Test Prison Break : The Conspiracy - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 329 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Prison Break : The Conspiracy



Editeur
Deep Silver
Développeur
ZootFly
Distributeur
KOCH Media
Genre
Action Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  25.03.2010
  16.03.2010
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
49,00 €

La célèbre série télévisée Prison Break, arrêtée après une quatrième saison catastrophique en termes d’audience, aura finalement eu droit à son jeu, Brash Entertainment ayant acheté les droits d’adaptation du show avant de mettre la clef sous la porte et de les revendre à ZootFly, qui a terminé le travail et a confié l’édition du soft à DeepSilver. Restait alors à voir si le soft allait suivre la même route que les autres productions de Brash (La nuit au musée 2, Saw, Les chimpanzés de l’espace) avec grosso modo un soft de qualité médiocre qui se boucle en moins de 3 heures. Prison Break est-il d’un autre niveau ?

J’ai besoin d’un break !




Pour cette adaptation, les développeurs de Prison Break : La Conspiration ont choisi de nous faire incarner un personnage inédit dans la série, qui devrait faire en sorte de participer à l’évasion de Burrows de la prison fédérale. On incarne donc un bad guy et on doit mener à bien les objectifs qui nous sont confiés en nous faisant passer pour un prisonnier durant la première saison du jeu. Le concept n’est pas mauvais, le soft demeure fidèle à la série et le scénario s’avère relativement convaincant. A vrai dire, il n’y a pas grand-chose à dire de ce côté. Même les musiques du show et les voix officielles sont de la partie, alors pourquoi se plaindre quand on est fan ? La réponse à cette question est très simple : parce qu’on a droit à un soft graphiquement médiocre, au gameplay simpliste et à la durée de vie trop courte, vendu tout de même à une cinquantaine d’euros en boutique !

Techniquement, Prison Break fait peine à voir : les modélisations sont désastreuses, le jeu ressemble à un long couloir et les environnements ne sont pas variés pour deux sous. Heureusement, le tout reste très fidèle à la série. Du point de vue du gameplay, le constat est également très décevant : on nous avait promis un jeu d’aventure bac à sable et finalement on se retrouve dans un jeu d’action ultra répétitif découpé en missions et qui n’offre que quelques aires de jeu un poil plus larges que les couloirs habituels. Aucune liberté d’action donc puisqu’il suffit de suivre les objectifs et d’avancer grâce aux indications du jeu. Le soft demeure archi basique dans l’ensemble, avec des phases de combat en 1vs1 basique, puisqu’il suffit de porter des coups faibles, puissants et de parer, des phases de plates-formes ultra assistées, des phases d’infiltration également beaucoup trop simple vu le manque de possibilités (se planquer dans un placard, longer un mur, éviter un garde), quelques mini-jeux sans aucune saveur (pousser de la fonte) et des QTE…

Et… C’est à peu près tout ! Vous l’aurez compris, le jeu n’est pas du tout palpitant. Certes, l’une ou l’autre phase d’infiltration est mieux fichue que les autres, mais le soft demeure globalement très simple, bien trop simple à vrai dire et très vite agaçant. Si vous avez joué aux autres jeux de Brash, dites vous que le studio a réédité son exploit, en pire. Saw offre par exemple un gameplay nettement plus complexe que celui de Prison Break. Même si Zootfly a un peu peaufiné le tout, du moins on l’imagine, les bases demeurent les mêmes pour ce qui est l’animation, le concept, la progression, hormis qu’ici il n’y a pas d’atmosphère tendue ni de puzzle… Cela dit, on notera la présence de quelques bonus, comme un mode deux joueurs dans lequel vous pouvez enchaîner des combats l’un contre l’autre (inutile de dire que c’est pénible vu le gameplay !), mais également la possibilité de se faire tatouer avec l’argent gagné dans le jeu et celle d’améliorer ses compétences physiques grâce aux mini-jeux. Une fois de plus, il n’y a rien de bien original et surtout rien de concrètement réussi ! Reste alors que le soft se boucle en cinq à six heures, en ligne droite et sans aucun plaisir. Inutile de dire qu’on a déjà vu beaucoup mieux. Heureusement que certains éléments parviennent à sauver Prison Break de la déchéance totale !

Point complet
Sans être complètement raté, Prison Break ne parvient malheureusement pas à faire honneur à la série. Le jeu souffre en effet avant tout de son gameplay, complètement raté, qui cumule les pires tares que l’on ait vues dans un jeu d’infiltration : angles de caméra souvent à l’ouest, jouabilité molle, manque de challenge, décors linéaires, manque total de surprise, combats sans intérêt, bref tout est là pour vous faire passer un désagréable moment. Ajoutez à cela une réalisation médiocre et une durée de vie assez courte (cinq à six heures tout au plus) et vous vous rendrez compte de la déception. Cela dit, tout n’est pas à jeter car l’univers du jeu reste très cohérent et fidèle à la série, le scénario inédit ajoute un certain intérêt pour les fans, les voix officielles et musiques plongent bien dans l’ambiance de la série et certains passages s’avèrent un poil plus sympathiques à jouer.

On a adoré :
+ Fidèle à la série
+ Scénario inédit
+ Les musiques
+ Certains passages plus sympathiques
+ Voix officielles
On n'a pas aimé :
- Graphiquement médiocre
- Gameplay simplet, bancal et inintéressant
- Trop court
- Trop linéaire


Consulter les commentaires Article publié le 28/03/2010 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020