Test Project Spark - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 327 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Project Spark



Genre
Création
Statut
Disponible
Date de sortie
  10.10.2014
  07.10.2014
Nombre de joueurs
1

Alors que la saga LittleBigPlanet s'apprête à faire son retour sur les consoles PlayStation, la Xbox One a droit elle aussi à un jeu de création communautaire avec Project Spark. A vous les joies de créer votre propre jeu vidéo, allant de la mise en place des décors à celle de votre personnage, en passant par les interactions avec votre environnement. Sur le papier, le projet est vraiment alléchant et semble à même de laisser exploser vos talents créatifs. Voyons voir jusqu'à quel point le joueur peut laisser libre cours à son imagination, et si les promesses ont été tenues…

Crée, partage, profite




Avant de se lancer dans le coeur du jeu, à savoir le mode création, sachez que Project Spark propose une aventure solo, baptisée La Quête des champions. Ce mode met en scène une lutte entre le bien et le mal. A vous de combattre les ténèbres, aidé par un Spark (un esprit lumineux) puissant et capable de modifier l'environnement. Ce mode de jeu s'inspire grandement de Fable, que ce soit au niveau de l'univers ou des commandes (attaque, esquive, saut, magie), mais reste relativement basique, avec de nombreux combats répétitifs entrecoupés d'énigmes vous familiarisant avec le concept "When-Do", que nous allons vous expliquer plus en détail lorsque nous vous parlerons du mode création. On gagne de l'expérience pour faire progresser son personnage (quatre au choix), et lui faire gagner de la puissance ou de nouvelles aptitudes. Pour le moment, seul l'épisode 1 est disponible, pour une petite heure de durée de vie. Le mode Crossroads, quant à lui, vous propose de créer un terrain (montagnes, canyons, rivières) et de choisir la hauteur de l'eau ou de la vallée. Vient ensuite le choix du style graphique, à savoir un univers fait de forêts, de glaciers ou d'astéroïdes. Le joueur peut situer son village et choisir son héros (chevalier, trappeuse, berserker), chacun ayant ses aptitudes propres (force, défense, agilité). Le scénario se met en place, les quêtes démarrent et les ennemis arrivent. Sachez que tout est modifiable dans ce mode de jeu, même les dialogues. Vous pouvez donc laisser libre cours à votre imagination et enfin exploiter des années de blagues Carambar.

Les points d'XP récupérés ici s'ajoutent à ceux du mode Quête et vous permettent également d'augmenter votre niveau global dans le jeu. Notez que la version boite que nous testons contient une certaine quantité de contenus (packs glaciers arctiques, science-fiction, personnages jouables supplémentaires), pour un total de plus de soixante-dix euros de DLC, et qu'une fois le jeu installé sur votre console, le disque n’est plus nécessaire pour jouer. Le mode création est l'intérêt principal du titre. Vous commencez à partir de rien, dans un univers neutre et vide tout droit sorti de la matrice. A vous, dans un premier temps, de positionner votre personnage, quelques objets et textures, voire de mettre en place quelques rivières ou montagnes. Toutes ces actions simples permettent dans un premier temps de donner forme à votre univers. Direction ensuite le cerveau de votre héros, des PNJ ou de la plupart des objets, où vous allez découvrir le principe "When-Do", que l'on pourrait appeler également "action-réaction". Concrètement, il s'agit d'assigner une action et sa conséquence, dans ce que le jeu appelle un Kode (en d'autres termes, des lignes de codes, via des vignettes imagées). On se contente dans un premier temps d'assigner le stick analogique gauche à la fonction déplacer pour permettre, tout simplement, à son personnage de bouger. On assigne le stick droit à la caméra, puis quelques boutons de la manette, histoire de pouvoir sauter, attaquer ou esquiver. Tout est relativement accessible au départ et les possibilités sont nombreuses : bloquer, courir, tuer, exprimer des émotions, lancer, tirer ou bien encore soigner.

Superbes idées, soucis de finitions




Heureusement, un didacticiel, doublé par la voix française de Morgan Freeman (ou le tigre de Frosties, selon vos références), permet de vous faire la main sur quelques exercices. Malheureusement, une fois ce didacticiel achevé, le joueur est vite perdu et a déjà oublié la plupart des leçons, la faute à une interface pas toujours très claire et à la complexité générale du titre dès que l'on veut pousser plus loin le concept. A titre d'exemple, pour que votre personnage puisse courir plus vite, on assigne à la fonction "When" une touche de la manette (la gâchette de gauche par exemple), puis il faut assigner à la fonction "Do" les fonctions "déplacer", "à la vitesse", puis quantifier cette vitesse. Autre exemple, si vous souhaitez qu'un PNJ s'adresse à vous lorsque vous vous approchez de lui, il va falloir faire travailler vos méninges. Ces mises en place ne viendront pas forcément à l'esprit du novice, surtout qu'il faut aller les dénicher dans de nombreux menus. Vous comprendrez donc que, sorti de quelques mises en place simples et amusantes, le jeu n'est pas à la portée du premier venu dès que l'on développe un tant soit peu son univers. Gérer les caméras, la physique des objets, les interactions avec d'autres personnages, des objectifs de mission, le déclenchement des sons, ou les réactions (attaque, repli) d'ennemis, est tout un art, et il vous faut de nombreuses heures pour appréhender le jeu, pour peu que vous en ayez le courage.

