quelque secondes. Au début on termine le jeu en mode facile avec un doigt dans chaque narine, puis lorsqu’on passe au niveau au dessus, on déchante vite en voyant les petites boules s’accumuler. Evidemment, un PIII 733 ça calcule plus vite que le commun des mortels… Mais ne soyons pas rancunier envers cette brave boîte noire, l’intérêt du jeu réside surtout dans son mode multijoueur et celui-ci animera facilement vos longues soirées d’été. On déplorera l’absence de mode Xbox Live mais avec deux ou trois amis qui débarquent chez vous, ambiance garantie !

Pour éviter de vous prendre une raclée honteuse par le premier venu, le jeu vous propose de vous entraîner aux Fever et aux chaînes. Vous pouvez aussi décider de customiser complètement les règles de jeu, comme baisser le nombre de points acquis par coup, augmenter le temps de Fever ou même les faire disparaître complètement. Personnellement, une petite partie sans les Fever de temps en temps fait du bien, cette dernière ayant tendance à « bourriniser » un peu le gameplay.

Pourquoi faire compliqué ?





Je ne m’étendrait pas longtemps sur les capacités techniques du jeu : musiques plutôt répétitives et enfantines, on ne peut d’ailleurs pas mettre ses propres bandes-son, graphismes simplistes mais néanmoins très colorés. On aurait préféré des cinématiques plus complexes à de simples images agrémentées de texte, d’autant plus qu’elles mettent en scène une histoire d’une platitude à faire pâlir Ally McBeal. Mais après tout, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? le jeu est parfaitement lisible, et puis quelques effets graphiques surviennent tout de même lors des Fever. Bref, d’un point de vue strictement technique, rien de transcendant, mais rien de décevant non plus.

Point complet
Puyo Pop est sans conteste une valeur sûre du genre, faîtes chauffer les manettes et aussi les pizzas, les parties entre potes vont durer longtemps. Le concept simple et efficace fait son effet des les premières secondes de jeu et même pour les habitués du Puyo Pop, les nouveautés sont au rendez-vous. C’est de plus un sacré vent de fraîcheur et de bonne humeur qui souffle sur la Xbox, considérée habituellement comme une console à jeux de sports et autres FPS bien bourrins.

On a adoré :
+ Ultra fun !
+ Le multijoueur
+ Très coloré
+ La customisation des règles
+ Facile d’accès
+ Ma copine joue à la console !
On n'a pas aimé :
- Pas de mode Live
- Un mode solo trop léger
- Des musiques vites lassantes
- Faut que je joue avec ma copine maintenant…


Consulter les commentaires Article publié le 05-03-04 par KenHobbit



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020