Test Project CARS - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 246 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Project CARS



Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  07.05.2015
Nombre de joueurs
1 à 16

Après de nombreux reports, Project CARS est en enfin entre les mains des possesseurs de Xbox One. Financé par les joueurs via une campagne Kickstarter, le jeu de Slightly Mad Studios tente une approche différente du jeu de voiture sur console, avec un titre axé simulation. Si les joueurs PC sont déjà habitués au genre, sur console, c’est une autre histoire... Project CARS tient-il toutes ses promesses ?

Le chrono, c’est l’essentiel…




Un des premiers réflexes de joueur, lorsque nous mettons la main sur un nouveau jeu de caisse, c’est de le comparer avec ce qui existe déjà. En l’occurrence, Forza du côté de Microsoft et Gran Turismo du côté de Sony. Mais dans le cas présent, ce serait une erreur de comparer Project CARS avec les jeux cités précédemment. Pourquoi ? Tout simplement parce que le jeu ne s’adresse pas au même public. Que les joueurs occasionnels se rassurent, Project CARS propose de nombreux réglages pour s’adapter à leur niveau. Les débutants activeront donc les aides pour leurs premières courses (direction, freinage), afin de ressentir leurs premières sensations. Petit à petit, le jeu se laisse prendre en main et vous pouvez enlever les aides une à une. La marge de progression est importante et il faut s’armer de courage lors des premières courses… Mais l’intérêt du titre, afin de ressentir le maximum de sensations, est de se lancer avec le minimum d’aides à la conduite. Le jeu, créé et testé par et pour la communauté, est en effet très pointilleux, prenant en compte de nombreux paramètres. Pression et température des pneus, aquaplaning par temps de pluie, physique la plus réaliste possible, pannes moteur ou d'essence, arrêts au stand, tout est fait pour que l'on ait la sensation de piloter une vraie voiture de course. Tout ceci fonctionne plutôt bien. En effet, on ressent vraiment l'adhérence à telle ou telle surface et mordre dans l'herbe ou glisser dans une flaque d'eau n'aura jamais été aussi réaliste.

On parle donc ici véritablement de "sport automobile", où les détails favorisant l'immersion sont légion. Il ne faut par exemple pas négliger le tour de chauffe avant une course, histoire de chauffer les pneus et ainsi éviter le patinage à la moindre accélération un peu trop forte, ou faire attention au passage des rapports pour ne pas péter le moteur (en cas de passage de rapport trop haut à répétition par exemple). Une sortie de piste invalidera le temps de votre tour en cours, poussant le joueur à une concentration de tous les instants. Il nous ait malgré tout arrivé d'assister à des comportements étranges de notre véhicule, notamment lors de gros carambolages. La difficulté, réglable en pourcentage, change le comportement de l’I.A., pas toujours au top et souvent synonyme de frustrations. En dessous de 50%, il n’est pas rare de se faire bourrer par un adversaire et de sortir de piste (ce qui leur arrive également), et voir tous vos concurrents vous dépasser sans scrupule. Et ici, pas de bouton rewind pour retenter un virage, il faut tout recommencer. Comme nous le précisions, la physique des véhicules est très convaincante et chaque bolide se pilote de manière différente. Les véhicules, au nombre de 65 (karts, Formule A GT, Pagani Zonda, Lotus ou encore Ford Focus), partageront les joueurs. Certains trouveront le nombre faible, déplorant le manque de choix, tandis que d'autres affirmeront qu'il est de toute façon long et difficile de tous les maîtriser. Seuls les réglages comptent et vos véhicules ne peuvent bénéficier d'aucune amélioration.

Tout est débloqué dans Project CARS, voitures et circuits. C'est là que le mode carrière peut lui aussi diviser. Après avoir signé un contrat avec son manager, on choisit son type de course, via un calendrier. Soyez vigilant pour ne rater aucun événement et avoir les félicitations de votre mentor. Sur le long terme, ce mode manque quelque peu de mordant et d'accroche, car rien n'est à débloquer, mis à part votre satisfaction personnelle. Mais finalement, l’intérêt du soft n’est-il pas la recherche perpétuelle des meilleurs chronos ? De nombreux joueurs laisseront donc de côté le mode carrière pour se lancer dans des sessions solo ou multi, à la recherche de la performance ultime. On recommence encore et encore les mêmes courses, à la recherche de la trajectoire parfaite pour grappiller quelques secondes et faire mieux que ses amis. Après s'être fait la main sur les essais libres, à vous de choisir la course, la difficulté, le véhicule et les conditions climatiques dynamiques. Le temps change pendant la course et influe énormément sur le comportement des véhicules et sur la jouabilité. Orage, tempête, brouillard, tout y est et procure d'excellentes sensations, même s'il faut s'armer de courage pour conduire sous une pluie battante. Une trentaine de circuits sont disponibles (Imola, Le Mans, Nürburgring, Silverstone ou encore Côte d'Azur) avec des variantes. Tous sont différents et s'approchent de manière unique.

