Test PAW Patrol, la Pat' Patrouille : Grand Prix - jeux vidéo Xbox

XBOX GAMER
connect�, 41 562 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Développeur
3D Clouds
Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  30.09.2022
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
39,99 €
Acheter ce jeu sur
Eneba.com

Lorsqu’on est parent à notre époque, il semble évident que l’on ne puisse pas échapper un jour ou l’autre au phénomène Pat’Patrouille. Votre serviteur en sait quelque chose avec deux enfants en bas âge, dont l’aîné qui a six ans. Puzzles, peluches, dessin animé (avec modération), jeux de société, les chiens de la Pat’Patrouille se sont invités partout à la maison… Et cela ne s’arrête pas là puisqu’ils ont aussi profité de plusieurs adaptations vidéoludiques, plutôt satisfaisantes pour le jeune public soit dit en passant, prenant la forme de jeux d’aventure et de plateforme. On a Roll, La Super Patrouille sauve la Grande Vallée et La Ville Aventure t’appelle ont permis de retrouver Ryder, Chase, Marcus, Stella, Ruben et les autres avec une manette dans les mains. Dernièrement, ils reviennent dans une adaptation au style moins commun pour la licence : un jeu de course forcément inspiré de Mario Kart, Street Racer, Diddy Kong Racing, Crash Team Racing, Chocobo Racing, les LEGO Racers, Toy Story Racer ou encore les Sonic & Sega All Stars Racing. L’éditeur nous ayant transmis un code de la version numérique Xbox, il est l’heure pour nous de vous dire si tout roule ou si ça sent l’accident…

Interdit aux grands enfants ?



Avant de parler de PAW Patrol, la Pat' Patrouille : Grand Prix, il est bon de noter qu’Outright Games, éditeur qui exploite la licence Pat’Patrouille dans l’univers vidéoludique, a confié le projet à 3D Clouds, un studio italien auquel on doit des jeux comme Xenon Racer, All-Star Fruit Racing, Race with Ryan, Blaze and The Monsters Machines : Axle City Racers ou encore Fast & Furious : Spy Racers Rise of SH1FT3R. Autant dire que le studio a une certaine expérience dans le milieu même s’il n’a jamais réussi à fournir un titre pouvant concurrencer la qualité des jeux cités plus haut. Ne vous faîtes pas d’illusions, ce ne sera pas le cas non plus avec PAW Patrol, la Pat' Patrouille : Grand Prix. Néanmoins, cela n’en fait pas un mauvais jeu pour autant, surtout quand on connaît le public ciblé. Sans trop de surprise, les développeurs ont intégré un tutoriel pour expliquer les commandes de base et permettre ainsi aux plus jeunes d’assimiler ces dernières en quelques minutes.

Au départ, il faut appuyer sur A et conserver un curseur dans la partie jaune d’une jauge pour assurer un départ boosté. Ensuite, le bouton A permet d’accélérer, le X d’utiliser des power-up à ramasser sur la piste (aléatoirement une tornade, une tarte bien collante, un super boost, un boost avec un bouclier…), le B d’utiliser la capacité spéciale de son personnage qui est à activer après avoir ramassé suffisamment de biscuits en forme d’os sur la piste. Cela permet majoritairement de ralentir les adversaires, soit en laissant une trainée d’eau, en activant les sirènes, en lançant un gros rocher, etc. Le Y permet de se réinitialiser sur la piste et les gâchettes droites (haute comme basse) servent à déraper. En dérapant correctement, on active même un boost qui prend effet dès qu’on relâche la gâchette. Il peut paraître étrange de prime abord de ne pas utiliser LB et RB pour accélérer et freiner/déraper mais il faut avouer que cette configuration correspond bien à un jeune enfant qui peut ainsi faire les actions de base avec sa main droite et garder la gauche pour l’utilisation du joystick et donc de l’orientation du véhicule.

Rassurez-vous, un peu comme les rails au bowling, les véhicules ne peuvent pas vraiment dévier de leur trajectoire, rebondissant ainsi contre les parois visibles comme invisibles des circuits. Ainsi, mêmes les plus jeunes iront de l’avant. S’ils éprouvent encore des difficultés, il est possible d’aller dans le menu Pause et d’appuyer sur Y pour activer l’assistance. Avec cette dernière, le véhicule corrigera automatiquement sa trajectoire pour enlever une part supplémentaire de frustration. Voilà, le gameplay est ultra accessible et même si les dérapages demandent un peu plus d’attention que le reste, il faut bien reconnaître que n’importe quoi saura jouer en quelques minutes. Le fils aîné de votre serviteur y est arrivé assez facilement. Pour inviter les plus grands à se prêter au jeu avec les plus jeunes, les développeurs ont intégré trois niveaux de difficulté mais soyons honnêtes, le niveau difficile reste vraiment très facile. Votre serviteur a toujours terminé premier sans être embêté, faisant rapidement la course en tête.