De plus, il faut systématiquement passer du mode création au mode test pour vérifier vos combinaisons, et lorsque vous bloquez sur l'une d'elles, les incessants passages entre ces menus ont vite fait de vous gonfler. Heureusement, un moteur de recherche peut trouver pour vous une vignette si vous n'arrivez pas à mettre la main dessus. N'hésitez donc pas à l'utiliser et, taper par exemple "interagir" dans la recherche vous affichera la vignette immédiatement. Des exemples de Kode sont par ailleurs disponibles via une fonction "aide" présente sur les vignettes, et les personnages ou ennemis que vous pouvez implanter dans votre aventure ont également de nombreux Kodes prédéfinis. Le potentiel est vraiment énorme, et avec de la créativité et de la motivation, il est possible de se lancer dans de belles créations. Jeu de plate-forme en 2D, RPG, FPS, sont autant de styles de jeu qu'il est possible de créer. Pour se donner des idées, rien de tel qu'une visite dans les jeux de la communauté, où vous dénicherez quelques perles, que l'on peut modifier soi-même (via l'option "remix"), pour peu que l'on possède le contenu adéquat. Le système d'achat de contenu du jeu nous rappelle sans cesse qu'il va faut passer à la caisse pour profiter de tout le contenu, et bien qu'il soit possible d'en acheter avec la monnaie récoltée dans le jeu, c'est plutôt long et fastidieux. Ces contenus échangeables entre joueurs donnent un grand intérêt au titre et on peut passer des heures à tester les niveaux créés par les joueurs.

On cite par exemple un FPS particulièrement immersif inspiré de Halo, ou bien encore un niveau 2D inspiré de LittleBigPlanet, permettant d'incarner un Spartan et bien d'autres personnages surprenants. Si tous les niveaux partagés sont de qualité inégale, ils permettent en tout cas d'élargir ses idées en s'en inspirant. Espérons que la communauté reste active, afin également d'aider les débutants, via des forums ou des guides. Graphiquement, le jeu est plutôt propre et coloré, tout en possédant une jolie patte graphique. Les différents univers (désert, espace, forêt) sont suffisamment variés pour pousser le joueur à découvrir encore plus le jeu, mais de nombreux soucis techniques sont à déplorer. Le frame rate du jeu est très instable, ça rame souvent, et de manière très prononcée si vous vous amusez à mettre de nombreux ennemis sur une map dans le but de recréer une bataille du Seigneur des Anneaux. De plus, le jeu souffre de freezes, notamment lors de l'obtention de succès ou d’un gain de niveau. Les animations des personnages sont assez raides, tout comme celles des ennemis. Niveau sonore, c'est du tout bon, que l'on parle des bruitages, des musiques ou des voix plus que correctes, en particulier celle du narrateur dont nous vous parlions précédemment. Un enrobage complet et frais, qui sera amené à évoluer au fil du temps !

Point complet
Project Spark est un jeu atypique. Proposé gratuitement en téléchargement via le live ou en version boite pour une quarantaine d'euros, il est un outil de création très complet et très intéressant, et d'une durée de vie énorme, pour peu que l'on prenne le temps de bien appréhender son concept. La plupart des joueurs se décourageront rapidement devant la complexité d'une interface pas toujours claire, mais très riche en interactions. Si le jeu est plutôt joli et coloré, il souffre de problèmes techniques difficilement acceptables sur une console de nouvelle génération, dont des plantages causés par des maps trop "riches" en éléments. Le mode solo, oubliable, laissera vite sa place aux créations de la communauté, dont certaines valent vraiment le détour, sans compter qu’elles peuvent motiver les autres joueurs à aller de l'avant dans leurs créations. Dommage qu'il soit si long de débloquer du contenu avec la monnaie glanée dans le jeu, obligeant les plus pressés à passer à la caisse, système économique free-to-play oblige. Mais un peu de fraîcheur ne se refuse pas, et en s'accrochant un peu, l'expérience vaut le détour. Avant de dépenser de l’argent dans la galette, voyez déjà si la version gratuite vous convient…

On a adoré :
+ Un jeu riche et complet
+ Tout créer de A à Z
+ Voix-off de qualité
+ Des centaines de combinaisons
+ Possibilité de créer à plusieurs
+ Les créations de la communauté
+ Version de base gratuite
+ Jolie patte graphique…
On n'a pas aimé :
- Mais des soucis techniques (ralentissements, plantages)
- Interface parfois fouillis
- Trop complexe pour la plupart des joueurs
- Mode solo anecdotique
- Contenu très long à débloquer (à moins de payer)
- Et assez chiche concernant la version boite


Consulter les commentaires Article publié le 30/10/2014 par Lionel B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020