Beauté à l’état brut ?




On reste dans du classique et aucune excentricité n’est de mise : dans Project CARS, on court sur des circuits, sans faire les foufous sur des épreuves de drift ou de dépassement. On peut trouver le jeu un peu "froid" ou austère, mais le but n'est pas de tuner sa voiture et de faire le zouave dans des rassemblements de kékés, ici, on « roule pour de vrai ». En ligne, il est évidemment préférable de jouer avec des amis pour éviter les carambolages volontaires et les adversaires qui vous sortent de la piste. Des épreuves aléatoires sont disponibles, mais il est également possible de créer ses propres épreuves, avec de nombreux paramètres (nombre de concurrents, de tours, d'épreuves dans le championnat). La communauté étant relativement active, vous trouverez quotidiennement de nouveaux défis. D'ailleurs, signalons qu'en parcourant les forums du jeu sur le net, vous trouverez de nombreuses aides pour vos réglages et découvrirez une communauté active qui organise très régulièrement des événements. Notez que de nombreux patches sont sortis depuis la mise en vente du titre, ayant corrigé pas mal de bugs, amélioré la prise en main à la manette, désormais moins sensible, et le frame rate du jeu. On s'approche désormais des 60 images par seconde, mais quelques ralentissements sont encore de la partie lors des épreuves avec de nombreux participants.

Mais là où le soft réalise une prestation parfaite, c'est dans la modélisation de ses véhicules et dans son ambiance sonore. Les carrosseries brillent de mille feux et les reflets et effets de lumière sont de toute beauté. Les voitures sont propres et ne souffrent d'aucun aliasing. De nombreux dégâts visuels sont présents (rayures, salissures) rendant les accrochages encore plus réalistes. La pluie est très joliment rendue (on choisit ou non de mettre ses essuie-glaces), tout comme la plupart des effets météo (soleil couchant, tempête, flaques d'eau). Les circuits sont modélisés au centimètre près, mais certaines textures laissent à désirer, et l'aliasing, tout comme le tearing, s'invitent à la fête. Un léger clipping est également présent dans les rétroviseurs. Rien de bien handicapant néanmoins et Project CARS reste globalement réussi. Plusieurs vues sont disponibles, dont une vue casque particulièrement saisissante, qui met grandement en valeur la partie sonore du jeu, qui frôle la perfection. Les bruits des moteurs sont superbement rendus et changent en fonction de la vue utilisée. Passer d'une vue extérieure à la vue casque permettra de se rendre compte de la prouesse des développeurs. Rien de tel pour l'immersion, tout comme les vibrations, désormais associées aux gâchettes.

Point complet
Soyons clairs, Project CARS est un jeu exigeant. Bien que de nombreuses aides soient disponibles pour les novices, le jeu reste bien plus pointu et poussé que la concurrence (sur console). Au niveau de l'immersion, c'est du tout bon, bien que le jeu souffre encore aujourd'hui, malgré plusieurs patches, de quelques soucis techniques. Même s’il est assez austère, avec notamment un mode carrière sans grand enjeu (tout est déjà débloqué), l'intérêt réside principalement dans la recherche de la performance, du meilleur chrono. Et c'est là que le soft dévoile son grand potentiel, pour peu que l'on augmente la difficulté de l'I.A. et que l'on désactive, petit à petit, les aides à la conduite. Les sensations sont là, le jeu est addictif et les nombreux détails renforcent l'immersion. On s'y croit, surtout en vue casque, on s'acharne, et atteindre le podium est une vraie récompense. Nous n'avons testé le jeu qu'à la manette, avec une prise en main très délicate à la sortie du jeu, nettement améliorée depuis via les mises à jour… Moins sensible, la prise en main est donc devenue parfaitement accessible. Niveau contenu, si les circuits sont assez nombreux et que les classiques sont là, c'est la quantité de véhicules qui divisera, malgré leur diversité. Quoi qu'il en soit, le titre a le mérite d'apporter aux joueurs sur console une nouvelle expérience réussie et accrocheuse de sport automobile, en attendant sa suite (…) et le concurrent Assetto Corsa. Du tout bon pour les joueurs…

On a adoré :
+ Une vraie simulation sur console
+ Nombreux réglages disponibles
+ Aides à la conduite pour les débutants
+ Enormément de détails favorisant l'immersion
+ Véhicules superbement modélisés
+ Effets climatiques superbes
+ Prise en main à la manette améliorée (après MàJ)
+ Partie sonore exemplaire (bruits des moteurs, musiques des menus)
+ La recherche perpétuelle du meilleur temps
+ Communauté en ligne très active
On n'a pas aimé :
- Mode carrière un peu austère…
- Et manquant d'accroche (tout est déjà débloqué)
- Imperfections techniques (aliasing, tearing, clipping)
- Comportement de l'IA parfois pénible
- Encore quelques bugs (physique des véhicules)
- Une exigence pouvant en décourager certains


Consulter les commentaires Article publié le 30/06/2015 par Lionel B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019