Public ciblé touché en plein cœur

En revanche, la difficulté reste bien calibrée pour les plus jeunes, ajustant le défi à leur convenance. Petit plus sympathique, selon les courses (ou ses paramétrages), le Maire Hellinger s’invite à la fête pour poser quelques pièges (dont des confettis qui emplissent l’écran pour nuire à la visibilité). Il est toutefois dommage de voir que le gameplay ne propose pas un minimum de marge de progression pour permettre aux moins jeunes de s’y intéresser un peu plus. Outre la partie instantanée qui lance le joueur directement dans une course aléatoire, il est possible de personnaliser sa course. On peut ainsi choisir l’un des dix chiots disponibles (certains sont à débloquer au préalable via le mode Aventure qui est à terminer avec chaque personnage pour tout débloquer), un ou plusieurs des treize circuits (de jour ou de nuit), la difficulté et se lancer dans la course. A plusieurs, c’est en local uniquement que cela se passe avec la possibilité de jouer jusqu’à quatre.

Il faut bien l’avouer, les tracés sont assez basiques, les passages assez larges et on ne note généralement qu’un petit raccourci par circuit. Néanmoins, ça empêche toute frustration pour les plus jeunes et les marquages au sol permettent d’indiquer les endroits propices à l’utilisation des dérapages. Si les sensations de vitesse sont inexistantes de base, les accélérations donnent un peu plus de peps aux courses, que ce soit via les power-up, l’accélération post-dérapage ou les modules de boost au sol. Enfin, côté contenu, outre un mode Collection pour retrouver les éléments déverrouillés au fil du jeu, on profite d’un mode Aventure qui met en scène le championnat composé de 17 courses (chacune de trois tours pour environ 45-50 minutes de jeu). Ce dernier est plutôt sympathique, avec quelques dialogues dans la veine de ceux que l’on peut avoir dans la série. Le tout est même doublé en français mais les voix ne sont pas les officielles. Dommage parce que les écrans fixes pour donner les enjeux sont plutôt sympathiques.

Avec un budget qui semble réduit, 3D Clouds ne pouvait pas faire de miracles. A l’image des autres jeux Pat’Patrouille, nous avons le droit à des personnages bien modélisés et à des véhicules, en accord avec ceux de chacun, qui le sont tout autant. L’ensemble est même plutôt coloré et c’est techniquement propre. En revanche, les modélisations des circuits sont simplistes et les décors sont assez vides. On pourrait dire « ça passe » pour un enfant mais ça n’excuse pas le peu d’efforts faits à ce niveau. En revanche, petite mention spéciale à la texture du bitume et aux quelques reflets qu’il y a. Enfin, lors des courses, le personnage que l’on contrôle (Ryder ou l’un des neuf chiens) a tendance à balancer son petit slogan à certaines occasions, notamment après chaque accélération. Comme chaque personnage n’a que deux phrases, ça devient vite, très vite soulant, surtout que ce ne sont pas les musiques plutôt anecdotiques qui mettent l’ambiance.

Point complet
PAW Patrol, la Pat' Patrouille : Grand Prix n’a pas pour vocation d’aller titiller les grands noms comme Mario Kart et tous les titres qui en sont dérivés. Il a été conçu pour offrir un jeu de course accessible aux enfants qui aiment la Pat’Patrouille et qui sont désireux de retrouver Ryder, Rocky, Chase, Marcus, Stella, Rex, Ruben et compagnie au sein d’un jeu vidéo. Ainsi, tout a été pensé pour les plus jeunes, de la difficulté adaptée (même le mode difficile est trop facile pour un ado) au gameplay aussi simpliste qu’accessible, jusqu’à l’ajout d’une fonctionnalité d’assistance à la conduite pour éviter toute frustration. Sur ce point, le pari est gagné, avec seulement trois tours par course, le temps de jeu peut être maîtrisé et on peut ainsi offrir de temps en temps une dizaine de minutes de plaisir à nos chères petites têtes blondes. Avec les power-up, la compétence spéciale de chaque chiot, les circuits qui respectent les univers développés dans la série (même si les décors sont un peu moins soignés que les véhicules et les chiots), les accélérations et le maire Hellinger qui se mêle à certaines courses, les enfants prendront un plaisir certain à y jouer. Ce ne sera pas forcément le cas des moins jeunes, comme un grand-frère, une grande-sœur ou un parent qui s’ennuiera forcément plus vite après quelques courses en écran partagé et qui devra se freiner pour laisser gagner le petit-frère, la petite-sœur ou son enfant… C’est là que le mode Aventure trouvera son utilité, avec en plus sa petite histoire qui fait plaisir. Dommage en revanche qu’il faille le refaire avec chaque personnage pour débloquer les quelques éléments cosmétiques disponibles et que les doublages français ne soient pas les officiels… Petit plus en revanche, le jeu est dans le Xbox Game Pass donc vous n’avez aucune raison de ne pas le télécharger pour vos jeunes enfants, surtout que l’aîné de votre serviteur (6 ans) s’est bien amusé !

On a adoré :
Véhicules bien modélisés
Retrouver Ryder et les chiens
Ultra accessible
Tutoriel bien fait
Environnements fidèles à la série
L’assistance au pilotage si besoin
Mode Aventure sympathique
Difficulté adaptée aux enfants
Les interventions de M. Hellinger
Les power-up
Doublé en français…
On n'a pas aimé :
Sans les voix officielles
Redites lors des courses
Pas de marge de progression
Refaire 10 fois le mode Aventure pour tout débloquer
Décors un peu moins soignés
0 difficulté pour les moins jeunes
Pauvre en modes de jeu
Musiques oubliables


Consulter les commentaires Article publié le 05/10/2022 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2022